Des dossiers sensibles attendent Darmanin à Alger lors de sa visite dimanche

Darmanin est attendu en Algérie dimanche pour une visite de deux jours. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 27 octobre 2020

Des dossiers sensibles attendent Darmanin à Alger lors de sa visite dimanche

  • La visite de Darmanin en Algérie va revêtir un caractère plutôt opérationnel, surtout qu’elle intervient dans un contexte auquel s’ajoute le fait marquant qu’a été l’assassinat «islamiste» de Samuel Paty
  • La densité des relations Algéro-françaises non seulement dans leurs dimensions politique, économiques et de coopération mais aussi et surtout dans leur volet humain, justifie cette visite

Les visites à Alger des ministres français se suivent mais ne se ressemblent pas.

Si la visite en Algérie, il y a moins de deux semaines du chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian avait pour principal objectif d’assurer la régularité et la fluidité des relations stratégiques entre les deux pays, celle que doit effectuer dimanche dans la capitale algérienne Gérald Moussa Darmanin, ministre de l’Intérieur, doit revêtir un caractère plutôt opérationnel, surtout qu’elle intervient dans un contexte auquel s’ajoute le fait marquant qu’a été l’assassinat «islamiste» de Samuel Paty, enseignant d’histoire à Conflans-Sainte-Honorine en région parisienne.

La densité des relations algéro-françaises non seulement dans leurs dimensions politique, économiques et de coopération mais aussi et surtout dans leur volet humain, justifie cette visite qui dynamise les échanges et la concertation entre les ministres de l’Intérieur des deux pays.

A ce facteur humain s’ajoute une panoplie de sujets aussi importants les uns que les autres que le Darmanin aura à passer en revue avec son homologue ainsi qu’avec ses autres interlocuteurs algériens.

La question de l’expulsion des mineurs isolés en France mais aussi des personnes fichées pour radicalisation à caractère terroriste, ainsi que celles inhérentes à la coopération sécuritaire et plus spécialement en matière d’échange de renseignements, celles relatives à la criminalité transnationale, à l’immigration illégale ou encore à la pratique du culte musulman en France seront certainement à l’ordre du jour des discussions bilatérales.

S’agissant de la pratique du culte musulman en France l’on doit se rappeler les récentes déclarations du président Macron qui a déclaré que son pays allait se passer des imams que l’Algérie (avec d’autres pays de la région) mettait à la disposition de la France notamment à l’occasion du mois sacré de Ramadan.

Les questions sécuritaires auront incontestablement la part du lion dans les entretiens prévus entre M. Darmanin et les hautes autorités algériennes. Il est utile, à cet égard, de revenir sur les témoignages et les déclarations de certains hauts responsables sécuritaires français, qui n’ont pas tari d’éloges à l’adresse des services de sécurité et du renseignement algériens qui ont démontré leur efficacité, et dont la précieuse aide a permis aux forces françaises de sécurité de prévenir des attentats ou de neutraliser des éléments criminels et des terroristes dangereux.

Dossier de l’immigration illégale

Sur le registre de l’immigration illégale, même si le phénomène des harragas, littéralement «les brûleurs des frontières», se poursuit, le nombre d’algériens qui arrivent illégalement sur le sol français reste insignifiant, du moins beaucoup moins important que le nombre d’immigrants venant d’autres pays.

Quoi qu’il en soit et dans ce domaine précis, les deux pays sont liés par un accord de réadmission qui permet aux autorités françaises de réadmettre (de renvoyer en Algérie) toute personne arrivée ou se trouvant illégalement ou de manière non réglementaire sur le territoire français, à condition que sa nationalité algérienne soit dûment établie par les services diplomatiques et consulaires algériens.

La seule restriction que le gouvernement algérien impose aux opérations de réadmission est son refus catégorique des opérations de rapatriement des clandestins algériens à bord de vols charter.

Toujours s’agissant du phénomène de l’immigration illégale, il convient de noter que l’Algérie, contrairement à certains pays de la région de l’Afrique du nord, a su résister à la pression que l’Union européenne et certains pays n’ont cessé d’exercer sur elle pour l’emmener à jouer le rôle du gendarme et à dresser un barrage devant les milliers de migrants subsahariens qui tentent au risque de leur vie d’atteindre la côte nord de la Méditerranée fuyant les guerres, la misère et la pauvreté.

L’Algérie qui, jusqu’à un passé récent, était surtout, à l’instar des autres pays voisins, un pays de transit pour ces « damnés de la terre », est devenue ces dernières années un pays de destination.

Des centaines de ces migrants sont réadmis régulièrement dans leurs pays en accord avec leurs gouvernements respectifs mais la solution miracle tarde à être trouvée.

En attendant, les groupes criminels, les passeurs et autres formations terroristes continuent de profiter de la misère de ces populations, la transformant en un commerce des plus florissant selon les chiffres officiels de l’Organisation des Nations unies qui a estimé les sommes générées par les différents trafics dans la région du Sahel à près d’un milliard de dollars par an.

M. Darmanin aura donc à traiter de ces dossiers avec des interlocuteurs algériens auprès desquels il est certain de trouver des partenaires bien au fait des dossiers qui intéressent son domaine de compétence.


L'Arabie saoudite au sixième rang pour les voyages les plus sûrs

Les cliniques créées par le gouvernement entre centres de tests et centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes depuis l'épidémie. (Photo, SPA)
Short Url
  • Environs 5000 cas actifs sont déclarés en Arabie saoudite et le nombre de guérisons a atteint 346023, dont 401 enregistrées samedi
  • Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi

DJEDDA: Le royaume s'est classé sixième parmi les destinations de voyage les plus sûres pendant la pandémie de Covid-19.

Selon un article publié par Wego Travel Blog, intitulé « Des endroits sûrs pour voyager pendant la pandémie de la Covid-19 », l’Arabie Saoudite était le seul pays du Moyen-Orient de ce groupe. Les pays ont été choisis selon une méthodologie de l'UE pour son évaluation des risques liés aux voyages.

La méthodologie de classification comprend des critères épidémiologiques, la capacité des pays à réduire et stabiliser de façon significative la propagation du virus pendant une période prolongée, la capacité du système de santé et des centres dotés d'une capacité de dépistage à grande échelle dans le but de détecter et surveiller les infections.

Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi.

Le nombre quotidien de décès a diminué récemment, avec moins de 20 décès par jour depuis le 12 novembre. Le nombre total de décès répertoriés dans le Royaume depuis le début de la pandémie a atteint 5 870.

Il y a eu 220 nouveaux cas, ce qui a augmenté le nombre total de cas confirmés à 356 911.

Il y a environ 5 000 cas actifs et le nombre de guérisons a atteint 346 023, avec 401 rétablissements enregistrées ce samedi. Le taux de guérison du Royaume est de 96,9%.

Riyad a enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas avec 55 cas, Djeddah a terminé deuxième avec 28 cas, Al-Madina avec 15 cas et La Mecque avec  12 cas. Il y a 675 patients dans les unités de soins intensifs, une diminution par rapport aux 698 malades de vendredi.

Il y a eu 36 709 tests  PCR effectués au cours des dernières 24 heures.

Les cliniques de santé créées par le ministère en tant que centres de test ou centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes à travers le Royaume depuis l'épidémie.

Parmi ces centres de test, on trouve les centres Takkad (assurez-vous) et les cliniques Tetamman (rassurez-vous).

Les centres Takkad proposent des tests de  Covid-19 pour ceux qui ne présentent aucun symptôme, des symptômes légers ou qui croient être entrés en contact avec une personne infectée, tandis que les cliniques Tetamman offrent un traitement et des conseils à ceux qui présentent des symptômes liés au virus, tels que la fièvre, la perte du goût et de l'odorat ainsi que des difficultés respiratoires.

Les rendez-vous pour l'un ou l'autre service peuvent être pris via l'application Sehaty du ministère de la santé.

En chiffres: 

356911 cas de Covid-19

346023 rétablissements

5000 cas actifs

5870 total des décès

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le coronavirus menace la saison des fêtes au Liban

Un homme et une femme assis dos à dos sur un banc pour profiter d'une journée ensoleillée près de la promenade du bord de mer de Beyrouth le 24 novembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible
  • Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées

BEYROUTH: Le confinement de deux semaines au Liban en vue de limiter la propagation du coronavirus se termine lundi, mais le nombre toujours élevé d'infections et de décès pourrait inévitablement restreindre les options du comité gouvernemental chargé de rétablir une vie normale dans le pays.

Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées, surtout à l'approche de la saison des fêtes,  principalement lucrative.

« Si l'État décide encore de continuer à fermer nos établissements pendant la période des fêtes, ces établissements touristiques déclareront à coup sûr leur faillite », a déclaré à Arab News Jean Beyrouti, secrétaire général de la Fédération des syndicats du tourisme.

La paralysie règne sur les marchés de Beyrouth,  généralement très animés à cette période de l'année. « Le vendredi noir n’a déclenché aucun mouvement commercial », a affirmé à Arab News Yehya Kasaa, président de l’Association libanaise de la franchise.

« Nous ne savons pas combien de temps il sera possible de tenir si un gouvernement compètent n’est pas formé. La politique au Liban combat de coutume l'économie », a-t-il souligné.

Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible. Les gens ont besoin de travailler et de gagner leur vie au quotidien », a-t-il ajouté.

« Le secteur de la franchise fournissait du travail à 100 000 travailleurs. Aujourd'hui, la moitié d'entre eux ont perdu leur emploi à cause de cette crise économique. De plus, l'explosion du port de Beyrouth a détruit 70% du secteur, en particulier dans le centre de Beyrouth, où les magasins n'ont pas encore rouvert ».

Samedi matin, il y avait plus de 35 000 violations des règles liées au confinement enregistrées par les forces de sécurité.

« Les gens soufrent le martyre à cause de la situation économique tragique dans laquelle nous nous trouvons », a révélé le colonel Joseph Mousallem, chef de Service de l’information au sein des Forces de la sécurité intérieure.

« La baisse du nombre d’infections à laquelle aspirait le ministère de la Santé ne s’est pas produite pendant la période du confinement ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A l’occasion de la fête nationale, Abou Dhabi accorde à ses citoyens 2 milliards de dollars en prêts logements

Le gouvernement d'Abou Dhabi accordera des milliards de dirhams de prêts logements à plus de 6 000 citoyens émiratis. (Photo, Shutterstock /Archives)
Short Url
  • L'ensemble de cette aide comprend 3099 parcelles de terrain, 2000 prêts au logement et 601 logements
  • Le gouvernement annulera également les remboursements d'hypothèques pour certains retraités et familles de citoyens décédés

LONDRES: Le gouvernement d'Abou Dhabi accordera des milliards de dirhams en prêts logements à plus de 6 000 citoyens des Émirats arabes unis (EAU), a rapporté samedi le bureau des médias de l'émirat.

Des prêts pour acquisition de logements et de terrains, ainsi que des prêts hypothécaires totalisant 7,2 milliards de dirhams (2 milliards de dollars) seront accordés à 6100 citoyens avant la fête nationale des EAU le 2 décembre, a annoncé le bureau des médias d'Abu Dhabi.

Il s’agit de la troisième tranche d’avances sur logement distribué cette année, reflet de l'engagement continu des leaders des EAU à assurer la stabilité sociale de la population des Émirats.

L'ensemble de cette aide comprend 3099 parcelles de terrain, 2000 prêts au logement et 601 logements, qui ont été accordés à des citoyens d'Abou Dhabi, d’Al Ain et d’Al Dhafra, ainsi que des exemptions de remboursement de prêt immobilier pour 381 citoyens, d'une valeur de 340 millions d'AED.

Le gouvernement annulera également les remboursements d'hypothèques pour certains retraités et familles de citoyens décédés, a annoncé le bureau des médias.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com