HRW dénonce des accusations iraniennes abusives contre les défenseurs des droits

Plus tôt ce mois-ci, les autorités judiciaires iraniennes ont inculpé Niloufar Bayani (à gauche), une avocate et défenseure de l’environnement qui purgeait déjà une peine de 10 ans. Dans un autre cas, la militante étudiante emprisonnée Parisa Rafiee a été accusée de « propagande contre l'État ». (Réseaux sociaux / CNRI)
Short Url
Publié le Samedi 24 octobre 2020

HRW dénonce des accusations iraniennes abusives contre les défenseurs des droits

  • Deux femmes purgeant déjà de longues peines de prison font face à des accusations supplémentaires après avoir révélé des abus en prison
  • Une militante étudiante qui a subi un test de virginité par son interrogateur fait face à d'autres accusations pour avoir parlé

LONDRES: Human Rights Watch (HRW) a condamné la décision de Téhéran de porter des accusations supplémentaires contre deux défenseures des droits humains détenues qui affirment subir des mauvais traitements pendant leur détention.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités judiciaires iraniennes ont inculpé Niloufar Bayani, une avocate défenseure de l'environnement purgeant déjà une peine de 10 ans d'emprisonnement, d'un crime supplémentaire de « publication de fausses informations ».

Dans une autre affaire, la militante étudiante emprisonnée Parisa Rafiee a été accusée de « propagande contre l'État » après avoir publié une lettre sur ses conditions de détention.

« Punir les personnes qui rapportent des mauvais traitements dans les centres de détention iraniens montre un sens déformé de la justice », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse sur l'Iran à Human Rights Watch. « La récente rhétorique de la justice sur la « transparence » sonne particulièrement creuse si les procureurs font taire les victimes présumées de torture plutôt que d’enquêter de manière objective sur leurs allégations ».

Bayani, une ancienne employée de l'ONU, a fait la une des journaux en février après avoir publié une lettre détaillant ses mauvais traitements aux mains des autorités pénitentiaires. Elle a évoqué « 1 200 heures d'interrogatoires », « de longues heures d'interrogatoire debout », des menaces « d'injection d’hallucinogène » et des « insultes sexuelles » de la part des représentants de l'État.

Elle et plusieurs de ses collègues de la Fondation du patrimoine faunique perse, un groupe de protection de l'environnement, ont été accusés « d'utiliser des projets environnementaux comme couverture d'espionnage ».

Sept d’entre eux ont été condamnés à des peines de prison de six à dix ans chacun pour « coopération avec l’État hostile des États-Unis ». Un membre du groupe est déjà décédé en détention.

HRW a déclaré qu'au cours des deux dernières années, plusieurs hauts responsables du gouvernement iranien ont indiqué qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve montrant que les militants détenus étaient des espions.

De même, Parisa Rafiee, étudiante militante à l'Université de Téhéran, purgeait déjà une peine de sept ans pour « rassemblement et complicité contre la sécurité nationale », « propagande contre l'État » et « trouble à l'ordre public »; des accusations que son avocat affirme avoir subies pour des activités telles que la participation à des manifestations pacifiques sur le campus.

Dans une lettre publiée en mai 2019, Rafiee a écrit qu'elle avait été maintenue à l'isolement pendant 21 jours, avait subi un test de virginité par son interrogateur et avait déclaré qu'elle n'avait pas été autorisée à porter plainte pour son traitement humiliant.

En réponse à la lettre, la justice a ouvert une nouvelle affaire contre l'étudiante, l'accusant de propagande contre l'État.

Malgré son bilan en tant que l’un des pires auteurs de violations des droits de l’homme au monde, la justice iranienne a récemment publié des documents qui mettent l’accent sur des questions relatives aux droits de l’homme telles que l’interdiction de la torture et des arrestations arbitraires ainsi que le droit d’avoir un avocat.

Sepehri Far a déclaré: « Si le pouvoir judiciaire veut réellement restreindre les abus en cours, il peut commencer par annuler les accusations abusives contre les défenseures des droits humains qui sont déjà injustement derrière les barreaux, enquêter sur leurs allégations de torture et demander des comptes aux responsables de ces atrocités ».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Quatre morts dans une province yéménite du Sud alors que la coalition arabe bombarde Sanaa

La fumée monte à la suite d'une frappe aérienne signalée par la coalition dans la capitale yéménite Sanaa, le 27 novembre 2020. (AFP)
Short Url
  • Des avions militaires de la coalition arabe ont ciblé certains sites soupçonnés d’entreposer des missiles balistiques et des drones
  • Les combats ont fait rage vendredi et samedi sur les principaux champs de bataille du pays alors que les forces gouvernementales contraient les attaques des Houthis

AL-MUKALLA : Quatre personnes ont été tuées vendredi lors d’un échange de tirs de mortier entre les forces du gouvernement et les séparatistes dans la province d’Abyan au Sud du Yémen, ont déclaré des officiers militaires locaux à Arab News.

Vendredi soir,  les forces du gouvernement stationnées dans la région de Cheikh Salem ont bombardé les forces loyales au Conseil de transition du Sud (STC) pro-indépendance, tuant quatre combattants — dont deux officiers — selon un officier du gouvernement et les médias du STC. Les forces du STC ont répondu en bombardant des emplacements de l’armée à Abyan, sans faire de victimes. Le chef du STC, Aidarous Al-Zubaidi, a déploré les quatre combattants dans une lettre adressée à leurs familles, décrivant l’attaque du gouvernement contre ses forces comme étant une « opération terroriste perfide ».

Les médias du STC ont déclaré que l’attaque meurtrière avait été effectuée par un drone Bayraktar TB2 fabriqué en Turquie que les forces gouvernementales auraient obtenu récemment. Les commandants de l’armée locale ont fermement nié avoir reçu ou utilisé des drones turcs. « Non, non, nous n’avons pas utilisé de drones et nous n’en avons pas. Nous les avons bombardés avec des mortiers de 120mm », a expliqué l’officier du gouvernement, qui a requis l’anonymat, à Arab News.

Des affrontements sporadiques acharnés et un échange de tirs d’artillerie entre le gouvernement et le STC ont eu lieu au cours des derniers mois en dépit des engagements des deux parties à adhérer  à l’Accord de Riyad négocié par l’Arabie saoudite. Cet accord, qui vise à apaiser les tensions entre les deux parties, a commencé début 2018 en incluant le STC dans un gouvernement partagé en échange du retrait des forces d’Aden et d’autres zones contestées dans le Sud du Yémen.

Le Premier ministre désigné, Maeen Abdulmalik Saeed, n’a pas respecté de nombreuses dates butoir pour la formation d’un nouveau gouvernement car les forces politiques se disputent des ministères clés et tentent de s’entendre sur ce qui devrait être prioritaire : l’annonce du gouvernement ou le retrait des forces des zones contestées.

Dans la région de Sanaa contrôlée par les Houthis, des avions militaires de la coalition arabe ont ciblé vendredi certains sites soupçonnés d’entreposer des missiles balistiques et des drones, selon le ministère de la Défense yéménite. Ces avions militaires ont frappé les montagnes de Faj Attan et d’Ayban à l’ouest de la capitale, la base militaire d’Al-Sama dans le quartier d’Arhab, à l’extérieur de la capitale, ainsi que les rassemblements militaires de la milice houthie dans les bases militaires de Jarban et de Riymat Hamed au sud de Sanaa, a indiqué le ministère dans un communiqué sur son site d’information. De grandes explosions ont secoué Sanaa et une épaisse fumée s’échappait des sites ciblés.

Par ailleurs, les combats ont fait rage vendredi et samedi sur les principaux champs de bataille du pays alors que les forces gouvernementales contraient les attaques des Houthis dans les provinces de Taiz, Jouf, Marib et Sanaa. Les médias locaux ont rapporté samedi que les forces du gouvernement et les membres des tribus alliées se sont livrés à de violents combats avec les Houthis dans les zones contestées de la province centrale de Marib. Les avions militaires de la coalition arabe ont lancé de nombreuses frappes aériennes à Marib, ciblant des rassemblements militaires houthis et du matériel militaire, ce qui a permis aux forces du gouvernement de repousser les rebelles.

Dans la province de Sanaa, un missile balistique tiré par les Houthis samedi depuis une région au nord de la capitale n’est pas arrivé à destination et a atterri dans un village peu après son lancement. Yemen Today TV et d'autres médias locaux anti-Houthis ont rapporté que les Houthis avaient bouclé la zone où le missile avait atterri, empêchant les habitants de sortir de leurs maisons ou d'y entrer.

Le conflit actuel au Yémen a commencé fin 2014, lorsque les Houthis ont pris d’assaut la capitale, Sanaa, et se sont ensuite rapidement répandus dans le pays, déclenchant de violents combats avec les forces du gouvernement.


L'Arabie saoudite au sixième rang pour les voyages les plus sûrs

Les cliniques créées par le gouvernement entre centres de tests et centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes depuis l'épidémie. (Photo, SPA)
Short Url
  • Environs 5000 cas actifs sont déclarés en Arabie saoudite et le nombre de guérisons a atteint 346023, dont 401 enregistrées samedi
  • Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi

DJEDDA: Le royaume s'est classé sixième parmi les destinations de voyage les plus sûres pendant la pandémie de Covid-19.

Selon un article publié par Wego Travel Blog, intitulé « Des endroits sûrs pour voyager pendant la pandémie de la Covid-19 », l’Arabie Saoudite était le seul pays du Moyen-Orient de ce groupe. Les pays ont été choisis selon une méthodologie de l'UE pour son évaluation des risques liés aux voyages.

La méthodologie de classification comprend des critères épidémiologiques, la capacité des pays à réduire et stabiliser de façon significative la propagation du virus pendant une période prolongée, la capacité du système de santé et des centres dotés d'une capacité de dépistage à grande échelle dans le but de détecter et surveiller les infections.

Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi.

Le nombre quotidien de décès a diminué récemment, avec moins de 20 décès par jour depuis le 12 novembre. Le nombre total de décès répertoriés dans le Royaume depuis le début de la pandémie a atteint 5 870.

Il y a eu 220 nouveaux cas, ce qui a augmenté le nombre total de cas confirmés à 356 911.

Il y a environ 5 000 cas actifs et le nombre de guérisons a atteint 346 023, avec 401 rétablissements enregistrées ce samedi. Le taux de guérison du Royaume est de 96,9%.

Riyad a enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas avec 55 cas, Djeddah a terminé deuxième avec 28 cas, Al-Madina avec 15 cas et La Mecque avec  12 cas. Il y a 675 patients dans les unités de soins intensifs, une diminution par rapport aux 698 malades de vendredi.

Il y a eu 36 709 tests  PCR effectués au cours des dernières 24 heures.

Les cliniques de santé créées par le ministère en tant que centres de test ou centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes à travers le Royaume depuis l'épidémie.

Parmi ces centres de test, on trouve les centres Takkad (assurez-vous) et les cliniques Tetamman (rassurez-vous).

Les centres Takkad proposent des tests de  Covid-19 pour ceux qui ne présentent aucun symptôme, des symptômes légers ou qui croient être entrés en contact avec une personne infectée, tandis que les cliniques Tetamman offrent un traitement et des conseils à ceux qui présentent des symptômes liés au virus, tels que la fièvre, la perte du goût et de l'odorat ainsi que des difficultés respiratoires.

Les rendez-vous pour l'un ou l'autre service peuvent être pris via l'application Sehaty du ministère de la santé.

En chiffres: 

356911 cas de Covid-19

346023 rétablissements

5000 cas actifs

5870 total des décès

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le coronavirus menace la saison des fêtes au Liban

Un homme et une femme assis dos à dos sur un banc pour profiter d'une journée ensoleillée près de la promenade du bord de mer de Beyrouth le 24 novembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible
  • Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées

BEYROUTH: Le confinement de deux semaines au Liban en vue de limiter la propagation du coronavirus se termine lundi, mais le nombre toujours élevé d'infections et de décès pourrait inévitablement restreindre les options du comité gouvernemental chargé de rétablir une vie normale dans le pays.

Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées, surtout à l'approche de la saison des fêtes,  principalement lucrative.

« Si l'État décide encore de continuer à fermer nos établissements pendant la période des fêtes, ces établissements touristiques déclareront à coup sûr leur faillite », a déclaré à Arab News Jean Beyrouti, secrétaire général de la Fédération des syndicats du tourisme.

La paralysie règne sur les marchés de Beyrouth,  généralement très animés à cette période de l'année. « Le vendredi noir n’a déclenché aucun mouvement commercial », a affirmé à Arab News Yehya Kasaa, président de l’Association libanaise de la franchise.

« Nous ne savons pas combien de temps il sera possible de tenir si un gouvernement compètent n’est pas formé. La politique au Liban combat de coutume l'économie », a-t-il souligné.

Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible. Les gens ont besoin de travailler et de gagner leur vie au quotidien », a-t-il ajouté.

« Le secteur de la franchise fournissait du travail à 100 000 travailleurs. Aujourd'hui, la moitié d'entre eux ont perdu leur emploi à cause de cette crise économique. De plus, l'explosion du port de Beyrouth a détruit 70% du secteur, en particulier dans le centre de Beyrouth, où les magasins n'ont pas encore rouvert ».

Samedi matin, il y avait plus de 35 000 violations des règles liées au confinement enregistrées par les forces de sécurité.

« Les gens soufrent le martyre à cause de la situation économique tragique dans laquelle nous nous trouvons », a révélé le colonel Joseph Mousallem, chef de Service de l’information au sein des Forces de la sécurité intérieure.

« La baisse du nombre d’infections à laquelle aspirait le ministère de la Santé ne s’est pas produite pendant la période du confinement ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com