Eric Zemmour retombe comme un soufflé

Le chef du parti d'extrême droite français Reconquete ! Eric Zemmour prononce un discours à Paris, le 7 mai 2022. (Photo, AFP)
Le chef du parti d'extrême droite français Reconquete ! Eric Zemmour prononce un discours à Paris, le 7 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

Eric Zemmour retombe comme un soufflé

  • «Je serai au second tour. Ensuite, je serai soit président de la République, soit leader de l'opposition», clamait encore Eric Zemmour début avril
  • Seule nouveauté de la course à l'Elysée, l'ancien éditorialiste du Figaro et de CNews a suscité un immense intérêt médiatique, attisé par ses multiples provocations

PARIS: L'échec du parti d'extrême droite Reconquête! aux législatives est surtout celui de son chef de file Eric Zemmour: candidat surprise à l'élection présidentielle dont il fut la vedette, il termine en candidat défait, dès le premier tour, dans le Var.

Seule nouveauté de la course à l'Elysée, l'ancien éditorialiste du Figaro et de CNews a suscité un immense intérêt médiatique, attisé par ses multiples provocations.

"Je serai au second tour. Ensuite, je serai soit président de la République, soit leader de l'opposition", clamait encore Eric Zemmour début avril, en répétant que sa rivale Marine Le Pen n'avait "aucune chance" de l'emporter face à Emmanuel Macron.

Mais après avoir frôlé puis dépassé à l'automne la candidate RN dans les sondages, réuni des milliers de partisans dans ses meetings volcaniques, le candidat identitaire de 63 ans est retombé sur terre en terminant avec 7,07% des voix, quand Marine Le Pen en récoltait 23,15% et se qualifiait pour le second tour.

Ses ambitions aux législatives ont aussi été stoppées net dès le premier tour dimanche.

Lui-même a été éliminé dans la 4e circonscription du Var, où il a réuni 23,19% des voix, à seulement 1,5 point derrière le candidat RN. Au niveau national, Reconquête! a réuni 4,24% des voix, contre 18,68% pour le RN.

Eric Zemmour ne reviendra pas sur CNews et le Figaro, selon son entourage

Eric Zemmour ne retravaillera pas comme éditorialiste pour CNews ou le Figaro, a indiqué son entourage lundi, confirmant des propos de la journaliste Christine Kelly. 

"Éric Zemmour souhaite continuer le combat politique au sein de son parti Reconquête dont il est président", a déclaré son entourage, précisant qu'un retour chez ses anciens employeurs n'était "pas dans ses projets". 

Invitée du "Buzz TV", une émission en ligne du Figaro, la présentatrice de l'émission de CNews "Face à l'info", Christine Kelly, a la première réfuté un éventuel retour à l'antenne de son ancien chroniqueur vedette. 

"Il avait toujours dit qu'il passerait à autre chose", a-t-elle expliqué, répondant à la question d'un internaute. "Cela fait neuf mois qu'il a quitté l'antenne avec nous, six mois qu'il est candidat, maintenant il est passé à autre chose", a-t-elle ajouté. 

"Là, il commence seulement sa vie en tant qu'homme politique (...) tout peut arriver mais ce n'est pas prévu", a-t-elle ajouté. 

Locomotive des audiences de CNews depuis 2019, le polémiste d'extrême droite a été écarté de l'émission "Face à l'info" en septembre 2021 en raison du décompte de son temps de parole alors imposé par le CSA, qui l'a considéré comme une personnalité politique avant l'officialisation de sa candidature à la présidentielle, fin novembre. 

En septembre, l'ancien journaliste avait annoncé l'arrêt de ses chroniques pour le Figaro et le Figaro Magazine le temps de la promotion de son livre, "La France n'a pas dit son dernier mot". 

«Impasse»

Ses principaux lieutenants, dont les visages tapissaient toutes les affiches Reconquête! en France, ont aussi chuté dès dimanche, comme l'ancien numéro deux de LR Guillaume Peltier, député sortant dans le Loir-et-Cher, ou l'animateur de la branche jeunesse de Reconquête!, Stanislas Rigault, dans le Vaucluse, qui avait comme suppléante l'ancienne députée FN Marion Maréchal.

Deux anciens cadres identitaires candidats dans les Alpes maritimes, Damien Rieu et le dissident RN Philippe Vardon, allié à Reconquête!, ont également raté leur qualification.

"La stratégie d'Éric Zemmour est une impasse parce qu'elle est caricaturale, brutale", a estimé lundi Jordan Bardella.

"Les ralliés du RN vers Reconquête!, c'est-à-dire en fait 10 personnes, ont eu zéro impact", selon le président par intérim du RN qui reproche à M. Zemmour "d'avoir totalement omis le quotidien des Français et l'inquiétude des fins de mois", en ne parlant que de la "fin de la France".

M. Zemmour a essentiellement fait campagne sur la théorie complotiste du "grand remplacement" des populations européennes par une population d'origine étrangère ou à dire que l'islam et l'islamisme, "c'est la même chose".

Reconquête! n'a pas empêché le RN de se qualifier "dans des circonscriptions gagnables", selon M. Bardella, même si Marine Le Pen avait refusé tout accord avec Eric Zemmour aux législatives.

Loin de l'entraver, M. Zemmour a aussi "aidé le RN à paraître recentré" par sa "radicalité idéologique" tout en lui apportant un réservoir de voix, analyse le politologue Jean-Yves Camus.

«Construire»

Reconquête! a aussi "permis de clarifier le paysage interne au RN" où plusieurs responsables, comme l'eurodéputé Nicolas Bay, étaient déjà sur le départ, note M. Camus.

L'objectif reste désormais la structuration de Reconquête! en mouvement politique durable, pour le mener jusqu'aux élections européennes de 2024, où il a davantage de chances, en raison du scrutin proportionnel, d'obtenir des élus.

"On a installé une nouvelle force politique" d'environ 130 000 adhérents revendiqués, mais "il faut tout construire", assurait avant le premier tour, Nicolas Bay.

"Un mouvement est né il y a six mois. Il a déjà rencontré mille obstacles, traversé mille épreuves. Il a tenu bon et s'est installé partout en France. (...) La Reconquête restera un devoir. En avant!", a tweeté dimanche soir Eric Zemmour.

"En voyant l'extrême gauche de Mélenchon et le centre gauche de Macron dominer très largement l'élection, je me dis que nous avons un grand travail de construction à mener", a estimé lundi Marion Maréchal, qui ne s'était pas présentée pour cause de grossesse et a donné naissance, vendredi, à une deuxième fille, prénommée Clotilde.

Pour ce faire, le jeune parti peut déjà compter, avec les 964.868 voix engrangées dimanche, sur 1,582 million d'euros d'argent public chaque année, puisque chaque voix gagnée donne droit à 1,64 euro par an.


Présidence de LR: Eric Ciotti et Bruno Retailleau s'affronteront au second tour

Le candidat à la présidence du parti français LR Eric Ciotti (Photo, AFP).
Le candidat à la présidence du parti français LR Eric Ciotti (Photo, AFP).
Short Url
  • Le député des Alpes-maritimes Éric Ciotti a récolté 42,73% des voix contre 34,45% pour le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau
  • Les Républicains sont courtisés par la macronie et par l'extreme droite

PARIS : Eric Ciotti ou Bruno Retailleau? il faudra attendre dimanche prochain pour connaître le nom du prochain président des Républicains, le premier tour de l'élection interne n'ayant pu trancher entre les deux élus au message clairement à droite.

Le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti a récolté 42,73% des voix au premier tour, contre 34,45% pour le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau. Le député du Lot Aurélien Pradié est lui arrivé troisième avec 22,29% des voix. La participation a atteint 72,67%, un niveau qualifié de "remarquable" par la présidente de LR par interim Annie Genevard.

"Dès ce soir, la compétition est rouverte", a-t-elle ajouté à l'issue d'un point presse au siège du parti.

Signe de cette course relancée, les soutiens des deux finalistes ont bruyamment accueilli leur champions à leur arrivée au siège, aux cris de "Bruno, président!" ou "Eric président!" et sous un tonnerre d'applaudissements.

Premier à prendre la parole, Eric Ciotti s'est dit "empli de joie, de confiance, d'espérance pour aborder la victoire au second tour", dans un esprit "de rassemblement".

Reprenant son message de fermeté, il a promis d'être "le candidat de l'unité, du rassemblement, sur une ligne de clarté" avec "trois piliers porteurs" autour de "l'autorité", "l'identité pour que la France reste la France" et "la liberté".

Alors que Les Républicains sont courtisés par la macronie et par l'extreme droite, il a insisté  sur "l'indépendance de notre famille politique".

L'issue de ce scrutin, déclenché par la démission de Christian Jacob en juin, était plus incertaine qu'en 2019, lorsque le précédent président avait été élu dès le premier tour avec 63% des voix.

"On nous disait doctement il y a quelques jours que tout serait déjà joué", a ironisé Bruno Retailleau. "Un peu plus de 5.000 voix me séparent du score d'Eric Ciotti, au contraire, tout est jouable", a-t-il ajouté.

Rassemblement

Eric Ciotti, patron de la puissante fédération des Alpes-Maritimes (près de 9.000 adhérents surles 91.000 que compte LR), faisait en effet figure de favori. A 43%, il améliore son score de la primaire de l'an dernier, où il avait fait 39% face à Valérie Pécresse, sans toutefois parvenir à s'imposer dès le premier tour.

Le sénateur de Vendée, parti avec le soutien de nombreux élus, a promis s'il devenait président de LR de consacrer "toute (son) énergie à rassembler notre famille politique qui trop souvent a été divisée".

"Je serai le candidat du renouvellement, de la rupture, du rassemblement" sur une ligne "clairement de droite", a-t-il ajouté.

"C'est une question de survie: il nous faudra construire ce grand parti populaire, patriote", a-t-il ajouté, alors que LR est tombé à 4,8% à la dernière présidentielle, et s'interroge sur la direction à adopter.

Tous deux ont lancé un remerciement appuyé à Aurélien Pradié.

Eric Ciotti, qui avait tenu une réunion commune avec le député du Lot mardi, dernier, a rendu hommage à "une très belle campagne tournée vers le renouvellement" et promis "plus que jamais à faire le pari de cette jeunesse qui doit incarner l'espoir de notre famille politque".

Il a "fait une très belle campagne" avec "beaucoup d'engagement, de panache, d"enthousiasme" avec "un excellent score", a estimé Bruno Retailleau, malgré ses relations notoirement médiocres avec le député du Lot.

Car avec 22% des voix, ses électeurs s'avèreront décisifs au second tour.

Ironique, Aurélien Pradié a remercié ses concurrents "pour toute l'attention qu'ils me portent désormais, les mots d'encouragement, presque d'amour qu'ils expriment depuis quelques heures"

"Je ne suis pas homme à marchander" mais "je veux que mes combats soient entendus", a-t-il ajouté, assurant qu'il allait "tout faire pour que notre famille politique, dans une semaine, soit absolument rassemblée".


Un sommet régional en Jordanie avec Macron «avant la fin de l'année», selon l'Elysée

M. Macron et M. Al-Soudani «ont partagé leur préoccupation sur la montée des tensions», a précisé la présidence (Photo, AFP).
M. Macron et M. Al-Soudani «ont partagé leur préoccupation sur la montée des tensions», a précisé la présidence (Photo, AFP).
Short Url
  • Dimanche, M. Macron, qui a invité M. Al-Soudani en France «au début de l'année 2023», «a rappelé une nouvelle fois que l’Irak pouvait compter sur le soutien de la France»
  • Mi-novembre, le chef de l'Etat français avait aussi dit espérer «réussir à tenir une conférence de Bagdad avec tous les pays voisins»

PARIS: Un sommet régional, qui doit réunir l'Irak, les pays voisins et la France, se tiendra en Jordanie "avant la fin de l'année", a annoncé dimanche l'Elysée, dans un contexte de tensions multiples avec l'Iran et la Turquie.

La confirmation de cette conférence, qui s'était tenue pour la première fois dans ce format à Bagdad en août 2021, est intervenue après un entretien téléphonique dimanche entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre irakien Mohammed Chia Al-Soudani.

"Dans les suites de leur entretien du 27 novembre, les deux dirigeants sont convenus de poursuivre, de concert avec la Jordanie, la préparation du prochain sommet en format de +Bagdad+ qui reunira à Amman les principaux dirigeants de la région ainsi que le président de la République avant la fin de l'année", a indiqué l'Elysée dans un communiqué, sans détailler pour l'heure la liste des participants.

M. Macron et M. Al-Soudani "ont partagé leur préoccupation sur la montée des tensions", a précisé la présidence, alors que l'Irak, comme la Syrie, ont essuyé une série de raids aériens turcs contre des positions de combattants kurdes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussi évoqué récemment le possible lancement d'une "opération terrestre" en Syrie, après l'attentat survenu le 13 novembre à Istanbul, aussitôt attribué par Ankara aux combattants kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et des YPG (Unités de protection du peuple).

Parallèlement, l'Iran a également lancé dernièrement une série de frappes de missiles et de drones contre des groupes d'opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan d'Irak voisin.

Dimanche, M. Macron, qui a invité M. Al-Soudani en France "au début de l'année 2023", "a rappelé une nouvelle fois que l’Irak pouvait compter sur le soutien de la France face aux menaces et aux atteintes contre sa souveraineté et sa stabilité ainsi que dans sa lutte contre le terrorisme".

Mi-novembre, le chef de l'Etat français avait aussi dit espérer "réussir à tenir, en fin d'année, une conférence de Bagdad avec tous les pays voisins et une représentation de l'Iran".


En Nouvelle-Calédonie, Gérald Darmanin renoue un dialogue qui reste à concrétiser

Le ministre français de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin assiste à l'inauguration de la nouvelle brigade territoriale autonome Saint-Michel, au Mont-Dore, en Nouvelle-Calédonie, le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin assiste à l'inauguration de la nouvelle brigade territoriale autonome Saint-Michel, au Mont-Dore, en Nouvelle-Calédonie, le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Toute la semaine, Gérald Darmanin a donc multiplié les contacts avec les indépendantistes pour les convaincre de revenir à la table des discussions
  • M. Darmanin a ainsi accepté la proposition indépendantiste de réunions bilatérales en février 2023

NOUMEA: Au terme de sept jours de visite, Gérald Darmanin a quitté dimanche la Nouvelle-Calédonie sur la promesse de nouveaux échanges apaisés avec les indépendantistes, mais le calendrier des discussions sur le statut du territoire reste à définir.

La mission du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer était ardue: renouer avec les partisans de l'indépendance du territoire du Pacifique-Sud, tout en ménageant le camp loyaliste favorable au maintien de la souveraineté française.

Depuis plus d'un an, le dialogue était rompu avec le Front de libération kanak socialiste (FLNKS), qui fédère une bonne partie des indépendantistes. Le mouvement avait notamment boudé une rencontre prévue en octobre à Paris pour définir les modalités des discussions sur le futur statut du territoire.

Trois référendums ont rejeté l'indépendance mais la légitimité du dernier, organisée en décembre 2021 en pleine épidémie de Covid, a été vivement contestée par le FLNKS.

Toute la semaine, Gérald Darmanin a donc multiplié les contacts avec les indépendantistes pour les convaincre de revenir à la table des discussions. Objectif atteint.

Si le vice-président de l'Union calédonienne (UC), principale composante du FLNKS, Gilbert Tyuiénon, a redit au ministre "l'humiliation pour le peuple kanak" qu'avait constitué le maintien du référendum du 12 décembre, il a confié avoir été "agréablement surpris" par leurs échanges.

M. Darmanin a ainsi accepté la proposition indépendantiste de réunions bilatérales en février 2023, après le congrès du FLNKS.

"Je n'accélérerai pas la cadence", a-t-il promis vendredi lors d'un entretien aux médias locaux. "C'est dans quelques semaines, je crois que la paix vaut bien d'attendre quelques semaines".

«Temps du dialogue»

Un geste apprécié des indépendantistes à double titre.

D'abord parce que le congrès du FLNKS doit leur permettre de parler d'une seule voix face à l'Etat. Ensuite parce que les réunions bilatérales, notamment sur la décolonisation et le droit à l'autodétermination, signent de facto le report des négociations sur le futur statut du territoire.

"Il fallait que l'on discute du calendrier, que l'on valide ou pas la tenue de ces bilatérales", a souligné M. Tyuiénon dimanche sur la chaîne Nouvelle-Calédonie la 1ère. "Nous sommes toujours dans le temps du dialogue", a-t-il souligné.

Le camp loyaliste voulait pourtant aller plus vite, pour arriver à un référendum portant sur le nouveau statut dès 2023.

Les partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France s'en sont pourtant accommodé. “On a un ministre qui est à l'écoute", s'est réjoui auprès de l'AFP le député Renaissance Nicolas Metzdorf, "un ministre qui essaie de comprendre".

Gérald Darmanin a également évacué l'épineuse question du corps électoral pour les élections provinciales, dont les arrivants les plus récents et leurs descendants sont exclus.

Tout en reconnaissant que ce corps avait vocation à évoluer, il a fait savoir que le sujet ne serait pas abordé dans l'immédiat.

Le ministre des Outre-mer a laissé entendre qu'il pourrait revenir en Nouvelle-Calédonie dès février.

D'ici là, les échanges devraient se poursuivre.

Gérald Darmanin a profité de sa visite pour installer un des huit groupes de travail validés en octobre à Paris, celui sur le foncier. Celui sur l'avenir institutionnel a été reporté mais celui sur le secteur du nickel, vital pour l'économie de la Nouvelle-Calédonie, débutera à Paris dans les semaines à venir, sans l'Union calédonienne (UC) toutefois.