En Ukraine, le combat d'un député géorgien contre l'«ennemi commun»

Le député géorgien Aleko Elisachvili assiste à une session parlementaire à Tbilissi le 27 mai 2022 (Photo, AFP).
Le député géorgien Aleko Elisachvili assiste à une session parlementaire à Tbilissi le 27 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 juin 2022

En Ukraine, le combat d'un député géorgien contre l'«ennemi commun»

  • Comme le député, des centaines d'habitants de cette ex-république soviétique du Caucase ont rejoint l'Ukraine comme volontaires pour combattre au sein de la Légion étrangère ukrainienne et de la Légion géorgienne
  • Leur motivation s'explique en grande partie par l'histoire compliquée des relations entre la Russie et la Géorgie

TBILISSI: Lorsque Moscou a lancé son offensive contre l'Ukraine, le député géorgien Aleko Elisachvili n'a pas hésité: il est monté dans un avion et quelques jours plus tard, il affrontait les forces russes près de Kiev.

"Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme (du président russe Vladimir) Poutine", déclare à l'AFP M. Elisachvili dans son bureau du parlement géorgien, où il a accroché un drapeau ukrainien.

Après une première guerre entre Moscou et Tbilissi en 2008, "la probabilité que la Russie attaque à nouveau la Géorgie est très élevée", estime l'élu de 44 ans.

"Il est donc encore plus important pour nous que la Russie soit battue en Ukraine. C'est pour cela que de nombreux Géorgiens y combattent actuellement", dit-il.

Comme le député, des centaines d'habitants de cette ex-république soviétique du Caucase ont rejoint l'Ukraine comme volontaires pour combattre au sein de la Légion étrangère ukrainienne et de la Légion géorgienne, des unités intégrées à l'armée régulière de Kiev.

Leur motivation s'explique en grande partie par l'histoire compliquée des relations entre la Russie et la Géorgie, et des aspirations pro-occidentales de Kiev comme de Tbilissi.

Annexée à deux reprises par la Russie, en 1801 et en 1921, la Géorgie a aussi été envahie en 2008 par les troupes russes lors d'une brève guerre de cinq jours qui a fait environ 700 morts. La Russie soutient aussi en Géorgie deux territoires séparatistes.

«Le sort de la Géorgie»

Selon Mamouka Mamoulachvili, commandant de la Légion géorgienne des forces armées ukrainiennes, jusqu'à un millier de Géorgiens se sont rendus en Ukraine et au moins 13 d'entre eux ont été tués.

"Le sort de la Géorgie est en train de se jouer en Ukraine. Si l'Ukraine tombe, (...) c'est l'existence même de la Géorgie qui sera sérieusement menacée", déclare-t-il à l'AFP lors d'un entretien téléphonique.

M. Elisachvili s'est battu en Ukraine pendant une quarantaine de jours au sein d'une unité de reconnaissance de la Légion étrangère ukrainienne, qui réunit des centaines de membres de nationalités différentes.

Il a notamment connu le feu à Irpine, dans la banlieue ouest de Kiev, où il a passé quatre jours dans un immeuble endommagé sur la ligne de front et dit avoir été témoin de "crimes de guerre" commis selon lui par les forces russes.

"Les troupes russes étaient déployées de l'autre côté de la rue. Un sniper russe tuait les passants, des civils. J'ai vu plusieurs civils tués dans une voiture, toute une famille", témoigne-t-il.

La bataille a débuté le 27 février, trois jours après le début de l'invasion et alors que les Russes menaient une offensive d'envergure sur Kiev. Les forces de Moscou se sont emparées d'une partie d'Irpine, avant d'être repoussés par les Ukrainiens, qui ont repris le contrôle total de cette ville le 28 mars.

"Je n'ai jamais vu des gens plus motivés que les Ukrainiens, parce qu'ils savent très bien pourquoi ils se battent: pour protéger leur patrie, leur famille", dit M. Elisachvili.

«Erreur stratégique»

A son retour à Tbilissi, M. Elisachvili a repris son siège au Parlement, où il dirige un petit parti centriste d'opposition.

Bien qu'accusé de tendances pro-russes par certains opposants, le gouvernement géorgien se dit pro-occidental et a dénoncé l'invasion de l'Ukraine. Mais il a évité de s'en prendre trop durement au Kremlin.

Pour M. Elisachvili, il faut désormais que les Etats-Unis et les pays européens augmentent les livraisons d'armes à Kiev.

Il estime que l'Occident a commis une "erreur stratégique" en ne faisant pas entrer la Géorgie et l'Ukraine dans l'Otan, de peur de fâcher Moscou.

"Cette guerre ne serait pas arrivée si l'Ukraine avait été membre de l'Otan. Poutine n'aurait jamais osé attaquer un membre de l'Otan", affirme-t-il.

Il pense que "Poutine ne s'arrêtera pas, de même qu'Hitler ne s'est pas arrêté avant d'être défait", jugeant que la Pologne et les pays baltes pourraient être ciblés.

Pour  lui, si la Russie "n'est pas défaite en Ukraine, (...) elle restera une menace permanente pour la paix mondiale".


La pierre tombale d'Elizabeth II officiellement dévoilée

La pierre fraîchement gravée porte les noms de la reine, du duc d'Édimbourg et des parents de la reine. (Crédit : ROYAL COLLECTION TRUST/DEAN AND CANONS OF WINDSOR)
La pierre fraîchement gravée porte les noms de la reine, du duc d'Édimbourg et des parents de la reine. (Crédit : ROYAL COLLECTION TRUST/DEAN AND CANONS OF WINDSOR)
Short Url
  • La nouvelle pierre porte, comme c'était déjà le cas auparavant, les noms des parents de la reine - le précédent roi et la reine mère Elizabeth - et désormais de la souveraine inhumée lundi et de son époux Philip
  • Décédée le 8 septembre à l'âge de 96 ans, après plus de 70 ans de règne, un record au Royaume-Uni, Elizabeth II a été inhumée lundi lors de somptueuses funérailles d'Etat

LONDRES : La pierre tombale de la reine Elizabeth II a été officiellement dévoilée samedi, avec la publication d'une photo par le palais de Buckingham, cinq jours après son inhumation à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor.

Située plus précisément au mémorial George VI, père d'Elizabeth II mort en 1952, la nouvelle pierre porte, comme c'était déjà le cas auparavant, les noms des parents de la reine - le précédent roi et la reine mère Elizabeth (1900-2002) - et désormais de la souveraine inhumée lundi et de son époux Philip (1921-2021).

La dalle, dont des images étaient déjà apparues sur les réseaux sociaux, est faite de marbre noir belge sculpté à la main, incrustée de lettres en laiton, "pour s'harmoniser avec la pierre précédemment installée dans la chapelle", selon le palais de Buckingham.

Décédée le 8 septembre à l'âge de 96 ans, après plus de 70 ans de règne, un record au Royaume-Uni, Elizabeth II a été inhumée lundi lors de somptueuses funérailles d'Etat.

Elle repose désormais à la chapelle Saint-Georges, ou, outre les cercueils de ses parents et son époux, reposent également les cendres de sa soeur Margaret.

Vendredi, le palais avait publié une photo du roi Charles au travail, avec une fameuse boîte rouge qui sert pour les communications de documents officiels.


A l'ONU, le Mali s'en prend violemment à la France

Le colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim du Mali, s'en est violemment pris samedi à la tribune de l'ONU au gouvernement français. (AFP)
Le colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim du Mali, s'en est violemment pris samedi à la tribune de l'ONU au gouvernement français. (AFP)
Short Url
  • Evoquant le retrait des militaires français de la force Barkhane du Mali, Maïga a estimé lors de son discours que le Mali avait été «poignardé dans le dos par les autorités françaises»
  • Accusant la France de «pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde», il a en revanche salué «les relations de coopération exemplaire et fructueuse entre le Mali et la Russie»

NATIONS UNIES: Le colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim du Mali, s'en est violemment pris samedi à la tribune de l'ONU au gouvernement français, qu'il a qualifié de "junte", ainsi qu'à plusieurs responsables africains et au secrétaire général de l'ONU.

Evoquant le retrait des militaires français de la force Barkhane du Mali, il a estimé lors de son discours à l'Assemblée générale des Nations unies que le Mali avait été "poignardé dans le dos par les autorités françaises".

"Les autorités françaises, profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles et trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des lumières, se sont transformées en une junte au service de l'obscurantisme", a déclaré, trois fois, le colonel Maïga désigné Premier ministre par intérim en août par le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta.

Accusant la France de "pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde", il a en revanche salué "les relations de coopération exemplaire et fructueuse entre le Mali et la Russie".

Le Premier ministre par intérim a rejeté les déclarations du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui a affirmé, il y a quelques jours lors d'une interview à RFI et France 24, que les 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis début juillet n'étaient pas des "mercenaires", contredisant les accusations de Bamako.

"Souffrez que je vous exprime mon profond désaccord suite à votre récente sortie médiatique", a lancé le colonel, qualifiant l'affaire de "bilatérale et judiciaire".

Alors que cette affaire a tourné à la crise diplomatique entre les deux pays voisins, il a estimé que cela "ne (relevait) pas des attributions du secrétaire général des Nations unies".

"M. le secrétaire général, le Mali tirera toutes les conséquences de droit de vos agissements", a-t-il ajouté, avant de répéter sa demande d'une réforme de la force de maintien de la paix de l'ONU au Mali, la Minusma, en cours de revue par l'ONU.

Le colonel Maïga a également vertement critiqué plusieurs responsables africains, comme le président nigérien Mohamed Bazoum, qu'il a accusé de ne pas être nigérien, ou le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, en décrivant la "manoeuvre" permettant à un président de "conserver le pouvoir pour lui seul et son clan" en changeant la Constitution pour obtenir un troisième mandat.

Il a également accusé le président en exercice de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo, de "mimétisme" des Nations unies.

"Il est important de lui préciser que le secrétaire général des Nations unies n'est pas un chef d'Etat et le président en exercice de la Cédéao n’est pas un fonctionnaire. Par conséquent, il serait indiqué qu'il ne banalise pas la Cédéao", a-t-il déclaré.


Le pape signe avec les jeunes un pacte pour «une économie de paix»

Le pape François salue son départ après avoir assisté à l'événement Economy of Francesco (EoF) le 24 septembre 2022 à Assise, dans le centre de l'Italie. (AFP)
Le pape François salue son départ après avoir assisté à l'événement Economy of Francesco (EoF) le 24 septembre 2022 à Assise, dans le centre de l'Italie. (AFP)
Short Url
  • «Une nouvelle économie, inspirée par François d'Assise, peut et doit être aujourd'hui une économie respectueuse de la terre et une économie de paix», a déclaré le pape
  • Ces jeunes, économistes, étudiants, entrepreneurs et travailleurs veulent aussi «une économie qui combat la misère sous toutes ses formes (...) qui crée de la richesse pour tous», selon un communiqué du Vatican

ASSISE: Le pape François a signé samedi à Assise, dans le centre de l'Italie, un pacte avec des jeunes venus du monde entier visant à construire "une économie de paix et non de guerre", ont constaté des journalistes de l'AFP.

Dans ce pacte signé par environ un millier de jeunes venus d'une centaine de pays pour participer à une réunion de trois jours intitulée "The Economy of Francesco", ils s'engagent à construire une économie "au service de la personne, des familles et de la vie, respectueuse de chaque femme, homme, enfant, personne âgée et surtout des plus fragiles et vulnérables".

Ces jeunes, économistes, étudiants, entrepreneurs et travailleurs veulent aussi "une économie qui combat la misère sous toutes ses formes (...) qui crée de la richesse pour tous", selon un communiqué du Vatican.

"Notre génération vous a légué de nombreuses richesses, mais nous n'avons pas su préserver la planète et nous ne préservons pas la paix. Vous êtes appelés à devenir des artisans et des bâtisseurs de la maison commune, une maison commune qui tombe en ruine", a déclaré le pape François aux jeunes avant la signature de ce pacte.

"Une nouvelle économie, inspirée par François d'Assise, peut et doit être aujourd'hui une économie respectueuse de la terre et une économie de paix", a-t-il ajouté.

"La situation est telle que nous ne pouvons pas attendre le prochain sommet international, qui peut-être ne servira pas: la terre brûle aujourd'hui, et c'est aujourd'hui que nous devons changer, à tous les niveaux", a conclu le pape argentin avant de regagner le Vatican en hélicoptère.