Amnesty dénonce le «silence» mondial sur la situation dans les territoires palestiniens

Un drapeau palestinien flotte sur les ruines de maisons détruites par les frappes aériennes israéliennes, dans la bande de Gaza, le 25 mai 2021 (Photo, Reuters).
Un drapeau palestinien flotte sur les ruines de maisons détruites par les frappes aériennes israéliennes, dans la bande de Gaza, le 25 mai 2021 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Samedi 18 juin 2022

Amnesty dénonce le «silence» mondial sur la situation dans les territoires palestiniens

  • «La politique d'apartheid d'Israël est imposée à tous les Palestiniens sur le territoire qu'il contrôle»
  • Incapable de se battre sur le fond, le gouvernement israélien «se bat en calomniant»

LONDRES: Amnesty International a critiqué le manque de volonté dans le monde de discuter de la situation au sein des territoires palestiniens occupés.
Rebondissant sur les affirmations d'un rapport d'Amnesty publié en février, selon lequel Israël s'est engagé dans une politique d'apartheid à l'encontre du peuple palestinien, la secrétaire générale Agnès Callamard a estimé que «la peur empêche de parler» de la situation.
«Cette recherche a duré quatre ans, elle a été menée sur le terrain, dans le domaine juridique, et a fait l'objet d'un examen par les pairs», a souligné Callamard lors d'un événement organisé à Londres cette semaine.
Elle a signalé que «la fragmentation, la ségrégation et le contrôle du territoire, la dépossession des terres et des biens, et le déni des droits - ces caractéristiques de l'apartheid se retrouvent dans toutes les régions, ce qui montre que la politique d'apartheid d'Israël est imposée à tous les Palestiniens sur le territoire qu'il contrôle».
«En énonçant les termes, d'apartheid et de crimes contre l'humanité, nous exposons le problème, nous crevons l'abcès et nous espérons une guérison», a ajouté Callamard.
En accord avec ce dernier, le directeur du groupe israélien de défense des droits de l'homme B'Tselem, Hagai El-Ad, a affirmé «qu'il existe un régime unique du fleuve à la mer et que ce régime n’est que l'apartheid».
El-Ad a averti que, incapable de se battre sur le fond, le gouvernement israélien «se bat à l'aide de calomnies».
Il a ajouté qu'admettre que le régime israélien est fondamentalement construit autour d'une politique d'apartheid donnerait aux Palstiniens «une chance de se battre contre l'injustice et d'y mettre fin».
Callamard a souligné que le système de contrôle exercé par Israël n'était pas appliqué uniformément dans toutes les zones palestiniennes sous son contrôle, mais que son régime juridique était conçu pour stratifier et créer des frontières entre les communautés palestiniennes.
Cela visait non seulement à réduire les liens entre les groupes mais aussi à affaiblir toute dissidence contre le système, a-t-elle ajouté.
«En tant que système, il est cruel et empêche l'espoir d'une manière que j'ai rarement vue partout ailleurs où j'ai été, et c'est peut-être l'acte de cruauté le plus ultime, celui d'ôter aux générations futures l'idée que la vie peut être belle», a poursuivi Callamard.
«Pour cette raison, nous mettons l'accent sur la communauté internationale, car elle a une grande responsabilité et doit agir», a-t-elle signalé.
Se félicitant de la reconnaissance de l'apartheid israélien par Amnesty, le directeur du Centre palestinien pour les droits de l'homme, Raji Sourani, a décrit le désaveu de la réalité des Palestiniens par les États européens comme quelque chose qu'il ne pouvait pas comprendre.
«La réalité sur le terrain est niée par 29 États européens, avec ses valeurs et ses normes et son éthique. Je n’arrive pas à digérer cette réaction européenne», a révélé Sourani au panel.
Sourani a ajouté que «cela est élaboré pour induire en erreur, couvrir et blanchir un crime. Un crime qui est évident, clair et très bien documenté et l'Europe agissant comme s'il n'y avait pas de leçon à tirer de ce qui s'est passé en Afrique du Sud».
Mentionnant que la Palestine n'a pas inventé le droit humanitaire international, Sourani a insisté qu’Amnesty épuiserait néanmoins toutes ses options juridiques pour démontrer qu'Israël a des obligations légales.
«Un jour, nous vaincrons, nous sommes forts», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial: Messi, le rêve tient toujours

L'attaquant argentin Lionel Messi réagit au coup de sifflet final du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre l'Argentine et le Mexique au stade Lusail de Lusail, au nord de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
L'attaquant argentin Lionel Messi réagit au coup de sifflet final du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre l'Argentine et le Mexique au stade Lusail de Lusail, au nord de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avec son but à l'heure de jeu, après avoir été servi dans l'axe par Angel Di Maria, Messi a permis à l'Argentine de souffler
  • Muselé par la lourde défense mexicaine, abandonné par ses coéquipiers... Messi a tout donné samedi soir

DOHA: Son rêve mondial tient toujours: grâce à sa frappe croisée du gauche (64e), Messi a tracé le chemin de la victoire de l'Argentine samedi face au Mexique (2-0), et permet à tout un pays de croire encore au sacre en Coupe du monde, le seul trophée qui échappe au maître à jouer.

Les poings serrés devant lui, le visage tendu, les sourcils froncés par l'effort et la concentration, et ces mots : "Vamos, vamos !" (allez, allez !). En allant célébrer son but auprès du virage ciel et blanc, Messi a fait exploser de joie les dizaines de milliers de supporters argentins présents au Stade Lusail samedi soir, et les millions de fans qui l'attendaient au tournant dans le monde entier.

Avec son but à l'heure de jeu, après avoir été servi dans l'axe par Angel Di Maria, Messi a permis à l'Argentine de souffler. Surprise 2 à 1 par l'Arabie saoudite en ouverture, l'Albiceleste devait battre la "Tri" samedi pour s'ouvrir la voie à une qualification pour les huitièmes de finale, avant le troisième match contre la Pologne de Robert Lewandowksi mercredi (20h00).

Et le bijou d'Enzo Fernandez, n'a fait qu'adoucir la belle nuit de Messi, qui a été le premier à lui sauter sur le dos pour célébrer, avant de se faire ovationner à coup de "Messi, Messi !".

 Trop seul, trop fort 

Ce sursaut d'orgueil arrive à point nommé pour la "Pulga", (la Puce), après la déroute du premier match. Car jusque-là, son Albiceleste patinait au devant le Mexique, retranché à cinq derrière, et bien décidé à imposer sa présence physique.

Muselé par la lourde défense mexicaine, abandonné par ses coéquipiers... Messi a tout donné samedi soir.

Devant l'incapacité des Argentins de pénétrer dans les trente mètres mexicains, il s'est lui-même chargé de descendre chercher le ballon dans son camp pour le remonter seul.

On l'a vu batailler dans des duels aériens (31e), et même aller au pressing (33e, 45e+2), toujours seul.

En dépit de tous ses efforts, il a parfois lui-même été l'auteur d'approximations. À la demi-heure de jeu (34e), son coup franc latéral a été détourné des deux poings par le gardien mexicain "Memo" Ochoa.

Et avant l'heure de jeu (51e), après avoir été taclé par Erick Gutierrez aux abords de la surface de la "Tri", il n'a pas réussi à ajuster son coup franc, qui est passé largement au-dessus de la barre d'Ochoa.

Il rejoint Maradona

Mais contre le Mexique, Messi avait l'histoire avec lui : son Argentine avait déjà rencontré deux fois la sélection d'Amérique centrale en phase finale d'une Coupe du monde, et à chaque fois, l'Albiceleste s'en était sortie. En 2006 (2-1 a. p.) et en 2010 (3-1), l'Argentine avait renvoyé les Mexicains chez eux au stade des huitièmes de finale.

Et cette année, pour ce qui sera "sans doute" son dernier Mondial, "Leo" n'a pas dit son dernier mot. Refusant de sortir par la petite porte, il a, comme souvent, porté son équipe.

Deux ans après la mort de Diego Maradona, l'héritier du N°10 de la légende argentine a commémoré ce "jour triste", comme l'a qualifié le sélectionneur Lionel Scaloni, en postant une photo de son idole sur Instagram, jeudi soir.

Car un seul petit objet sépare la Pulga de Rosario du "Pibe de Oro" (gamin en or), champion du monde en 1986 avec l'Albiceleste.

Mais avant de rêver à soulever la Coupe du monde le 18 décembre prochain, Messi continue de rejoindre Maradona dans les livres d'histoire : samedi dans un stade comble (88.966 spectateurs), l'attaquant du Paris Saint-Germain a rejoint son idole au rang des Argentins ayant joué le plus de matches (21) de Coupe du monde, avec le même nombre de buts inscrits (huit).


Bélarus: mort du ministre des Affaires étrangères Makeï

Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou
  • Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février

MOSCOU: Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans, a annoncé samedi l'agence Belta de ce pays dont le président Alexandre Loukachenko est un proche allié de Moscou.

Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février. Kiev accuse Moscou de se servir de ce pays comme base arrière logistique et pour mener ses frappes.

"Le ministre des Affaires étrangères bélarusse, Vladimir Makeï, est mort de façon subite", a indiqué Belta en citant son porte-parole Anatoli Glaz.

M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou.

En février, il avait assuré que "pas un seul" soldat russe ne resterait au Bélarus après des manœuvres conjointes avec Moscou à la frontière ukrainienne, quelques semaines avant l'offensive.


La présidente taïwanaise abandonne la tête de son parti après une défaite aux élections locales

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016
  • Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté

TAIPEI: La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a annoncé samedi qu'elle abandonnait ses fonctions à la tête du parti au pouvoir, après une défaite aux élections locales.

Les Taïwanais étaient notamment appelés aux urnes pour les élections municipales et provinciales, un scrutin que Tsai Ing-wen avait qualifié de test pour démontrer "la résilience de Taïwan et se détermination à défendre la liberté et la démocratie", face aux menaces de Pékin.

Mais le PDP a perdu quatre des six principales villes de l'île de 23 millions d'habitants, dont la capitale Taipei.

"Les résultats des élections ne sont pas ceux que nous attendions (...). J'en endosse toute la responsabilité et je démissionne immédiatement de la présidence du Parti démocratique progressiste (PDP)", a-t-elle déclaré à des journalistes.

"Mais nous n'avons pas le temps de nous attrister, nous devons nous relever (...) pour faire face aux défis de la situation internationale actuelle et de l'avenir", a-t-elle ajouté.

Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016.

Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté.

Enjeux locaux

Après avoir tourné la page de décennies de loi martiale en 1987, Taïwan est devenue l'une des démocraties les plus dynamiques et progressistes d'Asie. De quoi inquiéter la Chine voisine, qui considère l'île comme faisant partie de son territoire et qui a juré d'en reprendre le contrôle, par la force si nécessaire.

Depuis l'arrivée de la présidente Tsai Ing-wen au pouvoir, dont le parti considère Taïwan comme une nation souveraine de facto, Pékin a coupé les communications officielles avec l'île, intensifié ses exercices militaires, durci les pressions économiques et arraché à Taïwan sept de ses alliés diplomatiques.

Les tensions entre Taipei et Pékin ont atteint leur niveau le plus élevé en août, après la visite de Nancy Pelosi - figure politique américaine - à laquelle Pékin a rétorqué par de gigantesques manoeuvres militaires.

Mais la menace d'un conflit n'a pas pesé sur les préoccupations lors de ce scrutin, où des thématiques locales ont principalement été abordées.

L'opposition est dominée par le parti du Kuomintang plus favorable à un rapprochement avec la Chine, qui a promis samedi de "travailler dur pour maintenir la paix dans la région" et de se préparer à remporter la prochaine présidentielle, en 2024.

"Les relations avec la Chine n'étaient pas vraiment à l'ordre du jour des élections cette année, mais elles le seront en 2024", a jugé Sung Wen-ti, un enseignant de l'Australian National University, spécialiste de Taïwan, interrogé par l'AFP.

Tsai Ing-wen avait déjà démissionné de la présidence du PDP en 2018, après une défaite lors des élections locales, avant de remporter une large victoire à la présidentielle de 2020.