L'Arabie saoudite et DP World: accord de 133 millions de dollars pour le plus grand centre logistique de la région à Djeddah

Le géant danois du transport maritime Maersk a passé l'an dernier un accord avec Mawani pour que soit créé un parc logistique intégré dans le Port islamique de Djeddah. (Photo fournie)
Le géant danois du transport maritime Maersk a passé l'an dernier un accord avec Mawani pour que soit créé un parc logistique intégré dans le Port islamique de Djeddah. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 20 juin 2022

L'Arabie saoudite et DP World: accord de 133 millions de dollars pour le plus grand centre logistique de la région à Djeddah

  • L'Autorité saoudienne des ports a signé un accord d'un montant de 500 millions de riyals saoudiens, soit 133 millions de dollars (1 dollar = 0,95 euro) avec DP World
  • Le géant danois du transport maritime Maersk a passé l'an dernier un accord avec Mawani pour que soit créé un parc logistique intégré dans le Port islamique de Djeddah

DJEDDAH: L'Autorité saoudienne des ports, connue sous le nom de «Mawani», a signé un accord d'un montant de 500 millions de riyals saoudiens (SAR), soit 133 millions de dollars (1 dollar = 0,95 euro) avec DP World (société de participation qui appartient au gouvernement de Dubaï, aux Émirats arabes unis, et troisième exploitant portuaire mondial, NDRL). Cet accord porte sur la construction d'un nouveau parc logistique intelligent entièrement intégré au Port islamique de Djeddah.

Cet accord est le cinquième conclu par Mawani, qui prévoit de transformer Djeddah en un centre logistique mondial, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite. Cette initiative a pour objectif de faire du pays un pôle de transport maritime mondial.

D'autres accords similaires ont été signés par Mawani avec un certain nombre d'entreprises locales et internationales, parmi lesquelles Maersk, CMA CGM, LogiPoint et Bahri. Ces partenariats s'inscrivent dans la volonté du Royaume de se hisser au rang de centre logistique mondial d'ici à 2030.

dp world

Au sujet de cet accord, le ministre des Transports et de la Logistique, Saleh al-Jaser, a confié à Arab News que «le Royaume s'emploie à réaliser sa stratégie nationale en matière de transport et de logistique, qui ambitionne de transformer le pays en un centre logistique mondial». «Nous nous employons à mettre en œuvre de nombreuses initiatives qui nous conduiront à réaliser cette ambition», a-t-il ajouté.

Sultan Ahmed ben Sulayem, président du groupe et PDG de DP World, affirme à Arab News: «Le Royaume pourra ainsi profiter de nombreux produits qui ne peuvent pas aujourd'hui atteindre le port. Disposer d'un centre de distribution plus proche du port sera plus efficace et plus performant.»

Dans une autre de ses déclarations, M. Ben Sulayem a exprimé la fierté et l'honneur de voir sa société contribuer efficacement à la réalisation de la Vision 2030 du royaume. Elle prévoit notamment la création d'un écosystème de transport maritime efficace qui affirmera le rôle de l'Arabie saoudite en tant que centre logistique mondial.

DP World Park

Selon M. Ben Sulayem, «le développement du Port islamique de Djeddah fait partie intégrante de la Vision du Royaume, qui souhaite se transformer en une puissance économique mondiale d'ici à 2030. Nous nous engageons à renforcer le rôle et le statut de ce port qui se situe à un endroit stratégique sur la mer Rouge et qui a toujours joué un rôle central dans l’échange commercial l'Orient et l'Occident».

Le nouveau parc logistique intelligent s'étendra sur une superficie de 415 000 m² et accueillera, une fois achevé, 250 000 conteneurs EVP (unité de mesure qui exprime une capacité de transport en multiple du volume standard occupé par un conteneur, NDRL) grâce à un entrepôt dont la superficie dépassera 100 000 m².

«Le parc proposera des services électroniques avancés et écologiques. Il regroupera les opérations du terminal sud, dédié aux conteneurs, avec celles du nouveau parc logistique. L'autorité cherche ainsi à proposer des parcs logistiques intégraux qui amélioreront la compétitivité du Port islamique de Djeddah», a précisé Omar Hariri, président de Mawani.

«Le Royaume pourra ainsi profiter de nombreux produits qui ne peuvent pas aujourd'hui atteindre le port. Disposer d'un centre de distribution plus proche du port sera plus efficace et plus performant.»

Sultan Ahmed ben Sulayem, président du groupe et PDG de DP World.

dp world

La logistique est un secteur qui requiert des investissements privés.

Lors d'une interview exclusive accordée à Arab News il y a quelques jours, Soulaimane al-Mazroua, PDG du Programme national de développement industriel et de logistique, a déclaré que la logistique en Arabie saoudite requérait des investissements privés et publics pour émerger en tant que centre logistique de premier plan au niveau mondial.

Le Royaume doit moderniser certaines de ses installations, qu'il s'agisse des aéroports ou des ports, a-t-il notamment indiqué.

Les investissements requis pour la mise en place du centre logistique en Arabie saoudite s'élèvent à plus de 500 milliards de SAR, soit 133 milliards de dollars, a appris Arab News de sources fiables.

Accord Mawani-Maersk

Le géant danois du transport maritime Maersk a passé l'an dernier un accord avec Mawani pour que soit créé un parc logistique intégré dans le Port islamique de Djeddah.

Aux termes de cet accord, Maersk investira 136 millions de dollars sur une période de vingt-cinq ans afin de bâtir des infrastructures destinées au stockage et à la distribution de marchandises, à l'entreposage en chambre froide et au commerce électronique.

Le port constituera également une plate-forme destinée aux opérations de transbordement, aux activités pétrochimiques et au fret aérien.

Sur une superficie de 205 000 m², le projet entièrement nouveau sera le premier du genre au Port islamique de Djeddah. Il offrira un éventail de solutions pour relier et faciliter les chaînes d'approvisionnement aux importateurs et aux exportateurs en Arabie saoudite.

La société Maersk réalisera en outre d'importants investissements dans le domaine des énergies renouvelables en vue d'alimenter l'installation et de parvenir à terme à l'objectif zéro carbone.

On s'attend à ce que ce projet génère plus de 2 500 emplois directs et indirects en Arabie saoudite.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Qatar Tourism lance un programme de formation pour ses compagnies aériennes partenaires

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Short Url
  • Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin
  • Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences

DOHA: Qatar Tourism a lancé un nouveau programme de formation interactif en ligne afin d’améliorer les connaissances de ses compagnies aériennes partenaires sur les diverses offres du pays et de leur fournir des qualifications accréditées, rapporte l’Agence de presse du Qatar.

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale.

Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin afin de promouvoir et vendre efficacement le Qatar à l’échelle internationale.

«Le Qatar Specialist Program est une nouvelle étape visant à aider l’industrie mondiale du tourisme à travailler aux côtés de Qatar Tourism pour contribuer à accroître considérablement le nombre annuel de touristes internationaux et à accueillir six millions de visiteurs par an d’ici 2030», affirme Philip Dickinson, responsable des marchés internationaux de Qatar Tourism.

Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences.

Les partenaires internationaux qui suivent l’intégralité de la formation pourront bénéficier d’avantages exclusifs tels que des conseils d’initiés, des itinéraires et les informations les plus récentes sur l’hébergement et les attractions.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite conclut 49 accords d'investissement d’une valeur de 925 millions de dollars au deuxième trimestre

La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
Short Url
  • Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique
  • En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années

RIYAD: L’Arabie saoudite a conclu 49 accords d’investissement d’une valeur de 925 millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro) au deuxième trimestre, d’après un rapport officiel réalisé par le ministère de l’Investissement.

Dans un communiqué, le ministère de l’Investissement révèle que ces investissements, répartis dans divers secteurs tels que la fabrication de pointe, la construction et l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, le tourisme, les loisirs et le sport, permettront de créer plus de 2000 emplois dans l’économie saoudienne.

Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique dans le port islamique de Djeddah.

Par ailleurs, Mastercard, le géant mondial de la finance, a effectué une levée de fonds au profit de la société saoudienne de commerce électronique HyperPay, récoltant 37 millions de dollars afin de développer l’écosystème de paiement numérique du Royaume.

D’autres investissements ont été réalisés, notamment un accord stratégique avec le géant pharmaceutique Novartis pour renforcer les capacités biopharmaceutiques de l’Arabie saoudite, un investissement de 50 millions de dollars par la filiale d’Aramco, Wa’ed Ventures, dans la fintech saoudienne Wahed, et un accord avec Ma’aden pour construire la plus grande usine à vapeur à énergie solaire du monde, qui sera utilisée pour raffiner la bauxite en alumine.

Selon le rapport intitulé Q2 2022 Investment Highlights, le secteur non pétrolier d’Arabie saoudite a connu une croissance de 5,4% en glissement annuel au deuxième trimestre.

Il indique que le PIB réel a également bondi de 11,8% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

De même, il précise que la production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une forte reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie.

En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années, note le rapport.

En outre, le Royaume a connu une augmentation de 16,6% des transactions au point de vente au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

«La Stratégie nationale d’investissement est un catalyseur qui nous permettra de réaliser les objectifs nationaux de la Vision 2030, qui consistent à faire en sorte que le secteur privé contribue à 65% du PIB et à porter les investissements directs étrangers à 5,7% du PIB», explique le ministre de l’Investissement, Khaled al-Faleh.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite vise 3 300 milliards de dollars en investissements cumulés d’ici à 2030

(Photo fournie)
(Photo fournie)
Short Url
  • Au cours de l’entretien, le ministre adjoint révèle que le flux d’IDE au premier trimestre de 2022 a augmenté de 10%
  • Il précise que la compagnie aérienne phare du Royaume, Saudia, ajoutera quatre-vingt-quatorze nouvelles destinations pour attirer les visiteurs vers le Royaume d’ici à 2030

RIYAD: L’Arabie saoudite a adopté plus de six cents réformes économiques depuis le lancement de l’initiative Vision 2030 dans le but d’attirer 12 400 milliards de riyals saoudiens (SAR) en investissements cumulés (soit 3 300 milliards de dollars; 1 dollar = 0,98 euro) et 1 800 milliards de SAR en investissements directs étrangers entre 2021 et 2030, dans le cadre de la Stratégie nationale d’investissement, déclare un ministre adjoint qui travaille au ministère de l’Investissement.
S’adressant à Arab News, Saad al-Shahrani, ministre adjoint par intérim de la promotion des investissements au sein du ministère saoudien de l’Investissement, affirme que le Royaume a réalisé une augmentation de 18% des investissements directs étrangers en 2020, alors que les IDE (investissements directs étrangers, NDLR) mondiaux avaient diminué de 35% en raison de la pandémie.
Le flux d’IDE a augmenté de 257% en 2021 par rapport à 2020, en grande partie grâce à un accord d’infrastructure d’une valeur de 46,5 milliards de SAR conclu par Aramco avec un consortium d’investisseurs mondiaux au deuxième trimestre de 2021.
Si l’on fait abstraction de cet énorme accord d’Aramco, le Royaume a attiré 5,3 milliards de SAR au deuxième trimestre de l’année dernière.
M. Al-Shahrani ajoute que la Stratégie nationale d’investissement, lancée en 2021, a pour objectif de transformer le Royaume en un centre mondial pour les entreprises et les talents.

pic
Saad al-Shahrani.

Au cours de l’entretien, le ministre adjoint révèle que le flux d’IDE au premier trimestre de 2022 avait augmenté de 10% pour atteindre 7,4 milliards de SAR par rapport à la même période l’année dernière.
Il soutient en outre que la Stratégie nationale d’investissement avait aidé le ministère saoudien de l’Investissement à conclure quarante-neuf accords d’investissement d’une valeur de 3,5 milliards de SAR au deuxième trimestre de 2022, créant deux mille emplois dans l’ensemble des secteurs.
«Ces chiffres témoignent de la bonne exécution de la stratégie du gouvernement et de l’incidence des nouvelles réformes, des initiatives et des possibilités d’investissement», se félicite le ministre adjoint.
Il poursuit en ces termes: «Le Royaume a réalisé des progrès remarquables au niveau de nombreux indicateurs économiques et d’investissement; il arrive en troisième position en termes de facilité de protection des investisseurs minoritaires sur cent trente-deux pays pour l’année 2021.»
Croissance la plus rapide parmi les pays du G20
En outre, le ministre adjoint note que le Royaume a atteint la première place parmi vingt-deux pays au niveau de l’indice mondial de confiance des consommateurs d’Ipsos de mai 2022.
Citant les perspectives de l’économie mondiale du Fonds monétaire international (FMI) pour 2022, M. Al-Shahrani souligne que le Royaume est désormais la nation qui possède la croissance la plus rapide parmi les pays du G20, avec un taux de 7,6%.
«La transformation réglementaire de l’Arabie saoudite a des répercussions directes sur l’économie de base. Parallèlement à une demande saine et à l’intérêt des investisseurs pour le secteur pétrolier, notre économie non pétrolière affiche une forte croissance», souligne-t-il.
Le ministre adjoint déclare que les estimations rapides de la croissance réelle du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre montrent une croissance de 11,8% en glissement annuel – le taux le plus élevé depuis 2011 –, soutenue par la croissance du PIB réel des activités pétrolières et non pétrolières, respectivement de 23,1% et 5,4%.
Hausse de la production industrielle
Commentant la hausse de l’indice de la production industrielle (IPI), M. Al-Shahrani précise: «L’IPI a augmenté de 24% sur un an en mai 2022 et la fabrication a augmenté de plus de 28%. Ces chiffres sont une conséquence directe des efforts actifs de diversification du gouvernement.»
Il affirme également que le Royaume deviendra l’une des économies les plus compétitives du monde et une destination d’investissement attrayante d’ici à 2030.
Le ministre adjoint note par ailleurs que les transactions numériques ont augmenté en Arabie saoudite, conformément à l’objectif du gouvernement de rendre numériques 70% des transactions d’ici à 2025.
«Les décideurs politiques ont écouté les besoins des investisseurs et ils ont répondu de manière appropriée pour créer un écosystème d’investissement qui rivalise avec les meilleurs du monde», poursuit-il.
Le tourisme, l’avenir de l’Arabie saoudite
Le ministre adjoint précise également que le tourisme deviendra bientôt l’un des principaux moteurs de l’économie saoudienne à mesure que l’effort de diversification économique se poursuivra.
Il révèle que le Royaume a déjà fourni plus de 3 500 permis d’investissement touristique, un pas crucial pour que le tourisme atteigne 10% du PIB national d’ici à 2030.
M. Al-Shahrani ajoute que le Royaume accueillera plus de cent millions de touristes d’ici à 2030 et qu’il générera un million d’emplois dans le secteur.
«Neom, le Red Sea Project, AlUla, Soudah, Amaala et Diriyah Gate sont des possibilités énormes pour les investisseurs», renchérit-il.
Le ministre adjoint précise que la compagnie aérienne phare du Royaume, Saudia, ajoutera quatre-vingt-quatorze nouvelles destinations afin d’attirer les visiteurs vers le Royaume d’ici à 2030.
En plus du tourisme, le ministère saoudien de l’Investissement a également signé des accords avec des entreprises des secteurs des énergies renouvelables, de la logistique et de la pharmacie, indique le ministre adjoint.
«Il est clair que les vents contraires qui attisent l’appétit des investisseurs mondiaux ne soufflent pas en direction de l’Arabie saoudite. La stratégie gouvernementale, un leadership inspiré, des talents à tous les niveaux, des réformes bien exécutées ainsi qu’une vision claire de l’avenir font du Royaume une puissance d’investissement», conclut M. Al-Shahrani.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com