Un accord entre le Royaume-Uni et le CCG devrait accroître les échanges commerciaux de 16 % au moins

La secrétaire britannique au Commerce, Anne-Marie Trevelyan, a rencontré le secrétaire général du CCG, Nayef Falah M. al-Hajraf, mercredi à Riyad, en vue d’ouvrir les négociations commerciales. (Photo fournie)
La secrétaire britannique au Commerce, Anne-Marie Trevelyan, a rencontré le secrétaire général du CCG, Nayef Falah M. al-Hajraf, mercredi à Riyad, en vue d’ouvrir les négociations commerciales. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 23 juin 2022

Un accord entre le Royaume-Uni et le CCG devrait accroître les échanges commerciaux de 16 % au moins

  • Le Royaume-Uni est le troisième plus grand marché d’exportation pour le CCG et les nouvelles négociations commerciales devraient être bénéfiques pour les exportateurs des deux régions
  • Alors que les pays du CCG, dont l’Arabie saoudite, visent à diversifier leurs économies, les nouvelles négociations commerciales devraient attirer les exportations et les investissements dans plusieurs domaines

RIYAD: Les négociations visant à stimuler les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui s’élèvent actuellement à 34 milliards de dollars (1 dollar = 0,95 euro), ont débuté mercredi à Riyad.
La secrétaire britannique au Commerce, Anne-Marie Trevelyan, a rencontré le secrétaire général du CCG, Nayef Falah M. al-Hajraf, pour ouvrir les négociations commerciales, selon un communiqué de presse officiel.
Le Royaume-Uni est le troisième plus grand marché d’exportation pour le CCG et les nouvelles négociations commerciales devraient être bénéfiques pour les exportateurs des deux régions.
«Je suis enthousiaste à l’idée d’ouvrir de nouveaux marchés aux petites et grandes entreprises britanniques et de soutenir plus de dix mille PME qui exportent déjà dans la région», indique Mme Trevelyan.
Elle ajoute: «Cet accord commercial a le potentiel de soutenir des emplois de Douvres à Doha, de développer notre économie, de créer des industries vertes vitales et de fournir des services innovants au Golfe.»
L’analyse du gouvernement britannique suggère qu’un accord avec le CCG devrait augmenter les échanges commerciaux d’au moins 16 %, ce qui générera près d’1,6 milliard de dollars supplémentaires par an à l’économie du pays.
Alors que les pays du CCG, dont l’Arabie saoudite, visent à diversifier leurs économies, les nouvelles négociations commerciales devraient attirer les exportations et les investissements dans des domaines tels que la technologie, les sciences de la vie, les industries de la création, l’éducation et l’intelligence artificielle.
«Un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et le CCG permettra d’accroître les échanges et les investissements dans les deux sens, contribuant à la croissance économique et à la prospérité au Royaume-Uni, en Arabie saoudite et dans le Golfe. Il renforcera également la solide coopération diplomatique entre le Royaume-Uni et les pays du CCG», déclare Neil Crompton, ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l’Arabie saoudite.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ambition Africa, une rencontre annuelle pour les relations économiques franco-africaines

Short Url
  • Créé en 2018 par Business France, le forum Ambition Africa est devenu le rendez-vous annuel incontournable des relations économiques et commerciales franco-africaines
  • «Ambition Africa a pour objectif de contribuer à créer de nouveaux courants d’affaires entre l’Afrique et la France»

PARIS: La quatrième édition du forum Ambition Africa organisé par Business France a pour objectif de renforcer les liens d’affaires entre la France et l’Afrique. Inaugurée par le ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, Olivier Becht, cette rencontre rassemble des personnalités officielles et des acteurs économiques africains et français.

business france
La quatrième édition du forum Ambition Africa organisé par Business France a pour objectif de renforcer les liens d’affaires entre la France et l’Afrique. Photo fournie.

Créé en 2018 par Business France, sous l’égide du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Ambition Africa est devenu le rendez-vous annuel incontournable des relations économiques et commerciales franco-africaines. Placée sous le haut patronage du président de la république, Emmanuel Macron, cette quatrième édition prévoit une séance plénière, en présence de ministres français et africains ainsi que de délégations d’entreprises; dix-sept tables rondes thématiques sectorielles et des rendez-vous d’affaires ciblés.

Impulser les partenariats

«Ambition Africa a pour objectif de contribuer à créer de nouveaux courants d’affaires entre l’Afrique et la France: export et investissements vers l’Afrique, accueil des investisseurs africains en France, partenariats croisés, tous les modes de coopération sont envisageables pour peu qu’ils soient gagnant-gagnant!», souligne Christophe Lecourtier, directeur général de Business France à Arab News en français.

Insérer vidéo Interview Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

«Nos destins sont liés. Les entrepreneurs européens et africains se parlent et doivent se parler de plus en plus. Notre rôle est non seulement de développer l’entrepreneuriat en France mais aussi d’aider les États africains à monter les structures qui vont leur permettre de développer l’entrepreneuriat dans leurs pays», nous déclare Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

afrique
Plusieurs partenaires institutionnels de Business France participent à l’événement. Photo fournie.

Parmi les thématiques abordées: la situation économique et le climat des affaires en Afrique; le financement des entreprises et des points sur les secteurs économiques porteurs comme l’agriculture, la santé, la mobilité urbaine, les ressources en eau et les déchets, l’accès à l’énergie, les technologies et télécommunications, les infrastructures et la logistique ou encore les chaînes de valeur euro-africaines et la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Plusieurs partenaires institutionnels de Business France participent à l’événement, parmi lesquels l’AFD (Proparco), Bpifrance, le Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN), le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France (CNCCEF), France Invest et Africalink.

Insérer interview vidéo Bertrand Walckenaer, directeur général adjoint de l’Agence française de développement (AFD)

L’accès à l’énergie, un des défis majeurs en matière de coopération

Interrogé par Arab News en français, Bertrand Walckenaer, directeur général adjoint de l’Agence française de développement (AFD) évoque les enjeux de conciliation des changements climatiques et la transition énergétique. «L’Afrique est le plus grand potentiel au monde en matière d’énergie photovoltaïque alors qu’elle ne présente que 1% de la production mondiale. L’AFD souhaite travailler avec les gouvernements, avec le secteur privé, les entreprises publiques et les collectivités locales et de s’investir avec elles dans leurs trajectoires de développement (…)»

«En Afrique, il y a une faible production qui ne répond pas aux besoins de 600 millions de personnes (qui n’ont pas accès à l’électricité). L’enjeu pour nous consiste dans le dialogue avec les États africains pour trouver des solutions, pour innover et définir des politiques publiques qui vont permettre d’accompagner le développement du mix énergétique et d’y intégrer dès à présent la part du renouvelables de façon significative», ajoute Bertrand Walckenaer. Il précise que la France s’intéresse aux nombreuses innovations naissantes sur le continent africain qui pourraient être déployées en France et en Europe dans leurs objectifs de décarbonisation. «Ce partenariat est intéressant, je crois beaucoup à cette valeur de l’innovation dans laquelle nous investissons en Afrique», conclut-il


Le Golfe est un «endroit lumineux» alors que la crise économique mondiale se poursuit, affirme le FMI

Kristalina Georgieva a déclaré que le monde doit être uni pour faire face à d'autres chocs qui pourraient survenir à l'avenir (AFP).
Kristalina Georgieva a déclaré que le monde doit être uni pour faire face à d'autres chocs qui pourraient survenir à l'avenir (AFP).
Short Url
  • Georgieva a indiqué que le monde doit être uni pour faire face à d'autres chocs qui pourraient survenir à l'avenir
  • Le FMI a souligné que la pandémie a été une crise sans précédent et que, deux ans plus tard, le processus de la reprise économique est entravé par de nouveaux défis mondiaux

RIYAD: La région du Golfe est le point lumineux sur l'horizon sombre à un moment où les économies de plusieurs pays du monde sont confrontées à des défis, selon Kristalina Georgieva, secrétaire générale du Fonds monétaire international.
Dans une interview accordée à CNBC Arabia, Georgieva a indiqué que l'économie de la région du Golfe devrait connaître une croissance de 6,5% cette année, puis de 3,6% en 2023.
«La région du Golfe se comporte très bien, elle représente le point lumineux dans cet horizon sombre. Nous devons nous rappeler que ce monde est toujours en train de se remettre de la crise, ce qui soutient la croissance», a indiqué Georgieva à CNBC Arabia.
«La combinaison des revenus du pétrole et du gaz, la diversification de l'économie et le succès des secteurs non pétroliers avec des réformes appropriées et des politiques prudentes assure le succès actuel de cette région», a-t-elle ajouté.
Georgieva a ajouté que le monde doit être uni pour faire face à d'autres chocs qui pourraient survenir à l'avenir.
Ses commentaires sont intervenus alors que le FMI publiait son rapport annuel, qui soulignait l'importance de fournir une assistance financière aux pays confrontés aux défis de leurs systèmes économiques et financiers.
Dans son rapport, le FMI a souligné que la pandémie a été une crise sans précédent et que, deux ans plus tard, le processus de la reprise économique est entravé par de nouveaux défis mondiaux.
«Nous vivons dans un monde plus exposé aux chocs. La mise au point de vaccins et un soutien monétaire, fiscal et financier sans précédent, notamment l'allocation historique d'un droit de tirage spécial général du FMI d'environ 655 milliards d’euros, ont rendu une reprise mondiale possible. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie l'a fait basculer et a gravement compromis les perspectives économiques mondiales», indique le rapport.
Au cours de l'exercice 2022, le FMI a continué de soutenir ses membres dans trois domaines: la surveillance économique, où 126 bilans de santé financiers ont été réalisés dans les pays; les prêts de 113,9 milliards d’euros accordés à 23 pays, dont 9 milliards à 14 pays à faible revenu; et le renforcement des capacités, avec 244 millions d’euros fournis pour des conseils techniques pratiques, des formations axées sur les politiques et l'apprentissage par les pairs, ajoute le rapport.
Le rapport du FMI a en outre souligné que l'inflation a fortement augmenté dans de nombreux pays, sous l'effet d'une combinaison de facteurs tels que la flambée des prix de l'énergie, des produits alimentaires et des produits de base, les pénuries de main-d'œuvre et les ruptures d'approvisionnement.
Alors qu'elle participait à une conférence sur la sécurité alimentaire à Riyad, Georgieva a révélé que l'inflation est essentiellement une taxe sur les pauvres et qu'elle nuit considérablement aux pays en développement, selon CNBC Arabia.
Lors de son discours, elle a également souligné la vitalité de l'adoption de mesures efficaces par les gouvernements à travers leurs politiques fiscales afin d'alléger la crise du coût de la vie pour les citoyens, tout en veillant à ne pas contredire les mesures des banques centrales.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Opep+ accepte une réduction de la production de 2 millions de barils par jour

Les producteurs de l'Opep+ devraient convenir d'une réduction importante de leur objectif de production (Photo, Shutterstock).
Les producteurs de l'Opep+ devraient convenir d'une réduction importante de leur objectif de production (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'Opep+ a manqué son objectif de production en août d'environ 3,6 millions de bpj
  • Antony Blinken, a déclaré que la Maison Blanche s'efforçait de garantir l'approvisionnement en énergie sur le marché et le maintien de prix bas

RIYAD: Les prix du pétrole ont légèrement augmenté après que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, ont convenu d'une réduction de la production de 2 millions de barils par jour à partir de novembre – les réductions les plus importantes depuis la pandémie de la Covid-19 en 2020.

La décision a été prise lors de la réunion en personne du Comité ministériel conjoint de suivi de l'Opep+ à Vienne, et pourrait entraîner une reprise des prix du pétrole qui ont chuté à environ 91 euros, contre 121,36 euros il y a trois mois, en raison des craintes d'une récession économique mondiale, de la hausse des taux d'intérêt américains et d'un dollar plus fort.

Des sources ont déclaré à Reuters qu'il n'était pas clair si les réductions pouvaient inclure des réductions volontaires supplémentaires par des membres tels que l'Arabie saoudite, ou si elles pouvaient inclure la sous-production existante du groupe.

L'Opep+ a manqué son objectif de production en août d'environ 3,6 millions de bpj.

Après la révélation de la décision, les prix du pétrole ont augmenté, le Brent ayant progressé de 0,38% à 93,2 euros le baril à 16h30, heure saoudienne, tandis que le West Texas Intermediate américain a augmenté de 0,29% à 87,75 euros le baril.

À l'issue de la réunion, le ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a déclaré que la priorité de l'alliance était «de maintenir un marché pétrolier durable».

Les réductions de production de 2 millions de bpj proposées mercredi sont basées sur les chiffres de référence existants, ce qui signifie que les réductions seraient moins importantes car l'Opep+ a manqué son objectif de production en août d'environ 3,6 millions de bpj.

La sous-production s'est produite à cause des sanctions occidentales imposées à des pays comme la Russie, le Venezuela et l'Iran et des problèmes de production chez des producteurs comme le Nigeria et l'Angola.

Le prince Abdelaziz a révélé que les réductions réelles seraient de 1 à 1,1 million de bpj.

Mohammed al-Suwayed, PDG de la société de conseil en investissement Razeen Capital, a prévenu que cette décision pourrait alimenter les hausses de prix mondiales qui bouleversent actuellement l'économie mondiale.

S'adressant à Arab News, Al-Suwayed a signalé: «À mon avis, la réduction de la production signifie une augmentation des prix du pétrole, donc plus de revenus pour les producteurs de pétrole. Mais la décision elle-même ne semble pas liée aux fondamentaux du marché, nous devons donc nous préparer à de nouvelles hausses des taux d'intérêt à cause d'une augmentation supplémentaire attendue de l'inflation.»

Hassan Balfakeih, ancien analyste en chef de la demande de pétrole au Secrétariat de l'Opep, a déclaré à Arab News que les prix actuels du pétrole reflètent davantage les «développements géopolitiques» que les «véritables fondamentaux du marché».

«Les pressions inflationnistes déjà élevées et les perspectives économiques fragiles pourraient freiner la demande de pétrole dans les mois à venir», a-t-il ajouté.

«Pour éviter un éventuel affaiblissement des fondamentaux du marché pétrolier, une décision proactive et solide est essentielle afin d’équilibrer le marché à court terme.»

L'Opep+ a également annoncé que la fréquence des réunions du Comité ministériel conjoint de suivi sera portée à tous les deux mois.

Réaction des États-Unis

Les réductions interviennent en dépit de la pression exercée par les États-Unis pour que les pays de l'Opep+ pompent davantage, et réduisent en conséquent l'offre sur un marché déjà tendu.

Cette décision a suscité un reproche rapide du président américain, Joe Biden. «Le président est déçu par la décision à courte vue de l'Opep+», ont déclaré le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, et le conseiller économique principal, Brian Deese, dans un communiqué.

La réduction de l'offre touchera des pays «déjà ébranlés» par des prix élevés, tandis que «l'économie mondiale doit faire face à l'impact négatif continu» de l'attaque de la Russie en Ukraine, selon le communiqué.

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a déclaré mercredi que la Maison Blanche s'efforçait de garantir l'approvisionnement en énergie sur le marché et le maintien de prix bas.

Interrogé lors d'une conférence de presse au Chili pour savoir s'il était déçu de la décision de l'Arabie saoudite d’accepter les réductions, Blinken a répondu que Washington avait «un grand nombre d'intérêts en ce qui concerne l'Arabie saoudite».

«Nous œuvrons chaque jour pour nous assurer, au mieux de nos capacités, que l'offre énergétique, quelle que soit sa source, réponde à la demande afin de garantir que l'énergie est sur le marché et que les prix restent bas», a assuré Blinken.

John Kirby, coordinateur du conseil de sécurité nationale pour les communications stratégiques à la Maison Blanche, a affirmé que son pays devrait être moins dépendant de l'Opep+ et des producteurs étrangers pour le pétrole.

S'adressant à Fox News, il a cherché à minimiser la décision, en disant: «Le groupe de L'Opep+ a déclaré au monde entier qu'il produisait trois millions et demi de barils de plus qu'en réalité. Donc, d'une certaine manière, cette baisse annoncée ne fait que les ramener à un niveau plus proche de la production réelle.»

Ses commentaires étaient en contradiction avec certains analystes, la banque d'investissement américaine Citi avertissant qu'il pourrait y avoir des représailles.

«Il pourrait y avoir d'autres réactions politiques de la part des États-Unis, notamment des libérations supplémentaires de stocks stratégiques, ainsi que des imprévus, notamment une nouvelle promotion d'un projet de loi Nopep», a averti Citi, en référence à un projet de loi antitrust américain contre l'Opep.

La banque JPMorgan a également déclaré qu'elle s'attendait à ce que Washington mette en place des contre-mesures en libérant davantage de stocks de pétrole, tandis qu'Andy Critchlow, responsable de l'information pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique chez S&P Global Commodity Insights, a prévenu que l'Opep+ «jouait avec le feu» dans un environnement géopolitique volatile.

La décision est "technique, pas politique"

L'Arabie saoudite et les autres membres de l'Opep+ ont précédemment déclaré qu'ils cherchaient à prévenir la volatilité plutôt qu'à cibler un prix particulier du pétrole lorsqu'ils envisagent des objectifs de production.

En se rendant à la réunion, le ministre de l'Énergie des EAU, Souhail al-Mazroui, a déclaré aux journalistes que toute décision est «technique, pas politique», ajoutant: «Nous ne l'utiliserons pas comme une organisation politique.»

La décision de l'Opep+ intervient à un moment où le marché mondial du pétrole, et notamment les pays européens, sont confrontés à une pénurie de produits énergétiques après avoir décidé de mettre progressivement fin à leur dépendance à l'égard des exportations d'énergie russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine.

Avant la réunion, un rapport du Centre d'études et de recherche sur le pétrole roi Abdallah a suggéré que des sanctions occidentales effectives contre la Russie pourraient rendre le marché mondial du pétrole plus tendu, car il semble difficile de trouver des alternatives viables pour remplacer les exportations d'énergie du pays.

Le rapport a mentionné que les États-Unis et le Canada ont réussi à échanger leurs importations, car ces pays n'étaient pas dépendants des importations russes dans le passé.

Cependant, les pays européens sont confrontés à des défis car ils dépendent fortement de Moscou pour satisfaire leurs besoins énergétiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com