La France Insoumise veut une loi « d'urgence sociale »

La gauche française La France Insoumise (LFI), chef du parti, député et chef de la coalition de gauche Nupes (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - Nouvelle Union populaire écologique et sociale), Jean-Luc Melenchon pose avec des députés de LFI et des membres de NUPES pour la presse devant l'Assemblée Nationale. (AFP).
La gauche française La France Insoumise (LFI), chef du parti, député et chef de la coalition de gauche Nupes (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - Nouvelle Union populaire écologique et sociale), Jean-Luc Melenchon pose avec des députés de LFI et des membres de NUPES pour la presse devant l'Assemblée Nationale. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

La France Insoumise veut une loi « d'urgence sociale »

  • Face au risque de blocage politique, Emmanuel Macron, qui a perdu sa majorité absolue aux législatives, a demandé mercredi aux partis d'opposition de "dire en toute transparence jusqu'où ils sont prêts à aller
  • Le groupe La France Insoumise va déposer la semaine prochaine à l'Assemblée une proposition de loi "pour répondre à l'urgence sociale" et l'envolée des prix à cause de l'inflation

PARIS: Le groupe La France Insoumise va déposer la semaine prochaine à l'Assemblée une proposition de loi "pour répondre à l'urgence sociale" et l'envolée des prix à cause de l'inflation, a indiqué vendredi le député LFI, Manuel Bompard.

"Il faut mesurer la situation dans laquelle on est aujourd'hui, les prix qui s'envolent, des salaires qui sont trop bas. 85 % des salaires sont aujourd'hui inférieurs au niveau du Smic (1.302,64 euros nets depuis le 1er mai 2022, Ndlr), c'est ça la réalité, c'est la pauvreté qui atteint des sommets, ce sont 8 millions de personnes qui ont besoin de l'aide alimentaire pour vivre, il faut répondre à cette situation", a-t-il expliqué sur France Info.

La proposition de loi, a-t-il précisé, comportera deux mesures clé: "le blocage des prix sur les produits de première nécessité, l'énergie, le carburant. Et, l'augmentation du Smic à 1.500 euros net", deux propositions qui étaient déjà dans le programme de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle.

L'augmentation du Smic sera financée "en mettant en place, ce qu'on a appelé une caisse de Fonds inter-entreprise qui permet de faire prendre en charge les cotisations sociales dues à cette augmentation du Smic par les grands groupes et pas par les petites entreprises, les artisans ou les commerçants", a insisté le député LFI.

Face au risque de blocage politique, Emmanuel Macron, qui a perdu sa majorité absolue aux législatives, a demandé mercredi aux partis d'opposition de "dire en toute transparence jusqu'où ils sont prêts à aller" pour "bâtir des compromis": "Entrer dans une coalition de gouvernement et d'action (ou) s'engager à voter simplement certains textes, notre budget".

Les partis ont commencé à répondre jeudi, en renvoyant la balle dans le camp présidentiel, refusant l'idée d'un gouvernement de coalition et souhaitant redonner au Parlement tout son rôle dans l'examen de textes "au cas par cas".


Paris SG champion: Mbappé couronné mais frustré

L'attaquant français du Paris Saint-Germain Kylian Mbappe (Photo, AFP).
L'attaquant français du Paris Saint-Germain Kylian Mbappe (Photo, AFP).
Short Url
  • Mbappé a encore des records à conquérir, après son sixième titre de champion
  • Sa saison a été mouvementée, traversée de nombreuses polémiques

PARIS: Kylian Mbappé a encore écrasé les statistiques et encore vécu une saison frustrante, à nouveau champion de France avec le Paris Saint-Germain, certes, mais à nouveau éliminé très tôt en Ligue des champions.

Avec le départ probable de Lionel Messi et les interrogations autour de Neymar, blessé, qui n'a pas pu terminer la saison, "Kyk's" va se retrouver plus encore au centre du prochain PSG.

Pour cette saison, il ne lui reste plus que le titre de meilleur buteur à conquérir, sa cinquième couronne d'affilée, pour rejoindre la légende Jean-Pierre Papin, roi des canonniers de 1988 à 1992. Il devance toujours Alexandre Lacazette, avec 28 buts contre 27.

Mais cela n'étanchera pas sa soif, la bouche déjà asséchée de sa terrible finale de Coupe du monde, aux deux sens du terme : un triplé historique, mais une défaite aux tirs au but contre l'Argentine (3-3, 4 t.a.b. à 2).

Sa saison a été mouvementée, traversée de nombreuses polémiques, le "penaltygate" avec Neymar, la campagne de réabonnement avec son club, avec la FFF (Fédération française) pour les droits à l'image...

Et le piment essentiel était épuisé un peu tôt, le 8 mars, avec une élimination sèche à Munich (2-0, 1-0 à l'aller) en 1/8 de finale.

«Notre maximum c'est ça»

Mbappé en est resté amer. "Comme je l'ai dit à ma première conférence de presse de Ligue des champions cette saison, on allait faire le maximum. Notre maximum, c'est ça, c'est la vérité", a-t-il lâché en zone mixte après le match.

Il y avait un sous-texte à cette remarque, car Mbappé a ajouté dans les entrailles de l'Allianz Arena: "Ils ont un grand effectif, bâti pour gagner la Ligue des champions".

Celui du PSG ne rivalisait pas. Le recrutement de Luis Campos, le conseiller football, que Mbappé a contribué à faire venir au PSG, après avoir travaillé avec lui à Monaco, n'a pas suffit pour épauler le champion du monde 2018, et la "MNM" Mbappé, Neymar, Messi n'a pas eu le goût espéré, en deux ans en France.

Cette fois, à 24 ans, le nouveau capitaine de l'équipe de France, et un des vice-capitaines du PSG, sera officiellement l'attraction numéro un, surtout si "Ney" s'en va aussi.

Mais il faudra engager des joueurs plus forts que Fabian Ruiz, Carlos Soler ou Vitinha, recrues globalement décevantes, et trouver en attaque un N.2 plus fort que Hugo Ekitike, qui n'a pas réussi à s'intégrer. Contre Ajaccio (5-0), par exemple, Mbappé s'est même plusieurs fois agacé des mauvais choix de son partenaire.

"Kyky" est en contrat encore une saison, avec une autre en option, à lever à sa discrétion, selon plusieurs médias.

«Je suis Parisien»

"Je suis Parisien", répond-il régulièrement aux questions sur son avenir. Il a même plaisanté, sourire aux lèvres: "Si je liais mon avenir à la Ligue des champions je serais parti très loin, et je ne manque pas de respect au club".

Mbappé a encore des records à conquérir, après son sixième titre de champion, en comptant celui avec Monaco en 2017.

Il va essayer d'emmener le plus loin possible celui des buts au PSG, il a dépassé cette saison les 200 marqués par Edinson Cavani. Il en est à 211.

Son 201e but, ou celui de la victoire à Marseille (3-0) cette saison restent "des moments qui feront date, chaque footballeur joue pour ne pas être oublié, avec ça je pense qu'on se souviendra de moi ici", disait-il.

Il espère aussi porter le maillot bleu aux Jeux olympiques de Paris, "c'est un rêve d'enfant", et il "en a parlé dans les contours du contrat avec" le Paris Saint-Germain quand il a négocié pour prolonger jusqu'en 2024.

C'est difficilement compatible avec son calendrier surchargé, entre l'Euro-2024, dont la finale se joue le 14 juillet, et la reprise des championnats, qu'il soit toujours en Ligue 1 ou ailleurs.

Il rêve aussi du Ballon d'Or, que Messi a déjà amené à Paris en 2021. "C'est toujours un objectif pour les joueurs de ma catégorie", lance Mbappé, déjà tourné vers demain.


Signature d'un accord délimitant la frontière entre la France et les Pays-Bas aux Antilles

Cet accord a été signé pour la France par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, et pour les Pays-Bas par Silveria Jacobs. (Photo, AFP)
Cet accord a été signé pour la France par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, et pour les Pays-Bas par Silveria Jacobs. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cet accord a été signé pour la France par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, et pour les Pays-Bas par Silveria Jacobs, Première ministre du gouvernement autonome de Sint Maarten
  • «Cet accord historique contribuera à faciliter le processus de reconstruction de l'île, très sévèrement touchée par l'ouragan Irma en 2017», a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué

MARIGOT: La France et les Pays-bas ont signé vendredi (samedi heure de Paris) un accord historique délimitant la frontière entre les deux pays sur l'île de Saint-Martin (Antilles), qui faisait l'objet de contestation à son extrémité orientale.

Cet accord a été signé pour la France par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, et pour les Pays-Bas par Silveria Jacobs, Première ministre du gouvernement autonome de Sint Maarten.

"Cet accord historique contribuera à faciliter le processus de reconstruction de l'île, très sévèrement touchée par l'ouragan Irma en 2017", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

L'accord précise "le tracé de la frontière en préservant le principe de libre circulation des biens et des personnes institué par les accords de Concordia du 23 mars 1648". Enfin, il "instaure également une commission mixte chargée du suivi et de l'entretien de la frontière".

Selon la place Beauvau, le texte "illustre l'excellence des relations d'amitié unissant la France et les Pays-Bas, désireux de renforcer leur coopération confiante sur l'île de Saint-Martin, comme la volonté partagée du Conseil territorial de Saint-Martin et du gouvernement autonome de Sint Maarten de continuer à développer leurs liens étroits et leurs projets communs de coopération transfrontalière".

"Par le dialogue diplomatique et la collaboration, nous avons conclu un accord mutuellement bénéfique qui favorise la paix, la stabilité et la coopération avec Saint-Martin", a pour sa part déclaré Mme Jacobs, exprimant sa "satisfaction et (son) optimisme pour le futur".

"La signature de ce traité n'est pas un (...) simple geste symbolique: c'est un témoignage de dialogue, de compromis et d'unité. Elle marque le début d'une ère de coopération, où les lignes de démarcation ne nous divisent plus", a-t-elle poursuivi, citée dans un communiqué du gouvernement de Sint Maarten.

M. Darmanin est accompagné à Saint-Martin par le ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco. Ils doivent se rendre ensuite à Saint-Barthélémy, l'autre île du Nord des Antilles françaises.

L'île de Saint-Martin est divisée en deux, avec au nord une collectivité d'outre-mer française et au sud un Etat dépendant du royaume des Pays-Bas, Sint Maarten. Rien ne matérialise cependant la frontière.

L'accord signé clarifie la séparation dans la baie d'Oyster Pond, sur la côte est de l'île.

La frontière traversera désormais "le milieu de la baie, donnant ainsi une part égale de l'eau aux deux côtés", avait expliqué Mme Jacobs en présentant l'accord, fin mai.

La marina d'Oyster Ponds faisait l'objet d'un différend en raison de l'imprécision du tracé de la frontière défini en 1648, signé entre Français et Hollandais après le départ des Espagnols.

Malgré la création fin 2017 d'un comité de pilotage franco-néerlandais pour coordonner les efforts de reconstruction après le passage de l'ouragan Irma, des désaccords persistaient sur la gestion de la baie.

La résolution de ce conflit territorial "ouvrira la voie à une relance économique et urbanistique tant attendue" par les habitants de ce territoire au taux de pauvreté élevé, avait ainsi estimé le président de la collectivité de Saint-Martin, Louis Mussington, fin mai


Quelque 600 manifestants contre l'exécutif à Rennes et quatre interpellations

Manifestation pour marquer la journée internationale des travailleurs, plus d'un mois après que le gouvernement a fait passer au parlement une loi impopulaire sur la réforme des retraites, à Rennes (Photo, AFP).
Manifestation pour marquer la journée internationale des travailleurs, plus d'un mois après que le gouvernement a fait passer au parlement une loi impopulaire sur la réforme des retraites, à Rennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Les forces de l'ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes à peine quelques minutes après le départ du cortège de la place de Bretagne
  • Des manifestants très mobiles faisaient alors mouvement vers la place de la République, menaçant de s'attaquer à une agence bancaire et un grand magasin

Rennes: Quelque 600 manifestants, selon la préfecture, ont défilé samedi à Rennes contre "Macron, Darmanin et le fascisme" et quatre personnes ont été interpellées lors d'une manifestation émaillée de tirs de gaz lacrymogène des forces de l'ordre.

Les forces de l'ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes à peine quelques minutes après le départ du cortège de la place de Bretagne, a constaté un journaliste de l'AFP. Des manifestants très mobiles faisaient alors mouvement vers la place de la République, menaçant de s'attaquer à une agence bancaire et un grand magasin.

Une centaine de manifestants, jeunes pour la plupart, vêtus de noirs et blancs, masqués et munis de parapluies noirs déployés avaient pris la tête du cortège derrière une banderole sur laquelle était écrit "Contre le travail".

La préfecture avait interdit la manifestation et déployé plusieurs dizaines de forces de l'ordre pour empêcher la manifestation de déborder dans le centre-ville.

Vers 17H00, alors que les supporters du Stade rennais avaient prévu de défiler avant la rencontre Rennes-Monaco prévue à 20H00, un photographe et une journaliste de Ouest-France ont par ailleurs été violemment pris à partie par des manifestants du groupe d'ultras du Roazhon celtic kop (RCK), a-t-on appris auprès de la rédaction du journal.

La journaliste de Ouest-France qui couvrait le défilé a été invectivée et sommée "de dégager" tandis que des manifestants ont aussi pris à partie un photographe à qui "ils ont tenté d'arracher les appareils photo", selon la même source.