Algérie: La maison d’enfance d’Yves Saint Laurent ouvre ses portes aux visiteurs

Le créateur français Yves Saint-Laurent pose dans son bureau de la rue La Boétie à Paris le 22 septembre 1961 (Photo, AFP).
Le créateur français Yves Saint-Laurent pose dans son bureau de la rue La Boétie à Paris le 22 septembre 1961 (Photo, AFP).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris (Photo, Facebook @Oran).
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

Algérie: La maison d’enfance d’Yves Saint Laurent ouvre ses portes aux visiteurs

  • Après plusieurs mois de travaux, la maison d'Yves Saint Laurent à Oran est maintenant restaurée
  • La maison est ouverte aux visiteurs depuis le 26 juin

ALGER: La première demeure du grand couturier français, Yves Mathieu-Saint-Laurent, dit Yves Saint Laurent, né le 1er août 1936 à Oran en Algérie à l'époque de la colonisation française, va bientôt ouvrir ses portes aux visiteurs. 

Un entrepreneur algérien du nom de Mohammed Affane a acheté la maison familiale dans laquelle le grand couturier français, l'un des plus célèbres du monde de la mode, a grandi afin de la restaurer.

Après plusieurs mois de travaux, la maison d'Yves Saint Laurent à Oran est désormais comme neuve.

F
C’est dans cette maison qu’il a découvert le raffinement de la vie mondaine oranaise (Photo, Facebook @Oran).

La bâtisse sera transformée en musée privé qui contera l'histoire des premiers pas du célèbre créateur de mode, dont les œuvres ont inspiré de nombreux confrères à travers le monde.

L'histoire de cette maison remonte au début du XXe siècle, pendant l'occupation française de l'Algérie. C’est dans ce domicile de deux étages que le couturier vécut durant son enfance et son adolescence et réalisa ses premières créations de mode.

C’est d’ailleurs dans ce même endroit que le couturier a esquissé ses premiers croquis, qui ont remporté le prix du meilleur design des années cinquante. Ce qui lui a permis, à l’époque, d’intégrer l'atelier du designer international Christian Dior.

La maison se situe au numéro 11 de la rue Stora sur le plateau Saint Michel. Le rez-de-chaussée était habité par les parents d’Yves Saint Laurent, tandis que ses cousins occupaient le premier étage. 

D’après les récits que l’auteur faisait de son enfance, c’est dans cette maison qu’il a découvert le raffinement de la vie mondaine oranaise, aux côtés des amies de sa mère venues prendre le thé et discuter des dernières modes. 

Concernant l'importance de la maison dans la carrière de Laurent, la chercheuse française Aurélie Samuel déclare : «Yves-Saint Laurent a vécu son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans dans cette maison avant de s'installer à Paris pour travailler pour l'atelier Dior.»

Samuel a également a expliqué à la presse algérienne que l’artiste a commencé « dans sa chambre à Oran, à fabriquer des petites poupées en papier. Il rêvait d'y établir une maison de couture. Il avait un sens artistique étonnant, même s'il n'avait que 18 ans, il lisait le célèbre magazine Vigo que sa mère avait l'habitude de lire. »

Après avoir appartenu à une famille algérienne pendant plusieurs décennies, Affane a décidé d'acheter la maison et de la restaurer, afin de redonner à la demeure l’apparence qui était sienne durant les années où elle était habitée par les Mathieu-Saint-Laurent. 

La maison est ouverte aux visiteurs depuis le 26 juin. 

Un travail de reconstruction 

L'architecte algérien Youcef Fernane qui a supervisé le projet de restauration de la maison d'Yves saint Laurent, avait pour objectif de reconstituer « dans les moindres détails de l'enfance du couturier reconnu dans le monde entier ». 

Et d’ajouter « c'est une maison historique très importante, et il est de notre devoir aujourd'hui de préserver ces trésors liés à l'histoire algérienne. »

Fernane a confirmé avoir travaillé avec une équipe d'ingénieurs pendant un an, afin de restaurer la maison et lui redonner l'esprit, à travers un processus de recherche historique approfondi dans le but de revenir à l'époque dans laquelle vivait le créateur.

L'équipe de conception a travaillé sur d'anciennes photos et archives pour recréer la même atmosphère que celle d’antan, même en termes d'accessoires et de mobilier, pour faire de la maison une « maison de la mémoire» qui perpétue l'histoire de Laurent et de ses œuvres distinguées. Il a dessiné dans cette maison plus de 30 000 croquis qui y seront bientôt exposés.

Concernant les travaux de restauration, Fernan a expliqué : « Le processus de re-conception n'a pas été facile, notre objectif depuis le début était de créer une atmosphère datant de cette période, et des échantillons de ses œuvres croquis seront exposés dans la maison».

Une jeunesse heureuse 

Venu au monde le 1er août 1936 à la clinique de Jarsaillon à Oran, en Algérie, Yves saint Laurent y passe les dix-huit premières années de sa vie. Il était decrit par ses proches comme étant un étudiant sensible, un amoureux des ouvrages littéraires, du dessin et des magazines de mode.

Le jeune garçon plutôt timide, qui a grandi au sein de la bonne société oranaise,  montre très tôt des talents de dessinateur.

Ses parents étaient membres de la haute bourgeoisie oranaise.  Son père Charles était à la tête  d’une compagnie d’assurance et directeur d’une chaîne de cinéma. Yves saint Laurent s’épanouit dans cette société auprès de ses deux sœurs cadettes, Michèle et Brigitte, nées en 1942 et 1945.

Les débuts de son existence en Algérie ont marqué le style du créateur dans son parcours artistique, et ce, tout au long de sa vie. Partisan de la diversité, il a été le premier à engager lors de ses défilés des  mannequins d'origine asiatique ou africaine. 

Le défunt créateur international décrivait sa ville natale ainsi : « Notre monde à l'époque était Oran et non Paris. Ni Alger, la ville métaphysique de Camus aux blanches vérités, ni encore Marrakech et sa bienfaisante magie rose. Oran, une cosmopole de commerçants venus de partout, et surtout d'ailleurs, une ville étincelant dans un patchwork de mille couleurs sous le calme soleil d'Afrique du Nord. »


Une artiste saoudienne transforme sa passion pour l’agriculture en création artistique

Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Short Url
  • Al-Obaid fabrique ces sacs à plantes peints à la main en cousant les sacs en fonction de la taille du pot, puis elle sélectionne un dessin à appliquer sur le tissu, généralement fleuri
  • Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais

DJEDDAH: Hadeel Al-Obaid, une artiste saoudienne de la province de l'Est, ayant plus de vingt ans d'expérience dans l'agriculture, s’est lancée dans l’inconnu lorsqu'elle a transformé le passe-temps de son enfance en une idée commerciale unique.

Proposant des cache-pots en tissu peints à la main, Al-Obaid a été assez créative pour mélanger art, agriculture et cadeaux.

Elle a confié à Arab News: «J'ai hérité de l'amour de l'agriculture de mon père qui nous a quittés – il m'a appris un tas de techniques de jardinage depuis que j’avais 13 ans. Au début, je partageais sur les réseaux sociaux des astuces pour prendre soin des plantes, ainsi que quelques-unes de mes peintures.»

image 4
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)

Al-Obaid a acquis une connaissance approfondie des plantes. «J'ai une bonne relation avec mes plantes, et je veux que tout le monde profite de mon expérience. Je suis heureuse que mon entreprise reliée à l'art soit également reliée à l'agriculture», a-t-elle affirmé.

Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais, ainsi que de son jardin intérieur et de ses fleurs. C'est à ce moment-là qu’a germé l'idée de son projet, «Lavander touches» («touches de lavande»).

 


Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans

Après la sortie de son album très attendu "Renaissance", Beyonce s'est hissée à la première place du classement des meilleures chansons américaines pour la première fois depuis plus de dix ans. (AFP).
Après la sortie de son album très attendu "Renaissance", Beyonce s'est hissée à la première place du classement des meilleures chansons américaines pour la première fois depuis plus de dix ans. (AFP).
Short Url
  • Événement musical de l'été, Beyonce a sorti son septième album solo six ans après «Lemonade», devenu un classique
  • Le disque «Renaissance» sorti le 29 juillet est aussi en tête du palmarès Billboard pour les albums. Deuxième meilleur résultat de l'année, derrière Harry Styles et son «Harry's House»

NEW YORK : La superstar américaine Beyonce s'est propulsée au sommet des ventes aux Etats-Unis avec un titre tiré de l'album "Renaissance", une première pour l'artiste depuis près de 15 ans.

C'est son single "Break My Soul" qui s'est hissé lundi tout en haut du palmarès Billboard Hot 100. Le titre "Single Ladies" avait fait aussi bien fin 2008.

Le disque "Renaissance" sorti le 29 juillet est aussi en tête du palmarès Billboard pour les albums. Deuxième meilleur résultat de l'année, derrière Harry Styles et son "Harry's House".

Ce nouveau triomphe de l'artiste de bientôt 41 ans a été légèrement terni par une polémique la semaine dernière sur les réseaux sociaux: Beyonce va devoir réenregistrer le titre "Heated" après des critiques sur un mot d'argot considéré comme une insulte à l'égard de personnes souffrant de handicaps moteurs.

La "reine" Beyonce y chante "Spazzin' on that ass, spazz on that ass".

Le terme "spaz" en anglais, dérivé de l'adjectif "spastic" ("spastique"), peut être utilisé pour se moquer de personnes souffrant d'une infirmité motrice cérébrale et peut être associé au sens large aux termes "crétin", "dérangé" ou encore "empoté". Aux Etats-Unis, le mot "spaz" est peu fréquent et semble plutôt qualifier une personne jugée "hors de contrôle" ou qui agit de manière "erratique".

Événement musical de l'été, Beyonce a sorti son septième album solo six ans après "Lemonade", devenu un classique. Les fans (270 millions d'abonnés sur Instagram) ont retrouvé leur "Queen B" en pleine "Renaissance", dans cet album de 16 morceaux destinés à un monde qui recommence à faire la fête après la pandémie.


Balenciaga propose à la vente un sac poubelle à 1 751  euros

Balenciaga propose à la vente un sac poubelle à 1 751  euros
Short Url
  • Le sac a attiré l'attention après avoir été offert à Kim Kardashian à l’issue du défilé de la Fashion Week de Paris, en mars dernier
  • Baptisé «Trash Pouch» (littéralement «sac à déchets», NDLR), le sac en cuir de veau et muni d’un cordon de serrage est donc officiellement arrivé dans les magasins Balenciaga

PARIS: Balenciaga n'a jamais hésité à repousser les limites. Voilà que la marque de luxe avant-gardiste frappe à nouveau avec son sac poubelle à 1 751 euros! 

Conçu pour sa collection hiver 2022, le sac a attiré l'attention après avoir été offert à Kim Kardashian à l’issue du défilé de la Fashion Week de Paris, en mars dernier. Dans une story Instagram, présentant le sac, Kardashian a écrit: «Regardez ce que j'ai. J'ai reçu le trash bag [«sac poubelle», NDLR] du défilé. Je suis tellement heureuse!»

''''

Baptisé «Trash Pouch» (littéralement «sac à déchets», NDLR), le sac en cuir de veau et muni d’un cordon de serrage est donc officiellement arrivé dans les magasins Balenciaga après avoir fait tourner les têtes sur le podium de la Fashion Week de Paris au mois de mars dernier. Le lancement de cet accessoire – qui se décline dans les couleurs typiques des sacs poubelles comme le noir et le blanc, ainsi que le bleu et le jaune – suscite une vague d’indignation sur Internet, où l’on se moque encore de ce produit très tape-à-l'œil. 

Ce n'est pas la première fois qu'un produit Balenciaga suscite la controverse en raison du penchant de la marque pour les produits utilitaires vendus à des prix exorbitants. En 2017, la marque avait lancé un fourre-tout de 2 098 euros conçu dans le style des grands sacs à provisions bleus d'Ikea, qui coûtent 99 centimes d’euros. Plus récemment, le partenariat de la société avec Crocs a fait grincer les dents: sa version de la chaussure s’élevait à quelque 928 euros. 

Le directeur de la création de Balenciaga, Demna Gvasalia, a confié à Women's Wear Daily que la conception de ce sac controversé était une occasion qu'il ne voulait pas manquer.  

«Je ne pouvais pas rater l'occasion de créer le sac poubelle le plus cher du monde, car qui n'aimerait provoquer un scandale, dans le domaine de la mode?», a-t-il déclaré au magazine en mars dernier.