Fébrilité diplomatique avant la visite du président américain au Moyen-Orient

On aperçoit le reflet de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans les lunettes de soleil du président américain, Joe Biden, lors de la première journée du sommet des dirigeants du G7 en Allemagne, le dimanche 26 juin 2022. (AP)
On aperçoit le reflet de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans les lunettes de soleil du président américain, Joe Biden, lors de la première journée du sommet des dirigeants du G7 en Allemagne, le dimanche 26 juin 2022. (AP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

Fébrilité diplomatique avant la visite du président américain au Moyen-Orient

  • L’objectif est de favoriser une coopération plus étroite dans des domaines comme la sécurité, l’énergie propre ainsi que la sécurité alimentaire et hydrique
  • Les nouvelles mesures sont intervenues après que le roi Abdallah de Jordanie a soutenu l’idée de la formation d’une alliance de défense semblable à l’Otan pour le Moyen-Orient

DJEDDAH: Quatre pays arabes, les États-Unis et Israël ont décidé lundi de renforcer leurs relations et de tenir des réunions annuelles des ministres des Affaires étrangères dans le cadre des activités diplomatiques qui précédaient la première visite du président américain, Joe Biden, au Moyen-Orient.
Les Émirats arabes unis, l’Égypte, le Maroc et Bahreïn ont pris part aux pourparlers des six pays lundi à Manama, après un sommet organisé dans le désert du Néguev au mois de mars. L’objectif est de favoriser une coopération plus étroite dans des domaines comme la sécurité, l’énergie propre et la sécurité alimentaire et hydrique.
Dans une déclaration commune, le groupe exprime son soutien à un règlement négocié du conflit palestino-israélien. Les ministres des Affaires étrangères des six pays devraient se rencontrer tous les ans. D’autres discussions devraient par ailleurs se tenir cette année.

En bref

Les ministres des Affaires étrangères des six pays devraient se rencontrer tous les ans.

D’autres discussions devraient d’ailleurs se tenir cette année.
«Nous essayons de mettre en place un nouveau cadre régional et des initiatives tangibles susceptibles de donner vie au forum du Néguev», a déclaré Yael Lempert, responsable du département d’État américain. «Cette approche très holistique est destinée à mettre en place une nouvelle architecture capable d’obtenir des résultats véritablement significatifs.»
Les nouvelles mesures sont intervenues après que le roi Abdallah de Jordanie a soutenu l’idée de la formation d’une alliance de défense semblable à l’Otan pour le Moyen-Orient et avant que le président américain Biden ne se rende en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite, du 13 au 16 juillet.
Dans le cadre d’une série de visites officielles organisées la semaine dernière, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, s’est rendu en Jordanie, en Égypte et en Turquie, le Premier ministre irakien a visité l’Arabie saoudite et l’Iran, alors que l’émir du Qatar s’est rendu au Caire pour la première fois depuis sept ans.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et l'OCI présentent leurs condoléances après l'incendie d'une église au Caire

À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
Short Url
  • Un incendie a ravagé une église copte dans la capitale égyptienne, faisant au moins 41 victimes et plusieurs blessés
  • Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa « grande tristesse et son chagrin » à la suite du gigantesque incendie qui a ravagé dimanche l'église Abu Sefein au Caire, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L’incendie qui a ravagé l'église copte dans la capitale égyptienne, a fait au moins 41 morts et plusieurs blessés.

Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple.

Dimanche également, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Hissein Brahim Taha, a exprimé ses condoléances au pays comme aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a également souligné la solidarité, dans ces circonstances tragiques, de l'OCI avec l'Égypte tout en l’assurant de son appui.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Égypte : Au moins 41 morts et 55 blessés dans l'incendie d'une église à Gizeh

Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Short Url
  • Des dizaines de personnes ont été emmenées dans des hôpitaux locaux et le nombre de victimes devrait augmenter
  • Le président El-Sisi téléphone au pape Tawadros II pour lui exprimer ses condoléances et l’assurer de son soutien

LE CAIRE : Le ministère égyptien de la Santé a annoncé que 55 personnes avaient été transportées à l'hôpital après qu'un incendie s’est déclaré dimanche dans l'église Abu Sefein, dans le nord de Gizeh.

Dans un communiqué, l'Église copte orthodoxe a indiqué qu’un grand incendie s'est déclaré pendant la liturgie divine et que des fidèles ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Le communiqué ajoute que, selon des sources du ministère de la Santé, le nombre de décès s'élève à ce jour à 41 personnes et que 14 autres sont blessées.

Ces chiffres ne sont pas confirmés, et le décompte devrait changer.

Hossam Abdel Ghaffar, porte-parole officiel du ministère de la Santé et de la Population, a confirmé que 30 ambulances ont été envoyées à l'église pour transporter les gens dans les deux hôpitaux locaux.

Le président Abdel Fattah El-Sisi a téléphoné au pape Tawadros II pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de l'accident.

Au cours de cet appel, El-Sisi a souligné que toutes les institutions de l'État apporteraient le soutien nécessaire pour contenir les effets de l'incendie.

Abdel Ghaffar a déclaré que l'état de préparation des hôpitaux de Gizeh et du Caire avait été relevé, et que tous les groupes sanguins et les médicaments d'urgence étaient disponibles dans les établissements accueillant les blessés.

L'administration générale de la protection civile de Gizeh a envoyé des pompiers et des véhicules pour combattre l'incendie, qui a été rapidement maîtrisé.

Le Premier ministre Mostafa Madbouly a adressé ses sincères condoléances aux familles des victimes.

La police scientifique et d'autres autorités sont, quant à elles, sur les lieux pour déterminer la cause de l'incendie.

Le procureur général Hamada Al-Sawy a publié une déclaration indiquant qu'une équipe d'enquête avait été formée, et que le ministère public annoncerait ses résultats en temps voulu.

L'examen préliminaire des preuves médico-légales suggère que l'incendie s'est déclaré dans le système de climatisation au deuxième étage du bâtiment de l'église, qui comprend des salles de classe, à la suite d'une faille électrique.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite a exprimé sa « grande tristesse et sa douleur » à la suite de cet incendie et a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Des centaines de Soudanais dans la rue pour défendre un plan soutenu par l'armée

Un cracheur de feu soudanais se produit alors que des manifestants se rassemblent devant la salle Al-Sadaka dans la capitale Khartoum, le 14 août 2022, lors d'une réunion de l'initiative politique «appel du peuple du Soudan». (AFP).
Un cracheur de feu soudanais se produit alors que des manifestants se rassemblent devant la salle Al-Sadaka dans la capitale Khartoum, le 14 août 2022, lors d'une réunion de l'initiative politique «appel du peuple du Soudan». (AFP).
Short Url
  • Le célèbre chef religieux soufi Al-Tayeb al-Jed réunit à Khartoum des personnalités pour les rallier à une feuille de route censée relancer la transition démocratique
  • Son «appel du peuple du Soudan» a déjà obtenu fin juillet le soutien du chef de facto du pays

KHARTOUM : Des centaines de Soudanais manifestent dimanche en soutien au plan de sortie de crise d'un dignitaire soufi que le général Abdel Fattah al-Burhane, auteur du putsch d'octobre, a dit accepter, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Depuis samedi, le célèbre chef religieux soufi Al-Tayeb al-Jed réunit à Khartoum des personnalités pour les rallier à une feuille de route censée relancer la transition démocratique, brutalement arrêtée avec le coup d'Etat du général Burhane le 25 octobre 2021.

Son "appel du peuple du Soudan" a déjà obtenu fin juillet le soutien du chef de facto du pays.

"C'est un appel au consensus national et on espère qu'il mettra fin aux crises au Soudan", se félicite Hozaifa Mohammed, l'un des manifestants.

"Cette initiative vise à faire cesser les conflits" et "réunit les différentes parties du Soudan, dont les soufis, les groupes armés et les autres", renchérit un autre, Othmane Abderrahmane.

Samedi, M. Jed avait assuré avoir réuni 120 représentants de partis, de confréries et de tribus pour discuter de son plan qui veut ramener "la paix et la sécurité", en finir avec la crise économique et garantir que les élections promises pour l'été 2023 se déroulent "dans l'intégrité".

Il a appelé les Soudanais à "se réunir en soutien" à l'armée, tendant la main aux factions "opposées" ou ayant des "réserves".

Car depuis que le général Burhane a proposé début juillet de s'effacer pour laisser place à un gouvernement civil, le principal bloc civil du Soudan, les Forces pour la liberté et le changement (FLC) limogées lors du putsch, dénoncent une "tactique" et refusent de négocier.

Les partisans d'un pouvoir civil, eux, manifestent chaque semaine malgré la répression qui a fait 116 morts et des milliers de blessés, selon des médecins.

Dimanche une nouvelle fois, le général Burhane a appelé l'ensemble des acteurs soudanais à travailler ensemble "pour relancer la transition en vue des élections".