Des talibans négocient avec les Etats-Unis le déblocage de fonds pour l'Afghanistan

Le ministre taliban des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, est arrivé mercredi dans la capitale du Qatar avec des responsables du ministère des Finances et de la banque centrale (Photo, AFP).
Le ministre taliban des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, est arrivé mercredi dans la capitale du Qatar avec des responsables du ministère des Finances et de la banque centrale (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

Des talibans négocient avec les Etats-Unis le déblocage de fonds pour l'Afghanistan

  • Un membre du conseil d'administration de la Banque centrale d'Afghanistan a confirmé mercredi que des négociations étaient en cours
  • Ils échangeront avec le représentant spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan, Tom West, a confirmé mercredi le département d'Etat américain

DOHA: Les Etats-Unis et les talibans, au pouvoir en Afghanistan, doivent discuter jeudi à Doha d'un mécanisme permettant de débloquer des fonds après un séisme meurtrier dans le pays, Washington cherchant à s'assurer qu'ils sont utilisés à des fins humanitaires.

La Maison Blanche a dit travailler "en urgence" sur le dossier, mais un membre de la Banque centrale afghane a estimé que parvenir à un accord prendrait du temps.

Le ministre taliban des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, est arrivé mercredi dans la capitale du Qatar avec des responsables du ministère des Finances et de la banque centrale, a indiqué sur Twitter le porte-parole du ministère des Affaires étrangères des talibans, Hafiz Zia Ahmed.

Ils échangeront avec le représentant spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan, Tom West, a confirmé mercredi le département d'Etat américain. Washington souhaite aborder toute une série de points, notamment les questions des droits humains et de l'éducation des filles, a-t-on ajouté de même source.

"Aucun de ces engagements ne doit être vu comme la 'légitimation' des talibans ou de leur soi-disant gouvernement mais sont le simple reflet d'une réalité: nous devons mener de telles discussions afin de soutenir les intérêts américains", a déclaré un porte-parole de la diplomatie américaine, qui ne reconnaît pas le gouvernement taliban.

Après la prise du pouvoir par les taibans en août 2021, Washington avait saisi en février sept milliards de dollars de réserves de la banque centrale afghane déposés aux Etats-Unis.

Joe Biden souhaitait que la moitié de cette somme soit réservée à l'indemnisation des familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et l'autre moitié à de l'aide humanitaire à l'Afghanistan, mais versée de manière à ce que l'argent ne tombe pas aux mains des talibans.

Or le pays, déjà touché par une crise économique sévère, a été frappé la semaine dernière par un séisme d'une magnitude de 5,9 dans l'est du pays, faisant plus de 1 000 morts et des milliers de sans abri.

"Nous travaillons ardemment afin de résoudre des questions difficiles sur l'utilisation de ces fonds, pour nous assurer qu'ils bénéficient au peuple afghan et non aux talibans", a déclaré la semaine dernière Karine Jean-Pierre, la porte-parole de la Maison Blanche.

«Déblocage limité et contrôlé»

Un membre du conseil d'administration de la Banque centrale d'Afghanistan a confirmé mercredi que des négociations étaient en cours, mais a prévenu que cela pourrait prendre encore un peu de temps.

"Les détails du mécanisme de transfert des réserves à la banque centrale n'ont pas été finalisés", a affirmé Shah Mehrabi, également professeur d'économie au Montgomery College dans le Maryland (est des Etats-Unis).

"Cela va prendre du temps, ce genre de choses ne se fait pas du jour au lendemain".

Pour M. Mehrabi, 3,5 milliards de dollars des réserves devraient être rendus à la Banque centrale afghane. Il propose pour sa part "un déblocage limité et contrôlé des réserves, comme 150 millions par mois pour payer des importations".

Une telle mesure aiderait à soutenir la devise afghane, stabiliser les prix et permettre aux Afghans de se procurer des produits de base comme du pain, de l'huile, du sucre ou encore du carburant, explique l'économiste.

L'utilisation des fonds "peut être contrôlée et auditée de manière indépendante par des cabinets d'audit externe avec la possibilité d'y mettre fin en cas d'utilisation abusive", affirme M. Mehrabi.

Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, 24 millions d'Afghans, soit plus de la moitié de la population du pays, ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence.


Alerte à la chaleur en Angleterre, les restrictions sur la consommation d'eau s'étendent

La carapace d'une écrevisse américaine repose sur le lit séché de la rivière Infant Thames à Ashton Keynes, le 8 août 2022. L'ensemble de l'Angleterre a enregistré une moyenne de 23,1 mm de pluie, soit le chiffre le plus bas pour le mois depuis 1935 et le septième plus faible total de juillet jamais enregistré, selon le rapport. (AFP).
La carapace d'une écrevisse américaine repose sur le lit séché de la rivière Infant Thames à Ashton Keynes, le 8 août 2022. L'ensemble de l'Angleterre a enregistré une moyenne de 23,1 mm de pluie, soit le chiffre le plus bas pour le mois depuis 1935 et le septième plus faible total de juillet jamais enregistré, selon le rapport. (AFP).
Short Url
  • La chaleur devrait rester moins extrême qu'en juillet, quand un pic de température avait été enregistré à plus de 40 degrés, du jamais vu au Royaume-Uni
  • Au sud, le temps «va rester sec toute la semaine, n'apportant aucun répit pour les terres desséchées, surtout dans le sud-est», a averti le Met Office

LONDRES : Les services météorologiques britanniques ont émis mardi une alerte à la "chaleur extrême" pour cette semaine, poussant la compagnie alimentant Londres en eau à annoncer de prochaines restrictions sur la consommation.

L'Angleterre a connu un hiver et un printemps exceptionnellement secs, aggravés par le mois de juillet le plus sec depuis 1935, voire jamais enregistré dans le sud.

Laissant entrevoir une aggravation, le Met Office a émis mardi une alerte orange à la chaleur pour le sud de l'Angleterre et l'est du Pays de Galles entre jeudi et dimanche, avec des températures atteignant 35 à 36 degrés Celsius.

La chaleur devrait rester moins extrême qu'en juillet, quand un pic de température avait été enregistré à plus de 40 degrés, du jamais vu au Royaume-Uni.

Au sud, le temps "va rester sec toute la semaine, n'apportant aucun répit pour les terres desséchées, surtout dans le sud-est", a averti le Met Office.

Face aux conditions extrêmes, l'état de sécheresse n'a pas été déclaré pour l'instant mais des restrictions locales (interdiction d'arroser les jardins, de laver les voitures ou de remplir les piscines) ont déjà été annoncées dans de vastes pans du sud de l'Angleterre.

Mais Thames Water, qui alimente en eau 15 millions de clients dont la capitale Londres, a averti qu'elle se joindrait à ce mouvement, sans fixer de date précise.

"Vu les prévisions à long terme de temps sec et les températures très chaudes attendues cette semaine, nous prévoyons d'annoncer des interdictions provisoires dans les semaines à venir", a indiqué un porte-parole de la compagnie.

Exemple de la situation exceptionnelle actuelle: la source de la Tamise est à sec et le fleuve qui traverse Londres ne commence à couler qu'environ huit kilomètres plus en aval, du jamais vu.

L'agence hydrologique a averti mardi que le niveau des rivières allait "probablement rester "exceptionnellement bas dans le centre, le sud et l'est de l'Angleterre" d'ici à octobre.


Covid: l'UE réserve 15 millions de doses du vaccin Moderna modifié

Flacon d'une dose du vaccin de Moderna contre la Covid-19. (Photo, AFP)
Flacon d'une dose du vaccin de Moderna contre la Covid-19. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'Agence européenne des médicaments (EMA), régulateur du secteur, avait annoncé mi-juin avoir commencé à examiner cette nouvelle version, destinée à cibler aussi bien la souche originelle du SARS CoV-2 que celle du variant Omicron
  • Ces 15 millions font partie de la commande globale de 460 millions de doses passée avec Moderna, au nom des Vingt-Sept, par la Commission depuis le début de la pandémie

BRUXELLES : La Commission européenne a réservé auprès de la biotech américaine Moderna 15 millions de doses supplémentaires de la nouvelle version de son vaccin anti-Covid, modifié notamment en fonction du variant Omicron, a-t-elle annoncé mardi.

L'Agence européenne des médicaments (EMA), régulateur du secteur, avait annoncé mi-juin avoir commencé à examiner cette nouvelle version, destinée à cibler aussi bien la souche originelle du SARS CoV-2 que celle du variant Omicron, dont des sous-variants ont récemment entraîné une remontée des contaminations.

L'accord passé par la Commission reste cependant suspendu au feu vert des régulateurs européens, "sous réserve d'une autorisation de mise sur le marché (dans l'UE) dans des délais qui permettraient l'utilisation de ces doses pour les campagnes de vaccination" cet automne et cet hiver, selon un communiqué de presse.

Ces 15 millions font partie de la commande globale de 460 millions de doses passée avec Moderna, au nom des Vingt-Sept, par la Commission depuis le début de la pandémie. Le laboratoire utilise la technologie de l'ARN messager.

Début juin, l'exécutif européen avait annoncé avoir passé un accord avec la biotech new-yorkaise pour qu'"une partie" des doses dont la livraison était attendue au deuxième trimestre puisse être livrée seulement à partir de septembre, sous forme de vaccins de rappel adaptés aux variants du SARS CoV-2, dont Omicron.

Bruxelles a annoncé mardi s'être entendu avec Moderna pour ajuster encore une fois le calendrier, cette fois en repoussant en septembre et durant l'automne puis l'hiver la fourniture de doses dont la livraison était initialement programmée cet été.

Il s'agit "de mieux répondre aux besoins des États membres" cet automne et cet hiver, "lorsqu'ils auront plus probablement besoin de stocks supplémentaires pour leurs campagnes nationales (de vaccination) et le respect de leurs engagements de solidarité internationale", a expliqué la Commission.

"L'accord garantit également que, si un ou plusieurs vaccins adaptés (aux variants) reçoivent une autorisation de mise sur le marché, les États membres peuvent choisir de recevoir ces vaccins adaptés dans le cadre du contrat en cours", précise l'exécutif européen.


Belgique: nouveau retrait de glaces Häagen-Dazs après une alerte européenne

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Short Url
  • La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août
  • La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août

BRUXELLES: La Belgique a fait retirer de la vente sept nouvelles crèmes glacées Häagen-Dazs à la suite d'une alerte européenne déclenchée début juillet par la découverte de résidus d'un composé cancérigène dans des lots lors de contrôles, a annoncé mardi l'agence fédérale pour la sécurité alimentaire (AFSCA).

"Plusieurs variantes de crèmes glacées de la marque Häagen-Dazs, vendues en Belgique via les magasins Albert Heijn, Jumbo et Intermarché, sont retirées de la vente", a indiqué  l'agence dans un communiqué.

"Ce rappel fait suite à une notification via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed)", précise l'AFSCA.

La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août.

Une alerte a été lancée par la France le 8 juillet via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed), jugeant "sérieux" pour la santé le risque présenté par la présence de résidus d'oxyde d'éthylène (ETO), un pesticide cancérigène interdit en Europe. Plusieurs Etats membres de l'UE ont depuis fait procéder au retrait de glaces et ont publié des avertissements aux consommateurs. La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août, selon les agences nationales de sécurité alimentaire.

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août.

Un fournisseur de vanille a été identifié comme la cause du problème et General Mills a décidé de rappeler tous les produits réalisés avec de la vanille de ce fournisseur, a expliqué l'AFSCA.

L'agence belge a publié la liste des dix-sept crèmes glacées incriminées, parmi lesquelles la Belgium Chocolate, avec les dates de péremption dont le retrait a été exigé dans tous les magasins du royaume.