À l’approche des élections, les populistes turcs attisent les tensions autour des réfugiés syriens

Umit Ozdag, chef du parti Zafer. (Photo/AP)
Umit Ozdag, chef du parti Zafer. (Photo/AP)
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

À l’approche des élections, les populistes turcs attisent les tensions autour des réfugiés syriens

  • L’accès à la ville méridionale de Hatay a récemment été interdit à Umit Ozdag, le chef du parti nationaliste Zafer
  • Le 31 mai, un immigré a harcelé sexuellement un garçon turc de 10 ans dans le quartier Esenyurt d’Istanbul, qui accueille une population importante de réfugiés

ANKARA: Un discours antiréfugiés toxique et dangereux connaît un certain essor en Turquie. L’accès à la ville méridionale de Hatay a récemment été interdit à Umit Ozdag, le chef du parti nationaliste Zafer (mot qui signifie «victoire» en turc) après qu’il a promis de placer une mine «symbolique» à la frontière avec la Syrie pour empêcher toute traversée illégale.

La police turque, la gendarmerie et des responsables du gouvernorat de Hatay ont empêché M. Ozdag d’entrer dans la ville dans la mesure où sa décision pourrait provoquer la haine et l’incitation au sein de la population réfugiée dans la ville, qui abrite quelque 400 000 Syriens.

Les experts mettent en garde contre les politiciens d’extrême droite qui se servent des réfugiés syriens comme un argument politique avant les élections générales et présidentielles qui devraient se tenir l’année prochaine.

Le parti de M. Ozdag se fonde essentiellement sur une idéologie antisyrienne et mène une campagne contre la présence en Turquie de réfugiés qu’il accuse d’être à l’origine des graves problèmes économiques et financiers dont souffre le pays.

Le parti Zafer, qui détient une part insignifiante des voix selon les sondages, critique également le taux de natalité élevé parmi les réfugiés, qu’il qualifie d’«invasion silencieuse» de la Turquie.

M. Ozdag a publié sur Twitter des vidéos controversées dans lesquelles il affirme qu’il expulsera tous les réfugiés de la Turquie une fois qu’il sera au pouvoir.

Il a également déclaré que son parti se retirerait de la Convention internationale sur l’interdiction des mines antipersonnel et qu’il les replacerait aux frontières afin de stopper les réfugiés.

M. Ozdag ajoute que tout citoyen turc qui souhaite que les réfugiés syriens restent en Turquie est un «traître».

Selon Friedrich Puttmann, chercheur à l’Istanbul Policy Center, les dernières déclarations de M. Ozdag semblent s’inspirer des nationalistes d’extrême droite de l’Union européenne, comme le parti allemand Alternative für Deutschland («Alternative pour l’Allemagne»). Ce dernier a suggéré lui aussi, lors d’un débat qui portait sur les réfugiés en Allemagne, en 2016, que les frontières soient fermées par des moyens militaires aux demandeurs d’asile.

«M. Ozdag peut être considéré comme un entrepreneur politique qui tente d’arriver au pouvoir en mobilisant tous les efforts de son parti pour lutter contre un unique nouveau problème de la politique turque. Par ailleurs, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour rendre ce sujet aussi important que possible afin de générer des votes», déclare Friedrich Puttmann à Arab News.

Le chercheur affirme que, en déployant cette stratégie, M. Ozdag cherche à exploiter non seulement les revendications des Turcs au sujet de l’accueil des réfugiés syriens, mais également leur fort sentiment nationaliste.

«Pour contrer cela, ses détracteurs ne devraient pas tomber dans son piège en défendant les réfugiés eux-mêmes, mais plutôt ce que c’est d’être turc», poursuit-il.

Il a été interdit aux réfugiés syriens en Turquie de rendre visite à leurs familles restées au pays pendant l’Aïd al-Adha, tandis que de nouveaux quotas ont été appliqués aux permis de séjour. À compter du 1er juillet, la Turquie limitera les permis pour les étrangers à un plafond de 20% de la population de certains quartiers.

M. Puttmann note qu’une grande partie du débat turc sur les réfugiés syriens est une extension du débat sur la signification de l’identité turque.

«Si les détracteurs de M. Ozdag peuvent présenter une vision de l’identité turque qui ne divise pas, mais présente des valeurs partagées par différentes catégories de la société turque, ils peuvent également convaincre le public que le fait de planter des mines à la frontière turco-syrienne constituerait la solution la plus antiturque», souligne-t-il.

La Turquie accueille actuellement environ 3,7 millions de réfugiés syriens à l’intérieur de ses frontières, sans compter plus de deux cent mille Syriens qui ont obtenu la nationalité turque au cours de la dernière décennie. Le pays fournit également une assistance sécuritaire et humanitaire à plus de trois millions de Syriens dans les régions syriennes contrôlées par la Turquie.

Selon les derniers sondages, le sentiment antiréfugiés connaît un essor important en Turquie.

Une enquête récente sur la recherche économique à Istanbul menée par l’organisation Istanbul Ekonomi Arastirma montre que 61% des personnes interrogées sont favorables à une position plus dure à l’égard des réfugiés. Le rapatriement des Syriens est considéré comme l’un des principaux sujets des engagements électoraux imminents des partis d’opposition.

Le professeur Murat Erdogan, directeur du Centre de recherche sur la migration de l’université d’Ankara et chercheur associé au Centre for Applied Turkey Studies (CATS-SWP), à Berlin, déclare à Arab News que le discours antiréfugiés ne pourra être résolu en empêchant quelqu’un d'entrer dans une ville où les réfugiés constituent plus de 20% de la population locale.

«M. Ozdag et son parti évoquent des inquiétudes et une colère qui sont profondément enracinées dans la société turque en raison du flux considérable de réfugiés auquel le pays a été confronté en peu de temps», précise-t-il.

Selon l’universitaire, qui prédit le développement de nouvelles formations politiques, la très grande attention accordée aux perspectives antiréfugiés associe la question syrienne aux discussions sur la sécurité nationale de la Turquie.

«La nature indéfinie du processus d’immigration crée un sentiment d’insécurité et nourrit les craintes de la société quant à l’incapacité de protéger les frontières intérieures et de gérer la vague d’immigration», insiste-t-il.

 «Alors que le gouvernement présente les réfugiés comme le produit d’une solidarité religieuse ou culturelle dans le cadre de sa politique étrangère humanitaire, l’opposition critique cette politique en faisant de cette question un sujet sécuritaire. C’est une réalité qui a été utilisée par les politiciens populistes au cours de ces dernières années», ajoute le professeur Erdogan.

«Il est très important de renforcer la résilience de la société turque dans la période à venir et de mettre en œuvre des politiques de cohésion pour les Syriens au niveau local afin de mettre en garde contre de nouveaux conflits», soutient-il.

Deux jeunes Syriens – Sultan Abdel Baset Jabneh et Cherif Khaled al-Ahmed – ont été tués à Istanbul au cours de ce mois, tandis qu’une Syrienne de 70 ans a été frappée au visage le mois dernier dans la province de Gaziantep, au Sud-Est, ce qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Le 31 mai, un immigré a harcelé sexuellement un garçon turc de 10 ans dans le quartier Esenyurt d’Istanbul, qui accueille une population importante de réfugiés. Il a été arrêté, mais la colère locale s’est rapidement propagée dans les rues.

Dans le cadre d’un nouveau projet, le gouvernement turc s’est récemment engagé à relocaliser un million de Syriens dans le nord de la Syrie en établissant les infrastructures nécessaires.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abdulelah Mir Alem remporte la médaille d'or pour l'Arabie saoudite aux Championnats du monde juniors MMA

Abdulelah Mir Alem d'Arabie saoudite après avoir remporté la médaille d’or aux Championnats du monde de la jeunesse MMA à Abu Dhabi. (SPA)
Abdulelah Mir Alem d'Arabie saoudite après avoir remporté la médaille d’or aux Championnats du monde de la jeunesse MMA à Abu Dhabi. (SPA)
Short Url
  • Le premier grand prix du Royaume dans ces compétitions est dans la catégorie des 62 kg
  • Après sa victoire, Alem a exprimé sa joie de remporter la première médaille d'or saoudienne

ABU DHABI: Le lutteur saoudien de MMA (Arts martiaux mixtes), Abdulelah Mir Alem, a remporté une médaille d'or aux Championnats du monde de la jeunesse IMMAF 2022 à Abu Dhabi.

Le lutteur saoudien a battu Isaac Esparza des États-Unis dans la catégorie des 62 kg de ces compétitions qui se déroulent à la Jiu-Jitsu Arena, dans la capitale des Émirats arabes unis, du 17 au 20 août.

Après sa victoire, Alem a exprimé sa joie de remporter la première médaille d'or saoudienne de la compétition et sa première victoire en MMA au niveau international dans cette catégorie de poids.

Abdelaziz Julaidan, président de la Fédération saoudienne des arts martiaux mixtes et chef de la délégation du Royaume à Abu Dhabi, a salué la réussite d'Alem et le soutien du gouvernement aux athlètes saoudiens. Il a souligné l'importance des programmes continus ciblant des réalisations similaires dans les compétitions futures.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le monde entier regarde, affirme le prince Khaled avant Rage on the Red Sea

Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Short Url
  • Les organisateurs et les boxeurs se sont adressés aux médias internationaux avant l'affrontement pour le titre des poids lourds à Djeddah samedi
  • Lors de l’événement, les premières boxeuses professionnelles participeront à un match professionnel international en Arabie saoudite

DJEDDAH: «Le monde entier regardera» le champion du monde ukrainien Oleksandr Usyk défendre son titre contre le Britannique Anthony Joshua dans le combat Rage on the Red Sea («Fureur sur la mer Rouge»), a déclaré le prince Khaled ben Abdelaziz, président de Skill Challenge Entertainment.

Le prince Khaled s'exprimait lors de la conférence de presse à l'hôtel Shangri-La à Djeddah avant le match du 20 août, les deux principales têtes d'affiche et d'autres boxeurs s’exprimant également sur cet événement.

«Le monde entier regardera», a-t-il affirmé, faisant référence au combat des poids lourds. «C'est une étape importante pour l'Arabie saoudite et le sport dans le Royaume.»

«Je veux que l'Arabie saoudite figure en bonne place sur la carte mondiale de la boxe et dynamise le peuple de notre pays. Nous voulons nous impliquer davantage dans la boxe féminine et, espérons-le, nous aurons à l’avenir des femmes saoudiennes qui participeront à des combats et représenteront le pays», a déclaré le prince Khaled.

Lors de la conférence de presse, Usyk et Joshua se sont déclarés prêts pour le combat et ont apprécié l'atmosphère enthousiaste et l'hospitalité de l’Arabie saoudite.

Joshua espère remporter pour la deuxième le championnat des poids lourds du Royaume, après avoir battu Andy Ruiz Jr à Riyad, en décembre 2019. «Je tiens à remercier tous les Saoudiens pour leur soutien et leur hospitalité, ainsi que mon équipe, qui m’a entraîné de manière excellente», a-t-il assuré. «Nous avons élevé le niveau de l’entraînement et amélioré la concentration mentale en étant suffisamment rigoureux pour atteindre les objectifs que je me suis fixé. Ce qui me stimule, c'est ma passion de la compétition et surtout ma volonté de toujours vouloir m'améliorer. Connaître le succès est mon premier objectif, et non pas remporter des ceintures.»

Usyk, quant à lui, se bat autant pour le peuple ukrainien que pour lui-même.

«Physiquement, nous sommes prêts pour ce match, après avoir passé beaucoup de temps à nous entraîner. Il y a une atmosphère et un esprit formidables dans le Royaume qui ne cessent de nous motiver. Je tiens à remercier le peuple saoudien pour son hospitalité et son accueil chaleureux, et j'espère venir plus souvent dans le Royaume», a-t-il affirmé.

Le prince Fahd ben Abdelaziz, s’exprimant au nom de Skill Challenge Entertainment, a affirmé: «Nous sommes très fiers que la boxe en Arabie saoudite continue de se développer, nous permettant d'accueillir cet événement mondial qui n'aurait pas pu avoir lieu sans le soutien de nos dirigeants avisés et les efforts du ministère des Sports, ainsi que le travail inlassable de la Fédération saoudienne de boxe.»

«J'espère que cet événement sera un succès et que l'Arabie saoudite deviendra une destination pour d'autres événements sportifs internationaux, tout comme la boxe», a-t-il affirmé à Arab News.

«C'est formidable de voir l'écosystème de la boxe prendre vie dans le Royaume, et j'espère que cet événement se révélera être dans les années à venir l'un des meilleurs que nous ayons jamais vus», s’est félicité Abdallah Ahmed al-Harbi, président de la Fédération saoudienne de boxe. «C’est un événement de la taille du championnat du monde des poids lourds, car il comporte cinq ceintures différentes, et nous souhaitons bonne chance aux boxeurs.»

Il a indiqué attendre également avec impatience les autres rencontres, en particulier les premières boxeuses professionnelles à participer à un match professionnel international en Arabie saoudite. «C'est un événement de boxe historique non seulement pour le Royaume mais aussi pour le monde, et je suis très heureux d'en faire partie», a indiqué Al-Harbi.

«Il s'agit du deuxième grand combat dans le Royaume, après le premier qui s'est tenu à Diriyah Season à Riyad. Nous avons depuis lors assisté à une grande transformation ainsi qu’au développement de la boxe de niveau amateur», a-t-il précisé.

«Nous comptons maintenant près de 24 clubs et plus de 700 boxeurs. En outre, nous avons un événement olympique qui met en vedette 300 boxeurs à Djeddah. Nous assistons à une participation massive à ce sport, et nous sommes impatients de motiver davantage de personnes à y participer, après cet événement», s’est-il réjoui.

Il a aussi apporté un large soutien à Ziyad al-Maayouf, le premier boxeur professionnel à représenter l'Arabie saoudite. «Nous sommes tous avec lui, il s’agit du premier boxeur professionnel saoudien à combattre dans son pays d'origine. Il sera sûrement une source d’inspiration pour la nouvelle génération d'amateurs souhaitant devenir professionnels, et les aidera à participer à des matchs d’un niveau supérieur.»

Al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain José Alatorre samedi, a affirmé qu'il avait été bouleversé par le soutien reçu, et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards fixés sur lui.

«Je ressens profondément cette pression», a-t-il confié. «Vous ressentez cette pression quand vous faites quelque chose d'important. Face à cette pression, il y a deux choix. Soit on apprécie chaque minute, on en tire le meilleur parti, soit on on ne prend pas de plaisir, et cela devient un obstacle. J'ai choisi la première option, qui est de transformer la pression en quelque chose de positif. Je suis enthousiaste à l’idée d’un match devant mon peuple et je sais que, quoi qu'il arrive, ils seront avec moi, ce que j’apprécie vraiment.»

Lors de la conférence de presse Undercard Rage on the Red Sea, les autres boxeurs – Zhang Zhilei, Filip Hrgovic, Callum Smith, Mathieu Bauderlique, Badou Jack, Andrew Tabiti, Rashed Belhasa, Bader Samrin, Ramla Ali et Crystal Garcia Nova – ont tous exprimé leur grande satisfaction à l’idée de participer à cet événement.

«Avec mon adversaire, nous allons écrire l'histoire ensemble. Nous allons encourager de nombreuses filles à se lancer dans la boxe, mais aussi à participer à toutes sortes de sports. C'est un sentiment formidable de savoir que je vais ainsi motiver de nombreuses autres femmes», a indiqué Ramla Ali.

Son adversaire, Crystal Garcia Nova, a affirmé que la boxe était pour tout le monde, et qu'il ne devrait y avoir aucune discrimination basée sur le sexe. «Si les femmes veulent apprendre la boxe ou si elles veulent faire autre chose à titre individuel, elles devraient alors aller de l'avant, car cela leur donnera de meilleures dispositions et une chance de se défendre contre n'importe qui.»

L'ancien champion des poids lourds Evander Holyfield a déclaré qu'il ne se risquait pas à  faire un pronostic sur le gagnant entre Usyk et Joshua. «Chacun a ses favoris pour aller de l’avant et remporter le titre, mais je suis neutre», a-t-il indiqué. «Je pense qu'Usyk et Joshua doivent donner le meilleur d’eux-mêmes et offrir à leurs fans un beau combat.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Anthony Joshua conserve son avantage de poids sur Oleksandr Usyk pour le combat de Djeddah

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Short Url
  • Anthony Joshua, double champion du monde poids lourds, pesait 110,9 kg avant le combat «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite, soit 10 kg de plus qu’Oleksandr Usyk
  • L’Ukrainien Usyk pesait pour sa part 100,5 kilos

DJEDDAH: Vendredi, le boxeur britannique Anthony Joshua pesait plus de 10 kilos de plus que le champion en titre Oleksandr Usyk, avant leur match de revanche pour le titre de champion du monde «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite.

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos, les deux poids étant similaires à ceux du combat de l’année dernière à Londres.

Usyk, qui affiche un score de 19-0, et est le favori après sa décision unanime sur le terrain de Joshua, a démenti les rumeurs selon lesquelles il avait pris plusieurs kilos de muscles pour contrer l’imposant Joshua.

Les combattants se sont affrontés dans un face-à-face de quatre-vingt-dix secondes avant de se serrer la main et de poser devant les caméras. «Tout cela, le poids, la confrontation, n’a pas d'importance pour moi. Ce qui compte, c’est le combat», affirme Joshua. «Je suis prêt à 100% pour un combat de 12 rounds. Tout ce qui est plus court est un bonus.»

2

De nombreux commentateurs ont critiqué Joshua après une prestation hésitante contre le rapide et habile Usyk au stade Tottenham Hotspur de Londres en septembre dernier. Mais le Britannique de 1,98 m, qui aspire à devenir triple champion du monde, a promis de se montrer plus «compétitif».

Le promoteur Eddie Hearn a laissé entendre que Joshua chercherait à éliminer son adversaire par KO. Le combat de samedi sera le 12e combat consécutif de championnat du monde de Joshua, ancien médaillé d’or olympique (24-2) dont la seule défaite professionnelle était un TKO choc face à Andy Ruiz Jr en juin 2019.

Joshua a pris sa revanche six mois plus tard lors du «Clash of the Dunes» à Diriyah, en Arabie saoudite, le premier combat pour le championnat mondial des poids lourds dans le Royaume.

Par ailleurs, le Saoudien Ziyad al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain Jose Alatorre samedi, a déclaré en début de semaine qu’il était bouleversé par le soutien qu’il avait reçu et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards braqués sur lui.

Dans un moment historique pour le sport en Arabie saoudite, la Britannique d’origine somalienne Ramla Ali affrontera la Dominicaine Crystal Garcia Nova. Il s’agit du premier match de boxe professionnelle féminine du Royaume.

Cette soirée de boxe riche en action sera également marquée par plusieurs autres combats passionnants, notamment ceux de Callum Smith, ancien champion poids super-moyens WBA et Ring Magazine, et de Badou Jack, ancien champion du monde poids super-moyens et mi-lourds.

* Avec AFP

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com