L'Argentine dans l'attente nerveuse d'un nouveau ministre de l'Economie

L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

L'Argentine dans l'attente nerveuse d'un nouveau ministre de l'Economie

  • Martin Guzman a été le grand artisan des négociations avec le FMI pour restructurer la dette argentine
  • Changement de cap ou simplement de personne?

BUENOS AIRES: Le président argentin Alberto Fernandez tenait dimanche une série de consultations pour désigner un nouveau ministre de l'Economie, après la démission surprise samedi de Martin Guzman, artisan de l'accord sur la dette argentine, mais incapable au final de dompter l'inflation.

Le président de centre-gauche, qui ne s'est pas exprimé depuis la démission de Martin Guzman samedi en fin de journée, a convoqué à la mi-journée plusieurs collaborateurs et membres du gouvernement à la résidence officielle d'Olivos (nord de Buenos Aires), dont le président de la Chambres des députés Sergio Massa.

Martin Guzman, 39 ans, nommé en décembre 2019 par Alberto Fernandez juste élu, a été le grand artisan des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour restructurer la dette argentine de près de 45 milliards de dollars, héritage d'un prêt record contracté en 2018 par le précédent gouvernement du libéral Mauricio Macri.

Salué pour avoir évité à l'Argentine, 3e économie d'Amérique latine, un défaut de paiement, le jeune ministre a pourtant régulièrement été mis en cause par l'aile gauche de la coalition gouvernementale "Frente de Todos", la frange péroniste incarnée par la toujours influente Cristina Kirchner, vice-présidente du pays (et cheffe de l'Etat de 2007 à 2015).

Réclamant régulièrement une inflexion sociale, elle n'avait jamais caché sa réticence à un accord avec le FMI, son refus de toute ajustement structurel -- de sinistre mémoire en Argentine -- et ses doutes sur un surcroît de discipline budgétaire -pourtant au coeur de l'accord avec le FMI-- dans un pays comptant 37% de pauvres.

Et les mois passant, l'inflation toujours prégnante (+29,3% depuis janvier) et une méfiance continue envers le peso argentin (130 pour un dollar au taux officiel,  mais 239 au taux de la rue contre 170 il y a un an) ôtaient de facto de la crédibilité à la patiente ligne Guzman.

«Moment de tension»

Il y a quelques semaines, Cristina Kirchner a encore mis en cause la stratégie de lutte contre l'inflation, qui a atteint en mai 60,7% sur douze mois, après 59% en 2021, pointant plutôt du doigt l'évasion de devises et les attaques spéculatives, que les déficit budgétaires ou la fuite en avant des salaires.

Martin Guzman, un économiste disciple du Nobel de l'Economie Joseph Stiglitz mais sans profil ni parcours politique en Argentine, a paru payer au final le prix de ce manque d'appui, hormis celui du chef de l'Etat encore ces derniers jours.

Dans sa lettre de démission, il exprime ce regret, estimant que pour son successeur, "d'après mon expérience, il sera primordial de travailler à un accord politique au sein de la coalition gouvernementale".

Dans une analyse prémonitoire en juin, le cabinet de consultants Eurasia group prédisaitque "les luttes intestines au sein du gouvernement vont continuer de s'aggraver, nuisant davantage à la capacité d'élaborer un plan politique cohérent".

"Au-dela d'un nom, ce qu'il doit y avoir c'est la paix politique, l'ordre politique, l'accord politique", a estimé sur Radio con Vos Diego Mosso un économiste et ancien dirigeant de la Sécurité sociale. "Parce que si après 10 jours vous prenez une décision et que sort un tweet quelqu'un disant qu'il faut aller dans l'autre sens, c'est très difficile".

L'opposition de droite, qui était restée mesurée à l'égard de Guzman, a tiré ce week-end à boulets rouge sur la coalition, le chef du groupe radical (centre-droit) Mario Negri, estimant que sa démission "corrobore que ce gouvernement est sur un toboggan" et évoquant un "moment de tension maximale".

Horacio Rodríguez Larreta, maire (centre-droit) de Buenos Aires et l'un des potentiels présidentiables en vue de l'élection fin 2023, a appelé le chef de l'Etat à "des mesures immédiates pour réduire l'incertitude générée par les affrontements au sein du gouvernement et l'absence de plan".

Changement de cap ou simplement de personne ? Avec la réaction des marchés en début de semaine, celle du FMI au changement d'interlocuteur argentin pourrait donner un indice des difficultés des prochains mois pour l'économie argentine. "Pour le FMI, Guzman était un moindre mal", résumait pour l'AFP l'analyste politique Carlos Fara.


Les banques saoudiennes augmentent leurs prêts de 77,1 milliards de dollars au deuxième trimestre

Les données ont montré que la valeur du portefeuille global de prêts des banques saoudiennes s'élevait à 2,24 billions de SAR à la fin du deuxième trimestre 2022, soit une augmentation de 14,8 % par rapport à l'année précédente et de 4 % par rapport au trimestre précédent. (Shutterstock)
Les données ont montré que la valeur du portefeuille global de prêts des banques saoudiennes s'élevait à 2,24 billions de SAR à la fin du deuxième trimestre 2022, soit une augmentation de 14,8 % par rapport à l'année précédente et de 4 % par rapport au trimestre précédent. (Shutterstock)
Short Url
  • Le Royaume œuvre en vue de la Vision 2030 en développant le secteur du commerce et en assurant sa pérennité
  • Le segment dominant des prêts du Royaume est celui des activités économiques en tout genre, qui a acquis 52 % du total des prêts ce trimestre.

LE CAIRE : Le portefeuille de prêts bancaires de l'Arabie saoudite a augmenté de 289 milliards de SAR (1 SAR = 0,25€) au deuxième trimestre de cette année par rapport au même trimestre de l'année précédente, selon un récent bulletin statistique publié par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA.

Les prêts bancaires s'élevaient à 2,42 trillions de SAR à la fin du deuxième trimestre de 2022, contre 1,95 trillions de SAR au deuxième trimestre de 2021, indique le rapport de la SAMA.

L'augmentation de 289 milliards de SAR a été menée par une croissance de 191,1 milliards de SAR dans les activités diverses. Sa part a augmenté de 2 points de pourcentage pour atteindre 52 % au deuxième trimestre de 2022.

Les données ont montré que la valeur du portefeuille global de prêts des banques saoudiennes s'élevait à 2,24 trillions de SAR à la fin du deuxième trimestre 2022, en hausse de 14,8 % par rapport à l'année précédente et de 4 % par rapport au trimestre précédent.

j

La croissance annuelle des prêts bancaires a chuté à un niveau négatif en 2017 et est restée inférieure à zéro jusqu'au troisième trimestre de 2018. Cependant, les prêts bancaires ont connu une tendance à la hausse depuis lors, selon le rapport de la SAMA.

Du troisième trimestre de 2018 à la fin de 2019, la valeur des prêts bancaires saoudiens a augmenté à un taux moyen de 3,7 % en glissement annuel ; entre 2020 et le deuxième trimestre de cette année, elle a augmenté à un taux moyen de 14,8 % en glissement annuel.

Le segment dominant des prêts du Royaume est celui des activités économiques en tout genre, qui a acquis 52 % du total des prêts ce trimestre.

Le commerce arrive en deuxième position, avec 17,2 % du total des prêts dans le pays, enregistrant 385,7 milliards de SAR au deuxième trimestre, selon les données.

Le ministère du commerce du Royaume a progressé vers la Vision saoudienne 2030 en développant le secteur du commerce et en assurant sa durabilité, selon la plateforme nationale unifiée du Royaume.

La plateforme indique : « La mission du ministère du Commerce se concentre sur l'amélioration de l'environnement commercial en Arabie saoudite en promulguant, développant et supervisant la mise en œuvre de politiques et de réglementations commerciales flexibles et équitables. »

Même si le total des prêts bancaires a augmenté ce trimestre, deux activités économiques ont connu une baisse trimestrielle du crédit bancaire au deuxième trimestre de cette année : l'industrie manufacturière et de transformation et les transports et communications.

Les prêts bancaires aux transports et communications ont diminué de 6,2 milliards de SAR au deuxième trimestre 2022 par rapport au même trimestre de l'année précédente.

Par rapport au trimestre précédent, le secteur est passé de 2,1 % du total des prêts au premier trimestre à 1,9 %, indique le bulletin de la SAMA.

Les prêts bancaires accordés au secteur de la fabrication et de la transformation ont diminué de 4 milliards de SAR au deuxième trimestre 2022 par rapport au même trimestre de l'année précédente.

Les données montrent que le secteur est passé de 7,2 % du total des prêts au premier trimestre à 6,9 % par rapport au trimestre précédent.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Aramco dépasse les prévisions avec un bénéfice record de $48,4 milliards au deuxième trimestre

Le géant pétrolier devait enregistrer un bénéfice net de 46,2 milliards de dollars, selon les prévisions de 15 analystes. (Shutterstock)
Le géant pétrolier devait enregistrer un bénéfice net de 46,2 milliards de dollars, selon les prévisions de 15 analystes. (Shutterstock)
Short Url
  • Les bénéfices de «la compagnie pétrolière la plus rentable du monde» ont atteint 182 milliards de riyals saoudiens
  • Ces résultats sont dus à la hausse des prix du brut, à l'augmentation des volumes vendus et à l'amélioration des marges en aval

RIYAD: Le profit d’Aramco a bondi de 90% au deuxième trimestre 2022, dépassant ainsi les prévisions des analystes avec le profit trimestriel le plus élevé depuis son entrée en bourse en 2019.

Le géant pétrolier saoudien devait enregistrer un bénéfice net de 46,2 milliards de dollars, selon les prévisions de 15 analystes.

Les bénéfices de «la compagnie pétrolière la plus rentable du monde» ont atteint 182 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,26 euro) après que les recettes ont grimpé de 80% pour atteindre 562 milliards de riyals saoudiens, selon une déclaration à la bourse.

Ce chiffre est en hausse par rapport aux 148 milliards de riyals saoudiens enregistrés le trimestre précédent et aux 95,5 milliards du deuxième trimestre de 2021.

Le producteur de brut a indiqué que ces résultats étaient principalement dus à la hausse des prix du brut, qui ont atteint des niveaux record au début de l'année, à l'augmentation des volumes vendus et à l'amélioration des marges en aval.

«Nos résultats record du deuxième trimestre reflètent la demande croissante pour nos produits, surtout en tant que producteur à faible coût dont l'intensité carbonique en amont est l'une des plus faibles du secteur», a déclaré le PDG, Amine Nasser.

«Bien que la volatilité des marchés mondiaux et l'incertitude économique persistent, les événements survenus au cours du premier semestre de cette année prouvent qu'il est essentiel de continuer à investir dans notre industrie, à la fois pour garantir le bon approvisionnement des marchés et pour faciliter une transition énergétique ordonnée», a-t-il ajouté.

Aramco a maintenu des dividendes trimestriels stables à 70,3 milliards de riyals saoudiens, ce qui représente un versement de 0,3198 riyal par action, payable le 7 septembre.

Les dépenses d'investissement au cours du trimestre ont augmenté de 25% pour atteindre 9,4 milliards de dollars alors qu'Aramco continue à investir et à saisir les opportunités de croissance.

En ce qui concerne les résultats semestriels, Aramco a surpassé les attentes avec une hausse de 86% de ses bénéfices qui sont passés de 177 à 330 milliards de riyals saoudiens l'année dernière.

L'entreprise saoudienne a presque doublé son chiffre d'affaires pour atteindre 1,03 trillion de riyals saoudiens, contre 584 milliards au premier semestre de 2021.

Soutenue par un flux de trésorerie d'exploitation plus élevé, la société a réussi à renforcer son bilan avec un ratio d'endettement de 7,9% fin juin, contre 14,2% fin 2021.

«Nous nous attendons à ce que la demande de pétrole continue de croître pendant le reste de la décennie, malgré les pressions économiques qui pèsent sur les prévisions mondiales à court terme», a souligné Nasser.

«Bien qu'il existe un besoin réel et actuel de préserver la sécurité des approvisionnements énergétiques, les objectifs climatiques restent cruciaux. C'est pourquoi Aramco s'efforce d'augmenter la production de plusieurs sources d'énergie, notamment le pétrole et le gaz, ainsi que les énergies renouvelables et l'hydrogène bleu.»


Mort de Rakesh Jhunjhunwala, le «Warren Buffet indien»

Rakesh Jhunjhunwala, partenaire de Rare Enterprises, pose après une interview avec Reuters à Mumbai, en Inde, le 14 novembre 2017. (REUTERS/Shailesh Andrade)
Rakesh Jhunjhunwala, partenaire de Rare Enterprises, pose après une interview avec Reuters à Mumbai, en Inde, le 14 novembre 2017. (REUTERS/Shailesh Andrade)
Short Url
  • Le «Big Bull de Dalal Street» - le Wall Street de Bombay - avait une fortune estimée à 3,5 milliards de dollars
  • Le bureau de Jhunjhunwala a confirmé qu'il était décédé dimanche matin, sans donner plus de détails

BOMBAY : Le milliardaire boursier indien Rakesh Jhunjhunwala, surnommé par les médias locaux «le Warren Buffet de l'Inde», est mort, a annoncé son bureau dimanche.

Qualifiant l'homme de 62 ans d'«indomptable», le Premier ministre Narendra Modi s'est fait l'écho des hommages d'autres hauts responsables, en tweetant que la mort du magnat était «attristante».

Le «Big Bull de Dalal Street» - le Wall Street de Bombay - avait une fortune estimée à 3,5 milliards de dollars et détenait des participations importantes dans une trentaine de valeurs vedettes indiennes.

Il avait récemment investi 35 millions de dollars pour une participation estimée à 40 % dans Akasa Air, qui a effectué dimanche son premier vol sur le marché très encombré de l'aviation indienne.

«Plein de vie, plein d'esprit et perspicacité, il laisse derrière lui une contribution indélébile au monde de la finance», a déclaré M. Modi.

Le bureau de Jhunjhunwala a confirmé à l'AFP qu'il était décédé dimanche matin, sans donner plus de détails.