A La Mecque, les commerçants misent sur le hajj pour se refaire une santé

Short Url
Publié le Mardi 05 juillet 2022

A La Mecque, les commerçants misent sur le hajj pour se refaire une santé

  • «Nous avons eu peu de clients» pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, «c'est comme avant, et même mieux», dit M. Mekhlafi
  • Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021

LA MECQUE : "Les affaires reprennent, grâce à Dieu", se félicite Abdallah Mekhlafi dans son magasin de tapis de prière à La Mecque, ville sainte de l'ouest de l'Arabie saoudite qui accueille son plus grand nombre de pèlerins depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Deux ans de restrictions drastiques ont vidé les magasins et les hôtels de la région, mais en voyant les pèlerins affluer cette semaine pour le hajj, les commerçants espèrent bien se rattraper.

"Nous avons eu peu de clients" pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, "c'est comme avant, et même mieux", dit M. Mekhlafi.

Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021, tous résidant en Arabie saoudite, et à peine un millier l'année précédente.

On reste toutefois loin des 2,5 millions de pèlerins venus en 2019 pour accomplir le hajj qui se déroule pendant cinq jours à La Mecque et dans la région avoisinante.

''
Des fidèles musulmans se rassemblent devant la Kaaba de la Grande Mosquée de La Mecque, la ville sainte d'Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).

Le pèlerinage annuel à La Mecque est l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens.

Une «différence énorme»

Le hajj, qui coûte au moins 4 800 euros, et la "omra" (petit pèlerinage, qui peut être effectué tout au long de l'année), sont une manne pour les compagnies aériennes et les agences de voyage.

Avec des revenus annuels estimés à 10,3 milliards d'euros en temps normal, ils soutiennent les objectifs de diversification du royaume, qui cherche à réduire sa dépendance au pétrole, et font tourner l'économie de La Mecque.

Après un boom de la construction, avec une multiplication des centres commerciaux, appartements et hôtels de luxe, la Mecque a connu un ralentissement depuis le début de la pandémie.

Mais aujourd'hui, le quartier proche de la Grande Mosquée où se situe le principal centre commercial de la ville et de nombreux hôtels, grouille à nouveau de pèlerins passant d'un magasin de souvenirs à l'autre ou partageant leurs repas sous des palmiers.

"Il y a une énorme différence entre cette année et les précédentes. Cette année, nous voyons beaucoup de pèlerins qui redonnent sa gloire à la Grande Mosquée", souligne Amine, un parfumeur de 32 ans.

"Les pertes étaient importantes, mais les choses vont mieux".

40% des niveaux de 2019

Durant la pandémie, la baisse des prix du pétrole a poussé l'Arabie saoudite à adopter des mesures d'austérité, augmentant la taxe sur la valeur ajoutée et réduisant les allocations aux fonctionnaires.

Mais avec la reprise des cours, notamment depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier, la situation a totalement changé.

L'économie saoudienne a connu au premier trimestre son taux de croissance le plus important en dix ans, frôlant les 10%, tirée par l'essor du secteur pétrolier.

"Les pertes au cours des deux dernières années ont été importantes, mais nous commençons à voir une reprise, et le (hajj) cette année est une bonne nouvelle", affirme Salem Ali Shahran, directeur des opérations de la plus grande chaîne d'hôtels de La Mecque.

"Nous sommes à 40% des niveaux de 2019. Nous espérons des chiffres plus importants dans les années à venir.", indique-t-il.

Le Fonds monétaire international prévoit une croissance de 7,6% dans le royaume en 2022.

Le prince héritier Mohamed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, cherche depuis 2017 à accélérer la diversification de l'économie saoudienne, en misant notamment sur le tourisme.

L'Arabie saoudite veut accueillir cette année trois fois plus de visiteurs étrangers qu'en 2021, soit 12 millions, a indiqué le ministre du Tourisme Ahmed al-Khatib à l'AFP en juin.

Le royaume vise 100 millions de touristes, étrangers et locaux, à l'horizon 2030, dont 30 millions à La Mecque et à Médine, les deux sites les plus sacrés de l'islam.


En Égypte, le Comité de la grâce présidentielle remet cinquante prisonniers en liberté

La liste des noms a été publiée sur Twitter par le député Tarek el-Khouly, membre du comité. Elle comprend cinquante détenus qui ont bénéficié de la grâce présidentielle. (Twitter/@khouly85)
La liste des noms a été publiée sur Twitter par le député Tarek el-Khouly, membre du comité. Elle comprend cinquante détenus qui ont bénéficié de la grâce présidentielle. (Twitter/@khouly85)
Short Url
  • Au mois de septembre dernier, l’Égypte a ordonné la libération de trente-neuf personnes en détention provisoire
  • Le Comité de la grâce présidentielle égyptienne est né de la 1re Conférence nationale de la jeunesse, en 2016

LE CAIRE: Le Comité de la grâce présidentielle égyptienne a annoncé la libération de  cinquante personnes qui étaient placées en détention provisoire.
Le comité affirme qu’il a achevé ses procédures en coordination avec les agences compétentes afin de libérer un nouveau groupe de détenus qui ne sont pas impliqués dans la violence et n’appartiennent pas à des groupes terroristes.
Il confirme dans un communiqué la poursuite de ses travaux au cours de la période à venir pour contenir et réintégrer les personnes libérées conformément aux directives du président Abdel Fattah al-Sissi, mises en œuvre en coordination avec les agences et institutions de l’État.
La liste des noms a été publiée sur Twitter par le député Tarek el-Khouly, membre du comité. Elle comprend cinquante détenus qui ont bénéficié de la grâce présidentielle.
Le comité a également fait part de sa volonté de libérer davantage de détenus.
Tariq al-Awadi, membre du comité, explique: «Nous espérons accélérer l’examen des cas restants en vue de clore définitivement ce dossier et de tourner définitivement cette page.»
«Ce qui m’intéresse, c’est la libération des personnes détenues pour des cas d’expression d’opinion. La raison de leur libération m’importe peu», ajoute-t-il.
Au mois de septembre dernier, l’Égypte a ordonné la libération de trente-neuf personnes en détention provisoire.
Les démarches juridiques se sont poursuivies alors que le gouvernement ainsi que diverses forces politiques du pays sont sur le point de participer à une grande discussion nationale sur les questions politiques, économiques et sociales.
Le comité est né de la 1re Conférence nationale de la jeunesse, en 2016, au cours de laquelle les jeunes Égyptiens se sont adressés aux dirigeants du gouvernement, leur demandant un engagement présidentiel.
En avril de cette année, lors de son discours à l’iftar de la famille égyptienne, le président El-Sissi a déclaré qu’il réactiverait le rôle du Comité de la grâce présidentielle qui a été formé à l’issue de la conférence.
Depuis la formation du comité, en 2016, divers partis et organisations politiques, dont le Conseil national des droits de l’homme et la Commission parlementaire des droits de l’homme, ont soumis les noms de prisonniers éligibles à la grâce présidentielle.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Liban va soumettre ses remarques sur la délimitation de sa frontière maritime avec Israël

Le 2 octobre, Israël a salué la proposition américaine qui vise à résoudre le différend relatif à la démarcation des frontières maritimes entre ce pays et le Liban, ce qui a donné un nouvel élan à la conclusion d'un accord entre ces deux pays techniquement en état de guerre. (AFP).
Le 2 octobre, Israël a salué la proposition américaine qui vise à résoudre le différend relatif à la démarcation des frontières maritimes entre ce pays et le Liban, ce qui a donné un nouvel élan à la conclusion d'un accord entre ces deux pays techniquement en état de guerre. (AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre sortant, Najib Mikati, s'est entretenu lundi avec M. Aoun et le président du Parlement, Nabih Berri
  • Un cabinet israélien restreint se réunira jeudi prochain afin de valider le projet d'accord et de soumettre sa réponse aux États-Unis, à la lumière de la position du Liban

BEYROUTH: Au Liban, les pôles du pouvoir affichent une position unifiée dans les médiations engagées avec les États-Unis au sujet de la démarcation de la frontière maritime du pays avec Israël. Le président du pays, Michel Aoun, a annoncé lundi dernier que le Liban présenterait ses remarques finales dans les jours à venir.

Cependant, afin de dissiper les craintes liées à une normalisation avec Israël, le Premier ministre a assuré que le Liban ne signerait pas de traité direct avec le pays voisin (en l'occurrence, Israël, NDLR).

M. Aoun a ajouté: «Les revendications et les points auxquels s'attache le Liban sont pris en compte dans la proposition du médiateur américain Amos Hochstein en ce qui concerne la démarcation de la frontière maritime sud. Nous soumettrons certaines remarques à M. Hochstein.»

Le Premier ministre sortant, Najib Mikati, s'est entretenu lundi avec M. Aoun et le président du Parlement, Nabih Berri. Il a précisé à l’issue de cette réunion qu'il avait fait plusieurs observations que le comité technique a pleinement prises en compte. «Le Liban enverra demain sa réponse au médiateur américain», a-t-il affirmé.

Selon M. Mikati, «l'accord de démarcation de la frontière maritime est sur la bonne voie et la position libanaise est “unifiée”.»

M. Aoun a présidé une réunion du comité technique chargé du dossier qui a examiné la proposition écrite de M. Hochstein au sujet de la démarcation de la frontière maritime sud. Il a ensuite tenu une réunion avec MM. Berri et Mikati à laquelle s'est jointe l'équipe technique.

Nabih Berri a déclaré que «la position est unifiée et le résultat obtenu se révèle amplement satisfaisant». Il a ajouté que la proposition américaine prenait en considération les demandes du Liban.

Le vice-président du Parlement libanais, le député Elias Bou Saab, a supervisé les négociations avec le médiateur américain depuis le début. «La réponse du Liban sera soumise à M. Hochstein dans les prochaines vingt-quatre heures et le processus se poursuit à un rythme soutenu», a-t-il précisé.

«Nous avons formulé des remarques sans donner de réponse et les détails qui restent à régler sont minimes», a-t-il poursuivi.

«Le Liban a obtenu la totalité du champ gazier de Cana. Les remarques que nous avons formulées sont légales et logiques. Si celles du Liban sont prises en considération, ce sera une question de jours pour signer l’accord. Il reste à résoudre la question des zones contestées. Nous ne reconnaîtrons pas l'ennemi israélien et nous ne signerons avec lui ni traité ni convention. Le médiateur américain s'est attaché à respecter ce souhait et les modalités nécessaires à la signature sont en place», a-t-il par ailleurs indiqué.

«L'ennemi israélien est conscient de la puissance du Liban. Les pourparlers entre le Liban et Israël partent de cet équilibre qui provient de la formule “armée, peuple et résistance” ainsi que de la position unifiée du Liban.»

La première réponse du Hezbollah à la proposition américaine est venue du président de son bloc parlementaire, Mohammed Raad, qui a fait savoir que son parti «veillera à préserver les droits du Liban», ajoutant que «la démarcation de la frontière ne changera rien au conflit avec Israël».

C'est la semaine dernière – plus précisément samedi – que l'ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, a remis la proposition du médiateur américain aux responsables libanais (président, président du Parlement et Premier ministre). Cette proposition a également été présentée à Israël afin que les deux parties puissent exprimer leurs remarques avant d'entamer la prochaine étape des négociations.

Selon des personnes bien informées au sujet de l'accord et des négociations actuelles, l'accord fait office de compromis entre le Liban et Israël. Il prévoit de partager la zone contestée sur la base de la ligne 23 et de reporter les discussions qui portent sur le point terrestre à partir duquel la frontière maritime sera délimitée avant de passer à la phase de délimitation de la frontière terrestre.

Des spécialistes ont été chargés de traduire en anglais la proposition rédigée qui sera soumise au président, au président du Parlement et au Premier ministre. Ils ont également procédé à une révision approfondie des textes, des chiffres et des coordonnées jointes au document.

Une source officielle parfaitement informée de ces négociations indique que «le Liban s'abstiendra de signer un traité direct avec Israël qui porte sur l'accord convenu; ce dernier ne sera pas soumis au Parlement pour être ratifié dans la mesure où il enfreint le principe de normalisation».

Cette même source précise : «L'accord ne sera donc pas soumis au Cabinet pour approbation. Le Liban adressera plutôt aux Nations unies une lettre qui émane de certains acteurs libanais et qui comprend notamment l'approbation du Liban sur la démarcation des frontières maritimes».

«Israël devra agir de la sorte pour que l'accord entre en vigueur en vertu du droit international.»

Deux copies distinctes de la proposition américaine seront probablement signées au quartier général de la Force intérimaire des nations au Liban (Finul), à Naqoura. Elles seront alors signées par le Liban et par Israël sur des feuilles séparées de manière à dissiper les inquiétudes liées à la normalisation.

En raison des fortes divisions politiques en Israël dues aux élections législatives prévues le 1er novembre, des informations relatives à la proposition américaine ont été divulguées. Ces dernières font état de débats sur les compensations et les garanties de sécurité applicables si de nouvelles réserves de gaz sont détectées dans le champ gazier de Cana.

Un cabinet israélien restreint se réunira jeudi prochain afin de valider le projet d'accord et de soumettre sa réponse aux États-Unis, à la lumière de la position du Liban.

Amos Hochstein «s'attache à mener à bien les discussions», selon le département d'État américain, qui précise que «les États-Unis ont présenté une proposition d’accord finale sur la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et Israël, et nous saluons l'esprit de concertation qui anime les deux parties pour aboutir à une solution».

«Il est possible de régler cette question de manière permanente», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nouveaux braquages de banques au Liban

Les déposants libanais retirent de l'argent d'un guichet automatique à l'extérieur de la banque BLOM à Beyrouth le 26 septembre 2022 alors que les banques ont partiellement rouvert après une semaine de fermeture pour des raisons de sécurité. (JOSEPH EID/AFP)
Les déposants libanais retirent de l'argent d'un guichet automatique à l'extérieur de la banque BLOM à Beyrouth le 26 septembre 2022 alors que les banques ont partiellement rouvert après une semaine de fermeture pour des raisons de sécurité. (JOSEPH EID/AFP)
Short Url
  • Ali Sahili, un retraité des Forces de sécurité intérieure, a fait irruption dans une banque de Chtaura (45 km à l'est de Beyrouth), exigeant de transférer de l'argent à son fils, expulsé de son logement faute d'avoir payé son loyer
  • Depuis trois ans, les banques imposent des restrictions draconiennes, empêchant les clients de retirer leurs économies, en particulier en dollars, ou d'effectuer des virements vers l'étranger

PARIS: Un homme désespéré a braqué une banque mardi dans l'Est du Liban, exigeant de pouvoir transférer de l'argent à son fils étudiant en Ukraine, a indiqué à l'AFP un groupe de soutien aux épargnants.

Les banques avaient rouvert fin septembre avec des mesures de sécurité draconiennes après avoir fermé pendant une semaine en raison d'une série de braquages commis par des clients voulant retirer leurs économies bloquées dans ce pays ravagé par une crise économique inédite.

Ali Sahili, un retraité des Forces de sécurité intérieure, a fait irruption dans une banque de Chtaura (45 km à l'est de Beyrouth), exigeant de transférer de l'argent à son fils, expulsé de son logement faute d'avoir payé son loyer.

L'homme, âgé d'une cinquantaine d'années, retient des personnes en otages dans l'établissement, a précisé à l'AFP Hassan Mughnié, un porte-parole de l'association "Le cri des épargnants".

Selon lui, M. Sahili, qui possède plus de 24.000 dollars sur son compte en banque, avait supplié en vain à plusieurs reprises l'établissement d'effectuer un virement à son fils, pour qu'il puisse payer ses frais universitaires et son loyer.

Depuis trois ans, les banques imposent des restrictions draconiennes, empêchant les clients de retirer leurs économies, en particulier en dollars, ou d'effectuer des virements vers l'étranger.

Depuis le début de la crise économique, les parents des Libanais étudiant à l'étranger manifestent régulièrement pour obtenir le droit de transférer de l'argent à leurs enfants.

A Tyr, dans le Sud du Liban, un homme a également fait irruption dans une banque mardi, exigeant de récupérer son argent, selon "Le cri des déposants".

Et à Tripoli(nord), deuxième ville du Liban, un groupe d'employés d'une compagne d'électricité locale ont fait irruption dans une banque pour réclamer le versement de leurs salaires, selon l'Agence nationale d'information (officielle).

Depuis une série de braquages spectaculaires le 16 septembre, les banques ont pris des mesures de sécurité extrêmes, laissant passer les clients au compte-goutte et les fouillant pour tenter d'éviter que de tels incidents se reproduisent.