Le hip-hop arabe connaît un très grand succès au BeatRoots de Riyad

BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 06 juillet 2022

Le hip-hop arabe connaît un très grand succès au BeatRoots de Riyad

  • «Nous avions déjà une culture hip-hop au Royaume, mais nous n’avions pas assez de lieux pour nous produire»
  • L’objectif des événements culturels comme BeatRoots est d’ouvrir la porte aux discussions, aux échanges culturels et artistiques et à la promotion d’entreprises créatrices dans la région arabe

RIYAD: La musique hip-hop saoudienne était à l’honneur ce week-end. Des talents locaux sont montés sur scène lors du BeatRoots, un événement musical qui a eu lieu vendredi à Al-Mashtal Creative Space à Riyad, en collaboration avec la maison de disques bahreïnie Museland.

L’événement, inspiré des fêtes de quartier à la new-yorkaise, a proposé des performances en direct de six artistes saoudiens et bahreïnis. Il y avait aussi des graffeurs, des adeptes de breakdance et un marché qui vend des baskets, de la mode de rue et des disques vinyle.

Al-Mashtal, un incubateur créatif, accueille régulièrement des collaborations avec des créateurs de toutes sortes, dont des musiciens, des artistes visuels et des designers de mode. Son objectif est de fournir une plate-forme pour aider les talents à développer leur artisanat et à présenter leur travail.

«Nous aimons vraiment mettre l’accent sur ces talents locaux, ces artistes émergents qui ont besoin d’un espace pour s’exprimer. Ils désirent avoir leur propre public, et surtout de se mettre en valeur devant un public concerné. C’est le type de public qu’il faut à l’endroit adéquat», déclare Elham Ghanimah, conservatrice des laboratoires créatifs d’Al-Mashtal, dans un entretien accordé à Arab News.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

La soirée a commencé par une douce performance du musicien et graffeur bahreïni Du$t. Sa musique s’inspire de divers éléments comme le breakdance, le graffiti et l’art surréaliste. Il explique qu’il est important, dans son métier, de sortir des sentiers battus en créant sa musique et il déclare qu’il est ravi de constater que son style de musique a des fans en Arabie saoudite.

«C’est incroyable de voir le public se développer ici aussi», déclare-t-il à Arab News. «Au royaume de Bahreïn, nous avons présenté le même événement. Le reproduire ici et voir que tout le monde y prend plaisir procure une sensation très agréable.»

BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. C’est un événement qui se tient régulièrement ici à Bahreïn. Désormais, le label organise des événements dans d’autres parties de la région.

«Tout le monde est content, l’énergie est vraiment bonne, tout semble se dérouler à merveille et la foule en profite vraiment», déclare Mme Ghanimah. «C’est finalement tout ce qui compte!»

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

De nombreuses personnes présument que le hip-hop est relativement nouveau en Arabie saoudite, mais ses origines remontent au moins au début des années 2000. L’intérêt pour ce genre de musique a certes été renforcé par l’expansion d’Internet.

«En général, tout le monde se concentre sur le hip-hop en anglais… c’est bien de s’inspirer de l’Occident, mais c’est tout aussi bien de voir les talents que vous avez ici, de vous connecter avec votre propre culture, avec vos racines», ajoute-t-elle.

L’artiste hip-hop et rappeur Dattune déclare à Arab News: «Nous avions déjà une culture hip-hop au Royaume, mais nous n’avions pas assez de lieux pour nous produire ou nous rencontrer. C’est ce que j’aime dans ce genre d’événements. J’ai discuté avec énormément de gens que je n’aurais pas rencontrés si nous n’avions pas eu ces espaces. Le talent est déjà là; tout ce dont nous avons besoin, c’est d’avoir la chance de nous produire sur scène.»

En plus de Dattune et de Du$t, la programmation BeatRoots comprenait: Fizzy, Septemba, Str8tup Rkls et l’artiste hip-hop, rappeur et chouchou du public, Albakri, qui a livré une performance vibrante avec deux chansons inédites.

M. Albakri déclare que son inspiration vient de l’intérieur, affirmant que sa culture et son identité personnelle ont une énorme influence sur son travail.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

«Je suis un homme à l’identité mixte: jordanienne, palestinienne et saoudienne. Je suis tout cela. Il s’agit donc simplement de savoir comment je peux me connecter avec ces trois cultures », confie-t-il à Arab News.

En ce qui concerne le son unique qu’il propose, il souligne que ses principales inspirations viennent de Riyad, en particulier ses producteurs Léo, Mufasa et Dice, ainsi que des DJ. et des amis comme Bucky Grooves, Vinylmode et Baloo. Le rappeur espère créer un jour sa propre maison de disques.

«Je suis très heureux que quelqu’un de Bahreïn se soit intéressé à Riyad en y cherchant des artistes. Voir des gens s’ouvrir au genre, être témoin de collaborations entre le hip-hop et la dance/house/musique minimaliste, avoir un espace, être un collectif… tout cela compte pour le genre et la musique en général», soutient-il.

photo
BeatRoots est un événement musical développé par le fondateur de Museland, Ali al-Saeed. (Photo fournie)

L’objectif déclaré d’Al-Mashtal à travers des événements culturels tels que BeatRoots est d’ouvrir la porte aux discussions, aux échanges culturels et artistiques et à la promotion d’entreprises créatrices dans la région arabe.

«Nous voulons favoriser plus de collaborations afin de tout mettre en avant de manière positive», précise Elham Ghanimah.

«Tout le monde n’a pas la chance de faire ses preuves et quand les gens ont cette chance, ils n’arrivent pas tous à saisir l’occasion ou à recevoir le soutien adéquat. Vous n’allez donc pas vous retrouver dans n’importe quel espace, mais dans un incubateur créatif où l’objectif est de nourrir ces talents et de les aider à atteindre leurs objectifs.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Victoire de Pascal Werhlein et Porsche lors de la première journée du Diriyah E-Prix

Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Short Url
  • Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant
  • Le retour de la Formule E à Diriyah marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport

DIRIYAH : Pascal Wehrlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix, suivi de Jake Dennis de l’Avalanche Andretti Formula E, arrivé en deuxième position après avoir débuté en 11e .

Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant.

Il a pris la tête au 30e  tour au virage 16, avec Sam Bird dans une Jaguar TCS Racing, incapable de retenir la 99X Electric Gen3 de Werhlein.

Le pilote et la voiture semblaient dominants pour une deuxième course consécutive. Ce fut en effet une victoire émouvante pour le jeune homme de 28 ans, qui a une fois de plus accordé des crédits à son équipe par la qualité monumentale du travail accompli.

Dans l’Avalanche Andretti à moteur Porsche, Jake Dennis s’est battu jusqu’à la dernière seconde mais n’a pas pu battre son homologue d’usine Porsche, qui lui, a fait de son 50e  départ en Formula E sa deuxième victoire.

Sam Bird était ravi de monter sur le podium pour la première fois depuis sa victoire à New York lors de la saison 7 – qualifiant cela de « mini-victoire » pour lui et Jaguar après une saison 8 difficile pour le Britannique - la seule saison durant laquelle il n’a pas réussi à réclamer de victoires « en argent ».

Sebastien Buemi est parti en pôle position et a terminé quatrième. Il s’agit de son meilleur résultat depuis la finale de la saison 6 à Berlin.

René Rast de NEOM McLaren Forumla E Team a commencé et termine cinquième après une longue bataille au milieu des positions qui reçoivent des points. Il a également l’auteur du tour le plus rapide.

Nick Cassidy a placé deux voitures Envision Racing dans le top six. Jean-Éric Vergne s’est battu de la 12e position pour DS PENSKE, terminant juste devant Jake Hughes dans une McLaren. André Lotterer et Mitch Evans complètent le top 10 – ce dernier chutant de la 6e position sur la grille.

Cela laisse donc Dennis en tête du classement à seulement un point sur Werhlein – 44 à 43 points – tandis qu’Avalanche Andretti a conservé l’avantage de ses équipes sur TAG Heuer Porsche, 58 à 49 points, avec Envision Racing en troisième.

Le retour de la Formule E à Diriyah, une destination historique et culturelle en Arabie Saoudite, marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maroc rouvre son ambassade en Irak après 18 ans d'absence

Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak
  • A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays

BAGDAD:Le ministre des Affaires étrangères du Maroc a rouvert samedi à Bagdad l'ambassade du royaume en Irak après 18 ans d'absence, un déplacement "historique" marquant le début d'une coopération accrue, ont espéré les chefs de la diplomatie des deux pays.

L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak, selon le ministère des Affaires étrangères marocain.

L'Irak a connu près de deux décennies de conflits et de violences meurtrières après l'invasion emmenée par les Etats-Unis qui renversa Saddam Hussein en 2003.

Reçu samedi par le chef de la diplomatie irakienne Fouad Hussein, son homologue Nasser Bourita a estimé en conférence de presse que la réouverture de l'ambassade était un "signal fort", venant illustrer "la confiance du Maroc dans le nouvel Irak".

A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays.

Mais après des années de violences confessionnelles et la montée en puissance des groupes jihadistes, l'Irak a renoué ces dernières années avec une relative normalité.

M. Bourita a salué une "visite historique", rappelant qu'il s'agissait de "la première d'un ministre des Affaires étrangères (marocain) depuis environ un quart de siècle".

Evoquant le début "d'une nouvelle ère" dans les relations entre les deux pays, M. Hussein a dit vouloir encourager "la coopération commerciale et économique dans tous les domaines", alors que les relations économiques sont actuellement "quasi-inexistantes".

Le ministre irakien a également apporté le "soutien" de l'Irak à "l'unité territoriale du royaume du Maroc et aux efforts onusiens pour arriver à une solution définitive concernant la question du Sahara" occidental, un territoire que se disputent le Maroc et le Front Polisario.


Inquiétudes après une nouvelle attaque à Jérusalem-Est: l'Arabie saoudite met en garde

Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, s'adresse à des passants alors qu'il se rend sur les lieux d'une attaque signalée dans un quartier de colons à Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023.  (Photo par AHMAD GHARABLI / AFP)
Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, s'adresse à des passants alors qu'il se rend sur les lieux d'une attaque signalée dans un quartier de colons à Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023. (Photo par AHMAD GHARABLI / AFP)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a mis en garde contre les dangers d'une nouvelle escalade entre Palestiniens et Israéliens
  • Depuis 48 heures, les appels à apaiser les tensions se multiplient à l'étranger, et le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est attendu pour une visite à Jérusalem et Ramallah en début de semaine

BEYROUTH: Au lendemain de la mort de sept personnes abattues par un Palestinien de 21 ans près d'une synagogue à Jérusalem-Est, la nouvelle attaque perpétrée samedi par un enfant palestinien de 13 ans, à proximité d'un site archéologique populaire pour les juifs, a suscité des réactions inquiètes à travers le monde.

L'Arabie saoudite a mis en garde contre une nouvelle escalade dangereuse de la situation entre Palestiniens et Israéliens.

Depuis 48 heures, les appels à apaiser les tensions se multiplient à l'étranger, et le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est attendu pour une visite à Jérusalem et Ramallah en début de semaine.

Le président américain, Joe Biden, a fustigé la veille une «atroce attaque terroriste», selon un communiqué de la Maison Blanche.

La Jordanie, pays arabe voisin ayant signé un traité de paix avec Israël, a condamné l'attaque de vendredi soir, a appelé samedi à prendre «des mesures urgentes pour arrêter la dangereuse escalade».

De son côté, la diplomatie russe s'est déclarée samedi "profondément préoccupée" et a appelé toutes les parties à la "retenue maximale", après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est.

"Les derniers évènements confirment avec toute évidence la nécessité de relancer un dialogue constructif palestino-israélien et de renoncer aux actions unilatérales", souligne le communiqué.

Selon Moscou, "on ne peut mettre fin aux violences répétitives que dans le cadre d'un processus de négociations se basant sur les principes du droit international", ajoute-t-il.