Appel de Macron à la sobriété: la gauche demande un passage aux «actes»

Le président français Emmanuel Macron regarde pendant le défilé militaire du 14 juillet sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris le 14 juillet 2022. (Photo par Ludovic MARIN / AFP)
Le président français Emmanuel Macron regarde pendant le défilé militaire du 14 juillet sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris le 14 juillet 2022. (Photo par Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 juillet 2022

Appel de Macron à la sobriété: la gauche demande un passage aux «actes»

  • Le député Insoumis Adrien Quatennens a pour sa part rappelé sur BFMTV-RMC que «l'Etat a été condamné deux fois pour inaction climatique» et fustigé un quinquennat précédent «d'irresponsabilité écologique»
  • «On a un gouvernement qui semble faire mais qui a souvent fait semblant», a pour sa part tranché le socialiste Boris Vallaud dans une interview au quotidien Les Echos.

PARIS: Des députés de l'alliance de gauche Nupes ont appelé vendredi Emmanuel Macron à "passer des paroles aux actes", après son annonce d'un "plan de sobriété" énergétique pour "consommer moins", lors de l'interview présidentielle du 14-Juillet.

"Oui, il faut de la sobriété, mais il faut passer de la parole aux actes", a critiqué la députée écologiste Sandrine Rousseau sur France 2.

"Ce n'est pas en éteignant les lumières qu'on va changer quoi que ce soit", a-t-elle estimé, appelant à un changement "radical".

Le député Insoumis Adrien Quatennens a pour sa part rappelé sur BFMTV-RMC que "l'Etat a été condamné deux fois pour inaction climatique" et fustigé un quinquennat précédent "d'irresponsabilité écologique".

"On a un gouvernement qui semble faire mais qui a souvent fait semblant", a pour sa part tranché le socialiste Boris Vallaud dans une interview au quotidien Les Echos.

L'interview présidentielle du 14 juillet moins suivie qu'en 2020

L'entretien télévisé d'Emmanuel Macron du 14-Juillet, diffusé en direct sur TF1 et France 2, a rassemblé au total 6,7 millions de téléspectateurs, un score inférieur à celui enregistré le 14 juillet 2020 pour la précédente interview du chef de l'Etat.

Quelque 46,5% des téléspectateurs ont suivi l'interview d'Emmanuel Macron, menée en direct de l'Elysée par Anne-Claire Coudray (TF1) et Caroline Roux (France 2), selon un communiqué conjoint des deux chaînes.

Dans le détail, France 2 a enregistré 2,6 millions de téléspectateurs, représentant 18,2% de part d'audience (PDA), et TF1 4,1 millions (28,3%).

Avec cette interview de près d'une heure, le chef de l'Etat est revenu à une tradition présidentielle de laquelle il avait préféré s'écarter dès le début de son premier mandat en 2017. Il s'était finalement plié à l'exercice en 2020 pour annoncer plusieurs mesures face à la crise économique et sanitaire.

Cet entretien avait été alors suivi par près de 9 millions de téléspectateurs, réalisant une part d'audience totale de 62,7%, selon les données de Médiamétrie.

Face au risque de pénurie lié à la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron avait déclaré jeudi: "On doit rentrer collectivement dans une logique de sobriété", en expliquant qu'il demanderait "aux administrations publiques, aux grands groupes de préparer un plan". "On doit accélérer la réponse" au réchauffement climatique, a-t-il poursuivi.

Concrètement, le chef de l'Etat a préconisé de "faire attention collectivement, le soir aux éclairages quand ils sont inutiles".

"Les efforts individuels ne peuvent pas suffire", a réagi Boris Vallaud.

"C'est d'abord les plus gros qui peuvent commencer à faire ces efforts", a pour sa part pointé Adrien Quatennens, liant la question du pouvoir d'achat à celle de la transition écologique. "Les 10% les plus riches consomment 20 fois plus que les 10% les plus pauvres", au niveau mondial, a-t-il argué.


Affaire Quatennens: le député a été auditionné par la police lilloise

M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD
  • Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse

LILLE : Le député LFI Adrien Quatennens a été entendu lundi au commissariat de Lille, dans le cadre de l'enquête pour violences conjugales le visant après une main-courante déposée par son épouse, a indiqué samedi une source proche du dossier.

Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD.

Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse, dans le cadre de sa "politique pénale volontariste pour le traitement des violences conjugales".

Dans un communiqué le 13 septembre, après la révélation de cette main courante par Le Canard Enchaîné, Céline et Adrien Quatennens avaient dit avoir appris "par voie d'avocats" que le parquet s'était saisi des faits.

M. Quatennens s'est dans la foulée mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter.

Il a notamment admis lui avoir "donné une gifle", il y a "un an", "dans un contexte d'extrême tension et d'agressivité mutuelle", affirmant avoir "profondément regretté ce geste".

Sollicités, ni le parquet de Lille ni l'avocate du député n'ont réagi dans l'immédiat.

L'affaire a alimenté une forte polémique, jusqu'au sein même de LFI. Jean-Luc Mélenchon et le député Manuel Bompard se sont attiré la colère notamment des milieux féministes pour des prises de position accusées de relativiser les violences conjugales, ce dont ils se sont tous les deux défendu.


Parlement: chômage, budget... un menu copieux et brûlant pour la rentrée

Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget. (AFP)
Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget. (AFP)
Short Url
  • A l'Assemblée, les députés enchaîneront le 10 octobre avec un projet de loi de programmation des finances publiques, mais surtout avec un plat de résistance brûlant: le budget de l'Etat
  • Les débats promettent d’être houleux, car il contient aussi le prélude à une réforme déjà rejetée par les syndicats, la Nupes et le RN, mais auquel la droite ne devrait pas s'opposer

PARIS: Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget.

Chômage et sécurité

Dès lundi, après un débat sur l'Ukraine, les députés commenceront par un projet de loi sensible sur l'assurance chômage. Ce texte vise dans un premier temps à prolonger les règles issues d’une réforme controversée du précédent quinquennat, qui arrivent à échéance le 31 octobre.

Les débats promettent d’être houleux, car il contient aussi le prélude à une réforme déjà rejetée par les syndicats, la Nupes et le RN, mais auquel la droite ne devrait pas s'opposer. L'idée est de faire évoluer le nombre de mois requis pour accéder à l'indemnisation, ou la durée de celle-ci, en fonction d'indicateurs comme le taux de chômage par exemple.

De son côté, le Sénat, dominé par la droite, démarre par une semaine de débats, dont un d'actualité mercredi sur l'Iran. Le premier projet de loi - d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur - sera examiné à partir du 11 octobre. Il prévoit 15 milliards d'euros supplémentaires de budget en cinq ans, et une augmentation de 8.500 postes de policiers et gendarmes.


L'imam Iquioussen, recherché par la France, arrêté en Belgique

Un manifestant tient une pancarte de soutien à Iman Hassan Iquioussen à Paris, le 3 septembre 2022 (Photo, AFP).
Un manifestant tient une pancarte de soutien à Iman Hassan Iquioussen à Paris, le 3 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le comité de soutien de M. Iquioussen a de son côté précisé que ses conseils étaient «mobilisés afin d'obtenir sa libération»
  • L'imam est depuis au cœur d'un imbroglio juridique

BRUXELLES: L'imam marocain Hassan Iquioussen, mis en cause en France pour des propos jugés "contraires aux valeurs de la République" et visé par un mandat d'arrêt européen, a été arrêté vendredi près de Mons, en Belgique.

"Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police", a déclaré à l'AFP le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Selon une source policière française, il a été interpellé par la police belge "sans incident". Selon une source proche du dossier, il a été écroué dans la soirée à Tournai, ville belge proche de la frontière française.

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé fin juillet l'expulsion de ce prédicateur, fiché S (pour sûreté de l'Etat) par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) "depuis dix-huit mois", selon lui.

«Un délit»

L'arrêté d'expulsion lui reprochait "un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République".

"Je me réjouis que M. Iquioussen ait été interpellé aujourd'hui par les services belges, que je remercie très sincèrement", a réagi M. Darmanin, en marge de son déplacement à Cayenne en Guyane pour participer aux Assises de la sécurité.

"Se soustraire à une décision d'expulsion du territoire national est un délit que le Code pénal condamne", a-t-il ajouté.

Le comité de soutien de M. Iquioussen a de son côté précisé que ses conseils étaient "mobilisés afin d'obtenir sa libération", dans un communiqué publié sur sa page Facebook vendredi soir, en même temps qu'une vidéo du prédicateur tournée avant son arrestation, où il dit avoir "confiance en la justice".

L'homme né en France et de nationalité marocaine a martelé qu'il était  "Français (...) dans (sa) tête" et qu'il est parti à l'étranger car on lui "a demandé de quitter (son) pays".

Introuvable depuis le feu vert du Conseil d'Etat français à son expulsion, fin août, le prédicateur a ensuite fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen délivré par un juge d'instruction de Valenciennes (nord), pour "soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement".

L'imam est depuis au cœur d'un imbroglio juridique.

Son avocate, Me Lucie Simon, conteste en particulier la validité du mandat d'arrêt le visant, estimant qu'il se fonde "sur une infraction" qui n'est, selon elle, "pas constituée". "Pourquoi le rechercher ? Pourquoi vouloir le faire revenir ?", s'était-elle interrogée début septembre.

«Coopération judiciaire»

Selon M. Darmanin, "désormais il s'agit d'une coopération judiciaire entre la justice belge et la justice française. A la fin de cette procédure judiciaire, il y aura une procédure administrative. M. Iquioussen sera mis en centre de rétention administrative et sera expulsé vers son pays d'origine", le Maroc.

La procédure de remise à la France de l'imam pourrait prendre plusieurs semaines si l'intéressé s'y oppose.

Entre querelles juridiques et batailles médiatiques, les débats autour de l'imam ont nourri l'actualité française du mois d'août. L'annonce de son expulsion a été suspendue par le tribunal administratif de Paris qui a jugé qu'elle porterait "une atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale".

Il avait été éclaboussé par une première polémique en 2004, épinglé pour des propos jugés antisémites dans un discours sur la Palestine. L'intéressé avait reconnu par la suite "des propos déplacés" et présenté ses excuses.

Son nom est réapparu ensuite régulièrement dans la presse et le débat public.

Sa chaîne YouTube, où il délivre cours et sermons sur l'islam dans la vie quotidienne (pauvreté, violence, épanouissement dans le couple...), compte 178 000 abonnés.

Né en France, il avait décidé à sa majorité de ne pas opter pour la nationalité française. Lui affirme y avoir renoncé à 17 ans sous l'influence de son père, et avoir ensuite tenté en vain de la recouvrer.

Ses cinq enfants et ses 15 petits-enfants sont eux Français et implantés dans le Nord de la France : un fils est imam à Raismes, un autre ex-élu PS à Lourches.