«Fire of Love» ou la passion brûlante et tragique d'un couple de volcanologues français

Le volcan Unzen, au Japon, l’un des plus destructeurs au monde (Photo, japan-guide.com )
Le volcan Unzen, au Japon, l’un des plus destructeurs au monde (Photo, japan-guide.com )
Short Url
Publié le Dimanche 17 juillet 2022

«Fire of Love» ou la passion brûlante et tragique d'un couple de volcanologues français

  • Le couple Krafft est au cœur du documentaire américain réalisé à partir des vidéos époustouflantes et parfois terrifiantes qu’ils ont tournées sur les cratères du monde entier
  • Le film, sorti cette semaine aux Etats-Unis, a séduit la critique et certains lui prédisent déjà des prix cinématographiques

LOS ANGELES : Unis dans la vie et par leur passion commune des volcans, les scientifiques français Maurice et Katia Krafft auront connu jusqu'au bout les feux de l'amour.

Mort sur le flanc d'un volcan japonais en 1991, le couple est au cœur du documentaire américain réalisé à partir des vidéos époustouflantes et parfois terrifiantes tournées par les Krafft sur les cratères du monde entier, et parfois même à l'intérieur.

Le film, sorti cette semaine aux Etats-Unis, a séduit la critique et certains lui prédisent déjà des prix cinématographiques.

C'est en menant des recherches sur les volcans islandais que la réalisatrice Sara Dosa est tombée sur les «images spectaculaires» du couple Krafft mais elle dit avoir été avant tout attirée par «l'amour qui irradiait» de ces prises de vues.

Pendant 25 ans, Maurice et Katia Krafft ont parcouru le monde à la recherche de volcans en activité, publiant une vingtaine de livres et produisant cinq long métrages, sans compter les émissions de télé ou les conférences.

Leur tragique disparition sur le mont Unzen au Japon, entré en éruption en 1991 après près de deux siècles de sommeil, avait marqué les esprits. Une nuée ardente, mélange de gaz, de cendres et de roches, les avait emportés soudainement avec une quarantaine d'autres personnes.

«Fire of Love» débute et s'achève avec ce drame, mais le documentaire s'intéresse bien davantage à l'inhabituel «triangle amoureux» qui unissait les deux chercheurs et leur obsession volcanique.

«C'est quand nous avons vraiment appris qui ils étaient en tant que personnes, et le fait qu'ils étaient non seulement mariés mais aussi amoureux des volcans, que nous nous sommes dits +OK, on veut faire un film sur ces gens+», dit Sara Dosa à l'AFP.

Les volcans, «c'est ce qui les a réunis en premier lieu, et ça a été le moteur, le combustible de leur relation», estime-t-elle.

- Kayak et Nouvelle vague  -

Si Maurice était le plus extraverti et vraisemblablement le plus casse-cou des deux -- il pagaye sur un lac acide et envisageait de descendre une coulée de lave en kayak --, Katia n'en était pas moins elle aussi incroyablement courageuse face aux situations périlleuses.

L'enthousiasme débridé des Krafft avait suscité des critiques de la part de certains autres scientifiques mais «je ne pense pas qu'on les ait jamais trouvé imprudents, très franchement», dit la réalisatrice.

«Au bout du compte, ils ont eu une vie et connu une mort toutes deux pleines de sens. Et il s'agissait en grande partie de suivre leur amour», ajoute-t-elle.

Après avoir été témoins de l'éruption du mont Saint Helens en 1980 dans le nord-ouest des Etats-Unis, puis du désastre du Nevado del Ruiz qui avait tué quelque 25.000 personnes en Colombie cinq ans plus tard, les Krafft avaient décidé de sensibiliser les gouvernements sur l'importance de mettre en place des plans de prévention adaptés.

«Etant donné qu'ils faisaient partie des rares personnes à vraiment saisir ces images sur le vif, ils étaient les mieux placés pour ce travail. Et c'est littéralement ce qu'ils tentaient de faire lorsqu'ils sont morts en 1991», souligne Sara Dosa.

La réalisatrice insiste également beaucoup sur la puissance des images tournées par les Krafft, pleines de lave rougeoyante, de paysages désolés semblant venir d'une autre planète, le tout avec un style distinctif qui a selon elle toutes «les caractéristiques de la Nouvelle Vague» des cinéastes français.

Elle cite en exemple la façon dont les volcanologues jouaient avec les «zooms rapides, qui nous ont rappelé les films français des années 1960 et 1970».

Sara Dosa dit s'être elle-même inspirée de ce style pour son documentaire et raconter le «ménage à trois» formé par Katia, Maurice et les volcans.

«L'un des grands ressorts narratifs de la Nouvelle Vague reposait sur ces histoires de triangle amoureux», sourit-elle.


Arabie saoudite: Ouverture du premier cinéma indépendant à Djeddah

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Short Url
  • Le cinéma Hayy comprend une salle de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives
  • Il vise à élargir l'expérience cinématographique en servant de point de rencontre

DJEDDAH: Le centre Art Jameel a annoncé que le premier cinéma indépendant saoudien ouvrira ses portes le 6 décembre, coïncidant avec le deuxième Festival international du film de la mer Rouge. Le cinéma Hayy, situé dans le quartier Hayy Jameel de Djeddah, a pour objectif d'élargir l'expérience cinématographique, en servant de point de rencontre où s’échangent les connaissances.

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend un théâtre principal de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives.

Les fondateurs du cinéma ont affirmé qu'il célèbrera les légendes de l'âge d'or du cinéma arabe. Les premières projections comprendront une rétrospective de cinq versions nouvellement restaurées de films révolutionnaires du maître égyptien Youssef Chahine, l'un des cinéastes de la région les plus reconnus internationalement.

Le cinéma présentera également une exposition soulignant la contribution du célèbre photographe Gamal Fahmy à la force révolutionnaire du cinéma dans la région.

«Il s'agit de la première maison de cinéma indépendante sur mesure en Arabie saoudite, conçue pour soutenir la scène cinématographique locale – non seulement les réalisateurs mais aussi le public qui les apprécie», a déclaré Antonia Carver, directrice du centre Art Jameel.

«Grâce à un programme annuel de films saoudiens, régionaux et internationaux, ainsi qu'à des conférences, des expositions et des festivals de cinéma organisés dans ses différents espaces communautaires, le cinéma devient un lieu de rencontre convivial, ouvrant un tout nouveau monde de narration et d'imagination.

«Nous croyons que l'accent mis par Hayy Cinema sur la présentation et la documentation de la grande largeur du cinéma mondial, et sur le fait de retracer l'histoire des cinémas et des films du Golfe, complète les blockbusters de la scène commerciale saoudienne en pleine croissance et les initiatives industrielles menées par le gouvernement.»

Les fondateurs ont indiqué qu'à travers des rétrospectives et des expositions d'archives soigneusement sélectionnées, le cinéma invite le public à découvrir des films importants et à en savoir plus sur l'influence historique que l'industrie cinématographique indépendante a eue sur les tendances sociales et politiques.

Son programme d'ouverture comprend cinq films de Chahine: «Alexandrie...pourquoi?» («Iskandariya... Leh», 1978); «Alexandrie encore et toujours» («Iskandariya Kaman we Kaman», 1989); «Adieu Bonaparte» («Al-Wadaa Ya Bonaparte», 1985); «Le sixième jour» («Al-Yom el-Sadis», 1986); et «Le retour de l’enfant prodigue» («Awdet El-Ibn El-Dal», 1976).

Zohra Ait el-Jamar, directrice générale de Hayy Cinema, a souligné que «l'ouverture du Hayy Cinema à Djeddah marque un moment de passion et de soutien croissants pour le cinéma local et mondial en Arabie Saoudite.

«La collaboration avec le RSIFF pour le programme d'ouverture du cinéma Hayy reflète l'éthique du centre Art Jameel : notre modèle a longtemps été dynamique et adaptable, travaillant avec de nombreuses institutions partenaires de manière à établir des collaborations de programmation ancrées dans le contexte spécifique des besoins et des aspirations de notre communauté créative.

«Je remercie l'équipe du RSIFF et me réjouis de continuer à travailler avec le festival et la communauté cinématographique saoudienne afin de susciter une appréciation toujours plus grande du cinéma à travers le Royaume.»

Le jour de l'ouverture du cinéma marque également le premier anniversaire de Hayy Jameel, un complexe dédié aux arts et à la créativité à Djeddah, qui est l'une des deux institutions d’Art Jameel.

Art Jameel s'efforce de soutenir les artistes et d'encourager les communautés créatives. Fondé et soutenu par les philanthropies de la famille Jameel, il décrit ses programmes, ses comités, ses recherches, ses initiatives d'apprentissage et ses bâtiments communautaires comme étant fondés sur une compréhension dynamique des arts comme étant fondamentaux à la vie et accessibles à tous.

Le programme d'ouverture du cinéma marque la deuxième collaboration entre Art Jameel et le RSIFF; en décembre de l'année dernière, Hayy Jameel a accueilli «Red Sea: Immersive», une sélection de ce qu'elle a décrit comme des projets de réalité virtuelle importants et marquants, organisée par Liz Rosenthal.

La deuxième édition du RSIFF débute aujourd'hui à Djeddah et se poursuit jusqu'au 10 décembre. Son programme comprend 131 longs et courts métrages en provenance de 61 pays, en 41 langues, dont 7 longs métrages et 24 courts métrages d'Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial: Que vaut la Pologne, adversaire des Bleus en 1/8?

«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
Short Url
  • La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939
  • La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais

DOHA: La France affrontera la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale de Coupe du monde, un stade de la compétition que la nation du capitaine Robert Lewandowski n'avait plus atteint depuis le Mondial-1986. Présentation:

La Pologne en bref

Coupe du monde: 9e participation. Meilleurs résultats: 3e en 1974 et en 1982

Classement Fifa: 26e

Surnom: Bialo-Czerwoni (Blanc et Rouge)

Joueurs vedettes: le capitaine Robert Lewandowski, le gardien Wojciech Szczesny

Le sélectionneur: nommé en janvier 2022, Czeslaw Michniewicz (52 ans) a remplacé à ce poste le Portugais Paulo Sousa parti subitement au Brésil pour prendre les rênes de Flamengo. L'ancien gardien devenu entraîneur avait pour objectif immédiat de remporter les barrages pour se qualifier au Mondial-2022: la sélection avait terminé deuxième de son groupe lors des éliminatoires, derrière l'Angleterre. Après l'exclusion de l'équipe russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine, la sélection de Michniewicz a battu la Suède 2-0 en finale des barrages et obtenu la qualification. Depuis, son bilan est mitigé: il a, certes, réussi à maintenir la sélection parmi les seize meilleures équipes de la Ligue des nations, mais a essuyé en cours de route trois défaites dont un lourd revers 6-1 contre la Belgique.

Parcours au premier tour

Match 1: Pologne-Mexique (0-0)

Match 2: Pologne-Arabie saoudite (victoire 2-0, buts de Zielinski et Lewandowski)

Match 3: Pologne-Argentine (défaite 2-0)

En ouverture, les Polonais ont buté sur le Mexique (0-0) et son gardien vétéran Guillermo Ochoa, auteur d'un arrêt salvateur face à Robert Lewandowski, le capitaine et meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

L'attaquant vedette du FC Barcelone a attendu le match suivant contre l'Arabie saoudite (2-0) pour marquer, à 34 ans, son premier but en Coupe du monde. Son gardien Wojciech Szczesny s'est lui aussi distingué avec un formidable double arrêt sur penalty.

Le portier de la Juventus Turin, 32 ans, a retardé l'échéance contre l'Argentine avec encore un penalty arrêté, face à Lionel Messi, mais il a fini par s'incliner en seconde période (défaite 2-0). Les Polonais ont obtenu la deuxième place du groupe C à la différence de but devant le Mexique.

Historique contre la France

La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939. Les Bleus s'étaient imposés 4-0 au Parc des princes.

La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais. Parmi les Bleus actuellement au Qatar, seuls Hugo Lloris et Steve Mandanda étaient présents, mais seulement sur le banc des remplaçants.

Les deux nations ne se sont affrontées qu'une seule fois dans une grande compétition: le 10 juillet 1982, à Alicante, les partenaires de Marius Trésor s'étaient inclinés 3-2 lors du match pour la troisième place en Coupe du monde.


Le but de Salem Al-Dawsari arrive trop tard pour les Faucons verts, le Mexique l'emporte 2-1

Le milieu de terrain saoudien Salem Al-Dawsari marque contre le Mexique au stade Lusail, à Lusail, au nord de Doha, le 30 novembre 2022. (AFP)
Le milieu de terrain saoudien Salem Al-Dawsari marque contre le Mexique au stade Lusail, à Lusail, au nord de Doha, le 30 novembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Devant des supporters en ébullition, les Mexicains ont ouvert le score grâce à Henry Martin (48e), à l'affût après une déviation de Cesar Montes au premier poteau, dans la foulée d'un corner
  • Un but très tardif du capitaine Salem Al-Dawsari, après un une-deux avec Hatan Bahbri (90e+5), a enterré définitivement les espoirs de la « Tri»

DOHA: Le Mexique, en mauvaise posture avant les derniers matches du groupe C a battu l'Arabie saoudite (2-1) en vain, car elle termine troisième de la poule, derrière la Pologne.

Devant des supporters en ébullition, les Mexicains ont ouvert le score grâce à Henry Martin (48e), à l'affût après une déviation de Cesar Montes au premier poteau, dans la foulée d'un corner.

Luis Chavez a ensuite doublé la mise d'un coup franc sublime à 33 mètres, chronométré à 76 km/h par la Fifa. Les Mexicains ont alors eu une foule d'occasions pour inscrire le but de la qualification, notamment par Martin, dont la frappe s'est envolée au-dessus des cages saoudiennes (70e), ou par Pineda, qui a manqué le cadre de peu (76e).

Un but très tardif du capitaine Salem Al-Dawsari, après un une-deux avec Hatan Bahbri (90e+5), a enterré définitivement les espoirs de la "Tri", dont les joueurs sont restés plusieurs minutes après le coup de sifflet final sur la pelouse, se prenant dans les bras.

Mais leur baroud d'honneur n'a pas suffi : ils quittent le Mondial dès la phase de poule après avoir atteint les huitièmes de finale lors des sept dernières éditions.

En face, les joueurs d'Hervé Renard quittent la compétition après un coup d'essai glorieux contre l'Argentine.