Des militants écologistes bloquent une autoroute autour de Londres

Un policier s'adresse aux automobilistes coincés dans un embouteillage sur Oxford Street (Photo, AFP).
Un policier s'adresse aux automobilistes coincés dans un embouteillage sur Oxford Street (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 juillet 2022

Des militants écologistes bloquent une autoroute autour de Londres

  • Cette manifestation a créé un bouchon d'une quinzaine de kilomètres, après que les militants avaient franchi des portiques au-dessus de l'autoroute M25
  • Mardi, pour la première fois au Royaume-Uni, le mercure a dépassé les 40°C, avec notamment 40,2°C à l'aéroport d'Heathrow, dans l'ouest de Londres

LONDRES: Des militants écologistes ont bloqué mercredi matin l'autoroute qui entoure Londres pour protester contre l'inaction du gouvernement britannique face à la crise climatique, après des températures record au Royaume-Uni.

Cette manifestation a créé un bouchon d'une quinzaine de kilomètres, après que les militants avaient franchi des portiques au-dessus de l'autoroute M25, provoquant l'intervention de la police, qui a annoncé l'arrestation de trois personnes, deux femmes et un homme.

"On vient juste d'avoir des températures de 40°C, ce qu'on prévoit depuis des décennies. Peut-être que ça arrive un peu plus vite, mais ça montre juste à quel point le gouvernement n'est pas préparé au changement climatique et c'est évident qu'on ne peut pas continuer comme ça", a lâché un porte-parole du groupe Just Stop Oil, qui milite pour l'arrêt de nouvelles infrastructures liées aux énergies fossiles.

Mardi, pour la première fois au Royaume-Uni, le mercure a dépassé les 40°C, avec notamment 40,2°C à l'aéroport d'Heathrow, dans l'ouest de Londres, puis 40,3°C à Coningsby, un village du nord-est de l'Angleterre.

Devant le Parlement mercredi, un ministre qui a présidé des réunions d'urgence sur la canicule , Kit Malthouse, a indiqué que le précédent record de 38,7°C datant de 2019 a été battu dans 34 localités.

Les pompiers ont connu mardi leur "journée la plus chargée depuis la Deuxième Guerre mondiale", a-t-il ajouté, en raison d'une multiplications d'incendies.

Au moins soixante habitations ont été détruites, dont 41 dans l'agglomération de Londres, 14 dans le Norfolk (est de l'Angleterre) et cinq dans le Lincolnshire (Nord), a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs indiqué qu'au moins 13 personnes sont mortes après s'être retrouvées en difficulté dans des rivières, étangs ou réservoirs ces derniers jours, dont sept adolescents.

Selon les pompiers de Londres, 16 soldats du feu ont été blessés en luttant contre les incendies, dont deux ont été hospitalisés.

Ils ont reçu plus de 2.600 appels mardi, a dit le maire de Londres Sadiq Khan, contre 350 habituellement en une journée.

La multiplication des vagues de chaleur est une conséquence directe de la crise climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

En raison de la chaleur, d'importantes perturbations ont été observées dans les transports -non adaptés pour gérer de telles températures- et plusieurs incendies se sont déclenchés.

Seize pompiers ont été blessés alors qu'ils luttaient contre un incendie dans le village de Wennington à l'est de Londres. Le feu s'est étendu sur une superficie de 40 hectares, comprenant habitations, bâtiments agricoles et garages.

Appelant les Britanniques à rester vigilants malgré la baisse des températures, le maire travailliste de Londres Sadiq Khan a accusé sur Sky News les candidats conservateurs voulant succéder au Premier ministre Boris Johnson d'ignorer "l'éléphant dans la pièce" qu'est le changement climatique, sujet quasiment absent lors de la campagne.


«Pas d'indications» que la Russie se prépare «de manière imminente» à utiliser l'arme nucléaire

Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'«Armageddon» nucléaire (Photo, AFP).
Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'«Armageddon» nucléaire (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre propre posture nucléaire stratégique», a affirmé vendredi la porte-parole de la Maison Blanche
  • Confronté à une résistance ukrainienne tenace, Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre

WASHINGTON: "Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre propre posture nucléaire stratégique, pas plus que nous n'avons d'indications que la Russie se prépare à utiliser de manière imminente des armes nucléaires", a dit vendredi la porte-parole de la Maison Blanche.

Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'"Armageddon" nucléaire, c'est-à-dire d'apocalypse.

Interrogée pour savoir si ce ton plus alarmiste était lié à de nouveaux renseignements obtenus par les Etats-Unis, la porte-parole a répondu "non", lors d'une brève session de questions-réponses à bord de l'avion emmenant Joe Biden pour un déplacement au nord-ouest de Washington.

"Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'un 'Armageddon' depuis Kennedy et la crise des missiles cubains" en 1962, avait-t-il déclaré lors d'une collecte de fonds à New York, au cours de laquelle il a estimé que son homologue russe Vladimir Poutine "ne plaisantait pas" en menaçant de recourir à l'arme atomique.

Du 14 au 28 octobre 1962, la crise des missiles installés à Cuba par l'Union soviétique et repérés par les Etats-Unis avait fait trembler la planète, laissant craindre une guerre nucléaire.

Confronté à une résistance ukrainienne tenace, alimentée par l'aide militaire occidentale, Vladimir Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre.

Il s'était dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident, qu'il avait accusé de vouloir "détruire" la Russie.


Danemark: Un Iranien armé d'un couteau arrêté à l'ambassade d'Iran

L'homme, un citoyen iranien, a été arrêté par un employé avant d'entrer dans le bâtiment de l'ambassade, a indiqué la police dans un communiqué (Photo, danemark.mfa.gov.ir).
L'homme, un citoyen iranien, a été arrêté par un employé avant d'entrer dans le bâtiment de l'ambassade, a indiqué la police dans un communiqué (Photo, danemark.mfa.gov.ir).
Short Url
  • «L'agresseur, qui tenait un couteau à la main, est entré dans l'ambassade, a semé la terreur... et causé des dommages aux voitures dans le parking de l'ambassade»
  • De Téhéran, le ministère a «vivement critiqué» la lenteur de l'intervention de la police danoise

COPENHAGUE: Un Iranien armé d'un couteau a été arrêté dans l'ambassade d'Iran à Copenhague, a annoncé vendredi la police danoise, Téhéran accusant l'homme d'avoir visé l'ambassadrice et critiquant l'intervention trop lente de la police.

"L'agresseur, qui tenait un couteau à la main, est entré dans l'ambassade, a semé la terreur... et causé des dommages aux voitures dans le parking de l'ambassade", a assuré l'ambassadrice, Afsaneh Nadipour, dans un communiqué de la diplomatie iranienne.

"Un citoyen iranien de 32 ans a été arrêté vendredi matin après avoir pénétré dans l'enceinte de l'ambassade d'Iran à Copenhague portant un couteau", a confirmé la police de Copenhague dans un communiqué, précisant que l'homme avait été appréhendé par un employé de l'ambassade avant d'atteindre le bâtiment lui-même.

De Téhéran, le ministère a "vivement critiqué" la lenteur de l'intervention de la police danoise.

"Il est regrettable qu'au cœur de l'Europe, une telle attaque soit perpétrée contre une femme et ambassadrice bénéficiant de l'immunité diplomatique, et la police n'est pas présente à temps sur les lieux", a-t-il dit.

Le suspect, qui devait être présenté samedi à un juge pour être placé en détention provisoire, risque d'être inculpé pour vandalisme, violence et infraction vis-à-vis de personne protégée par le statut diplomatique, a ajouté la police.

La police danoise a elle indiqué avoir pris, après l'incident, "les mesures de sécurité nécessaires concernant l'ambassade d'Iran, ses employés".

L'Iran est actuellement traversé par un mouvement de contestation, avec en première ligne les Iraniennes, après le décès en prison de Mahsa Amini arrêtée par la police des moeurs.

Des rassemblements de solidarité ne cessent également d'avoir lieu à travers le monde depuis sa mort il y a trois semaines.


«Nous pouvons arriver subitement la nuit»: Erdogan menace la Grèce et les pays qui l’«agacent»

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Short Url
  • La Grèce doit prendre au sérieux les avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, a déclaré le président Erdogan
  • Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin

PRAGUE: Lors de la lancée de la nouvelle plateforme de concertation continentale à Prague, la Communauté politique européenne, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la Grèce, et d’autres pays qui l’«agacent», ont compris le message d’Ankara lorsque des responsables turcs ont déclaré: «Nous pouvons arriver subitement la nuit», un commentaire que les responsables grecs et d’autres responsables occidentaux considèrent comme une menace.

Il a accusé Athènes de fonder ses politiques sur des «mensonges». «Ils ne sont pas là où ils sont censés être», a lancé M. Erdogan lors d’une conférence de presse à Prague. «Toute leur politique est fondée sur des mensonges. Ils ne sont pas honnêtes. Nous n’avons rien à discuter avec la Grèce.»

Il a souligné que la Grèce devait prendre au sérieux ses avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, et a également déclaré au sommet qu’il attendait de l’UE qu’elle «appelle la Grèce à un dialogue bilatéral au lieu de soutenir des initiatives illégales déguisées en unité ou en solidarité». De son côté, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin.

«La Grèce ne provoque jamais, et elle répond toujours avec confiance lorsqu’elle est provoquée», a dit M. Mitsotakis. «Il est insensé d’accuser la Grèce de faire monter la tension en mer Égée alors que la Turquie soulève même les questions de souveraineté des îles», a-t-il ajouté. «La Grèce ne ferme pas la porte au dialogue. Nous sommes certains que le droit international est de notre côté.»

Jeudi, des dirigeants de toute l’Europe ont entamé leurs réunions à Prague dans le cadre du sommet inaugural. Le premier rassemblement au grand complexe du château de Prague a réuni un groupe hétéroclite de 44 nations, du Caucase (sud-est) à l’Islande (nord-ouest).

Le président russe, Vladimir Poutine, qui n’a pas été invité, dominait les discussions lors de la réunion en raison des crises économique et sécuritaire provoquées par son invasion de l’Ukraine.

* Avec Reuters and AFP

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com