Les Tunisiens votent sur une Constitution suscitant la controverse

Les Tunisiens votent lundi par référendum sur une nouvelle Constitution controversée imposée par le président Kais Saied (Photo, AFP).
Les Tunisiens votent lundi par référendum sur une nouvelle Constitution controversée imposée par le président Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 25 juillet 2022

Les Tunisiens votent sur une Constitution suscitant la controverse

  • La participation est le principal enjeu du référendum, où le oui a de fortes chances de l'emporter, les grands partis d'opposition dont le mouvement d'inspiration islamiste Ennahdha ayant appelé leurs électeurs à s'abstenir
  • Un total de 21,86% -- exactement 1,951 million -- des 9,3 millions d'inscrits avaient voté à 18H00 GMT, a indiqué Farouk Bouasker, président de l'autorité électorale (Isie)

TUNIS: Les Tunisiens votaient toujours lundi soir sur une nouvelle Constitution controversée, qui renforce les pouvoirs du président Kais Saied, avec le risque pour ce pays, berceau du printemps arabe, de revenir à un régime autoritaire.

La Tunisie, confrontée à de graves difficultés économiques, aiguisées par le Covid et la guerre en Ukraine dont elle dépend pour ses importations de blé, est très divisée depuis que le président s'est emparé de tous les pouvoirs il y a un an.

La participation est le principal enjeu du référendum, où le oui a de fortes chances de l'emporter, les grands partis d'opposition dont le mouvement d'inspiration islamiste Ennahdha ayant appelé leurs électeurs à s'abstenir.

Un total de 21,86% -- exactement 1,951 million -- des 9,3 millions d'inscrits avaient voté à 18H00 GMT, a indiqué Farouk Bouasker, président de l'autorité électorale (Isie).

Soulignant que ce taux n'inclut pas les quelque 350 000 Tunisiens de l'étranger, M. Bouasker a fait état d'une "affluence en hausse depuis 16H00" et pourrait s'accélérer avec les retours d'un week-end suivi d'un jour férié.

Les premiers résultats officiels sont attendus "mardi dans l'après-midi", a dit à l'AFP un porte-parole de l'Isie, Mansri Tlili.

Dans les bureaux de vote de Tunis, l'affluence était supérieure à ce qui avait été escompté, selon les journalistes de l'AFP.

«Grand espoir»

"Nous avons un grand espoir dans le 25 juillet. La Tunisie va prospérer à partir d'aujourd'hui", a dit à l'AFP Imed Hezzi, un serveur de 57 ans, montrant un doigt teinté à l'encre bleue, pour éviter toute fraude.

Mongia Aouanallah, une retraitée de 62 ans, attend "une vie meilleure, pour que les enfants de nos enfants vivent mieux" car "tout est catastrophique".

Après avoir voté, le président a appelé à approuver sa Constitution pour "établir une nouvelle République fondée sur la vraie liberté, la vraie justice et la dignité nationale". Ennahdha a dénoncé des déclarations pouvant orienter le vote, représentant "une fraude au référendum".

Cette nouvelle loi fondamentale controversée, imposée par le président Saied, accorde de vastes pouvoirs au chef de l'Etat, en rupture avec le système parlementaire en place depuis 2014.

Le président désigne le chef du gouvernement et les ministres et peut les révoquer à sa guise. Il peut soumettre au Parlement des textes législatifs qui ont "la priorité". Une deuxième chambre représentera les régions, en contrepoids à l'Assemblée des représentants (députés) actuelle.

L'opposition et de nombreuses ONG ont dénoncé une Constitution "taillée sur mesure" pour M. Saied, et le risque de dérive autoritaire d'un président n'ayant de comptes à rendre à personne.

Sadok Belaïd, le juriste chargé par M. Saied d'élaborer la nouvelle Constitution, a désavoué le texte final, estimant qu'il pourrait "ouvrir la voie à un régime dictatorial".

«Pas de garde-fous»

L'opposition a appelé au boycott du scrutin, invoquant un "processus illégal" et sans concertation.

Personnage complexe, le président Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis un an.

Il considère sa refonte de la Constitution comme le prolongement de la "correction de cap" engagée le 25 juillet 2021 quand, arguant des blocages politico-économiques, il a limogé son Premier ministre et gelé le Parlement avant de le dissoudre en mars, mettant en péril la seule démocratie issue du Printemps arabe.

Le nouveau texte "donne presque tous les pouvoirs au président et démantèle tous les systèmes et institutions pouvant le contrôler", a dit à l'AFP Said Benarbia, directeur régional de la Commission internationale des juristes CIJ. Il lui donne "davantage de pouvoirs que la Constitution de 1959", élaborée sous Habib Bourguiba, en supprimant la séparation des pouvoirs et "un pouvoir judiciaire subordonné à l'exécutif".

"Aucun des garde-fous qui pourraient protéger les Tunisiens de violations similaires au (régime) Ben Ali n'existe", selon M. Benarbia convaincu que la nouvelle Constitution "codifie l'autocratie".

Pour l'analyste Youssef Cherif, des espaces de liberté restent garantis mais la question d'un retour à un régime dictatorial similaire à celui de l'ex-autocrate de Zine el Abidine Ben Ali, pourrait se poser "dans l'après Kais Saied".

Pour la majeure partie de la population, la priorité est ailleurs: une croissance poussive (autour de 3%), un chômage élevé (près de 40% des jeunes), une inflation galopante et l'augmentation du nombre de pauvres à 4 millions de personnes.

La Tunisie, au bord du défaut de paiement avec une dette supérieure à 100% du PIB, négocie un nouveau prêt avec le FMI qui a de bonnes chances d'être accordé mais exigera en retour des sacrifices susceptibles de provoquer une grogne sociale.


En Irak, des Iraniens divisés sur l'abolition de la police des mœurs

Des Iraniennes marchent dans une rue du centre de Téhéran (Photo, AFP).
Des Iraniennes marchent dans une rue du centre de Téhéran (Photo, AFP).
Short Url
  • «Le slogan des manifestants, ce n'est pas la dissolution de la police des mœurs»
  • «La vraie demande, c'est l'élimination du régime»

ERBIL: "Duperie" ou abandon d'une règle religieuse? L'abolition de la police des mœurs par Téhéran a reçu dimanche un accueil mitigé chez des Kurdes d'Iran, réfugiés dans le nord de l'Irak, et chez des pèlerins iraniens, de passage dans le sud.

Alors que la République islamique est secouée depuis plus de deux mois par des manifestations qui ne faiblissent pas, le procureur général Mohammad Jafar Montazeri a annoncé samedi soir l'abolition de la police des mœurs, selon l'agence de presse Isna.

C'est cet organe qui avait arrêté le 13 septembre à Téhéran Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, en l'accusant de ne pas respecter le code vestimentaire de la République islamique, qui impose aux femmes le port du voile en public.

Sa mort en détention trois jours plus tard a déclenché les manifestations et sur les réseaux sociaux ont déferlé des vidéos montrant des femmes, fer de lance de la contestation, enlevant et brûlant leur foulard, en criant "Femme, vie, liberté".

L'annonce de Téhéran, interprétée comme un geste envers les manifestants, a suscité cependant la colère de Kurdes iraniens réfugiés au Kurdistan irakien (nord) depuis des décennies, certains en raison de leur opposition au régime iranien.

«Élimination du régime»

"Le slogan des manifestants, ce n'est pas la dissolution de la police des mœurs", assène Nachmil Abdi, vendeuse dans une boutique de chaussures pour femmes.

"La vraie demande, c'est l'élimination du régime", fustige la trentenaire arborant un chignon sage.

De son côté, la journaliste Soma Hakimzada, âgée de 32 ans, estime qu'avec cette mesure, "l'Iran a recours à la duperie".

"Je ne pense pas que les femmes apprécient cette annonce iranienne", accuse cette militante d'un parti de l'opposition kurde iranienne, née au Kurdistan irakien après que ses parents ont fui l'Iran.

Elle espère que cette annonce ne va pas "mettre un frein aux manifestations".

La répression des manifestations s'est traduite par l'arrestation de quelque 14.000 personnes, selon l'ONU. Les autorités iraniennes ont par ailleurs fait état de la mort de plus 300 personnes.

À Najaf, ville sainte chiite du sud de l'Irak, rares sont les pèlerins iraniens qui acceptent de parler politique.

"Si on veut avoir une police des mœurs, ça doit se faire par des paroles douces", plaide Wahid Sarabi, venu de la ville de Hamedan, dans l'ouest de l'Iran. Sinon, dit-il, "ils risquent de détester la religion".

"En Islam, il y a un principe qui s'appelle +ordonner le bien et empêcher le mal+", poursuit-il. "Cela doit se faire en guidant (les gens), pas par la coercition, ni en frappant ou en insultant", déplore l'homme à la barbe noire soigneusement taillée.

Younis Radoui, Iranien de 36 ans originaire de Machhad, laisse aux "spécialistes" le soin de parler de la police des mœurs.

Mais il estime toutefois que "la loi en République islamique impose le respect du hijab. Et donc tous les citoyens doivent respecter la loi et le hijab".


La maison familiale de la grimpeuse iranienne démolie dans le cadre d'une polémique sur le hijab

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Short Url
  • La maison d'Elnaz Rekabi n'avait pas de permis, selon l'agence de presse nationale
  • L'athlète a été « obligée de s'excuser » après une compétition à l'étranger

LONDRES : La maison de la grimpeuse iranienne qui a participé à une compétition à l'étranger sans porter de foulard a été démolie, selon des rapports.

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance.

Elle a été contrainte de s'excuser, selon la BBC.

Les manifestants iraniens ont salué Rekabi, qui a été ramenée de Corée du Sud et accueillie par des dizaines de supporters à l'aéroport.

Des manifestations de grande ampleur secouent l'Iran depuis des mois suite à la mort de Mahsa Amini, Kurde de 22 ans, décédée le 16 septembre après son arrestation à Téhéran pour une prétendue infraction au code vestimentaire.

Une vidéo montrant les ruines de la maison de la famille Rekabi avec des médailles de sport sur le sol a commencé à circuler cette semaine avec Davood, le frère de Rekabi, en larmes dans le clip.

L'agence de presse Tasnim a confirmé que la maison avait été détruite, mais a précisé que cela était dû au fait que la famille de Rekabi ne disposait pas d'un permis valide pour sa construction, et que celle-ci avait eu lieu avant qu'elle ne participe à des compétitions à l'étranger.

On ne sait pas exactement quand la séquence vidéo a été tournée.

En octobre, les États-Unis ont critiqué le traitement réservé à Rekabi par le régime iranien et ont prévenu que « le monde entier observait. »

Le porte-parole du département d'État, Vedant Patel, a déclaré aux journalistes que « le régime iranien et ses dirigeants ont à leur actif une longue histoire d'abus des droits des femmes et de violation de leur liberté d'expression, notamment par le biais de menaces, d'intimidation et de violence ».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Maroc: Importante manifestation contre «la vie chère et la répression» politique

Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé environ 3 000 personnes dans le centre de la capitale Rabat, selon des journalistes présents, en l'absence d'estimation officielle
  • Le Maroc est revenu « au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014», à cause de la pandémie de Covid-19 et de l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP)

RABAT: Entre 1.200 et 3.000 Marocains ont manifesté dimanche à Rabat contre "la vie chère et la répression" politique, à l'appel d'organisations de gauche, sur fond d'accélération de l'inflation et de montée de la grogne sociale.

Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé entre 1.200 et 1.500 personnes dans le centre de la capitale, selon une estimation de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Des journalistes présents ont quant à eux évalué la foule à environ 3.000 protestataires.

La manifestation était organisée par le Front social marocain (FSM), qui fédère des partis politiques et des organisations syndicales de gauche.

"Le peuple veut la baisse des prix... Le peuple veut faire tomber le despotisme et la corruption", scandaient les manifestants.

"Nous sommes venus protester contre un gouvernement qui incarne le mariage de l'argent et du pouvoir et qui soutient un capitalisme monopolistique", a déclaré le coordinateur national du FSM, Younès Ferachine.

Le Maroc est revenu "au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014", à cause de la pandémie de Covid-19 et de  l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP).

La flambée des prix (+7,1% en octobre sur un an), les hausses du coût des carburants, des denrées alimentaires et des services, combinées à une sécheresse exceptionnelle, plombe la croissance (+0,8% seulement prévue pour 2022).

Le pouvoir d'achat des plus pauvres mais également de la classe moyenne s'en trouve particulièrement touché dans un pays qui souffre déjà de disparités sociales et territoriales.

Venus de tout le royaume, les manifestants ont également dénoncé "toutes les formes de répression" politique, anti-syndicale et contre la liberté d'expression tandis que plusieurs blogueurs et journalistes, critiques du pouvoir, sont emprisonnés.

"C'est une régression inacceptable", a estimé M. Ferachine.

Pour leur part, des militants pro-palestiniens ont fustigé la normalisation avec Israël depuis décembre 2020, qui passe mal auprès d'une bonne partie de la population. De nombreux drapeaux palestiniens étaient visibles dans le défilé.

Face aux protestations des dernières semaines, le gouvernement libéral de l'homme d'affaires Aziz Akhannouch met en avant sa "politique sociale", avec notamment une généralisation de la couverture médicale pour tous.

Plus de 10 millions de Marocains aux faibles revenus ont été admis dans ce programme depuis le début du mois.

Le gouvernement a aussi lancé en octobre un fonds souverain, doté de 4,1 milliards d'euros, afin de dynamiser l'investissement public et relancer l'économie du pays.