Les Etats-Unis «ne connaîtront pas de récession», affirme Biden

Le président américain Joe Biden a affirmé lundi que son pays ne connaîtrait pas de récession (Photo, AFP).
Le président américain Joe Biden a affirmé lundi que son pays ne connaîtrait pas de récession (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 26 juillet 2022

Les Etats-Unis «ne connaîtront pas de récession», affirme Biden

  • «Je pense que nous ne connaîtrons pas de récession», a-t-il déclaré à des journalistes
  • Citant les bons chiffres de l'emploi, le président a dit espérer un atterrissage en douceur, où le pays «passerait de cette croissance rapide à une croissance stable»

WASHINGTON: Le président américain Joe Biden a affirmé lundi que son pays ne connaîtrait pas de récession, même si les chiffres de la croissance qui seront publiés dans la semaine pourraient montrer que l'économie s'est contractée pour un deuxième trimestre consécutif.

"Je pense que nous ne connaîtrons pas de récession", a-t-il déclaré à des journalistes.

Citant les bons chiffres de l'emploi, le président a dit espérer un atterrissage en douceur, où le pays "passerait de cette croissance rapide à une croissance stable".

La secrétaire au Trésor Janet Yellen s'était elle aussi montrée optimiste sur le fait que les Etats-Unis réussissent à éviter une récession dans les mois à venir en raison de la bonne santé du marché de l'emploi et de la consommation.

Un ralentissement économique paraît inéluctable, mais une récession "n'est tout simplement pas compatible avec le type de marché du travail que nous voyons", avait-elle affirmé le 19 juillet.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) américain au deuxième trimestre sera publiée le 28 juillet.

Une récession se définit par deux trimestres consécutifs de croissance négative.


Subventions américaines: UE et Etats-Unis doivent «se coordonner»

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE doit prendre des mesures de «rééquilibrage» pour aplanir les «distorsions» de concurrence causées par l'IRA
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables

PARIS: Europe et Etats-Unis doivent "se coordonner" pour éviter une coûteuse course aux subventions et jouer sur un pied d'égalité, a estimé dimanche le ministre français de l'Industrie, interrogé sur l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

"Il faut que l'on évite la course à l'échalote (...) des subventions maximales qui font qu'on se retrouve en concurrence au détriment de nos finances publiques", a déclaré Roland Lescure au cours de l'émission Questions politiques de France Inter/France Télévisions/Le Monde.

"Il faut que la concurrence soit forte et loyale, donc on a besoin de se coordonner pour s'assurer qu'on est sur un terrain de jeu qui est juste", en ce qui concerne notamment les subventions à l'installation d'usines, a-t-il poursuivi.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Si une usine qui s'installe en France a bien des subventions, "le problème c’est l'échelle de niveaux, bien plus importants aux Etats-Unis qu'en Europe" avec des "dispositions un peu plus rapides et efficaces que les nôtres", constate le ministre.

Et concernant les subventions à l'achat, pour "un véhicule électrique aux Etats-Unis vous avez 7 000 dollars de prime mais il faut qu’il soit américain jusqu’au circuit électrique", "en France vous avez 6 000 ou 7 000 euros selon votre niveau de revenu et le véhicule peut venir de Chine", fait-il remarquer, ajoutant que sur ce point Europe et Etats-Unis étaient "déjà en train de discuter" de possibles exemptions.

"On a été naïf, il y a aujourd'hui en Chine et aux Etats-Unis des dispositions qu'il faut qu'on intègre dans notre politique européenne", a déclaré M. Lescure, soulignant notamment le peu de critères permettant de "privilégier les achats européens" pour les appels d'offres publics.

"Sans fermer les frontières" afin de préserver les marchés de l'Europe, plus exportatrice que les Etats-Unis, ajoute-t-il.

L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par l'IRA, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tandis que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelait à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels".


L'OPEP+ maintient le statu quo sur la production dans un contexte de plafonnement du prix du pétrole russe

La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement, le 4 décembre 2022.  (Photo d'archive/Reuters)
La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement, le 4 décembre 2022. (Photo d'archive/Reuters)
Short Url
  • Plus tôt en octobre, l'OPEP+ avait convenu de réduire la production de 2 millions de barils par jour, ce qui équivaut à environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023
  • Vendredi, les pays du G7 et l'Australie ont convenu de plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars le baril, un prix supérieur à celui auquel la Russie vend déjà la majeure partie de son brut

RIYAD : L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, OPEP+, ont accepté de reconduire leur politique de production actuelle, un jour seulement après que le Groupe des sept nations a décidé de plafonner les prix de l'énergie russe.  

La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement le 4 décembre 2022.  

Plus tôt en octobre, l'OPEP+ avait convenu de réduire la production de 2 millions de barils par jour, ce qui équivaut à environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023.  

Mohammed Al Suwayed, PDG de la société de conseil en investissement Razeen Capital, a déclaré que l'OPEP+ fait preuve de prudence avant de s'engager dans une quelconque réduction de la production alors que le plafonnement du prix du pétrole russe par l'UE entre en vigueur cette semaine. « Une décision autre pourrait intervenir lors de la prochaine réunion après l'évaluation des implications du plafonnement du prix du pétrole russe. » a-t-il ajouté. 

La décision de l'OPEP+ d'adopter une approche prudente semble être une décision très réfléchie, selon Hassan Balfakeih, ancien analyste en chef de la demande de pétrole au Secrétariat de l'OPEP.

Il a ajouté : « Compte tenu de l'incertitude croissante sur les marchés pétroliers, tant du côté de l'offre que de la demande, la décision de l'OPEP+ d'adopter une approche prudente semble être une décision très réfléchie. Parmi celles-ci, citons la politique floue de plafonnement des prix du pétrole russe, les perspectives économiques mondiales moroses, l'augmentation des cas de Covid-19 en Chine et les fluctuations de la demande tout au long de la saison hivernale dans l'hémisphère occidental. »  

Les principaux ministres de l'OPEP+ se réuniront le 1er février pour un comité de suivi, tandis qu'une réunion plénière est prévue les 3 et 4 juin.

Vendredi, les pays du G7 et l'Australie ont convenu de plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars le baril, un prix supérieur à celui auquel la Russie vend déjà la majeure partie de son brut, dans le but ultime de maintenir l'écoulement du pétrole russe sur les marchés mondiaux.  

Après la décision de l'UE, un haut collaborateur de la présidence ukrainienne a déclaré que le plafond du prix du pétrole brut maritime russe convenu par les pays du G7 et l'Australie devrait être abaissé à 30 dollars le baril, rapporte Reuters.  

« C'est tout ce qui a été proposé par le groupe McFaul-Yermak, mais il serait nécessaire de l'abaisser à 30 dollars pour détruire plus rapidement l'économie de l'ennemi », a écrit Andriy Yermak, chef de l'administration présidentielle ukrainienne, sur Telegram.  

Pendant ce temps, la Russie a déclaré qu'elle n'acceptera pas le plafond de prix imposé par les pays du G7 et l'Australie.  

« Nous n'accepterons pas ce plafond », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rapporté l'agence de presse russe Tass.  

Le Kremlin a également souligné que la Russie n'expédiera pas son pétrole sous le plafond énergétique proposé par le G7, et a ajouté que le pays étudie comment répondre à ces nouvelles sanctions.  

Leonid Slutsky, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre basse russe, a déclaré à l'agence de presse Tass que l'UE mettait en péril sa propre sécurité énergétique en fixant un plafond sur le prix du pétrole russe transporté par voie maritime.  

Il a également ajouté que la décision de l'UE violait les lois du marché. Au milieu de ces développements, la Russie semble confiante quant à la demande pour son pétrole.  

Dans des commentaires publiés sur Telegram, l'ambassade de Russie aux États-Unis a critiqué la décision du G7 et a clairement indiqué que le pays continuera à trouver des acheteurs pour son pétrole.  

« Indépendamment des flirts actuels avec un instrument dangereux et illégitime, nous sommes convaincus que le pétrole russe continuera d'être demandé », a déclaré l'ambassade russe.  

(Avec des contributions de Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Dans les cryptomonnaies, le Français Ledger prospère malgré la crise

Le modèle de Ledger repose sur la détention directe des cryptomonnaies (AFP)
Le modèle de Ledger repose sur la détention directe des cryptomonnaies (AFP)
Short Url
  • Ledger est l'une des entreprises vedettes de la tech française avec son produit phare, un accessoire semblable à une clef USB qui permet aux internautes de stocker les codes sécurisés donnant directement accès à leurs cryptomonnaies mais aussi aux NFT
  • En novembre, les ventes de l'entreprise ont été «près de quatre fois supérieures» à celle d'octobre et Ledger devrait à la fin de l'année frôler la barre des six millions de portefeuilles vendus dans le monde

PARIS : Loin d'être freiné par la déroute de la plateforme d'échange de cryptomonnaies FTX, le fabricant français de portefeuilles sécurisés pour ces monnaies virtuelles Ledger bat actuellement «tous ses records» de vente, selon son PDG Pascal Gauthier.

«En novembre, on aura fait le meilleur jour de l'histoire de Ledger, la meilleure semaine et le meilleur mois», affirme le patron de l'entreprise.

Ledger est l'une des entreprises vedettes de la tech française avec son produit phare, un accessoire semblable à une clef USB qui permet aux internautes de stocker les codes sécurisés donnant directement accès à leurs cryptomonnaies mais aussi aux NFT, ces jetons numériques uniques qui reposent sur la même technologie: la chaîne de blocs ou «blockchain».

En novembre, les ventes de l'entreprise ont été «près de quatre fois supérieures» à celle d'octobre et Ledger devrait à la fin de l'année frôler la barre des six millions de portefeuilles vendus dans le monde, indique M. Gauthier, qui se refuse toutefois à toute indication de valeur.

Le chiffre d'affaires mensuel de Ledger «se chiffre en dizaines de millions d'euros», se borne-t-il à dire.

Pour Pascal Gauthier, l'écroulement spectaculaire de FTX, un poids-lourd mondial, et les autres faillites du même type ne font que conforter le modèle de Ledger, qui repose sur la détention directe des cryptomonnaies.

Le bitcoin, ethereum et autres cryptomonnaies ont été créés pour que les internautes puissent échanger de la valeur directement entre eux et pas pour permettre l'apparition de grandes plateformes où le particulier ne fait qu'ouvrir un compte et ne contrôle pas directement son bien, explique-t-il.

Ces plateformes peuvent peut-être jouer un rôle d'initiation, mais «une fois qu'on est dans la crypto, on ne devrait jamais leur laisser ses cryptomonnaies», souligne-t-il.

Malgré les milliards partis en fumée ces derniers mois pour FTX et consorts, Pascal Gauthier estime que les cryptomonnaies, sur le fond, confirment les espoirs placées en elles. Mais elles restent pour l'instant cantonnées à un univers plus adapté aux «geeks» qu'à monsieur et madame Tout-le-monde, admet-il: «On est encore à l'époque des +early adopters+ (NDLR précurseurs), pas celle du marché de masse.»

- «Prison» numérique -

Les «protocoles de finance décentralisée», qui permettent de prêter ou d'emprunter des cryptomonnaies sans intermédiaires, «fonctionnent et font ce qu'ils sont supposés faire», faillite de FTX ou non, affirme-t-il.

Les NFT, actifs numériques cousins de la cryptomonnaie et eux aussi stockables sur les portefeuilles Ledger, suscitent un véritable engouement dans le monde de l'art et parmi les grandes marques mondiales, souligne Pascal Gauthier.

«Toutes les marques de luxe qui font des objets uniques ou presque uniques et très chers vont associer leurs objets avec des NFT», qui seront «beaucoup plus pratique pour prouver l'authenticité du bien» qu'un certificat de papier.

Le NFT d'une montre de luxe, par exemple, pourra ainsi recenser toutes les interventions ou réparations faites par la marque, explique-t-il.

Pascal Gauthier est convaincu aussi que les NFT vont faire exploser le marché des cartes à collectionner - genre Pokemon ou Magic - qui quitteront la forme papier pour prendre la forme numérique.

«La crypto s'adapte bien à tout ce qui est rare, collectionnable, tout ce qu'on aime posséder, et l'être humain aime bien posséder», dit-il.

L'intuition fondamentale du bitcoin - permettre d'échanger de la valeur électroniquement sans passer par un intermédiaire - deviendra de plus en plus pertinente au fur et à mesure que l'argent liquide disparaîtra.

Les cryptomonnaies seront le seul moyen d'échapper à la «prison digitale qui est en train de se construire autour de nous», prédit-il.