Canada: Après les excuses, le pape sur les lieux d'un pélerinage sacré pour les autochtones

Le pape François salue le public après un service à l'église du Sacré-Cœur des Premiers Peuples à Edmonton le 25 juillet 2022, dans le cadre de sa visite papale à travers le Canada (Photo, AP).
Le pape François salue le public après un service à l'église du Sacré-Cœur des Premiers Peuples à Edmonton le 25 juillet 2022, dans le cadre de sa visite papale à travers le Canada (Photo, AP).
Les paroles du souverain pontife étaient attendues depuis des années par ces peuples (Photo, Fournie).
Les paroles du souverain pontife étaient attendues depuis des années par ces peuples (Photo, Fournie).
Une autochtone attend avec impatience de voir le pape François à Edmonton (Photo, Reuters).
Une autochtone attend avec impatience de voir le pape François à Edmonton (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 27 juillet 2022

Canada: Après les excuses, le pape sur les lieux d'un pélerinage sacré pour les autochtones

  • «Je suis affligé. Je demande pardon», a déclaré le pape à Maskwacis (Alberta), dans l'ouest du Canada
  • Évoquant les "blessures encore ouvertes", il a reconnu la responsabilité de certains membres de l'Eglise

LAC STE. ANNE, Canada: Après les excuses, le parcours de "guérison" pour un "nouveau départ" : le pape François est de nouveau allé mardi à la rencontre des autochtones canadiens sur un lieu de pèlerinage majeur de ces communautés.

Le souverain pontife, qui a fait lundi des excuses historiques pour le mal causé aux autochtones, a également appelé l'Église à préférer "la vérité" à la "défense de l'institution" lors de ce déplacement au lac Sainte-Anne, dans l'Ouest du Canada.

Ce voyage de six jours dans le pays, présenté comme un "pèlerinage pénitentiel", est largement consacré à ces populations autochtones, marquées par des décennies de politique d'assimilation forcée et notamment par le système des pensionnats pour enfants en place pendant des décennies, majoritairement aux mains de l'Église catholique.

Lors de son discours devant 10.000 personnes, le pape a insisté sur la notion de "guérison", confiant à Dieu "les traumatismes des violences subies par nos frères et sœurs autochtones".

"En ce lieu béni, où règnent l'harmonie et la paix, nous te présentons les disharmonies de notre histoire, les effets terribles de la colonisation, la douleur inextinguible de tant de familles, de grands-parents et d'enfants. Aide-nous à guérir de nos blessures", a-t-il déclaré.

Dans la foule, qui l'a acclamé dès qu'il est apparu, de nombreux participants portaient le t-shirt orange des survivants des pensionnats, d'autres des habits traditionnels autochtones aux couleurs vives, avec une coiffe de plumes pour les chefs.

Arrivé en fauteuil roulant au son des tambours et des chants traditionnels, le chef spirituel des 1,3 milliard de catholiques, qui est apparu affaibli par ses douleurs au genou, a longuement salué les personnes présentes, s'arrêtant pour bénir et embrasser des bébés.

Il s'est ensuite recueilli en silence quelques instants sur les rives du lac, avant de bénir son eau dans laquelle les pèlerins se baignent chaque année pour ses vertus guérissantes.

"Je ne voulais pas venir, mais j'ai changé d'avis. C'est historique qu'il soit ici, dans ce lieu saint où nous nous réunissons depuis des générations", a confié à l'AFP Cindy Dearhead, survivante des pensionnats de 58 ans. "Malheureusement, c'est un peu tard, car beaucoup de gens sont décédés", regrette-t-elle, espérant toutefois que les vivants ont "dans leurs cœurs ce pardon".

«Marginalisation»

Quelques heures auparavant, le pape avait célébré sa première messe publique du voyage devant 50.000 personnes au Commonwealth Stadium d'Edmonton (Alberta), insistant sur la place des aînés, chers aux peuples amérindiens.

Et lors de son homélie prononcée en espagnol, il a prié pour "un avenir où l'histoire de violence et de marginalisation subie par nos frères et sœurs autochtones ne se répète pour personne".

Lundi, François avait demandé "pardon" aux populations amérindiennes du Canada et reconnu la responsabilité de certains membres de l'Église dans le système des pensionnats, où "les enfants ont subi des abus physiques et verbaux, psychologiques et spirituels".

Les paroles du souverain pontife étaient attendues depuis des années par ces peuples -- Premières nations, Métis et Inuits -- qui représentent aujourd'hui 5% de la population canadienne.

"C'est un événement historique, ça ne se reproduira plus de mon vivant" mais "il faudra encore beaucoup de guérison", confie à l'AFP David Henderson, 70 ans, de la communauté des Premières Nations du Manitoba.

Henry Swampy, membre des Premières Nations de Sagkeeng, s'est dit "déçu" que le pape ne se soit pas exprimé en anglais. "Quand je suis allé au pensionnat, on m'interdisait de parler ma langue, je devais parler anglais. Il aurait dû apprendre à s'excuser dans notre langue, ce n'est pas difficile de dire le mot +désolé+", regrette-t-il.

Le douloureux chapitre des "écoles résidentielles" pour enfants autochtones a fait au moins 6.000 morts entre la fin du 19e siècle et les années 1990, créant un profond traumatisme sur plusieurs générations.

En avril, le pape avait pour la première fois présenté ses excuses depuis le Vatican pour le rôle joué par l'Église dans les 130 pensionnats, où quelque 150.000 enfants ont été enrôlés de force.

Pour de nombreux autochtones, c'est la découverte de plus de 1.300 sépultures anonymes l'an passé près de plusieurs pensionnats qui a poussé le pape et l'Église à accepter de présenter des excuses refusées pendant des années.

Le voyage du pape se poursuivra mercredi avec une étape de deux jours à Québec. Avant de repartir à Rome, il se rendra vendredi à Iqaluit, dans l'archipel arctique, à la rencontre des populations inuites.


Mondial: Messi, le rêve tient toujours

L'attaquant argentin Lionel Messi réagit au coup de sifflet final du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre l'Argentine et le Mexique au stade Lusail de Lusail, au nord de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
L'attaquant argentin Lionel Messi réagit au coup de sifflet final du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre l'Argentine et le Mexique au stade Lusail de Lusail, au nord de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avec son but à l'heure de jeu, après avoir été servi dans l'axe par Angel Di Maria, Messi a permis à l'Argentine de souffler
  • Muselé par la lourde défense mexicaine, abandonné par ses coéquipiers... Messi a tout donné samedi soir

DOHA: Son rêve mondial tient toujours: grâce à sa frappe croisée du gauche (64e), Messi a tracé le chemin de la victoire de l'Argentine samedi face au Mexique (2-0), et permet à tout un pays de croire encore au sacre en Coupe du monde, le seul trophée qui échappe au maître à jouer.

Les poings serrés devant lui, le visage tendu, les sourcils froncés par l'effort et la concentration, et ces mots : "Vamos, vamos !" (allez, allez !). En allant célébrer son but auprès du virage ciel et blanc, Messi a fait exploser de joie les dizaines de milliers de supporters argentins présents au Stade Lusail samedi soir, et les millions de fans qui l'attendaient au tournant dans le monde entier.

Avec son but à l'heure de jeu, après avoir été servi dans l'axe par Angel Di Maria, Messi a permis à l'Argentine de souffler. Surprise 2 à 1 par l'Arabie saoudite en ouverture, l'Albiceleste devait battre la "Tri" samedi pour s'ouvrir la voie à une qualification pour les huitièmes de finale, avant le troisième match contre la Pologne de Robert Lewandowksi mercredi (20h00).

Et le bijou d'Enzo Fernandez, n'a fait qu'adoucir la belle nuit de Messi, qui a été le premier à lui sauter sur le dos pour célébrer, avant de se faire ovationner à coup de "Messi, Messi !".

 Trop seul, trop fort 

Ce sursaut d'orgueil arrive à point nommé pour la "Pulga", (la Puce), après la déroute du premier match. Car jusque-là, son Albiceleste patinait au devant le Mexique, retranché à cinq derrière, et bien décidé à imposer sa présence physique.

Muselé par la lourde défense mexicaine, abandonné par ses coéquipiers... Messi a tout donné samedi soir.

Devant l'incapacité des Argentins de pénétrer dans les trente mètres mexicains, il s'est lui-même chargé de descendre chercher le ballon dans son camp pour le remonter seul.

On l'a vu batailler dans des duels aériens (31e), et même aller au pressing (33e, 45e+2), toujours seul.

En dépit de tous ses efforts, il a parfois lui-même été l'auteur d'approximations. À la demi-heure de jeu (34e), son coup franc latéral a été détourné des deux poings par le gardien mexicain "Memo" Ochoa.

Et avant l'heure de jeu (51e), après avoir été taclé par Erick Gutierrez aux abords de la surface de la "Tri", il n'a pas réussi à ajuster son coup franc, qui est passé largement au-dessus de la barre d'Ochoa.

Il rejoint Maradona

Mais contre le Mexique, Messi avait l'histoire avec lui : son Argentine avait déjà rencontré deux fois la sélection d'Amérique centrale en phase finale d'une Coupe du monde, et à chaque fois, l'Albiceleste s'en était sortie. En 2006 (2-1 a. p.) et en 2010 (3-1), l'Argentine avait renvoyé les Mexicains chez eux au stade des huitièmes de finale.

Et cette année, pour ce qui sera "sans doute" son dernier Mondial, "Leo" n'a pas dit son dernier mot. Refusant de sortir par la petite porte, il a, comme souvent, porté son équipe.

Deux ans après la mort de Diego Maradona, l'héritier du N°10 de la légende argentine a commémoré ce "jour triste", comme l'a qualifié le sélectionneur Lionel Scaloni, en postant une photo de son idole sur Instagram, jeudi soir.

Car un seul petit objet sépare la Pulga de Rosario du "Pibe de Oro" (gamin en or), champion du monde en 1986 avec l'Albiceleste.

Mais avant de rêver à soulever la Coupe du monde le 18 décembre prochain, Messi continue de rejoindre Maradona dans les livres d'histoire : samedi dans un stade comble (88.966 spectateurs), l'attaquant du Paris Saint-Germain a rejoint son idole au rang des Argentins ayant joué le plus de matches (21) de Coupe du monde, avec le même nombre de buts inscrits (huit).


Bélarus: mort du ministre des Affaires étrangères Makeï

Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou
  • Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février

MOSCOU: Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans, a annoncé samedi l'agence Belta de ce pays dont le président Alexandre Loukachenko est un proche allié de Moscou.

Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février. Kiev accuse Moscou de se servir de ce pays comme base arrière logistique et pour mener ses frappes.

"Le ministre des Affaires étrangères bélarusse, Vladimir Makeï, est mort de façon subite", a indiqué Belta en citant son porte-parole Anatoli Glaz.

M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou.

En février, il avait assuré que "pas un seul" soldat russe ne resterait au Bélarus après des manœuvres conjointes avec Moscou à la frontière ukrainienne, quelques semaines avant l'offensive.


La présidente taïwanaise abandonne la tête de son parti après une défaite aux élections locales

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016
  • Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté

TAIPEI: La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a annoncé samedi qu'elle abandonnait ses fonctions à la tête du parti au pouvoir, après une défaite aux élections locales.

Les Taïwanais étaient notamment appelés aux urnes pour les élections municipales et provinciales, un scrutin que Tsai Ing-wen avait qualifié de test pour démontrer "la résilience de Taïwan et se détermination à défendre la liberté et la démocratie", face aux menaces de Pékin.

Mais le PDP a perdu quatre des six principales villes de l'île de 23 millions d'habitants, dont la capitale Taipei.

"Les résultats des élections ne sont pas ceux que nous attendions (...). J'en endosse toute la responsabilité et je démissionne immédiatement de la présidence du Parti démocratique progressiste (PDP)", a-t-elle déclaré à des journalistes.

"Mais nous n'avons pas le temps de nous attrister, nous devons nous relever (...) pour faire face aux défis de la situation internationale actuelle et de l'avenir", a-t-elle ajouté.

Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016.

Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté.

Enjeux locaux

Après avoir tourné la page de décennies de loi martiale en 1987, Taïwan est devenue l'une des démocraties les plus dynamiques et progressistes d'Asie. De quoi inquiéter la Chine voisine, qui considère l'île comme faisant partie de son territoire et qui a juré d'en reprendre le contrôle, par la force si nécessaire.

Depuis l'arrivée de la présidente Tsai Ing-wen au pouvoir, dont le parti considère Taïwan comme une nation souveraine de facto, Pékin a coupé les communications officielles avec l'île, intensifié ses exercices militaires, durci les pressions économiques et arraché à Taïwan sept de ses alliés diplomatiques.

Les tensions entre Taipei et Pékin ont atteint leur niveau le plus élevé en août, après la visite de Nancy Pelosi - figure politique américaine - à laquelle Pékin a rétorqué par de gigantesques manoeuvres militaires.

Mais la menace d'un conflit n'a pas pesé sur les préoccupations lors de ce scrutin, où des thématiques locales ont principalement été abordées.

L'opposition est dominée par le parti du Kuomintang plus favorable à un rapprochement avec la Chine, qui a promis samedi de "travailler dur pour maintenir la paix dans la région" et de se préparer à remporter la prochaine présidentielle, en 2024.

"Les relations avec la Chine n'étaient pas vraiment à l'ordre du jour des élections cette année, mais elles le seront en 2024", a jugé Sung Wen-ti, un enseignant de l'Australian National University, spécialiste de Taïwan, interrogé par l'AFP.

Tsai Ing-wen avait déjà démissionné de la présidence du PDP en 2018, après une défaite lors des élections locales, avant de remporter une large victoire à la présidentielle de 2020.