Drame des pensionnats: le pape au Canada pour un «pèlerinage pénitentiel»

Le pape François rencontre un membre d'une tribu indigène lors de sa cérémonie d'accueil à l'aéroport international d'Edmonton en Alberta, dans l'ouest du Canada, le 24 juillet 2022 (Photo, AFP).
Le pape François rencontre un membre d'une tribu indigène lors de sa cérémonie d'accueil à l'aéroport international d'Edmonton en Alberta, dans l'ouest du Canada, le 24 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 25 juillet 2022

Drame des pensionnats: le pape au Canada pour un «pèlerinage pénitentiel»

  • Le souverain pontife, 85 ans, a atterri en fin de matinée à Edmonton, dans l'ouest du Canada pour la première des trois étapes de son voyage
  • Il devrait être accueilli, à sa sortie d'avion, par le Premier ministre Justin Trudeau et par l'Inuite Mary Simon, la représentante de la reine Elizabeth II

EDMONTON: Le pape François est arrivé dimanche au Canada pour un "pèlerinage pénitentiel" lors duquel il devrait renouveler ses excuses pour le rôle de l'Eglise dans le drame des pensionnats pour autochtones, un geste attendu depuis des années dans le pays.

Le souverain pontife, 85 ans, a atterri en fin de matinée à Edmonton, dans l'ouest du Canada pour la première des trois étapes de son voyage. Il devrait être accueilli, à sa sortie d'avion, par le Premier ministre Justin Trudeau et par l'Inuite Mary Simon, la représentante de la reine Elizabeth II.

Il se rendra également à Québec et Iqaluit, la capitale du territoire du Nunavut, ville du grand Nord canadien dans l'archipel arctique, avant de repartir vendredi.

Avant son départ de Rome, le pape a adressé sur Twitter un message à ses "chers frères et soeurs du Canada".

"Je viens parmi vous pour rencontrer les peuples autochtones. J'espère que, avec la grâce de Dieu, mon pèlerinage pénitentiel pourra contribuer au chemin de réconciliation déjà entrepris. S'il vous plaît, accompagnez-moi par la prière", a-t-il écrit.

Dans l'avion, il a de nouveau insisté devant les journalistes sur l'aspect pénitentiel de son voyage, avant tout consacré aux autochtones, peuples amérindiens ancestraux représentant aujourd'hui 5% de la population du Canada et qui forment trois groupes: les Premières nations, les Métis et les Inuits.

Ces derniers ont été soumis pendant des décennies à une politique d'assimilation forcée, notamment au travers d'un système de pensionnats pour enfants, subventionnés par l'Etat mais administrés en grande majorité par l'Eglise catholique.

Entre la fin du XIXe siècle et les années 1990, quelque 150 000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans plus de 130 de ces institutions. Ils y ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture, et ont souvent été victimes de violences. Jusqu'à 6 000 enfants y ont laissé la vie.

Petit à petit, le Canada ouvre les yeux sur ce passé qualifié de "génocide culturel" par une commission d'enquête nationale: la découverte de plus de 1 300 sépultures anonymes en 2021 près de ces pensionnats a créé une onde de choc.

"Ce voyage historique est une part importante du parcours de guérison" mais "beaucoup reste à faire", a affirmé jeudi George Arcand Jr, grand chef de la Confédération des Premières Nations du Traité n.6, lors d'une conférence de presse à Edmonton.

Le jésuite argentin, qui s'est excusé au Vatican en avril dernier devant une délégation d'autochtones canadiens, pourrait également effectuer des gestes symboliques, en rapportant par exemple des objets d'art autochtones conservés au Vatican depuis des décennies.

«Trop tard»

La ville d'Edmonton, vers laquelle convergeait dimanche de nombreux survivants des pensionnats, se préparait à accueillir le souverain pontife, qui a dû utiliser une plate-forme élévatrice pour embarquer en fauteuil roulant dans son avion. Avec plus de dix heures de vol, il s'agit du voyage le plus long depuis 2019 pour le pontife argentin.

Après une journée de repos dimanche, François doit rencontrer une première fois des membres de peuples autochtones lundi matin à Maskwacis, à une centaine de kilomètres au sud d'Edmonton, où jusqu'à 15 000 personnes sont attendues. L'Alberta est la province qui comptait le plus grand nombre de pensionnats.

"J'aimerais que beaucoup de monde vienne" pour "entendre que ce n'est pas inventé", confie à l'AFP Charlotte Roan, 44 ans, habitante de cette communauté pauvre.

D'autres portent un regard amer sur l'événement. "Pour moi, c'est un peu trop tard parce que beaucoup de gens ont souffert", déplore près de Saint-Paul (200 km à l'est d'Edmonton) Linda McGilvery, 68 ans, qui a passé huit ans de son enfance dans un pensionnat.

"J'ai perdu beaucoup de ma culture, de mon ascendance, c'est beaucoup d'années de perte", regrette cette femme issue de la Nation crie de Saddle Lake qui ne "fera pas de détour" pour voir le pape.

Lundi après-midi, le chef spirituel des 1,3 milliard de catholiques doit prononcer un deuxième discours en l'église du Sacré-Coeur des Premiers Peuples d'Edmonton. Mardi, il doit célébrer une messe dans un stade d'Edmonton où 65 000 personnes sont attendues, avant de se rendre au lac Sainte-Anne, site d'un important pèlerinage annuel.

Au total, François doit prononcer quatre discours et quatre homélies, tout en espagnol. Il est le second pape à visiter le Canada, après Jean Paul II.


Ethiopie: une attaque dans une église orthodoxe fait deux morts

Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center
  • L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la «persécution» des chrétiens orthodoxes

NAIROBI: Deux jeunes chrétiens orthodoxes ont été tués samedi lors d'une attaque dans une église de cette obédience dans le sud de l'Ethiopie, a annoncé un média lié à ce culte.

Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center (TMC), organe de l'église ortodoxe dans ce pays. Abune Henok, l'archevêque du diocèse d'Addis Abeba, y a qualifié cette attaque de "honteuse et déchirante".

Le TMC a accusé les forces de sécurité d'avoir mené cette attaque dans la ville située à environ 250 kilomètres au sud de la capitale.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier ces informations de manière indépendante.

L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la "persécution" des chrétiens orthodoxes, selon le TMC.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions au sein de l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, après que des évêques rebelles ont créé le mois dernier leur propre synode dans la région d'Oromia, la plus peuplée du pays.

L'unité de cette Eglise, l'une des plus anciennes au monde et qui compte environ 40% des 115 millions d'Ethiopiens, est dès lors menacée.

L'Eglise Tewahedo, dirigée par le patriarche Abune Mathias depuis une décennie, a déclaré la scission illégale et excommunié les évêques impliqués.

L'Eglise a également accusé le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed d'interférer dans ses affaires et de faire des déclarations qui de fait reconnaissent le "groupe illégitime".

M. Abiy, lui-même issu de la communauté Oromo, a appelé cette semaine les responsables au dialogue et affirmé que les deux parties avaient "leur propre vérité".

Les prêtres dissidents accusent l'Eglise de discrimination et d'hégémonie linguistique et culturelle, en faisant valoir qu'elle ne s'adresse pas aux congrégations en Oromia dans leur langue maternelle, des plaintes balayées par le patriarcat.

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) a publié vendredi une déclaration exprimant sa "profonde inquiétude" face aux tensions au sein de l'institution éthiopienne.

"Nous appelons tous les dirigeants politiques d'Ethiopie à soutenir l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo dans ses efforts pour parvenir à l'unité et à la paix entre ses membres", a déclaré le secrétaire général du COE, Jerry Pillay.


Chili: 16 morts dans des incendies de forêts, selon un nouveau bilan

Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes
  • Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC

CONCEPCION, Chili: Au moins 16 personnes sont mortes dans plus de 250 incendies de forêt survenus dans le centre du Chili, où sévit une intense vague de chaleur, selon un nouveau bilan présenté samedi par les autorités.

Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred).

Selon lui, 24 autres personnes ont été blessées et 88 habitations ont été détruites.

Un précédent bilan faisait état vendredi de 13 morts. Parmi eux, un pilote de nationalité bolivienne et un mécanicien de nationalité chilienne qui se sont écrasés dans un hélicoptère qui luttait contre les feux, selon le Senapred.

Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC, ce qui fait craindre aux autorités une catastrophe comme celle de 2017.

Cette année là, un gigantesque incendie de forêt avait fait 11 morts, quelque 6 000 sinistrés, détruit plus de 1 500 maisons et ravagé 467 000 hectares de terres.


Les corps des deux volontaires Britanniques tués en Ukraine récupérés

Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays
  • Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev

LONDRES: Les corps des deux Britanniques, Christopher Parry et Andrew Bagshaw, tués en Ukraine où ils étaient partis comme volontaires, ont été récupérés dans le cadre d'un échange de prisonniers entre Kiev et Moscou, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

"Nous avons réussis à récupérer les corps de volontaires étrangers morts", a indiqué Andriï Yermak, le chef de l'administration du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev.

Christopher Parry, 28 ans, et Andrew Bagshaw, 48 ans, ont été tués alors qu'ils tentaient une évacuation humanitaire de la ville de Soledar, théâtre d'intenses affrontements début janvier et largement détruite dans des bombardements, avait confirmé fin janvier la famille de M. Parry, via le ministère britannique des Affaires étrangères.

Ils étaient portés disparus depuis plusieurs semaines, et le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, avait indiqué le 11 janvier que ses combattants avaient trouvé à Soledar le corps de l'un d'entre eux.

L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays, devenu l'épicentre des combats près d'un an après le début de l'invasion du pays.

Les Russes revendiquaient sa prise depuis deux semaines.

Contacté, le ministère britannique des Affaires étrangères n'était pas en mesure de réagir dans l'immédiat.