La prochaine grande étape du projet Neom est son financement

La prochaine grande étape du projet Neom est son financement
Short Url
Publié le Mercredi 27 juillet 2022

La prochaine grande étape du projet Neom est son financement

  • «Les investisseurs mondiaux devront être satisfaits des différentes viabilités du projet Neom, des délais d’exécution et des taux de rendement acceptables»
  • Les investisseurs tiendront compte des prix élevés associés à ces nouvelles entreprises, des risques, des augmentations futures des coûts inflationnistes

RIYAD: Alors que les plans du projet The Line de Neom ont été révélés, l’accent est désormais mis sur le financement du développement.

«Le financement prévu pour l’ambitieux projet The Line de Neom est également d’une ampleur sensationnelle», estime Mohammed Ramady, un économiste qui habite Londres et qui a été professeur à l’Université du roi Fahd pour le pétrole et les minéraux.

neom

«Les propositions audacieuses du prince héritier soulignent à juste titre ce qu’est le projet Neom, dont toute l’humanité, et pas seulement l’Arabie saoudite, pourra bénéficier.»

Mohammed Ramady, économiste qui habite Londres.

«Ce ne sera pas une tâche facile, puisque les investisseurs mondiaux devront être satisfaits des différentes viabilités du projet Neom, des délais d’exécution et des taux de rendement acceptables», déclare-t-il à Arab News.

Les investisseurs tiendront compte des prix élevés associés à ces nouvelles entreprises, des risques, des augmentations futures des coûts inflationnistes ainsi que des taux d’intérêt plus élevés, ajoute-t-il.

Les instigateurs du projet sont pleinement conscients des défis qui les attendent et de ce qui devrait être fait pour attirer des investisseurs.

S’adressant aux journalistes le 25 juillet, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, révèle que les investissements pour la première phase de Neom pourraient atteindre 1 200 milliards de riyals saoudiens (SAR) d’ici à 2030 (1 SAR = 0,26 euro).

Il précise également que le capital de Neom proviendra de fonds souverains, d’une introduction en bourse et d’investisseurs privés internationaux, ajoutant qu’il s’agira du principal défi à relever au cours des deux prochaines années.

Par ailleurs, le prince héritier précise que le projet dépendra du soutien du gouvernement jusqu’en 2030, avec un financement public supplémentaire de 200 à 300 milliards de SAR, en plus des investissements que le Fonds public d’investissement saoudien (PIF) consacrera au projet.

Le travail sur le taux de rendement interne est toujours en cours, indique-t-il, ajoutant qu’il se situera entre 9 et 16%.

«Le prince héritier note que, à terme, la source de financement proviendra du secteur privé et des revenus de l’introduction en bourse des entités du Fonds public d’investissement, ce qui aidera également le marché boursier saoudien à imposer une domination mondiale, avec 5 000 milliards de SAR qui découleront des revenus de l’introduction en bourse de Neom. Ce dernier surpasse ainsi le géant Aramco», poursuit M. Ramady.

En outre, M. Ramady soutient que les entrepreneurs internationaux pourraient participer à Neom sur une base BOT – construction, exploitation et transfert –, tandis que les fonds spéculatifs et autres fonds souverains seront des partenaires de financement clés, «en particulier ceux qui ont le goût du risque à long terme et font confiance à la transformation économique non pétrolière du Royaume».

Quoi qu’il en soit, le projet génère de l’optimisme.

Faisal Durrani, partenaire et responsable de la recherche sur le Moyen-Orient chez Knight Frank, déclare à Arab News que le fait d’attirer ce niveau d’investissement libérera rapidement le calendrier de développement de Neom.

neom
Faisal Durrani. (Photo fournie).

«Cet immense projet a conquis le cœur et l’esprit des investisseurs saoudiens, qui attendent patiemment de faire partie de l’histoire. En effet, près d’un Saoudien sur cinq aimerait vivre à Neom»

Faisal Durrani

«La vision audacieuse de l’Arabie saoudite se déploie rapidement et les projets d’introduction en bourse à plusieurs milliards de dollars de Neom contribueront à ancrer l’image spectaculaire du Royaume dans l’esprit de la communauté mondiale des investisseurs», conclut M. Durrani.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La BCE va entamer la «seconde mi-temps» de sa politique monétaire, selon Villeroy de Galhau

François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
Short Url
  • La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records
  • Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%

PARIS: Pour le patron de la Banque de France François Villeroy de Galhau, il est temps pour la Banque centrale européenne d'entamer la "seconde mi-temps" de sa politique monétaire, et de procéder à partir de janvier à des hausses de taux directeurs plus "flexibles".

La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records en zone euro: 10,6% en octobre.

Le patron de la Banque de France estime qu'à la réunion de la BCE "du 15 décembre, nous devrions terminer la première mi-temps, de normalisation" de la politique monétaire, après plusieurs années de taux exceptionnellement bas, proches de zéro voire négatifs depuis 2016.

"Nous discuterons autour de Christine Lagarde (la présidente de la BCE, ndlr) et je pense que la bonne mesure serait de relever les taux d'intérêt pour arriver autour de 2%, un taux plus normal au regard des niveaux passés", a-t-il déclaré lors d'une émission de la chaîne d'information en continu LCI.

Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%. M. Villeroy de Galhau se positionne donc en faveur d'un relèvement des taux de 0,50 point de pourcentage à l'issue de la prochaine réunion de décembre.

Pour lui, la réunion de décembre sera "un point d’inflexion, pas un point d’arrêt". Il imagine ensuite une "deuxième mi-temps où les hausses de taux vont continuer, mais à un rythme moins rapide et plus flexible --disons des passes plus courtes", a-t-il expliqué pour filer la métaphore footballistique, tandis que l'équipe de France disputait dans le même temps un match contre la Pologne pour accéder au quart de finale de la Coupe du Monde.

Il a aussi évoqué la réduction du bilan de la BCE, c'est-à-dire la réduction des achats d'actifs sur les marchés financiers par l'institution.

Ces "injections de liquidités dans l'économie" ont été fortement "augmentées en 2021" puis "stabilisées en 2022". "Nous discuterons le 15 décembre de les réduire (...), mais il faut le faire prudemment et progressivement", selon le patron de la Banque de France.


La croissance du commerce d'armes ralentie par des problèmes d'approvisionnement, selon un rapport

Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine
  • Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021

STOCKHOLM: La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a augmenté en 2021, toutefois affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie et la guerre en Ukraine qui devrait à la fois amplifier ces difficultés et stimuler la demande, selon un nouveau rapport publié lundi.

Selon le rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars (environ 562 milliards d'euros) en 2021, soit une augmentation de 1,9% par rapport à 2020.

Cette croissance a cependant été sévèrement affectée par des problèmes généralisés sur la chaîne d'approvisionnement.

"L'impact durable de la pandémie commence vraiment à se manifester dans les entreprises d'armement", a déclaré à l'AFP Nan Tian, chercheur au SIPRI et co-auteur du rapport.

Des problèmes en termes de pénurie de main-d'œuvre et d'approvisionnement en matières premières ont "ralenti la capacité des entreprises à produire des systèmes d'armement et de les livrer à temps".

"Ce que l'on voit réellement, c'est une croissance possiblement plus lente que ce que beaucoup avait prévu dans la vente des armes en 2021", a-t-il souligné.

Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine, notamment "parce que la Russie est un grand fournisseur de matières premières utilisées dans la production d'armes", selon les auteurs du rapport, mais aussi parce que ce conflit a entraîné une hausse de la demande.

Il reste pourtant difficile d'évaluer le niveau de cette hausse selon Nan Tian, qui dépend à la fois du besoin des pays ayant aidé l'Ukraine avec des armes de reconstituer leurs stocks et de l'aggravation de l'environnement sécuritaire, signifiant que "les pays cherchent à se procurer plus d'armes".

Bien que les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales (soit 299 milliards de dollars), les États-Unis sont la seule région dans le monde ayant connu une baisse de ses ventes par rapport à 2020.

Parmi les cinq plus grosses entreprises du marché - Lockheed Martin, Raytheon Technologies, Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics - seule Raytheon a vu ses ventes croître.

Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021, à 109 milliards de dollars.

Les entreprises européennes, qui représentent maintenant 27 des 100 plus grandes entreprises, totalisent un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2020.

Le rapport note également une tendance chez les sociétés d'investissement privé à acheter des entreprises d'armement, une évolution que les auteurs du rapport estiment plus visible ces trois ou quatre dernières années.

Selon eux, cette tendance menace de rendre l'industrie de l'armement plus opaque et donc plus difficile à tracer.

"Car ces sociétés d'investissement privé vont acheter ces entreprises et pratiquement plus produire de données financières publiques", explique Mr Tian.


Subventions américaines: UE et Etats-Unis doivent «se coordonner»

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE doit prendre des mesures de «rééquilibrage» pour aplanir les «distorsions» de concurrence causées par l'IRA
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables

PARIS: Europe et Etats-Unis doivent "se coordonner" pour éviter une coûteuse course aux subventions et jouer sur un pied d'égalité, a estimé dimanche le ministre français de l'Industrie, interrogé sur l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

"Il faut que l'on évite la course à l'échalote (...) des subventions maximales qui font qu'on se retrouve en concurrence au détriment de nos finances publiques", a déclaré Roland Lescure au cours de l'émission Questions politiques de France Inter/France Télévisions/Le Monde.

"Il faut que la concurrence soit forte et loyale, donc on a besoin de se coordonner pour s'assurer qu'on est sur un terrain de jeu qui est juste", en ce qui concerne notamment les subventions à l'installation d'usines, a-t-il poursuivi.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Si une usine qui s'installe en France a bien des subventions, "le problème c’est l'échelle de niveaux, bien plus importants aux Etats-Unis qu'en Europe" avec des "dispositions un peu plus rapides et efficaces que les nôtres", constate le ministre.

Et concernant les subventions à l'achat, pour "un véhicule électrique aux Etats-Unis vous avez 7 000 dollars de prime mais il faut qu’il soit américain jusqu’au circuit électrique", "en France vous avez 6 000 ou 7 000 euros selon votre niveau de revenu et le véhicule peut venir de Chine", fait-il remarquer, ajoutant que sur ce point Europe et Etats-Unis étaient "déjà en train de discuter" de possibles exemptions.

"On a été naïf, il y a aujourd'hui en Chine et aux Etats-Unis des dispositions qu'il faut qu'on intègre dans notre politique européenne", a déclaré M. Lescure, soulignant notamment le peu de critères permettant de "privilégier les achats européens" pour les appels d'offres publics.

"Sans fermer les frontières" afin de préserver les marchés de l'Europe, plus exportatrice que les Etats-Unis, ajoute-t-il.

L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par l'IRA, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tandis que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelait à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels".