Uber courtise les chauffeurs en leur donnant plus de pouvoir de décision

Le logo de l'application Uber (Photo, AFP).
Le logo de l'application Uber (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 30 juillet 2022

Uber courtise les chauffeurs en leur donnant plus de pouvoir de décision

  • Le nouveau format des requêtes a été testé dans plusieurs villes cette année et sera étendu aux États-Unis
  • Uber a eu du mal à faire revenir ses conducteurs en sortie de pandémie

SAN FRANCISCO: Uber va donner la possibilité à ses chauffeurs de choisir leurs courses en fonction de la destination et du prix, une fonctionnalité que les conducteurs réclamaient depuis longtemps.

La requête d'un potentiel passager comportera désormais le montant que gagnera le chauffeur s'il l'accepte, ainsi que la destination.

"Il sera plus facile pour les conducteurs de décider si une course vaut le temps et l'effort" requis, assure la plateforme de réservation de voitures avec chauffeur (VTC), dans un communiqué vendredi.

Uber est engagé dans une bataille au long cours pour prouver que le modèle économique qu'il a créé, celui de la "gig economy" (économie des petits boulots), est viable économiquement et socialement.

Le statut de travailleur indépendant pour les chauffeurs, essentiel à ce modèle, est contesté dans de nombreux pays et États américains.

Le nouveau format des requêtes a été testé dans plusieurs villes cette année et sera étendu aux États-Unis pendant les prochains mois, précise le communiqué.

Uber assure que les tests ont été positifs pour les passagers aussi, "avec plus de courses réalisées et moins d'attente".

De nombreux conducteurs ont l'impression d'avoir les inconvénients de l'indépendance, sans les avantages.

L'entreprise basée à San Francisco avait déjà essayé des options similaires pendant la campagne pour le référendum californien de 2020 sur le statut des chauffeurs.

Le statut de contractuels l'avait emporté, mais de nombreux chauffeurs avaient ensuite reproché au groupe d'avoir aboli ou vidé de leur substance les fonctionnalités qui leur donnaient plus d'indépendance.

Uber a eu du mal à faire revenir ses conducteurs en sortie de pandémie, et donc à répondre à la forte demande. En mai, la société avait annoncé qu'elle allait investir davantage dans son offre pour les chauffeurs.

Le communiqué de vendredi mentionne un autre outil, "Trip Radar", qui permettra aux conducteurs de voir une liste des autres courses dans les parages, "pour avoir la possibilité d'en choisir une autre qui fonctionne mieux pour eux".

Le géant des VTC va aussi leur proposer une carte bancaire avec des avantages associés, notamment pour faire des économies sur le prix du carburant, qui a considérablement augmenté.


Camaieu placé en liquidation judiciaire, 2 600 emplois supprimés

Sur cette photo d'archive prise le 27 mai 2020, des personnes passent devant une succursale de la marque Camaieu à Lille, dans le nord de la France. Une deuxième audience a lieu le 28 septembre 2022 au tribunal de commerce de Lille concernant le redressement judiciaire de Camaieu. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 27 mai 2020, des personnes passent devant une succursale de la marque Camaieu à Lille, dans le nord de la France. Une deuxième audience a lieu le 28 septembre 2022 au tribunal de commerce de Lille concernant le redressement judiciaire de Camaieu. (AFP)
Short Url
  • L'annonce a déclenché des larmes parmi les salariés présents au tribunal
  • En reprenant 511 des 634 magasins de la marque en France et quelque 2.600 salariés sur plus de 3.100, l'actionnaire s'était donné en 2020 deux ans pour remettre à l'équilibre l'enseigne

TOURCOING, FRANCE: Fin de partie pour Camaieu et ses 2.600 salariés: deux ans après sa reprise, moins de deux mois après son placement en redressement judiciaire, l'enseigne de prêt-à porter nordiste a été mise mercredi en liquidation, une issue qu'a regrettée le gouvernement, mettant en cause l'actionnaire.

"Le tribunal convertit le redressement en liquidation judiciaire", a déclaré son président à l'issue d'une audience d'environ trois heures et d'un délibéré express, précisant que l'activité serait maintenue "jusqu'à samedi 23H00". Ensuite, les 511 magasins seront fermés et les 2.600 emplois supprimés.

"C'est une grande déception", a réagi auprès de l'AFP le ministre délégué à l'Industrie Roland Lescure. "Le plan de reprise était très peu instruit avec un plan d'affaires qui tient sur une page. Je ne suis pas capable (dans ces conditions) d'engager les deniers publics. Je regrette qu'on en soit arrivé là", a-t-il déclaré.

La direction de Hermione People and Brands (HPB), actionnaire de Camaieu et filiale de La Financière immobilière bordelaise (FIB), n'a pas réagi dans l'immédiat.

L'annonce a déclenché des larmes parmi les salariés présents au tribunal, dont certains s'en sont pris verbalement à l'homme d'affaires Michel Ohayon, propriétaire de la FIB. "On s’est battu pour cette entreprise", s'est-il défendu, s'affirmant "aussi atterré" qu'eux.

 "Terrible gâchis" 

"Nous travaillons avec beaucoup de prestataires, donc on dépasse les 5.000 salariés", a réagi Chérif Legba, délégué FO, qui évoque "un drame" pour toutes ces familles.

Le président LR de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a déploré "une terrible nouvelle sur le plan humain et un terrible gâchis économique pour cette enseigne historique", promettant d'"aider chaque salarié licencié à retrouver une activité".

"C'est un très sale coup pour notre région et notre métropole", a fait écho la maire PS de Lille Martine Aubry, qui souhaite que l'Etat se montre "très présent auprès des salariés".

Le plan présenté au tribunal par l'actionnaire HPB prévoyait de limiter la casse sociale, avec 500 emplois supprimés.

HPB s'était dit prêt dans la matinée, tout comme la région Hauts-de-France, à injecter plus d'argent pour éviter la liquidation, à condition que l'État apporte lui aussi son soutien financier pour sauver l'enseigne, chahutée par la crise sanitaire et une coûteuse cyberattaque.

HBP avait auparavant chiffré l'"avance remboursable" demandée à 48 millions d'euros, mais Bercy avait jugé lundi que cette demande n'était pas "réaliste".

"Offre déséquilibrée" 

Le projet de reprise communiqué dimanche "consistait pour l'Etat a abandonner 20 millions de passif, avec en plus 48 millions de prêt direct (...) tout cela avec un apport en liquidité de 5 millions de la part de l'actionnaire", a affirmé M. Lescure, fustigeant "une offre extrêmement déséquilibrée".

Selon HPB, qui estimait qu'un total de 79,2 millions d'euros était nécessaire sur les huit prochains mois pour redresser l'enseigne, le plan prévoyait une mise de fonds de 14 millions d'euros de la FIB pour racheter le siège et l'entrepôt de Camaieu. Ils auraient ensuite été "valorisés" et revendus pour un montant estimé entre 55 et 60 millions.

"Tristesse et colère: 2600 salariés et leur famille sont sur le carreau", a déploré dans un tweet David Guiraud, député Nupes de la 8e circonscription du Nord, où le siège de Camaieu emploie quelque 500 personnes.

Selon HPB, l'enseigne a basculé après un arrêt de la Cour de cassation imposant fin juin aux commerçants de régler les loyers impayés lors de la période Covid. Leur montant s'élève à 70 millions d'euros sur un total de 240 millions de dettes, selon HPB.

En reprenant 511 des 634 magasins de la marque en France et quelque 2.600 salariés sur plus de 3.100, l'actionnaire s'était donné en 2020 deux ans pour remettre à l'équilibre l'enseigne.


Musk veut publier ses tweets sur Tesla sans les faire pré-approuver

«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
Short Url
  • Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une «muselière imposée par le gouvernement»
  • Musk s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve

NEW YORK: Elon Musk a demandé à un tribunal new-yorkais d'annuler une disposition d'un accord passé avec le gendarme boursier américain (SEC) l'obligeant à faire valider par un avocat ses tweets liés à l'activité de son groupe Tesla. 

Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une "muselière imposée par le gouvernement". 

"La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk", assènent les avocats, qui dénoncent le caractère "anticonstitutionnel" de la clause. 

Le patron de Tesla s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve. 

Le régulateur boursier lui avait alors imposé de lâcher la présidence du conseil d'administration de Tesla, de payer une amende de 20 millions de dollars et, après un nouveau tweet malencontreux début 2019, de faire approuver ses tweets directement liés à l'activité de l'entreprise par un juriste compétent avant leur diffusion. 

Une tentative précédente de M. Musk de mettre fin à l'accord noué avec la SEC avait été rejetée fin avril par le juge Lewis Liman, qui avait notamment estimé que l'entrepreneur ne pouvait se rétracter au motif que "son entreprise est devenue, à ses yeux, invincible". 

M. Musk, dont la fortune est estimée par Forbes à près de 260 milliards de dollars, est par ailleurs engagé dans une bataille judiciaire contre Twitter qu'il avait souhaité acquérir pour 44 milliards de dollars en avril avant de renoncer à son projet quelques mois plus tard. 

Le réseau social a lancé des poursuites début juillet pour forcer le milliardaire à honorer son contrat. De son côté, M. Musk justifie l'abandon du rachat en affirmant que le nombre de faux comptes sur Twitter est nettement plus élevé que les estimations communiquées par l'entreprise. 

Le procès doit avoir lieu du 17 au 21 octobre dans un tribunal spécialisé de l'Etat du Delaware (côte est des Etats-Unis). 


Lego et ses briques continuent de trôner sur le monde du jouet

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque
  • Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans

COPENHAGUE: Avec une demande dynamique pour ses célèbres briques en plastique, le danois Lego a conforté au premier semestre sa place de numéro un mondial du jouet, malgré son retrait de Russie, selon ses résultats publiés mercredi. 

"Nous n'avons pas expédié un seul produit en Russie depuis le 24 février", a expliqué le PDG du groupe Niels Christiansen dans un entretien. "A travers le monde, les autres marchés ont connu une croissance plus rapide qui a compensé la perte que nous avons subie avec la sortie de Russie". 

Entre janvier et juin, le bénéfice net de Lego a reculé de 1,6%, à 6,2 milliards de couronnes (833 millions d'euros) mais le chiffre d'affaires a encore grimpé de 17%, à 27 milliards de couronnes. 

Porté par le succès de ses franchises (Star Wars, Harry Potter) et des gloires maisons (Lego Friends, Lego Technic), les performances du fleuron scandinave n'ont pas faibli après deux années où ses ventes avaient profité des confinements liés à la pandémie. 

"Nous avons été capables (...) d'avoir une croissance un peu plus rapide que le marché, grâce à notre solide portefeuille de produits", a affirmé M. Christiansen. Selon lui, la diversité du catalogue, y compris pour les adultes, explique le succès du fleuron danois. 

"Les Legos, c'est pour tout le monde", vante le patron. 

Nouvelles boutiques 

La flambée des ventes qui devrait se poursuivre au deuxième semestre pour toutefois se calmer à terme pour trouver un niveau "durable", a souligné M. Christiansen. 

Avec la levée des restrictions, Lego, dont le nom est une contraction du danois +joue bien+ (+Leg godt+), a poursuivi sa stratégie d'ouverture de nouvelles enseignes. 

Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque. 

Dans le monde, une centaine de nouvelles boutiques devrait ouvrir d'ici la fin de l'année. 

Lego, qui mène actuellement d'importants investissements pour rendre ses briques plus durables, se targue de produire ses fameux jouets en plastique au plus près des consommateurs. 

Ses principales usines se trouvent en Hongrie, en République tchèque, au Mexique, en Chine et au Danemark et il construit une nouvelle usine au Vietnam. 

"Ca nous aide sur la durabilité et les émissions de CO2, mais cela nous permet également de fabriquer le produit au plus près des désirs réels des consommateurs", avance M. Christiansen. 

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. 

Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans. 

Après des difficultés dans les années 2000, le groupe familial, toujours aux mains des héritiers du fondateur et non coté en Bourse, s'était redressé en misant notamment sur les franchises et les films, notamment Lego Batman ou Ninjago. 

Il a aussi ciblé le multimédia. Au premier semestre, le groupe a étoffé son équipe digitale à hauteur de 40% pour développer son offre numérique et les expériences de jeu interactif avec des jouets connectés, mêlant ainsi construction et réalité augmentée.