Irak: Les manifestants pro-Sadr occupent le Parlement «jusqu'à nouvel ordre»

 Des milliers de partisans du leader politique chiite Moqtada Sadr ont envahi samedi le Parlement irakien qu'ils comptent occuper jusqu'à nouvel ordre, après une nouvelle journée de manifestation dans un pays en pleine crise politique. (AFP).
Des milliers de partisans du leader politique chiite Moqtada Sadr ont envahi samedi le Parlement irakien qu'ils comptent occuper jusqu'à nouvel ordre, après une nouvelle journée de manifestation dans un pays en pleine crise politique. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 31 juillet 2022

Irak: Les manifestants pro-Sadr occupent le Parlement «jusqu'à nouvel ordre»

  • Brandissant des drapeaux irakiens, des portraits de Moqtada Sadr et des enseignes religieuses, les manifestants se sont pressés dans le hall d'entrée du Parlement avant de pénétrer dans l'hémicycle
  • L'impasse politique est totale en Irak, dans l'attente de la nomination d'un nouveau Président et d'un Premier ministre dix mois après les législatives d'octobre 2021

BAGDAD : Des milliers de partisans de l'influent leader politique chiite Moqtada Sadr ont envahi une nouvelle fois samedi le Parlement irakien qu'ils comptent occuper jusqu'à nouvel ordre, après une journée de manifestation dans un pays en pleine crise politique.

Brandissant des drapeaux irakiens, des portraits de Moqtada Sadr et des enseignes religieuses, les manifestants se sont pressés dans le hall d'entrée du Parlement avant de pénétrer dans l'hémicycle, faisant le signe de la victoire et prenant des selfies dans une ambiance bon enfant, ont rapporté des journalistes de l'AFP sur place.

L'impasse politique est totale en Irak, dans l'attente de la nomination d'un nouveau Président et d'un Premier ministre dix mois après les législatives d'octobre 2021.

Faiseur de roi et trublion de la scène politique, Moqtada Sadr a lancé une campagne de pression maximale contre ses adversaires, rejetant leur candidat au poste de chef du gouvernement.

Trois jours après avoir déjà brièvement occupé mercredi le Parlement, les manifestants ont annoncé "un sit-in (qui durera) jusqu'à nouvel ordre", selon un bref communiqué du Courant sadriste.

Allongés sur la moquette des couloirs, adossés aux piliers, certains manifestants tuaient le temps sur leur portable, d'autres s'éventaient à l'aide de cartons ou avaient enlevé leur chemise pour rester en maillot de corps, selon un journaliste de l'AFP.

Le président du Parlement Mohamed al-Halboussi a annoncé dans un communiqué "la suspension de toutes les séances parlementaires jusqu'à nouvel ordre", appelant les manifestants à "préserver les propriétés de l'Etat".

«Gouvernement corrompu et incapable»

Les manifestants rejettent la candidature au poste de Premier ministre de Mohamed Chia al-Soudani, jugé proche de l'ancien chef du gouvernement Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr.

Dans les jardins du Parlement, Sattar al-Aliawi, 47 ans, dit manifester contre "un gouvernement corrompu et incapable" en allusion aux adversaires de M. Sadr.

"Nous ne voulons pas de M. Soudani", martèle ce fonctionnaire. "Le peuple refuse totalement les partis ayant gouverné pendant 18 ans. Nous tiendrons un sit-in sous le dôme du Parlement, nous allons dormir ici", insiste-t-il.

Ancien ministre et ex-gouverneur de province âgé de 52 ans, M. Soudani est le candidat du "Cadre de coordination", alliance de factions chiites pro-Iran regroupant la formation de M. Maliki et les représentants du Hachd al-Chaabi, ex-paramilitaires intégrés aux forces régulières.

S'il a aujourd'hui décidé de maintenir la pression sur ses adversaires, M. Sadr leur avait pourtant laissé la tâche de former un gouvernement, en faisant démissionner en juin ses 73 députés dans une de ces volte-face dont il a le secret. Les sadristes représentaient alors la première force au sein du Parlement de 329 députés.

Après les incursions au Parlement, le Cadre de coordination a appelé à son tour "les masses populaires (...) à manifester pacifiquement pour défendre l'Etat et sa légitimité".

Appels à la «désescalade»

Au total, au moins 100 manifestants et 25 membres des forces de sécurité ont été blessés samedi selon le ministère de la Santé, durant les manifestations émaillées de tirs de gaz lacrymogènes de la police et des jets de pierres des contestataires.

"L'escalade en cours est profondément préoccupante", a déploré sur Twitter la mission d'assistance de l'ONU en Irak, appelant "à la désescalade".

Un porte-parole du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a également appelé les parties à une "désescalade de la situation". "Le secrétaire général exhorte toutes les parties et tous les acteurs à s'élever au-dessus de leurs différences et à former, par un dialogue pacifique et inclusif, un gouvernement national efficace (...) sans plus tarder", affirme le communiqué.

A travers tout l'éventail politique irakien, les appels au dialogue et à la désescalade se sont succédé.

Dans une allocution télévisée, le Premier ministre, Moustafa al-Kazimi, qui expédie les affaires courantes, a appelé les blocs politiques "à s'asseoir pour négocier et s'entendre".

Hadi al-Ameri, qui dirige une faction de l'influent Hachd al-Chaabi, les anciens paramilitaires pro-Iran, a lui aussi appelé le Courant sadriste et le Cadre de coordination à privilégier "la retenue (...), le dialogue et les ententes constructives pour dépasser les différends".

Dans la nuit de vendredi à samedi, les partisans de Moqtada Sadr ont saccagé à Bagdad des bureaux du parti Daawa de M. Maliki, ainsi que des locaux du Courant Hikma, la formation du politicien chiite Ammar al-Hakim, qui fait partie du Cadre de Coordination, selon une source de sécurité.

"Le Courant Sadriste a un problème avec l'idée que c'est le Cadre de coordination qui va former un gouvernement. Si ce n'est pas M. Soudani, si un deuxième ou troisième candidat est désigné, nous pouvons nous attendre également à des objections", a récemment déploré dans un entretien à l'antenne arabe de la BBC Ammar al-Hakim.


L'Arabie saoudite accueillera les Jeux asiatiques d'hiver de 2029 à Neom

Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Short Url
  • «Nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’AWG Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale»
  • Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports

RIYAD: L’Arabie saoudite déclare aujourd’hui avoir été désignée pour accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 au sein d’une station de montagne prévue dans le cadre du projet phare Neom qui s’élève à 500 milliards de dollars (1 dollar = 1,01 euro).

Le développement de Trojena devrait être achevé en 2026 et proposera une station de ski en plein air, un lac d’eau douce artificiel et une réserve naturelle, selon le site Web du projet.

En août, une lettre d’intérêt adressée au Conseil olympique d’Asie comprenait un aperçu de l’initiative Vision 2030 du Royaume, qui permettra à Trojena d’accueillir l’un des événements sportifs les plus importants d’Asie, auquel plus de trente-deux pays devraient participer.

La demande officielle a reçu des échos favorables auprès du Conseil olympique d’Asie. La décision a été prise lors des réunions du comité exécutif et de l’assemblée générale du conseil qui se sont tenues au Cambodge les 3 et 4 octobre.

«Grâce au soutien illimité des dirigeants saoudiens et du prince héritier au secteur du sport, nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’Asian Winter Games (AWG) Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale», a écrit le ministre des Sports, le prince Abdelaziz ben Turki al-Faisal sur Twitter.

Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à réduire la dépendance au pétrole et à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports.

Neom, un projet de haute technologie qui s’étend sur 26 500 kilomètres carrés le long de la mer Rouge, comprendra la ville zéro carbone baptisée «The Line», ainsi que des zones industrielles et logistiques.

L’Arabie saoudite sera le premier pays d’Asie occidentale à accueillir les Jeux asiatiques d’hiver.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’alliance mondiale pour l’économie verte initiée à Dubaï

Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Short Url
  • L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable
  • Elle cherche par ailleurs à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre

DUBAÏ: Une «Alliance mondiale pour l’économie verte» a été créée lors du huitième Sommet mondial de l’économie verte à Dubaï.
Le sommet s’est tenu sous le thème «Le leadership de l’action climatique au moyen de la collaboration: la feuille de route vers la neutralité carbone». Un grand nombre de ministres, d’experts, de décideurs, de fonctionnaires, de représentants d’institutions et de membres de la communauté universitaire du monde entier ont pris part au sommet.
L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable, à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre.
«Si nous voulons accélérer notre transition vers une économie verte, nous devons travailler tous ensemble et, dans cette perspective, nous avons besoin d’une plate-forme avec un objectif commun. L’Alliance mondiale des Émirats arabes unis (EAU) pour l’économie verte vise à établir une telle plate-forme», déclare Mariam bent Mohammed Almheiri, ministre émiratie chargée du Changement climatique et de l’Environnement.

Miser sur la technologie

Les EAU, qui possèdent le plus haut gratte-ciel du monde et qui ont déjà initié une ambitieuse mission sur Mars, espèrent désormais devenir un pays pionnier dans le métavers.
Dans le cadre d’un projet créé au sein du magnifique musée du Futur à Dubaï, le pays annonce que le ministère de l’Économie des EAU s’installe dans le monde virtuel immersif qui prend actuellement forme.

EAU


Séjours en Syrie: six femmes de l'entourage de la famille Merah en garde à vue

Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier
  • Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie

PARIS: Six femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah ont été interpellées mardi dans la région de Toulouse, dans le cadre d'une enquête du parquet national antiterroriste qui les soupçonne d'avoir séjourné en Syrie en 2013 et 2014, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1.

Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier.

L'enquête, confiée à la sous-direction anti-terroriste (Sdat), est ouverte depuis 2014 pour association de malfaiteurs terroriste délictuelle et soustractions des parents à leurs obligations légales.

Parmi ces femmes, âgées de 31 à 43 ans, certaines étaient parties avec leurs enfants en Syrie.

Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie.

Soupçonnées depuis plusieurs années par la justice antiterroriste, plusieurs d'entre elles avaient déjà été entendues puis relâchées. Mais de nouveaux éléments ont amené les enquêteurs à les réentendre.

Elles font partie de l'entourage de la famille Merah, mais ne sont pas membres de la famille.

Il y a plus de dix ans, Mohamed Merah avait tué sept personnes, entre le 11 et le 19 mars 2012, à Montauban et Toulouse.

Il avait assassiné trois militaires - Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad -, un professeur et trois enfants juifs - Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, et Myriam Monsonégo - avant d'être tué par la police après un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

Son frère Abdelkader a été condamné définitivement en 2020 à trente ans de réclusion criminelle pour complicité de ses crimes.