En pleine menace de récession, Boris Johnson aux abonnés absents

Depuis l'annonce de sa démission, Boris Johnson n'a fait que peu d'apparitions et il lui a déjà été reproché d'avoir manqué des réunions de crise consacrées à la vague de chaleur historique ayant frappé le Royaume-Uni le mois dernier ou de ne pas avoir reçu les footballeuses anglaises après leur victoire à l'Euro (Photo, AFP).
Depuis l'annonce de sa démission, Boris Johnson n'a fait que peu d'apparitions et il lui a déjà été reproché d'avoir manqué des réunions de crise consacrées à la vague de chaleur historique ayant frappé le Royaume-Uni le mois dernier ou de ne pas avoir reçu les footballeuses anglaises après leur victoire à l'Euro (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 06 août 2022

En pleine menace de récession, Boris Johnson aux abonnés absents

  • Les médias britanniques ont rapporté que le Premier ministre et son ministre des Finances Nadhim Zahawi étaient en vacances, loin de Londres
  • Le gouvernement slovène a indiqué que Boris Johnson s'était rendu en Slovénie pour un séjour « privé»

LONDRES : L'opposition britannique a accusé vendredi le Premier ministre Boris Johnson, censé gérer les affaires courantes en attendant que soit désigné son successeur, d'être "porté disparu" au moment où la Banque d'Angleterre a averti que la récession menace.

Au lendemain d'annonces choc de la banque centrale qui a prédit que le pays allait entrer dans sa plus longue période de récession depuis la crise financière de 2008, les médias britanniques ont rapporté que le Premier ministre et son ministre des Finances Nadhim Zahawi étaient en vacances, loin de Londres.

Le gouvernement conservateur "est porté disparu", a dénoncé la numéro deux du Parti travailliste, Angela Rayner, sur Twitter.

Downing Street a refusé de dire où le dirigeant conservateur passe ses vacances mais le gouvernement slovène, contacté par l'AFP, a indiqué que Boris Johnson s'était rendu en Slovénie pour un séjour "privé".

"L'ambassade britannique en Slovénie nous a informés que le Premier ministre britannique Boris Johnson est en visite privée en Slovénie. En raison de la nature de la visite, aucune rencontre (avec des responsables slovènes) n'est prévue", a indiqué le gouvernement.

Vendredi matin, le ministre chargé de l'Énergie et des Entreprises, Kwasi Kwarteng, avait avoué qu'il ne "savait pas où se trouve Boris" tout en assurant qu'il était en "contact permanent" avec lui.

"Il vient de célébrer son mariage, je pense qu'il est en lune de miel et (...) Je ne pense pas que beaucoup de gens lui en voudront", a-t-il dit sur Times Radio.

Boris et Carrie Johnson ont fêté le week-end dernier leur mariage, une célébration qui avait été repoussée par la pandémie de coronavirus.

M. Karteng a ajouté qu'il est "complètement faux" d'accuser le gouvernement d'inaction en cette période où les membres du Parti conservateur votent pour remplacer Boris Johnson, qui avait annoncé son départ en juillet, poussé vers la sortie par une série de scandales.

Les Conservateurs doivent choisir entre la cheffe de la diplomatie Liz Truss, en tête des sondages, et l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak, le résultat du vote étant annoncé le 5 septembre. Boris Johnson démissionnera officiellement le lendemain.

Depuis l'annonce de sa démission, il n'a fait que peu d'apparitions et il lui a déjà été reproché d'avoir manqué des réunions de crise consacrées à la vague de chaleur historique ayant frappé le Royaume-Uni le mois dernier ou de ne pas avoir reçu les footballeuses anglaises après leur victoire à l'Euro.

Selon la banque centrale, la récession va commencer fin 2022 en raison de l'envolée des prix de l'énergie, qui vont pousser l'inflation à plus de 13% en octobre et aggraver encore la dramatique crise actuelle du pouvoir d'achat que subissent les ménages britanniques.

"Nous allons devoir attendre quatre semaines pour un budget d'urgence parce que c'est ainsi que nous aidons les gens - ce sera au nouveau chancelier, au nouveau Premier ministre, quels qu'ils soient, de proposer les mesures", a déclaré Kwasi Karteng sur Times radio.

"Mais l'idée que nous ne faisons rien en attendant est fausse", a-t-il ajouté.

Bien qu'il soit loin de Londres, le ministre des Finances Nadhim Zahawi a affirmé dans un communiqué jeudi que pour lui, "il n'y a pas de vacances", et qu'il continue d'avoir des appels et des briefings "quotidiennement".


«Nous pouvons arriver subitement la nuit»: Erdogan menace la Grèce et les pays qui l’«agacent»

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Short Url
  • La Grèce doit prendre au sérieux les avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, a déclaré le président Erdogan
  • Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin

PRAGUE: Lors de la lancée de la nouvelle plateforme de concertation continentale à Prague, la Communauté politique européenne, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la Grèce, et d’autres pays qui l’«agacent», ont compris le message d’Ankara lorsque des responsables turcs ont déclaré: «Nous pouvons arriver subitement la nuit», un commentaire que les responsables grecs et d’autres responsables occidentaux considèrent comme une menace.

Il a accusé Athènes de fonder ses politiques sur des «mensonges». «Ils ne sont pas là où ils sont censés être», a lancé M. Erdogan lors d’une conférence de presse à Prague. «Toute leur politique est fondée sur des mensonges. Ils ne sont pas honnêtes. Nous n’avons rien à discuter avec la Grèce.»

Il a souligné que la Grèce devait prendre au sérieux ses avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, et a également déclaré au sommet qu’il attendait de l’UE qu’elle «appelle la Grèce à un dialogue bilatéral au lieu de soutenir des initiatives illégales déguisées en unité ou en solidarité». De son côté, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin.

«La Grèce ne provoque jamais, et elle répond toujours avec confiance lorsqu’elle est provoquée», a dit M. Mitsotakis. «Il est insensé d’accuser la Grèce de faire monter la tension en mer Égée alors que la Turquie soulève même les questions de souveraineté des îles», a-t-il ajouté. «La Grèce ne ferme pas la porte au dialogue. Nous sommes certains que le droit international est de notre côté.»

Jeudi, des dirigeants de toute l’Europe ont entamé leurs réunions à Prague dans le cadre du sommet inaugural. Le premier rassemblement au grand complexe du château de Prague a réuni un groupe hétéroclite de 44 nations, du Caucase (sud-est) à l’Islande (nord-ouest).

Le président russe, Vladimir Poutine, qui n’a pas été invité, dominait les discussions lors de la réunion en raison des crises économique et sécuritaire provoquées par son invasion de l’Ukraine.

* Avec Reuters and AFP

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La fête des lumières à Berlin promet d'économiser l'énergie comme jamais

Le festival des lumières de Berlin démarre vendredi soir. (Photo, Berlin.de , © www.enrico-verworner.de)
Le festival des lumières de Berlin démarre vendredi soir. (Photo, Berlin.de , © www.enrico-verworner.de)
Short Url
  • Lors de cette fête qui a lieu tous les ans depuis 2005, les principaux monuments historiques sont illuminés de mille couleurs avec des motifs créatifs et changeants
  • Le festival éteindra ses lumières une heure plus tôt que les années précédentes, à 23H00 contre minuit auparavant, et réduira le nombre de sites illuminés à 35, contre près d'une centaine les années passées

BERLIN : Attendu au tournant en période de sobriété énergétique, le festival des lumières de Berlin, qui démarre vendredi soir, se targue d'avoir cette année la plus faible consommation d'électricité de son histoire.

Lors de cette fête qui a lieu tous les ans depuis 2005, les principaux monuments historiques, comme la Porte de Brandebourg, la tour de télévision et le château de Charlottenbourg, sont illuminés de mille couleurs avec des motifs créatifs et changeants.

Juste avant le week-end, Bild, quotidien lu par près de 8 millions d'Allemands, a fustigé la maire de la ville, Franziska Giffey, lui reprochant d'autoriser cet événement alors que les citoyens sont appelés à moins se chauffer et s'éclairer.

Une critique rejetée par l'un des porte-paroles de la ville, Matthias Kuder, interrogé par l'AFP. Rappelant que le gouvernement allemand avait prévu «en matière d'économies d'énergie des exceptions pour les illuminations de Noël et les manifestations culturelles», M. Kuder a affirmé que la ville avait demandé aux organisateurs de ce genre d'événements de se montrer particulièrement économes. «On n'utilisera pas l'argent du contribuable», a-t-il ajouté.

De son côté, le «festival of lights» s'engage à consommer 75% d'électricité de moins que l'an passé. Et celle-ci sera issue à 100% d'énergie renouvelable, écrit-il sur son site internet.

De plus, il éteint ses lumières une heure plus tôt que les années précédentes: à 23H00 contre minuit auparavant. Il a également réduit le nombre de sites illuminés: 35 contre près d'une centaine les années passées.

«Nous avons aussi fait le choix de performances moins énergivores», a expliqué à l'AFP Birgit Zander, fondatrice du festival.

Elle a cité en exemple le «Berliner Dom» (cathédrale de Berlin, en réalité un temple luthérien) sur lequel on pouvait voir l'an passé d'immenses projections et qui sera cette année décoré par des «luminéoles», des oiseaux imaginaires avec un éclairage basse consommation, créés par l'entreprise française «Porté par le vent».

Comme l'an passé, Mme Zander attend environ deux millions de visiteurs à ce festival gratuit qui dure jusqu'au 16 octobre.


Réchauffement climatique: Washington va détailler une nouvelle stratégie pour l'Arctique

Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique. (AFP).
Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique. (AFP).
Short Url
  • Le réchauffement climatique fait notamment fondre la banquise, ouvrant à la navigation des zones auparavant fermées et offrant de nouvelles opportunités à des pays comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine, de se disputer ressources et influence
  • «La stratégie présente la vision américaine d'un Arctique pacifique, stable, prospère et coopératif»

WASHINGTON : L'administration Biden va dévoiler vendredi une nouvelle stratégie concernant l'Arctique, intégrant les conséquences de plus en plus marquées du réchauffement climatique dans la région et la concurrence accrue, ont annoncé des haut responsables américains.

Le réchauffement climatique fait notamment fondre la banquise, ouvrant à la navigation des zones auparavant fermées et offrant de nouvelles opportunités à des pays comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine, de se disputer ressources et influence.

"La stratégie présente la vision américaine d'un Arctique pacifique, stable, prospère et coopératif", a indiqué un des responsables.

Elle comprend quatre grands domaines: la sécurité, le changement climatique et la protection de l'environnement, un développement économique durable et une coopération internationale.

En matière de sécurité, les Etats-Unis s'engagent à "dissuader les menaces qui pèsent sur le territoire américain et sur nos alliés", ainsi qu'à mieux comprendre comment opérer dans cette région, a déclaré le haut responsable.

Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique.

En matière économique, les Etats-Unis veulent identifier des manières d'accentuer la croissance dans la région "et d'améliorer les moyens d'existence en Alaska, surtout pour les communautés autochtones", a dit un responsable.

La coopération entre Etats dans la région a été rendue plus difficile depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Mais "les Etats-Unis sont toujours engagés à soutenir les institutions en place pour la coopération arctique", a-t-il noté.

Le dernier document détaillant la stratégie américaine en l'Arctique remonte à près de 10 ans.