Dans les vergers, des arbres fruitiers à l'épreuve de la sécheresse

Un homme irrigue des arbres fruitiers dans une plantation à Bonloc, dans le sud-ouest de la France, le 3 août 2022. (Iroz Gaizka / AFP)
Un homme irrigue des arbres fruitiers dans une plantation à Bonloc, dans le sud-ouest de la France, le 3 août 2022. (Iroz Gaizka / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 09 août 2022

Dans les vergers, des arbres fruitiers à l'épreuve de la sécheresse

  • Les vergers de Guillaume Seguin, arboriculteur dans l'Aisne, souffrent du manque d'eau et de l'excès de chaleur, dans une année bouleversée par les calamités climatiques.
  • La déshydratation a bloqué la croissance de ses fruits

DAMPLEUX:Des pommes "de la taille d'une prune", des poires brunies par les coups de soleil: les vergers de Guillaume Seguin, arboriculteur dans l'Aisne, souffrent du manque d'eau et de l'excès de chaleur, dans une année bouleversée par les calamités climatiques.

Auparavant, ses arbres situés aux alentours du village de Dampleux, à une vingtaine de kilomètres de Soissons, souffraient de la sécheresse "une fois tous les dix ans". Mais sur la décennie écoulée, "c'est la cinquième fois que ce verger est en stress hydrique, avec une récolte de plus en plus aléatoire, et de petits fruits que je ne suis même pas sûr de récolter", constate-t-il.

L'agriculteur mesure le calibre d'une petite pomme vert clair: 52 millimètres au lieu de 70 à cette époque de l'année, "la taille d'une belle prune, mais certainement pas d'une pomme".

La déshydratation a bloqué la croissance de ses fruits, qui "n'ont pratiquement pas grossi depuis deux mois". Ils risquent de ne même pas être suffisamment charnus pour faire de la compote - ce qui permettrait de sauver une partie de la récolte, à un prix de vente moins élevé.

Cet arboriculteur "de père en fils, sur trois générations", n'a jamais vu aussi peu de pluie, environ 70 millimètres depuis le mois d'avril, trois fois moins que d'habitude dans l'Aisne.

Face à la pire sécheresse qu'ait connue la France depuis 1959, des agriculteurs du nord au sud du pays ont interdiction d'arroser leurs cultures, mais le bassin où se trouve Guillaume Seguin n'est pas concerné, donc il irrigue le soir les pieds de ses arbres, au goutte-à-goutte. Le long tuyau noir percé, qui serpente seulement sur certaines de ses parcelles, apporte environ 50.000 litres d'eau par jour.

Un terrain voisin de 4,5 hectares au sol sableux, calcaire, n'a pas pu être raccordé au réseau d'eau. S'y ajoute l'effet de la chaleur: les pommes aux couleurs encore claires y ont la peau brunie par les coups de soleil, malgré la fine pellicule blanchâtre de calcium pulvérisée et censée les protéger.

L'arboriculteur, qui enregistre autour d'un million d'euros de ventes chaque année avec ses 27 hectares de fruits et 300 hectares de céréales, n'espère pas plus qu'une "demi-récolte" cette année sur cette parcelle desséchée.

Floraison en péril

Quelques centaines de mètres plus loin, là où poussent les poires, les feuilles ont aussi commencé à noircir, à se recroqueviller et à joncher le sol, les arbres s'en délestant pour limiter l'évaporation.

Quand il manque d'eau ou "qu'il fait très chaud, l'arbre ne s'alimente plus, il ferme ses stomates - qui lui permettent de respirer et de faire la photosynthèse", et cesse de nourrir ses fruits, explique Guillaume Seguin.

La récolte fera aussi les frais d'une année marquée une succession de calamités climatiques, puisqu'outre la canicule et la sécheresse, le gel a aussi frappé la zone.

Membre d'une coopérative avec 12 autres producteurs des Hauts-de-France, "nous ne sommes plus très nombreux à faire de l'arboriculture", particulièrement sensible à ces épisodes, constate-t-il.

Arrivé avec trois semaine d'avance, le printemps précoce a rendu son verger vulnérable aux coups de froid, et les fleurs ont subi les gelées de la mi-avril, ce qui a perturbé la pollinisation.

Il montre ses poires Conférence déformées, allongées "en forme de bananes" et sans pépins à cause de la mauvaise pollinisation, que peu de primeurs voudront acheter.

Pourtant bien adaptée au climat normalement tempéré de l'Aisne, Guillaume Seguin ne sait pas s'il plantera encore cette variété dans dix ans. Les pommes Pink Lady et Royal Gala, traditionnelles du Sud et mieux adaptées aux climats secs, pourraient bien les remplacer à l'avenir.

La sécheresse risque également de dégrader la floraison de l'année prochaine, car les arbres profitent de l'été pour emmagasiner des réserves pour leurs futurs boutons.

Pour poursuivre son activité, l'agriculteur espère bénéficier du futur système d'assurance récolte, une réforme attendue de longue date et prévue pour janvier 2023.

Il envisage aussi de creuser "de petits forages qui alimenteraient un bassin" en hiver en puisant dans les nappes phréatiques, une méthode de stockage de l'eau plébiscitée par les agriculteurs mais très critiquée par les associations de défense de l'environnement.


Ukraine: la France veut «rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie», dit Borne

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 3 octobre 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 3 octobre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Notre objectif est le même depuis le début: rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie, frapper durement son économie, pour l'empêcher de financer son offensive», a affirmé la cheffe du gouvernement
  • Elle a annoncé lundi à l'Assemblée nationale l'organisation «dans les prochains mois» à Paris d'une conférence économique sur l'Ukraine

PARIS: La France entend "rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie", qui a envahi en février l'Ukraine, a déclaré lundi la Première ministre française Elisabeth Borne en ouvrant un débat sur la guerre en Ukraine à l'Assemblée nationale française. 

"Notre objectif est le même depuis le début: rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie, frapper durement son économie, pour l'empêcher de financer son offensive", a affirmé la cheffe du gouvernement. 

"C'est la Russie qui a lancé cette guerre. C'est elle qui nous pousse à agir", a-t-elle rappelé. 

"Les sanctions continueront tant que Poutine s’évertuera dans la spirale du conflit et de la confrontation. Abandonner les sanctions, ce serait abandonner l’Ukraine. Ce serait renoncer à nos valeurs. Ce serait nous soumettre à la Russie. La France, le patriotisme, ce n’est pas l’abandon. Ce n’est pas le renoncement. Ce n’est pas la soumission", a ajouté Mme Borne, en s'adressant indirectement aux députés d'extrême droite du Rassemblement national, accusé de proximité avec Moscou et opposé aux sanctions économiques contre la Russie. 

"Et ces sanctions, n'en déplaise à ceux qui masquent leur fascination pour l'impérialisme russe par un prétendu patriotisme : elles fonctionnent", a encore assuré la Première ministre. 

"L'économie russe s'est considérablement rétractée, avec une chute de 6% de son PIB pour cette année. L’inflation russe a explosé. Et la Russie a perdu l’accès à des matériels de haute technologie", a-t-elle énuméré. 

"Avec les prix élevés de l'énergie, Moscou tente pour l’instant de maintenir l’illusion. Mais les faits sont là. La propagande russe ne doit pas nous berner. L’économie russe est à l'asphyxie", a déclaré Mme Borne. 

En matière d'aide humanitaire à l'Ukraine, la cheffe du gouvernement a annoncé "la mise en place, à partir de fin novembre, d’une aide" pour les Français qui "accueillent des déplacés ukrainiens chez eux". 

Le préfet Joseph Zimet, qui pilote Place Beauvau la cellule interministérielle de crise sur l'accueil des Ukrainiens, avait indiqué dans un entretien au Monde que cette aide était à l'étude et devait s'élever "de 150 à 200 euros pendant quelques mois", afin d'"éviter que cet accueil ne s'effondre". 


France: le bras droit de Macron inculpé pour prise illégale d'intérêts

Alexis Kohler, bras droit et fidèle du président, est un homme extrêmement discret, se tenant loin des médias. Ce haut fonctionnaire de 49 ans occupe le poste stratégique de secrétaire général de l'Elysée depuis le début du premier quinquennat. (Photo, AFP)
Alexis Kohler, bras droit et fidèle du président, est un homme extrêmement discret, se tenant loin des médias. Ce haut fonctionnaire de 49 ans occupe le poste stratégique de secrétaire général de l'Elysée depuis le début du premier quinquennat. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le numéro deux de l'Elysée, inculpé dans cette affaire le 23 septembre, «conteste avec force avoir commis tout délit», a déclaré son avocat dans un communiqué
  • Installé dans un bureau voisin du président, Alexis Kohler gère au quotidien les situations d'urgence, les gros dossiers économiques et sociaux, mais aussi politiques

PARIS: Le bras droit du président français Emmanuel Macron, le secrétaire général de la présidence Alexis Kohler, a été inculpé pour prise illégale d'intérêts dans l'enquête sur ses liens avec l'armateur MSC, a indiqué lundi le procureur. 

Alexis Kohler a également été placé sous le statut de témoin assisté pour trafic d'influence dans cette affaire visant ses liens familiaux et professionnels avec l'armateur italo-suisse, fondé et dirigé par les cousins de sa mère, la famille Aponte, selon le procureur national financier Jean-François Bohnert, confirmant une information de France info. 

Le numéro deux de l'Elysée, inculpé dans cette affaire le 23 septembre, "conteste avec force avoir commis tout délit", a déclaré de son côté son avocat dans un communiqué. 

"Sans que soient pris en considération à ce stade les nombreux éléments objectifs à décharge, Alexis Kohler a été placé sous le statut de mis en examen (ndlr : inculpé) pour prise illégale d’intérêt pour des faits pouvant remonter à plus de dix ans", a expliqué son avocat, Me Dezeuze. 

"La suite de la procédure, à laquelle il a désormais accès" va "lui permettre de démontrer son innocence", a-t-il assuré. 

L'affaire était née après la publication en 2018 de plusieurs articles du site Mediapart. Le parquet national financier avait ouvert une enquête préliminaire, qu'il avait classée sans suite en août 2019, indiquant que l'analyse des éléments recueillis "ne (permettait) pas de caractériser les infractions initialement suspectées". 

Mais l'association anticorruption Anticor a obtenu la relance des investigations en juin 2020 grâce à une plainte avec constitution de partie civile, qui permet la plupart du temps la désignation d'un juge d'instruction. 

MSC est un important client de l'entreprise STX France (aujourd'hui renommée Chantiers de l'Atlantique) qui gère les chantiers navals de Saint-Nazaire (ouest). 

Alexis Kohler, bras droit et fidèle du président, est un homme extrêmement discret, se tenant loin des médias. 

Ce haut fonctionnaire de 49 ans occupe le poste stratégique de secrétaire général de l'Elysée depuis le début du premier quinquennat. 

Installé dans un bureau voisin du président, il gère au quotidien les situations d'urgence, les gros dossiers économiques et sociaux, mais aussi politiques. 


Macron appelle les Français à participer au CNR «contre tous les blocages»

Une photo d'un écran de télévision montre le président français Emmanuel Macron s'exprimant dans une vidéo sur le Conseil national de la refondation (CRN), à Paris, le 3 octobre 2022. (AFP).
Une photo d'un écran de télévision montre le président français Emmanuel Macron s'exprimant dans une vidéo sur le Conseil national de la refondation (CRN), à Paris, le 3 octobre 2022. (AFP).
Short Url
  • Le président appelle donc les Français à se connecter à la plateforme conseil-refondation.fr, lancée lundi, pour «apporter leurs idées» sur «l'écologie, l'école, la santé, la démographie, le travail», thèmes principaux du CNR
  • Promettant «une nouvelle méthode» de gouverner, Emmanuel Macron avait lancé le CNR le 8 septembre à Marcoussis (Essonne)

PARIS : Emmanuel Macron a appelé, dans une vidéo postée lundi, les Français à "participer" aux débats du Conseil national de la refondation pour "transformer" la France "envers et contre tous les blocages".

"Nous pouvons changer les vies si nous décidons de le faire", déclare le chef de l'État dans cette vidéo d'un quart d'heure durant laquelle il donne le mode d'emploi du CNR, véritablement lancé lundi sur les deux thèmes de la santé et de l'éducation, qu'il présente comme prioritaires.

"Je serai à vos côtés pour le faire, envers et contre tous les blocages", ajoute Emmanuel Macron, portant un col roulé sous sa veste comme l'a fait récemment le ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour "faire preuve de sobriété".

"Je compte sur vous avec beaucoup d'enthousiasme, de conviction, de force" afin de "trouver de manière intelligente, tous ensemble, les bonnes solutions, loin des postures, des conservatismes, loin des débats qui sont parfois caricaturaux", mais en apprenant "d'idées, d'initiatives et de changements" parfois "très locaux".

Le président appelle donc les Français à se connecter à la plateforme conseil-refondation.fr, lancée lundi, pour "apporter leurs idées" sur "l'écologie, l'école, la santé, la démographie, le travail", thèmes principaux du CNR.

Promettant "une nouvelle méthode" de gouverner, Emmanuel Macron avait lancé le CNR le 8 septembre à Marcoussis (Essonne) en présence de représentants des collectivités, de syndicats et d'associations, mais sans responsables de l'opposition, qui avaient dénoncé une "opération de com'".

Son objectif est basé sur "plus de consensus, un cadre de pensée et d'action commun et des solutions concrètes pour chacune et chacun d'entre vous", explique-t-il dans la vidéo.

Il indique avoir senti, lors de ses déplacements, "une volonté (des Français) d'être associés, mais pas simplement au moment des élections", pour "participer à la prise de décision" afin que le citoyen ne soit "pas quelqu'un à qui on va imposer des décisions".

Sur l'éducation, Emmanuel Macron donne en exemple l'opération lancée en septembre 2021 pour donner plus d'initiatives aux établissements scolaires de Marseille. "Dès le début de l'année prochaine, il y aura des réponses concrètes et des choses qui changeront", promet-il.

Le ministère de l'Éducation devait débuter lundi une formation pour des représentants des académies, puis le ministre Pap Ndiaye devait visiter des écoles en Eure-et-Loir et en Martinique, selon l'Élysée.

Sur la santé, l'autre chantier majeur, le débat devait être lancé dans la Sarthe par le ministre François Braun et la ministre déléguée Agnès Firmin Le Bodo.

Citant la question des déserts médicaux, Emmanuel Macron affirme qu'"il n'y a pas une réponse au niveau national" mais "des milliers, autant que de bassins de vie".

Sa vidéo a été critiquée par Jean-Luc Mélenchon (LFI), pour lequel "Macron bavarde" avec "un jargon hors-sol et abscons".