RDC: Les Etats-Unis «préoccupés» par des informations sur un soutien du Rwanda à une rébellion

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le ministre congolais des Affaires étrangères Christophe Lutundula donnent une conférence de presse à Kinshasa, au Congo (Photo, AFP).
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le ministre congolais des Affaires étrangères Christophe Lutundula donnent une conférence de presse à Kinshasa, au Congo (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 10 août 2022

RDC: Les Etats-Unis «préoccupés» par des informations sur un soutien du Rwanda à une rébellion

  • Dans un communiqué, 19 organisations congolaises et américaines ont appelé à une condamnation ferme de Kigali
  • Le M23 est une ancienne rébellion à dominante tutsie vaincue en 2013

KINSHASA: Le secrétaire d’État américain Antony Blinken en visite en République démocratique du Congo a évoqué mardi la préoccupation des États-Unis après des informations "crédibles" faisant état d'un soutien du Rwanda à une rébellion qui a resurgi dans l'est congolais.

"Nous sommes très préoccupés par les informations crédibles selon lesquelles le Rwanda a soutenu le M23", a déclaré le secrétaire d’État américain lors d'une conférence de presse à l'issue d'un tête-à-tête avec le président congolais Félix Tshisekedi.

"Tous les pays doivent respecter l'intégrité territoriale de leurs voisins", a-t-il insisté.

Le M23 est une ancienne rébellion à dominante tutsie vaincue en 2013, qui a repris les armes en fin d'année dernière en reprochant à Kinshasa de n'avoir pas respecté des accords sur la démobilisation et réinsertion de ses combattants. Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir le M23, ce que dément Kigali.

Dans un rapport de 131 pages au Conseil de sécurité de l'ONU consulté la semaine dernière par l'AFP, des experts missionnés par cette institution ont déclaré que les troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC depuis novembre 2021.

Le Rwanda a également "fourni des renforts de troupes" pour des opérations spécifiques du M23, selon le rapport des experts, "en particulier lorsque celles-ci visaient à s'emparer de villes et de zones stratégiques".

"Nous demandons que le Conseil de sécurité publie [ce] rapport dans son intégralité", a déclaré Christophe Lutundula, ministre congolais des Affaires étrangères, lors de la conférence de presse conjointe avec M. Blinken.

"Toute entrée de forces étrangères en RDC doit se faire de manière transparente et avec le consentement de la RDC. C'est la raison principale pour laquelle je suis ici", a indiqué M. Blinken.

"Il est juste de dire que nous ne fermons certainement pas les yeux", a ajouté le chef de la diplomatie américaine, qui a affirmé que les États-Unis apportent un soutien aux "très importants efforts de médiation menés par l'Afrique".

L'est de la RDC est infesté par une centaine de groupes armés qui sèment la mort depuis près de 30 ans. le M23 est l'un des plus actifs actuellement.

Après sa visite d'une journée à Kinshasa, M. Blinken doit se rendre au Rwanda, dernière étape de sa tournée africaine.

Dans un communiqué, 19 organisations congolaises et américaines ont appelé à une condamnation ferme de Kigali.

"Antony Blinken devrait clairement affirmer que les États-Unis imposeront des sanctions ciblées aux responsables gouvernementaux et aux autres personnes qui soutiennent des groupes armés qui commettent des abus" dans l'est de la RDC, ont écrit ces organisations.

«Les vérités qui dérangent»

"Le secrétaire d’État Blinken devrait informer le président rwandais Paul Kagame que les États-Unis ne toléreront aucun soutien au M23, comme l’a fait le président Barack Obama en 2012", a déclaré le Père Rigobert Minani Bihuzo du Centre d'études pour l'Action sociale (CEPAS), un des signataires.

Le chef de la diplomatie américaine devrait pendant ses visites au Rwanda et en RDC "exprimer clairement les vérités qui dérangent", "condamner publiquement les attaques du M23 dans les termes les plus fermes" et "avertir le Rwanda des conséquences de son soutien au M23", a estimé l'ONG américaine Human Rights Watch (HRW).

"Comme en 2012, le M23 commet des crimes de guerre contre des civils" dans l'est de la RDC, souligne cette organisation de défense des droits de l'homme, en précisant que "des témoins ont décrit des exécutions sommaires d’au moins 29 personnes".

Kinshasa et Kigali entretiennent des relations tendues depuis l'afflux massif de Hutu rwandais accusés d'avoir massacré des Tutsis lors du génocide rwandais de 1994. Les relations ont commencé à se dégeler après l'arrivée au pouvoir de Tshisekedi en 2019, mais la résurgence du M23 a ravivé les tensions.

Pour la restauration de la paix dans cette partie du territoire congolais, deux initiatives diplomatiques africaines sont en cours. Elles sont menées par les présidents kenyan Uhuru Kenyatta - pour le désarmement de la centaine de groupes armés actifs - et angolais Joao Lourenco, pour obtenir la désescalade entre Kinshasa et Kigali, accusé de soutenir le M23. Ce que dément le Rwanda.

M. Blinken a demandé au M23 et à tous les groupes armés locaux et étrangers de déposer les armes et d'intégrer le processus de paix.


Royaume-Uni: Rishi Sunak nomme un nouveau président pour le Parti conservateur

Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories
  • Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans

LONDRES: Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a nommé mardi Greg Hands nouveau président du Parti conservateur, après avoir limogé fin janvier son prédécesseur, épinglé pour ne pas avoir déclaré ses démêlés avec le fisc.

Cette nomination a entraîné un léger remaniement ministériel marqué par la création de quatre ministères, alors que Rishi Sunak, au pouvoir depuis un peu plus de 100 jours, est fragilisé par des affaires dans son gouvernement et une crise sociale qui dure.

Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories.

Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans.

Le précédent chef du Parti conservateur, Nadim Zahawi a été limogé après s'être rendu coupable d'une "violation grave du code ministériel". Il avait trouvé un accord de principe avec le fisc en août 2022, alors qu'il était ministre des Finances de Boris Johnson, avant de l'entériner le mois suivant.

Selon la presse, Nadhim Zahawi a réglé ce qu'il devait au fisc, assorti de pénalités, pour près de cinq millions de livres sterling (5,7 millions d'euros).

Avec le remaniement ministériel, Grant Shapps, qui était depuis octobre le ministre des Entreprises et de l'Energie, devient ministre pour la Sécurité énergétique et la Neutralité carbone.

Kemi Badenoch devient ministre des Entreprises et du Commerce.

Michelle Donellan, qui était ministre de la Culture, est nommée ministre pour la Science, l'Innovation et la Technologie. Lucy Frazer devient ministre de la Culture, des Médias et du Sport.

Ces changements permettront de s'assurer que les équipes de Rishi Sunak "se concentrent sur les promesses du Premier ministre", dont la réduction de moitié de l'inflation, et la croissance de l'économie, selon un communiqué de Downing Street.


Séisme en Turquie et Syrie: 23 millions de personnes pourraient être touchées, selon l'OMS

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Short Url
  • «Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables», a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé
  • «L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme», a-t-elle ajouté

GENEVE : Quelque 23 millions de personnes pourraient être touchées par les séismes qui ont secoué le Sud-Est de la Turquie et le Nord de la Syrie, a indiqué mardi l'OMS, promettant son soutien sur le long terme après l'envoi d'aide d'urgence.

"Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables", a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé, Adelheid Marschang, lors d'une réunion régulière du Conseil exécutif de l'organisation.

"L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme", a-t-elle ajouté.

Le séisme, suivi de puissantes répliques, a tué plus de 5 000 morts en Turquie et en Syrie, faisant également des milliers de blessés et de sans abri par un froid glacial, mais le bilan est encore provisoire.

"L'acheminement de l'aide par la frontière vers le nord-ouest de la Syrie risque d'être ou est déjà perturbé en raison des dégâts causés par le tremblement de terre. En soi, cela constitue déjà une énorme crise", a relevé Mme Marschang.

A ses côtés, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a d'abord appelé à observer une minute de silence pour les victimes.

"Nous travaillerons en étroite collaboration avec tous les partenaires pour soutenir les autorités de Turquie et de Syrie, dans les heures et les jours critiques à venir, ainsi que dans les mois et les années à venir, alors que les deux pays se rétablissent et se reconstruisent", a-t-il ensuite dit.

Il a annoncé l'envoi de "trois vols charters dans les deux pays" avec des matériels médicaux, y compris des trousses chirurgicales, depuis la plateforme logistique humanitaire de Dubaï.

"Nous mobilisons des matériels d'urgence et nous avons activé le réseau d'équipes médicales d'urgence de l'OMS pour fournir des soins de santé essentiels aux blessés et aux personnes les plus vulnérables", a-t-il ajouté.

Le Dr Tedros a également expliqué qu'une cartographie des dommages est en cours, afin de comprendre où l'OMS doit concentrer son attention.

"C'est maintenant une course contre la montre. Chaque minute, chaque heure qui passe, les chances de retrouver des survivants vivants diminuent", a-t-il affirmé, se disant "particulièrement préoccupé par les zones où nous n'avons pas encore d'informations".

"Les répliques sismiques, la rigueur des conditions hivernales, les dégâts causés aux routes, à l'alimentation électrique, aux communications et aux autres infrastructures continuent d'entraver l'accès et les autres opérations de recherche et de sauvetage", a souligné le chef de l'OMS


Lavrov promet l'aide russe aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée contre le djihadisme

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties
  • M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes

BAMAKO : Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis mardi l'aide de Moscou aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée face aux djihadistes.

"La lutte contre le terrorisme est bien sûr d'actualité pour les autres pays de la région", a dit M. Lavrov lors d'une visite au Mali. "Nous allons leur apporter notre assistance pour surmonter ces difficultés. Cela concerne la Guinée, le Burkina Faso et le Tchad, et en général la région sahélo-sahélienne et même les pays riverains du Golfe de Guinée", a-t-il déclaré.

M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties comme une première "historique" de la part d'un chef de la diplomatie russe dans le pays sahélien.

La visite de M. Lavrov dans ce pays en proie à la violence djihadiste et à une profonde crise multidimensionnelle concrétise le rapprochement opéré par les colonels maliens depuis 2021, en même temps qu'ils rompaient l'alliance militaire avec la France et ses partenaires.

M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes, décrits en fonction des sources comme des instructeurs de l'armée russe ou des mercenaires de Wagner, un groupe de sécurité privé aux agissements décriés.

Il a aussi promis un engagement russe accru sur le continent confronté selon lui aux "approches néocoloniales" des Occidentaux.

"Nous allons apporter notre soutien au règlement des problèmes sur le continent africain, nous partons constamment du principe qu'il faut régler les problèmes africains avec des solutions africaines", a-t-il déclaré.