Pourquoi certains animaux marins se retrouvent coincés dans la Seine

Une photo prise le 9 août 2022 montre le béluga qui a remonté la Seine dans l'ouest de la France avant son opération de sauvetage à Notre-Dame-de-la-Garenne. (Photo, AFP)
Une photo prise le 9 août 2022 montre le béluga qui a remonté la Seine dans l'ouest de la France avant son opération de sauvetage à Notre-Dame-de-la-Garenne. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 août 2022

Pourquoi certains animaux marins se retrouvent coincés dans la Seine

  • Ces histoires n’ont pas manqué d'émouvoir l’opinion publique, mais ce sont surtout les scientifiques qui se posent des questions
  • Le comportement de certains cétacés, comme le béluga, est encore mal compris par la communauté scientifique

PARIS: La tendance semble se transformer en une malheureuse habitude. De plus en plus d’animaux vivant dans les fonds marins se retrouvent coincés dans des cours d’eau, loin de leurs habitats naturels.

Le dernier exemple en date est celui d’un béluga, cétacé de quatre mètres de long, vivant habituellement dans des eaux froides, qui s’est retrouvé dans l'eau chaude et stagnante d'une écluse de la Seine, à environ 160 kilomètres de l'embouchure du fleuve dans la mer de la Manche.

Après une mobilisation sans précédent et une opération de sauvetage risqué, le béluga n’a pas pu tenir le coup. Il a dû être euthanasié ce mercredi.

Avant lui, en mai, un autre mammifère marin, un orque cette fois, fut retrouvé en difficulté dans la Seine entre Rouen et Le Havre. Affaibli, l’animal a été retrouvé mort le 30 mai. Des autopsies sur les dépouilles des deux animaux sont toujours en cours.

Ces histoires n’ont pas manqué d'émouvoir l’opinion publique, mais ce sont surtout les scientifiques qui se posent des questions. Pourquoi ces mammifères marins se retrouvent-ils coincés du jour au lendemain dans un cours d’eau?

Pollution sonore et chimique

Pour répondre à cette question, les autopsies sont déterminantes. Par ailleurs, le comportement de certains cétacés, comme le béluga, est encore mal compris par la communauté scientifique, notamment en ce qui concerne le fonctionnement des sociétés de ces mammifères marins.

Selon le média en ligne Le HuffPost, trois pistes sont pour l’instant privilégiées par les associations de protection du milieu marin. La première est que le béluga serait un jeune mâle dont le goût pour l’exploration l’aurait poussé à s’éloigner de son groupe. La deuxième évoque plutôt son état de santé dégradé (maladie, isolement social…) qui expliquerait son égarement. Enfin, la troisième hypothèse penche plutôt pour la pollution sonore due à un chantier à l’embouchure du Havre qui aurait désorienté l’animal.

Selon Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, qui exprime son inquiétude dans Le Journal du dimanche: «​​Les cétacés sont très sensibles au bruit et l’estuaire du Havre est une zone où le trafic maritime est très intense, ce qui a toujours été le cas. Récemment, le nouvel élément qui pourrait être en partie en cause est le chantier d’éoliennes au large de Courseulles-sur-Mer (...). »

Interrogé par Le HuffPost, Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l’association Bloom qui œuvre pour la conservation marine, abonde dans le même sens: «Leurs sonars peuvent être perturbés par les transports maritimes et les bateaux militaires qui utilisent aussi des sonars. On a régulièrement des cas dans le monde de cétacés qui échouent, qui se perdent ou qui deviennent sourds à cause des sonars liés aux activités humaines», explique-t-il. Ces mammifères marins possèdent en effet des systèmes acoustiques et des sonars internes très sensibles pour se repérer dans leur environnement.

Interrogé par Le HuffPost, Jean-Luc Jung, enseignant chercheur au Muséum national d’histoire naturelle, souligne: «Les pollutions sonores et chimiques, les modifications des habitats, le trafic maritime et les collisions sont autant d’exemples de ces impacts.»

 


Affaire Ghosn: arrestation en mai d'un suspect aux Emirats arabes Unis

L'équipe de défense de Carlos Ghosn, aujourd'hui âgé de 68 ans, n'a pas souhaité commenter l'arrestation de M. Kumar. Renault et son avocat, Me Kami Haeri, non plus. (AFP).
L'équipe de défense de Carlos Ghosn, aujourd'hui âgé de 68 ans, n'a pas souhaité commenter l'arrestation de M. Kumar. Renault et son avocat, Me Kami Haeri, non plus. (AFP).
Short Url
  • L'Indien Divyendu Kumar, directeur général du distributeur d'automobiles omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA) de 2008 à 2018, «a été localisé à Abu Dhabi et arrêté le 9 mai 2022»
  • M. Kumar, qui a aussi eu des responsabilités chez Tata Motors, est le premier homme à être arrêté sur les cinq mandats d'arrêt émis le 21 avril, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en février 2020 à Nanterre

NANTERRE : Un homme visé par l'un des cinq mandats d'arrêts émis par la justice française dans une instruction à Nanterre concernant Carlos Ghosn, l'ex-patron de Renault, a été arrêté en mai aux Emirats Arabes Unis, a appris lundi l'AFP de sources proches du dossier.

L'Indien Divyendu Kumar, directeur général du distributeur d'automobiles omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA) de 2008 à 2018, "a été localisé à Abu Dhabi et arrêté le 9 mai 2022", a précisé une source proche du dossier.

En juin, le ministère de la Justice a transmis une demande d'extradition aux autorités émiraties, a ajouté cette source.

M. Kumar, qui a aussi eu des responsabilités chez Tata Motors, est le premier homme à être arrêté sur les cinq mandats d'arrêt émis le 21 avril, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en février 2020 à Nanterre.

Un juge d'instruction soupçonne un schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption entre Carlos Ghosn et quatre responsables de SBA.

Ces quatre responsables sont le milliardaire et fondateur de SBA Suhail Bahwan, ses deux fils et l'ex directeur général de SBA, Divyendu Kumar. M. Kumar est soupçonné de "blanchiment en bande organisée", "abus de biens sociaux" et "corruption active". Carlos Ghosn en serait le bénéficiaire.

L'équipe de défense de Carlos Ghosn, aujourd'hui âgé de 68 ans, n'a pas souhaité commenter l'arrestation de M. Kumar. Renault et son avocat, Me Kami Haeri, non plus.

D'après une source proche de l'enquête, des indices graves ou concordants permettent de soupçonner que Carlos Ghosn ordonnait le versement de primes de Renault au distributeur SBA, "maquillées par un certain nombre d'écritures comptables", et dont une partie était ensuite envoyée sur des sociétés écrans appartenant à l'entourage de Carlos Ghosn.

Au fil des années, SBA, qui a obtenu le marché d'Oman en 2005, a étendu son périmètre de distribution - l'Arabie saoudite en 2010, l'Iran en 2013 - pour devenir un partenaire important de Renault.

Après l'émission des mandats d'arrêt en avril, Renault avait annoncé avoir engagé une revue stratégique de sa relation avec SBA. Depuis, "cette revue a été terminée et le contrat avec SBA n'a pas été renouvelé", a précisé une source proche du dossier à l'AFP.

Outre l'enquête à Nanterre, Carlos Ghosn est visé par une information judiciaire à Paris portant sur les contrats passés par une filiale de Renault Nissan, RNBV, et par un mandat d'arrêt de la justice japonaise, pays où l'ancien magnat de l'automobile devait être jugé pour malversations financières avant sa fuite fin 2019 pour le Liban.


Mondial: créer le «chaos» sans perdre «l'équilibre», l'équation des Bleus

TOPSHOT - L'attaquant français #10 Kylian Mbappe regarde le ballon lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
TOPSHOT - L'attaquant français #10 Kylian Mbappe regarde le ballon lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
Short Url
  • Au Qatar, l'équipe de France a retrouvé sa ligne de quatre défenseurs, comme en Russie, mais elle joue avec un joueur offensif en plus
  • Fini le trio d'attaque, place à un quatuor avec, à la baguette, Antoine Griezmann en milieu ratisseur et créateur, Olivier Giroud en pivot, Mbappé et Dembélé en feux follets sur les côtés

DOHA: Lors de ce Mondial, le danger peut venir de tous les côtés chez les Bleus, avec le roi du K.-O. Kylian Mbappé ou le créateur de "chaos" Ousmane Dembélé, au coeur d'une animation "assez imprévisible" qui impose cependant une gestion minutieuse de "l'équilibre" cher à Didier Deschamps.

Tactiquement, le sélectionneur a changé de braquet à plusieurs reprises depuis le Mondial-2018, avec l'obsession d'utiliser le système épousant au mieux les qualités de ses joueurs. Avant le départ à Doha, les derniers résultats décevants et la cascade de blessés l'ont toutefois contraint à revoir ses plans, au dernier moment.

Au Qatar, l'équipe de France a retrouvé sa ligne de quatre défenseurs, comme en Russie, mais elle joue avec un joueur offensif en plus. Fini le trio d'attaque, place à un quatuor avec, à la baguette, Antoine Griezmann en milieu ratisseur et créateur, Olivier Giroud en pivot, Mbappé et Dembélé en feux follets sur les côtés.

"L'adversaire sait qu'il y a du danger à gauche, dans l'axe, et à droite", a résumé Deschamps dimanche. Mais les ailes ne se déploient pas de la même manière.

A gauche, le latéral Theo Hernandez forme un attelage résolument attiré vers le but adverse avec Mbappé, double buteur contre le Danemark (2-1). A droite, Benjamin Pavard ou Jules Koundé se concentre sur le travail défensif en collant davantage la ligne de touche derrière Dembélé, dribbleur intenable chargé "d'amener (...) le chaos en défense", comme Deschamps l'a décrit sur TF1.


Passe Navigo: «on peut discuter de soutien» de l'Etat à l'Île-de-France, assure Beaune

Cette photographie d'archive prise le 6 mars 2020 montre un pass Navigo RATP de l'opérateur des transports publics parisiens, à Paris.  (Photo de Philippe LOPEZ / AFP)
Cette photographie d'archive prise le 6 mars 2020 montre un pass Navigo RATP de l'opérateur des transports publics parisiens, à Paris. (Photo de Philippe LOPEZ / AFP)
Short Url
  • «Le budget de la région sera voté d'ici une quinzaine de jours» et "on peut utiliser ces jours pour éviter une «situation intenable» pour les usagers, a estimé Clément Beaune
  • Dans une lettre datée du 25 novembre, la présidente LR de l'autorité régionale des transports Ile-de-France Mobilités Valérie Pécresse a évoqué la possibilité d'une hausse du Navigo à 90 euros face selon elle au «blocage du gouvernement»

PARIS: "On peut discuter de soutien et d'aide à la région Ile-de-France" pour "éviter" une hausse trop importante du passe Navigo, que la région envisage de passer à 90 euros, a estimé lundi le ministre des Transports, Clément Beaune.

"Une discussion est encore en cours", a-t-il détaillé sur RMC, promettant de "tout faire pour éviter" une hausse trop importante des tarifs de l'abonnement mensuel aux transports en commun en région parisienne. Le passe Navigo est actuellement à 75,20 euros.

Dans une lettre datée du 25 novembre et que l'AFP a consultée dimanche, la présidente LR de l'autorité régionale des transports Ile-de-France Mobilités (IDFM) Valérie Pécresse a évoqué la possibilité d'une hausse du Navigo à 90 euros face selon elle au "blocage du gouvernement".

Elle y évoque "un contexte inédit d'envolée des coûts de fonctionnement des transports franciliens, liée à la crise énergétique".

Une autre piste prévoit une augmentation à 80,80 euros si le Parlement vote une hausse de la contribution des entreprises, via un amendement au projet de loi de finances (PLF), mais le gouvernement s'oppose à une augmentation des impôts sur les entreprises.

Auparavant Valérie Pécresse, qui préside également la région Ile-de-France, avait un temps agité la menace d'un abonnement mensuel à 100 euros, puis elle avait dit espérer 80 euros.

Actuellement, les collectivités locales financent les transports franciliens à hauteur de 12%, les voyageurs 38% et les entreprises 50%.

"Je ne vais pas commenter" les documents internes d'IDFM mais "je ne souhaite pas qu’on ait des hausses de cette nature et on va tout faire pour les éviter", a réagi M. Beaune. "Il n'y a aucune justification à ce qu'on passe le Navigo à 100 euros", a-t-il estimé.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a de son côté assuré que l'Etat allait pouvoir discuter avec la région pour "identifier les voies et moyens pour éviter une hausse aussi importante que celle qui a été citée".

"Ce n'est pas le moment, certainement pas pour une hausse aussi forte", a-t-il ajouté sur France Inter, rappelant que "la décision finale" revenait toutefois à Mme Pécresse "qui peut appuyer sur le bouton ou ne pas le faire".

"Le budget de la région sera voté d'ici une quinzaine de jours" et "on peut utiliser ces jours pour éviter" une "situation intenable" pour les usagers, a estimé Clément Beaune.

Mme Pécresse a évalué à 950 millions d'euros les surcoûts d'exploitation des transports franciliens en 2023 en raison de l'explosion prévisible des tarifs de l'électricité.