Irak: une actrice poursuit The Economist après un article controversé

Taleb affirme que l'article de The Economist était une insulte non seulement pour elle, mais pour toutes les femmes arabes. (Newlines Magazine/Archives)
Taleb affirme que l'article de The Economist était une insulte non seulement pour elle, mais pour toutes les femmes arabes. (Newlines Magazine/Archives)
Short Url
Publié le Jeudi 11 août 2022

Irak: une actrice poursuit The Economist après un article controversé

  • L'article est accompagné d'une photo de Mme Taleb, 42 ans, sur scène lors d'un festival, la présentant comme «une actrice aux courbes généreuses»
  • Jeudi, Mme Taleb a assuré à l'AFP avoir lancé une «action en justice» contre The Economist, réclamant «des excuses et un dédommagement financier», sans évoquer de montants

BAGDAD: L'actrice irakienne Inas Taleb a annoncé jeudi à l'AFP avoir engagé une action judiciaire contre le magazine britannique The Economist après la publication d'un article controversé sur le surpoids des femmes dans le monde arabe illustré par une photo la représentant.

Intitulé "Pourquoi les femmes sont plus grosses que les hommes dans le monde arabe", l'article publié fin juillet entend expliquer ce qu'il voit comme l'inégalité des sexes face au surpoids et à l'obésité au Moyen-Orient.

Il a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, des internautes critiquant des propos sexistes et le recours à des généralisations.

L'article est accompagné d'une photo de Mme Taleb, 42 ans, sur scène lors d'un festival, la présentant comme "une actrice aux courbes généreuses".

L'artiste et animatrice de télévision est devenue dans les années 1990 une star du petit écran avec ses rôles dans des feuilletons irakiens.

Jeudi, Mme Taleb a assuré à l'AFP avoir lancé une "action en justice" contre The Economist, réclamant "des excuses et un dédommagement financier", sans évoquer de montants.

"Ma photo a été utilisée dans un contexte offensant pour la femme", a-t-elle indiqué par téléphone à l'AFP, assurant avoir ensuite fait l'objet de "nombreux commentaires injurieux" sur les réseaux sociaux.

Toute l'affaire "est une insulte à la femme arabe", a-t-elle estimé, déplorant que The Economist montre "une image faussée des femmes dans le monde arabe et des femmes en surpoids".

Mercredi, sur son compte Instagram suivi par neuf millions d'abonnés, Mme Taleb a partagé une vidéo de son avocate britannique, qui évoque "l'affaire de diffamation contre The Economist".

L'avocate dénonce un "préjudice grave à sa personne et à sa carrière avec la publication de sa photo".

La députée et ancienne ministre irakienne Evan Gabro a appelé à la solidarité avec Mme Taleb, "après l'insulte dont elle a été victime, elle et la femme irakienne et arabe".

Zahraa Ghandour, actrice et cinéaste irakienne, dénonce "le regard arrogant des médias occidentaux" et une tendance à "renforcer les stéréotypes".

Interrogée par l'AFP, elle espère que l'incident "servira de leçon" au magazine britannique "qui réfléchira à deux fois avant de parler des femmes arabes".


Une campagne d’alphabétisation à Al-Baha touche plus de 1400 élèves

Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Short Url
  • La campagne fonctionne à travers 32 centres éducatifs à travers la région.
  • Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales.

RIYAD : Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1410 apprenants adultes, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

L’initiative, baptisée « Al-Baha sans analphabétisme », est un effort conjoint de l’Administration générale de l’éducation du secteur Al-Aqiq d’Al-Baha et de plusieurs organismes gouvernementaux.

La campagne opère à travers 32 centres éducatifs à travers la région, avec 12 centres pour hommes qui accueillent 390 étudiants et 20 centres pour femmes qui accueillent 1057 apprenants. Ces centres sont dotés d’un personnel éducatif et administratif qualifié, soutenu par 27 participants supplémentaires.

Dr. Abdulkhaleq Al-Zahrani, directeur général de l’éducation à Al-Baha, a souligné l’alignement de la campagne sur les priorités nationales. « La promotion de l’alphabétisation est une approche civilisée défendue par nos dirigeants », a-t-il déclaré. « Cela fait partie de notre engagement envers l’apprentissage continu et la préparation d’une génération instruite capable de servir son pays et sa collectivité. »

Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales, en offrant des compétences de base en alphabétisation aux côtés de l’éducation religieuse, culturelle, sociale et sanitaire. Elle met également l’accent sur le renforcement de l’identité nationale et de l’engagement civique.

Actuellement dans sa phase estivale, la campagne a vu la participation enthousiaste des apprenants adultes désireux d’acquérir des compétences en lecture et en écriture. Le programme va au-delà de l’alphabétisation de base pour inclure l’amélioration du sentiment d’appartenance nationale, de la littératie numérique, de la sensibilisation à la santé, de l’éducation environnementale et de l’apprentissage de l’utilisation des systèmes et des applications électroniques.

Selon SPA, l’initiative rassemble des ressources d’organismes gouvernementaux et d’organismes sans but lucratif pour offrir une expérience éducative holistique. Il vise à développer les compétences de vie et à atteindre des objectifs éducatifs et culturels, en assurant une éducation de qualité pour tous les bénéficiaires. Ses objectifs comprennent également la réduction des taux d’analphabétisme, la promotion du patriotisme et de l’amour pour le pays et son leadership, et la sensibilisation aux divers enjeux religieux, sociaux, sanitaires, économiques, environnementaux et culturels.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le chien de garde des armes chimiques se réunit au milieu des tensions mondiales

L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, a conduit la délégation saoudienne au conclave de quatre jours. (SPA)
L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, a conduit la délégation saoudienne au conclave de quatre jours. (SPA)
Short Url
  • Dans son discours au Conseil, Al-Attiyah a réaffirmé l’engagement indéfectible de l’Arabie saoudite à renforcer la coopération internationale dans l’interdiction et la non-prolifération de toutes les armes de destruction massive.
  • « Cette coopération ouvrira de nouveaux horizons et de nouvelles voies pour résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré Al-Attiyah, exhortant toutes les parties concernées à travailler ensemble de manière constructive.

RIYAD : La 106ème session du conseil exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a commencé à La Haye.

L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, dirigera la délégation saoudienne au conclave de quatre jours, qui se déroulera du 9 au 12 juillet.

Dans son discours au Conseil, Al-Attiyah a réaffirmé l’engagement indéfectible de l’Arabie saoudite à renforcer la coopération internationale dans l’interdiction et la non-prolifération de toutes les armes de destruction massive, soulignant le rôle central de l’OIAC dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité internationales.

« L’utilisation d’armes chimiques ou de produits chimiques toxiques comme armes, n’importe où, par n’importe qui, en toutes circonstances, est odieuse et constitue une violation flagrante de la Convention sur les armes chimiques et des principes établis du droit international », a déclaré Al-Attiyah, faisant écho à la position inébranlable du Royaume sur la question.

Al-Attiyah a réaffirmé la condamnation de ces crimes et a souligné l’importance de la mise en œuvre des récentes résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU concernant la proposition d’un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

L’ambassadeur saoudien a réitéré l’appui du Royaume à la demande de la Palestine au secrétariat technique de l’OIAC pour un suivi étroit de la situation dans les territoires occupés. Il a exprimé la satisfaction de la délégation saoudienne pour la réponse du directeur général à l’appel, soulignant la confiance du Royaume dans la capacité du secrétariat à remplir ses obligations en vertu de la Convention sur les armes chimiques, en particulier pour répondre à toute évolution dans les territoires palestiniens.

Al-Attiyah a également salué les décisions récentes de la Norvège, de l’Espagne, de l’Irlande, de la Slovénie et de l’Arménie de reconnaître la Palestine en tant qu’État, exhortant la communauté internationale à faire de même et à reconnaître la Palestine à l’intérieur de ses frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, afin que le peuple palestinien puisse garantir ses droits légitimes et réaliser une paix globale, juste et durable.

Sur la question du programme d’armes chimiques de la Syrie, l’envoyé saoudien a salué le 27e cycle de consultations entre l’OIAC et Damas. Il a souligné l’importance de maintenir un esprit renouvelé de coopération dans un cadre technique pour résoudre toutes les questions en suspens.

« Cette coopération ouvrira de nouveaux horizons et de nouvelles voies pour résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré Al-Attiyah, exhortant toutes les parties concernées à travailler ensemble de manière constructive.

L’Arabie saoudite a également félicité l’Algérie pour la désignation de son Institut national des preuves médico-légales et de criminologie comme nouveau laboratoire de l’OIAC, marquant une étape importante pour le continent africain dans le domaine de l’analyse chimique.

Alors que la communauté mondiale est aux prises avec de nouvelles menaces, y compris les implications de l’intelligence artificielle dans la guerre chimique, Al-Attiyah a souligné la nécessité de tirer parti de tous les mécanismes existants au sein de l’OIAC pour relever efficacement ces défis. Il a salué la prochaine conférence qui sera organisée conjointement par le Maroc et le secrétariat technique de l’OIAC à Rabat. La conférence portera sur le rôle de l’IA dans l’amélioration de la mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com