Protéger les femmes

Des Tunisiennes manifestent le 6 mars 2021 à Tunis contre les violences faites aux femmes (Photo, AFP).
Des Tunisiennes manifestent le 6 mars 2021 à Tunis contre les violences faites aux femmes (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 août 2022

Protéger les femmes

  • Il est temps d’assurer à toutes ces femmes le droit de respirer
  • Les violences contre les femmes ne sont pas des questions mineures qui relèvent de brèves ou de faits divers

En Tunisie, près d’une cinquantaine de femmes sont tuées chaque année. Rien que pour l’année 2013, le ministère de l’Intérieur a révélé que 46 femmes avaient été tuées intentionnellement, à la suite de violences graves à leur encontre, sur 7.861 femmes qui avaient été soumises à différents types de violence. Ces chiffres confirment l’escalade de la violence à l’égard des femmes ces dernières années.

Mais les violences contre les femmes ne sont pas des questions mineures qui relèvent de brèves ou de faits divers. Il ne s’agit pas d’«incidents» isolés, d’affaires familiales privées ou de «coutumes locales» intangibles, mais bien de très graves problèmes de société. Les attaques à l’acide, les crimes dits «d’honneur», l’inceste, les infanticides et fœticides sexospécifiques, les mariages précoces et/ou forcés, les mutilations génitales féminines, les viols, les violences conjugales et le (cyber) harcèlement sont des violences sexistes. Elles sont fondées sur un système patriarcal qui instaure entre les hommes et les femmes des relations de pouvoir et de domination. Dans un pays où le Code du statut personnel existe depuis 60 ans, il est ahurissant de constater que les hommes qui commettent ces violences peuvent être universitaires, artistes, commerçants, étudiants, ouvriers ou chômeurs. Les femmes qui en sont victimes peuvent être médecins, architectes, universitaires, infirmières, femmes au foyer ou secrétaires.

Elles meurent étranglées, poignardées, brûlées vives, rouées de coups, parfois sous les yeux de leurs enfants, parfois en pleine rue. Pourtant, certains s’escriment à relativiser l’étendue et l’horreur des violences subies par les femmes. En vérité, ils  ont l’indécence de la temporiser pour ne pas agir. De ce fait, ils ne font qu’encourager les agresseurs à aller de l’avant en toute impunité. Car violenter une femme, la terroriser et parfois la tuer dénote le fait qu’elle représente une altérité. Cette altérité se résume pourtant à une liberté qui ne coïncide pas toujours avec celle d’un homme qui n’arrive pas encore à supporter que sa compagne existe autrement que pour lui. Cette emprise sexiste est tellement ancrée dans nos mentalités et dans nos pratiques que certains hommes se sont habitués à l’impunité.Ces femmes livrées à elles-mêmes et à ceux qui les détruisent ne trouvent pas le soutien adéquat malgré la loi.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Festival Oasis : «Into The Wild» a rassemblé 600 festivaliers à Dakhla

Festival Oasis : «Into The Wild» a rassemblé 600 festivaliers à Dakhla (Photo fournie).
Festival Oasis : «Into The Wild» a rassemblé 600 festivaliers à Dakhla (Photo fournie).
Short Url
  • Les aficionados de musique électronique ont vu la crème des platines se succéder sur scène
  • «Into The Wild» se veut également une vitrine promouvant le potentiel inouï des régions du Maroc et leur diversité

Clap de fin pour «Into The Wild», concept éclectique dérivé du Festival Oasis, qui a fait vibrer les dunes de Dakhla, les 23 et 24 septembre 2022. Près de 600 festivaliers venus de France, Angleterre, Japon et bien d’autres horizons se sont donné rendez-vous dans le sud du Royaume, pour se délecter des sets électroniques et des spécialités de la région.

«Into The Wild» marche dans les pas de son aîné, Festival Oasis, avec une première édition qui s’est clôturée en beauté. Les aficionados de musique électronique ont vu la crème des platines se succéder sur scène avec Agoria, Âme, Anja Schneider, Capra, MYD, Lakuti, Mind Against, Tama Sumo ou encore Jyoty. Le line-up était également aux couleurs du Maroc avec la participation du duo Wahm et celle des DJ Yasmean, AMVN et la figure de proue de la scène marocaine, Amine K, qui a embrasé la piste de danse en clôture du festival.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La vision stratégique nationale du tourisme à l’horizon 2035

La Cheffe du gouvernement, Najla Bouden avec le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Belhassine (Photo fournie).
La Cheffe du gouvernement, Najla Bouden avec le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Belhassine (Photo fournie).
Short Url
  • Le ministre du Tourisme a souligné que cette vision vise à faire du tourisme, un moteur important du développement économique
  • Il s’agit de faire de la Tunisie, l’une des destinations les plus compétitives et pérenne dans le monde

L’examen des axes de la vision stratégique nationale du tourisme tunisien à l’horizon 2035, a été au centre de l’entretien qu’a eu mardi à la Kasbah, la Cheffe du gouvernement, Najla Bouden avec le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Belhassine, à l’occasion de la célébration de la journée internationale du tourisme sur le thème « repenser le tourisme ».

Le ministre du Tourisme a souligné que cette vision vise à faire du tourisme, un moteur important du développement économique, social et environnemental, sur tout le territoire tunisien, d’ici 2035. Il s’agit de faire de la Tunisie, l’une des destinations les plus compétitives et pérenne dans le monde, à travers la diversification de ses produits touristiques et l’attraction de nouveaux marchés, d’après un communiqué publié par la Présidence du gouvernement.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Comment la situation à Téhéran va-t-elle évoluer ?

Les manifestations ébranlent le régime de Téhéran (Photo, AFP).
Les manifestations ébranlent le régime de Téhéran (Photo, AFP).
Short Url
  • Il s'agit là du développement le plus spectaculaire des quatre dernières décennies en Iran
  • Le régime iranien s'effrite morceau après morceau

Alors que des gens en colère affluent dans les rues de la plupart (sinon de toutes) les villes iraniennes, il est largement admis qu'il s'agit là du développement le plus spectaculaire des quatre dernières décennies en Iran. Pourtant, malgré leur gravité, ces manifestations ne sont pas susceptibles de faire chuter le régime actuel, contrairement aux manifestations de 1979 qui avaient renversé le Shah. Après tout, le régime d'aujourd'hui est plus violent. Pourtant, bien que toujours debout, et bien qu'encore loin de s'effondrer, il s'effrite morceau par morceau.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.