Ukraine: «Les risques augmentent chaque jour» à la centrale nucléaire de Zaporijjia

Plusieurs bombardements dont les deux parties s'accusent mutuellement ont visé la centrale de Zaporijjia depuis la semaine dernière, faisant craindre une catastrophe nucléaire et provoquant jeudi une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. (AFP).
Plusieurs bombardements dont les deux parties s'accusent mutuellement ont visé la centrale de Zaporijjia depuis la semaine dernière, faisant craindre une catastrophe nucléaire et provoquant jeudi une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 août 2022

Ukraine: «Les risques augmentent chaque jour» à la centrale nucléaire de Zaporijjia

  • «Les risques augmentent chaque jour», a déclaré le maire d'Energodar, dénonçant un «terrorisme nucléaire pur et simple» de la Russie
  • Energodar est, comme la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée depuis début mars par les troupes russes

ZAPORIJJIA : Les risques autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, que Moscou et Kiev s'accusent depuis plus d'une semaine de bombarder, "augmentent chaque jour", a jugé dimanche le maire de la ville où elle est située.

Dmytro Orlov, le maire d'Energodar où se trouve le complexe, a dénoncé par téléphone auprès de l'AFP un "terrorisme nucléaire pur et simple" de la Russie qui "peut se terminer de façon imprévisible à n'importe quel moment".

"Les risques augmentent chaque jour (...) Des tirs de mortier sur la centrale nucléaire sont effectués chaque jour et chaque nuit depuis les villages occupés", a-t-il ajouté. "La situation est grave et le plus préoccupant est qu'il n'y a pas de processus de désescalade", selon l'élu.

Energodar est, comme la centrale, occupée depuis début mars par les troupes russes. Fidèle à Kiev, Dmytro Orlov a trouvé refuge à Zaporijjia, la grande ville de la région.

Selon lui, Energodar a commencé durant les dernières 24 heures à être bombardée, "ce qui n'était jamais arrivé auparavant" et a tué dimanche un civil de 45 ans.

"Limitez votre présence dans les rues d'Energodar! Nous avons reçu des informations sur de nouvelles provocations de la part des occupants" russes, a indiqué sur Telegram l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom. "Selon les témoignages des habitants, des bombardements sont à nouveau en cours en direction de la centrale (...) L'intervalle entre le départ et l'arrivée des tirs est de 3-5 secondes".

"Bien sûr, nous sommes inquiets, car la centrale nucléaire se trouve à proximité", confie Viktor Shabanin, un habitant de 57 ans du village de Vyshchetarasivka, situé sur l'autre rive du Dniepr face à la centrale. "Quand les fenêtres explosent, l'onde expansive va souvent dans notre direction. Donc, nous sommes exposés immédiatement aux radiations, qui se propagent aussi dans l'eau".

En fin de journée samedi, les renseignements militaires ukrainiens avaient affirmé que "les occupants (russes) bombardent la centrale (...) depuis le village de Vodiané, situé à proximité immédiate, sur la rive droite du Dniepr", le fleuve qui sépare les zones aux mains des Russes de celles contrôlées par les Ukrainiens.

L'une des frappes a endommagé une unité de pompage et une autre "a entraîné la destruction partielle du service d'incendie responsable de la sécurité de la centrale nucléaire", selon les renseignements ukrainiens, qui ont également accusé les forces russes de "préparer des provocations sous drapeau ukrainien".

«Chantage» nucléaire

De leur côté, les autorités d'occupation installées par la Russie dans les zones conquises dans la région de Zaporijjia ont accusé les forces ukrainiennes d'être à l'origine de ces tirs.

"Energodar et la centrale nucléaire de Zaporijjia sont à nouveau sous le feu des militants (du président ukrainien Volodymyr) Zelensky", a déclaré sur Telegram un membre de l'administration prorusse, Vladimir Rogov.

Les projectiles sont tombés "dans des zones situées sur les berges du Dniepr et dans la centrale", a-t-il affirmé, sans faire état de victime ni de dégâts.

Les premières frappes, le 5 août, avaient notamment touché un transformateur de ligne électrique à haute tension, entraînant l'arrêt automatique du réacteur n°3 de la plus grande centrale nucléaire d'Europe et le démarrage de ses groupes électrogènes de secours.

Samedi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait dénoncé un "chantage russe" autour du site, accusant Moscou d'utiliser la centrale comme base d'attaque pour que l'armée ukrainienne ne puisse pas riposter et demandant "de nouvelles sanctions contre la Russie" afin de "bloquer l'industrie nucléaire russe".

Dans son allocution quotidienne dimanche, il a prévenu ses concitoyens que "dans un futur proche, le parlement d'Ukraine va devoir prendre une décision sur l'extension de la loi martiale et de la mobilisation générale".

Puis, s'adressant à la population russe, il a lancé : "Lorsque le mal atteint de telles proportions, le silence des gens est proche de la complicité (...) Si vous avez la citoyenneté russe et que vous restez silencieux, cela signifie que vous ne vous battez pas, ce qui signifie que vous soutenez" la guerre.

Démilitarisation

Le bombardement de la centrale fait craindre une catastrophe nucléaire, ce qui a entraîné jeudi une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les autorités ukrainiennes, soutenues par leurs alliés occidentaux, appellent à la démilitarisation de la zone et au retrait des forces de Moscou.

Dans la région de Kherson (sud), l'Ukraine a affirmé avoir quasiment isolé les troupes russes déployées sur la rive ouest du Dniepr par des bombardements qui ont rendu les trois ponts de la zone impraticables.

"Les seuls moyens de traverser le fleuve pour l'occupant sont des pontons près du pont Antonivski mais ils ne pourront pas totalement répondre à leurs besoins en équipement et en munitions", a déclaré un député régional, Serguiï Khlan.

Les troupes russes se sont emparées le 3 mars de Kherson, sur le fleuve Dniepr, la seule capitale régionale qu'elles ont jusqu'à présent réussi à conquérir.

Selon le député, "la Russie transfère ses centres de commandement de la rive droite du fleuve vers la gauche, consciente qu'en cas d'escalade, ils ne pourront pas être évacués à temps".

Il a estimé à 20.000 le nombre de soldats russes présents sur la rive droite du fleuve et précisé qu'ils peuvent toujours "traverser les ponts abîmés à pied".

Parallèlement, le premier navire affrété par les Nations unies pour transporter des céréales ukrainiennes a été chargé dimanche de 23.000 tonnes de blé et est prêt à prendre la mer vers l'Éthiopie, a annoncé le ministre ukrainien de l'Infrastructure, Oleksandre Koubrakov.


Washington annonce débloquer encore 1,1 milliard de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine

Le High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS) est photographié lors de l'exercice militaire «Namejs 2022» lundi à Skede, en Lettonie. (Photo, AFP)
Le High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS) est photographié lors de l'exercice militaire «Namejs 2022» lundi à Skede, en Lettonie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette nouvelle aide «démontre l'engagement des Etats-Unis à continuer à soutenir l'Ukraine à long terme», souligne le communiqué
  • Cette nouvelle tranche porte l'aide militaire américaine à l'Ukraine à 16,2 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe du pays le 24 février et 16,9 milliards depuis l'arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021

WASHINTON: Le Pentagone a annoncé mercredi une nouvelle tranche d'aide militaire de 1,1 milliard de dollars à l'Ukraine, sous la forme de commandes d'armement à l'industrie de défense américaine. 

Cette nouvelle aide, destinée à renforcer la défense du pays à moyen et long terme, comprend notamment 18 systèmes d'artillerie de précision Himars, 150 véhicules blindés "Humvees", 150 véhicules tactiques tracteurs d'armement, des radars et des systèmes de défense anti-drones, a précisé le ministère de la Défense américain dans un communiqué. 

Il ne s'agit pas d'armement destiné aux forces ukrainiennes qui combattent actuellement contre les forces russes dans l'est et le sud du pays, mais d'équipements qui ne seront pas livrés à Kiev avant plusieurs mois. 

Cette nouvelle aide "démontre l'engagement des Etats-Unis à continuer à soutenir l'Ukraine à long terme", souligne le communiqué. 

Elle "représente un investissement pluriannuel en capacités indispensables au renforcement durable des forces armées ukrainiennes, au moment où elles défendent la souveraineté et le territoire de l'Ukraine face à l'agression russe", a ajouté le Pentagone. 

Cette nouvelle tranche porte l'aide militaire américaine à l'Ukraine à 16,2 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe du pays le 24 février et 16,9 milliards depuis l'arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021. 


Sanctions: Bruxelles propose aux 27 de plafonner le prix du pétrole russe

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 septembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous n'acceptons pas les référendums fictifs et toute forme d'annexion en Ukraine. Et nous sommes déterminés à faire payer le Kremlin pour cette nouvelle escalade», a expliqué Ursula von der Leyen
  • La Commission a également proposé de nouvelles interdictions d'importations de produits russes pour 7 milliards d'euros et d'étendre la liste des produits qui ne peuvent plus être exportés vers ce pays

BRUXELLES: La Commission européenne a proposé mercredi aux Etats membres de l'UE de plafonner le prix du pétrole russe et d'ajouter de nouvelles restrictions aux échanges commerciaux avec Moscou, a annoncé sa présidente Ursula von der Leyen. 

"Nous n'acceptons pas les référendums fictifs et toute forme d'annexion en Ukraine. Et nous sommes déterminés à faire payer le Kremlin pour cette nouvelle escalade", a expliqué la présidente de l'exécutif européen au cours d'un point de presse avec le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. 

Les nouvelles mesures doivent encore être approuvées à l'unanimité par les Vingt-Sept pour être adoptées. 

L'UE a déjà convenu d'interdire l'achat de pétrole russe et son acheminement par voie maritime à partir du 5 décembre, a rappelé Mme von der Leyen. 

"Mais nous savons que certains pays en développement ont encore besoin de certains approvisionnements en pétrole russe, à bas prix. C'est pourquoi le G7 a accepté le principe de l'introduction d'un plafonnement du prix du pétrole russe pour les pays tiers", a-t-elle ajouté. 

"Ce plafonnement du prix du pétrole contribuera à réduire les revenus de la Russie d'une part, et à maintenir la stabilité du marché mondial de l'énergie d'autre part", a-t-elle insisté. 

La Commission a également proposé de nouvelles interdictions d'importations de produits russes pour 7 milliards d'euros et d'étendre la liste des produits qui ne peuvent plus être exportés vers ce pays. 

"L'objectif est de priver le complexe militaro-industriel du Kremlin de technologies clés. Il s'agit par exemple de composants aéronautiques supplémentaires ou de composants électroniques et de substances chimiques spécifiques", a précisé Mme von der Leyen. 

Les Etats membres sont également appelés à "interdire à leurs ressortissants de siéger dans les instances de direction des entreprises publiques russes". "La Russie ne devrait pas bénéficier des connaissances et de l'expertise européennes", a affirmé la présidente de la Commission. 

Josep Borrell a pour par sa part détaillé une proposition pour élargir la liste noire des personnes interdites d'entrée dans l'UE et dont les avoirs sont gelés. Y seraient ajoutés les dirigeants pro-russes des régions de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijjia impliqués dans l'organisation des référendums d'annexion, ainsi que des responsables militaires et des acteurs de l'économie "qui ne seront pas nécessairement russes mais qui participent au contournement des sanctions européennes", a-t-il expliqué. 

Toutes ces mesures complètent les six paquets de sanctions adoptées par l'UE depuis le début de la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine. 


Football: un acte raciste fait tache lors de la rencontre entre le Brésil et la Tunisie

Le match entre le Brésil et la Tunisie, a fini sur le score de 5-1 pour la Seleçao. Photo, AFP)
Le match entre le Brésil et la Tunisie, a fini sur le score de 5-1 pour la Seleçao. Photo, AFP)
Short Url
  • Le match a été brièvement interrompu en première période après l’usage de lasers des supporters tunisien visant les joueurs de la Seleçao
  • Une banane lancée par des supporters tunisiens au pied de Richarlison a déclenché le courroux de la sélection brésilienne et de la Fédération brésilienne de football qui ont dénoncé un geste raciste

PARIS: Mardi soir au Parc des Princes, tous les ingrédients semblaient réunis pour faire du match Brésil-Tunisie de préparation à la Coupe du monde, qui débutera le 17 novembre au Qatar, une fête du football. 

Mais avant même le coup d'envoi de la rencontre, les supporters tunisiens qui remplissaient les gradins du stade n’ont pas pu modérer leur fougue: l’hymne national brésilien avait à peine retenti que des sifflements ont fusé des gradins, comme pour réduire au silence le chant patriotique brésilien.

Et ce n’était là qu’un début. Tout au long de la rencontre, à chaque fois que les joueurs de la Seleçao touchaient le ballon, ils étaient conspués copieusement par les supporters tunisiens. Sur le carré vert, les Aigles de Carthage, poussés par leurs fans, ont montré de belles choses: même après un premier but des Brésiliens, ils ont pu égaliser. Mais ils n’ont pas su poursuivre sur leur lancée: dans la minute suivante, ils encaissé un second but.  

La suite de la rencontre s’est déroulée à sens unique: l'écart de niveau entre les deux sélections s’est révélé énorme. À la 29e minute, la star de la Seleçao a plié le match en inscrivant un troisième but sur penalty. Match plié d’avance donc, mais les débordements, eux, n’ont fait que s’amplifier.

 Le match a en effet été brièvement interrompu en première période à la suite de l’usage de lasers visant les joueurs et poussant le speaker du stade à appeler les supporters à cesser d’utiliser ces dispositifs.

Mais l'événement qui a provoqué le courroux de la sélection brésilienne et de la Fédération brésilienne de football, c’est le lancer d’une banane par des supporters tunisiens au pied de Richarlison, alors que ce dernier venait de marquer un but et le fêtait au point du corner avec ses coéquipiers. 

«J'ai vu la vidéo dans le vestiaire. C'est dommage», a déclaré Thiago Silva, défenseur de la Seleçao après le match. C'est difficile de voir des images comme ça. On voit encore ce genre de choses... Malheureusement, on ne peut pas changer la mentalité des gens. J’espère qu’ils seront conscients que ça ne peut plus arriver. C’est le passé, il faut changer. Je suis triste d’avoir vu ce geste. Ce n’est pas le foot.»

La Confédération brésilienne de football (CBF) n’a pas tardé à fermement réagir sur son compte Twitter: «Lamentablement, après une action, une banane a été lancée sur la pelouse en direction de Richarlison, auteur du deuxième but brésilien. La CBF réaffirme sa position dans la lutte contre le racisme et rejette toute forme de préjugés.»

Présent à Paris, le président de la CBF ne cachait pas sa colère dans des propos rapportés par le site Globo.com. «Une fois de plus, j’exprime publiquement mon rejet. Cette fois, j’ai pu le voir [le racisme] de mes yeux, a déclaré Ednaldo Rodrigues. Nous devons toujours nous rappeler que nous sommes tous égaux, peu importe notre couleur, notre race ou notre religion… J’insiste pour dire que les peines doivent être plus sévères.»

L’ironie de l’histoire – et ce qui rend encore plus grave ce geste des supporters tunisiens – c’est qu’avant le coup d’envoi de la rencontre, les joueurs brésiliens avaient posé avant le match avec une banderole contre le racisme: «Sans nos joueurs noirs, nous n’aurions pas d’étoile [de champions du monde] sur notre maillot.» Un message de soutien pour un des attaquants de la Seleçao, Vinicius Junior, visé par des chants racistes lors d’un match du Real Madrid sur le terrain de son voisin, l’Atlético. 

Le match, pas si amical que ça, a fini sur le score de 5-1 pour le Brésil.