Rentrée culturelle : 4 festivals marocains à ne pas rater dès septembre

Côté line-up, aucune tête d'affiche n'est annoncée pour le moment, mais le festival promet une programmation spéciale mêlant swing, blues, rock, soul, world music et électro Jazz (Photo, Le Matin).
Côté line-up, aucune tête d'affiche n'est annoncée pour le moment, mais le festival promet une programmation spéciale mêlant swing, blues, rock, soul, world music et électro Jazz (Photo, Le Matin).
Short Url
Publié le Mercredi 17 août 2022

Rentrée culturelle : 4 festivals marocains à ne pas rater dès septembre

  • Au programme, 20 concerts et de multiples animations en accès libre
  • Au festival Tanjazz, le plus ancien d'Afrique du Nord, l'exotisme arabe se mêle aux sonorités du jazz

Véritable hub culturel, le Maroc continue d’accueillir de nombreux festivals d’exception, célébrant plusieurs genres musicaux. Après plus de deux ans de pandémie, c’est une rentrée trépidante qui attend les amateurs de festivals. 

Le Festival Tanjazz 

Les amateurs de la musique jazz vont être ravis. Tout comme de nombreux événements artistiques, le Tanjazz a été contraint de s’arrêter pendant la crise du coronavirus mais marque désormais un retour en force.

Le festival tangerois aura lieu, du 22 au 24e septembre, pour sa 21e édition, renouant avec la Perle du Détroit avec trois jours de fête au Palais des Institutions Italiennes.

Au programme, 20 concerts et de multiples animations en accès libre, que le public découvrira à travers différents circuits dans la ville. Côté line-up, aucune tête d'affiche n'est annoncée pour le moment, mais le festival promet une programmation spéciale mêlant swing, blues, rock, soul, world music et électro Jazz. 

Au festival Tanjazz, le plus ancien d'Afrique du Nord, l'exotisme arabe se mêle aux sonorités du jazz, mais il y a aussi place à l'éclectisme des rythmes marocains gnawa, blues, swing, funky, rock ou soul. Ce sont des groupes émergents et consacrés, et des artistes de prestige international reconnu, venant non seulement d'Europe, mais aussi de pays comme l'Inde, le Sénégal, le Liban, le Japon, les États-Unis, l'Argentine ou Cuba, entre autres. 

Ainsi, des artistes tels que Cécile McLorin Salvant, Circular Time, les Ambassadeurs du Swing, Craig Sutton ou le Majorquin de parents guinéens Concha Buika sont passés par Tanger.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Palmarès du 15e Festival international du film de femmes de Salé

Le FIFFS a attribué le grand Prix du film documentaire à «Among Us Women» (Photo, Le Matin).
Le FIFFS a attribué le grand Prix du film documentaire à «Among Us Women» (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Il s’agit d’une histoire de communication entre femmes de différentes générations
  • Le film traite les tabous sur les obligations de maternité imposées à certaines femmes, et le refus d'être mère

La comédie féministe «Ninjababy» de la réalisatrice norvégienne Yngvild Sve Flikke a remporté le grand Prix du 15e Festival international du film de femmes de Salé (FIFFS) organisé du 26 septembre au 1er octobre. Ce long métrage, distingué dans plusieurs événements internationaux, met en question l'instinct maternel en utilisant l'incrustation animée. Le film met en scène Ninjababy, personnage animé sorti du carnet à dessins de Rakel (23 ans) qui découvre qu’elle est enceinte de six mois après une aventure pas très romantique d’une nuit.

L’avortement n’étant plus une option, l’adoption est la seule solution. C’est alors que débarque Ninjababy, ce fœtus non désiré au bandeau noir troué sur les yeux, qui s’obstine à faire de la vie quotidienne de Rakel un véritable enfer. Le film traite les tabous sur les obligations de maternité imposées à certaines femmes, et le refus d'être mère. D’une manière rafraichissante, il pousse à réfléchir sur le sujet et surtout à en discuter. Le trophée de la première œuvre a été décerné à la réalisatrice slovéno-australienne Sara Kern pour son film «Moja Vesna». Ce long métrage raconte l’histoire d’une famille d’immigrés selon la perspective d’une fillette de dix ans. Après la mort soudaine de sa mère, Moja devient de façon inattendue l’adulte de sa famille fragmentée, essayant de réunir Vesna, sa sœur aînée troublée, et son père distant. Pour sa part, le film «El Agua» de Elena López Riera a reçu le Prix spécial du jury.

Il s’agit d’une histoire de communication entre femmes de différentes générations. C’est l’été dans un petit village du sud-est espagnol. Une tempête menace de faire déborder à nouveau la rivière qui le traverse. Une ancienne croyance populaire assure que certaines femmes sont prédestinées à disparaître à chaque nouvelle inondation…

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les réseaux sociaux, amis ou ennemis ?

Les langues se délient et les révélations se succèdent pour dénoncer des comportements complètement déviants (Photo, AFP).
Les langues se délient et les révélations se succèdent pour dénoncer des comportements complètement déviants (Photo, AFP).
Short Url
  • Les nouvelles technologies de communication, font que les actes de corruption sont aujourd’hui de plus en plus dénoncés
  • Nous savons que certains secteurs et certains métiers provoquent les tentations et attirent les personnes malhonnêtes

Le recours à des méthodes controversées et illicites compromet de plus en plus la crédibilité de certains corps professionnels. Une crédibilité menacée aujourd’hui par des hommes et des femmes qui bafouent l’honneur du métier. La question de la corruption, avec tout ce qu’elle comporte pour autant d’appréhension, de jugement et d’interprétation, ne plaide pas en faveur d’une réputation sans tache pour différentes parties prenantes. 

Définie comme le fait de solliciter, d’offrir, de donner ou d’accepter une commission illicite en échange d’une action qui affecte le comportement ou l’exercice normal de la fonction du bénéficiaire, il est cependant difficile de dire si la corruption est plus ou moins présente que par le passé. Les nouvelles technologies de communication, telles que les réseaux sociaux, font que les actes de corruption sont aujourd’hui de plus en plus dénoncés dans un monde où l’argent est devenu pratiquement maître absolu. Les langues se délient et les révélations se succèdent pour dénoncer des comportements complètement déviants…

Nous savons que certains secteurs et certains métiers provoquent les tentations et attirent les personnes malhonnêtes. Tout, ou presque, est sujet à des pratiques douteuses. Il faut dire que tant qu’il y a de l’argent sur et sous la table, la corruption tourne à plein régime. 

Encore un acte de malversation et de perversion qui ternit, de toute évidence, l’image du pays. Mais dans un contexte pas toujours linéaire et dans une ambiance orientée souvent vers la diabolisation, seuls les actes peuvent-ils définir les responsabilités ?

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le Liban et l'immense insuffisance de la culture politique démocratique arabe

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, assiste à une session parlementaire pour élire un nouveau président à Beyrouth le 29 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, assiste à une session parlementaire pour élire un nouveau président à Beyrouth le 29 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Aujourd'hui, le Liban vit une Nakba
  • La chose n'est pas sans paradoxe

Imaginez si les intellectuels arabes, à l'époque nationaliste des années 50 et 60, s'étaient comportés comme si la Nakba palestinienne ne les concernait pas. Un tel comportement aurait été considéré comme une grave lacune dans leurs qualités nationalistes, voire comme une collusion avec l'ennemi du nationalisme. Rien de tel ne s'est produit, et les intellectuels nationalistes arabes ont été dépassés par un excès de zèle nationaliste, avec tout l'enthousiasme qui l'a emporté sur ses réalisations.

Aujourd'hui, le Liban vit une Nakba. C'est aussi une calamité arabe, et elle a des implications pour la liberté et de nombreuses caractéristiques du progrès. Cependant, l'impact de cette calamité sur la culture politique arabe, y compris son segment démocratique, est à peine visible. Cela se produit à un moment qui avait été inauguré par les révolutions arabes avec leurs revendications de liberté.

La chose n'est pas sans paradoxe.

Certes, beaucoup ont exprimé leur sincère regret, secouant la tête en signe de désapprobation ou manifestant de la tristesse pour Beyrouth. Cependant, il a rarement semblé avoir été profondément perçu comme une calamité pour la liberté, et l'ampleur ou l'importance de cette calamité a rarement été notée.

Bien sûr, le Liban ne souffre pas de la perte de territoire ou de l'occupation étrangère directe.

Cependant, ce qui est fait face est plus dangereux…

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.