Une femme libanaise brûlée par son mari pour une grossesse non désirée

Hana Mohammed Khodor, (à gauche) est dans un état critique, souffrant de brûlures couvrant l’intégralité de son corps (Photo fournie).
Hana Mohammed Khodor, (à gauche) est dans un état critique, souffrant de brûlures couvrant l’intégralité de son corps (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 17 août 2022

Une femme libanaise brûlée par son mari pour une grossesse non désirée

  • Une femme enceinte de cinq mois perd son fœtus et «lutte pour sa vie»
  • Selon un ami de la famille, son état est «délicat et sérieux», avec une facture d'hôpital s’élevant à plusieurs milliers d’euros

DUBAÏ: Une femme libanaise lutte pour sa vie après avoir été brûlée par son mari qui l'a violentée pour une grossesse non désirée, dans un contexte de crise économique au Liban.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a été transportée d'urgence à un hôpital au Liban, dans un état critique, souffrant de brûlures couvrant tout son corps. Son mari l'aurait brûlée à l’aide d’une bonbonne de gaz.

Le mari, identifié comme A.A., aurait sauvagement battu sa femme enceinte de cinq mois et se serait disputé avec elle pour avoir refusé d'avorter, selon les médias locaux.

A.A. n’aurait pas voulu de l'enfant pour éviter un fardeau financier supplémentaire, lui et sa femme venant de milieux pauvres de la ville de Tripoli, dans le nord du pays.

Contacté par Arab News, un médecin de l'hôpital Al-Salam a précisé que Hana Khodor avait été admise le 6 août, «souffrant de brûlures à 100%».

Le médecin a affirmé: «Au moment où nous parlons, elle lutte pour sa vie. Elle est admise aux soins intensifs, entre la vie et la mort. Hana était enceinte de cinq mois lorsque l'incident s'est produit. Le bébé est mort, et nous avons dû l'opérer pour retirer le fœtus. Ses chances de survie sont très faibles.»

Un rapport médical indique que ses blessures sont des brûlures au troisième degré, et qu'elle est sous assistance respiratoire. Les médecins traitants ont renoncé à leurs honoraires quotidiens, ce qui laisse toujours la famille Khodor, démunie, avec un coût quotidien de 400 dollars (393,24 euros), à l'exclusion des traitements, des opérations et des chirurgies reconstructives.

Selon le rapport médical de l'hôpital Al-Salam, si elle survit, elle aura besoin de trois mois de traitement supplémentaires.

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a confié à Arab News que sa situation était «extrêmement délicate et sérieuse» et que sa facture d'hôpital s'élevait déjà à des milliers d’euros.

«Elle a besoin de 15 transfusions plaquettes sanguines par jour, chacune coûtant 100 dollars (98,31 euros), sans compter les coûts quotidiens du lit d'hôpital, de l'équipement médical et du traitement au sein de l’unité de soins intensifs. Sa famille est extrêmement pauvre et elle est jeune… ils ont besoin d'assistance médicale sous toutes ses formes», a indiqué Haddad.

Les Forces de sécurité intérieure libanaises ont arrêté le mari, qui avait l'intention de fuir le pays, a affirmé Haddad.

La tante de la victime a déclaré à une chaîne de télévision locale que A.A. a sauvagement battu sa femme pour la contraindre à avorter. «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée chez elle et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz», a-t-elle précisé.

Le père de Hana Khodor a demandé aux gens de se rendre à l'hôpital et de payer autant qu'ils le pouvaient, pour aider à soigner sa fille et à lui sauver la vie.

Le docteur Gabriel al-Sabe'e a indiqué que Hana avait subi quotidiennement plusieurs opérations depuis son admission à l'hôpital.

«Elle est sous assistance respiratoire et est réanimée quotidiennement. Sa situation est extrêmement critique en raison de la gravité de son état et de la brûlure de grandes parties de son corps», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants iraniens déstabilisés par la montée des protestations

Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Short Url
  • L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême
  • Alarmés par l'ampleur de l'indignation populaire, certains religieux et politiciens de haut rang ont appelé au calme

DJEDDAH: Les dirigeants religieux iraniens semblent avoir du mal à trouver un moyen d'écraser les manifestations antigouvernementales de masse, alors que les tactiques de sécurité sont remises en question et que des manœuvres de haut niveau sont menées pour désigner le successeur de l'ayatollah Ali Khamenei, indiquent les analystes.

L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police iranienne des mœurs, a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême, âgé de 83 ans –  une nouvelle qui menace l'establishment religieux iranien.

Bien que l'Assemblée des experts composée de 86 membres soit, en théorie, chargée de choisir le prochain dirigeant, les luttes d'influence ont déjà commencé, ce qui empêche les religieux au pouvoir de s'unir autour d'une série de tactiques de sécurité. 

« Cette course a semé la zizanie au sein de la direction. L'aggravation des désaccords est bien la dernière chose dont nous ayons besoin dans un pays en pleine tourmente », affirme un responsable du parti de la ligne dure. « La question principale à l'heure actuelle est la survie de la République islamique ».


Un ministère saoudien remporte deux prix de communication aux EAU

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Short Url
  • 53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix
  • L'obtention des prix est due au travail acharné des employés, dit le ministre adjoint aux services partagés du ministère

CHARJAH, EAU : Le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a remporté deux prix lors de la 9e édition de l’événement « Sharjah Government Communication Awards », aux Émirats arabes unis.

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale dans le monde arabe et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde.

53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix. Le ministère saoudien a été félicité pour la méthodologie qu'il emploie dans la mise en œuvre de ses projets, pour l'impact et les résultats obtenus, pour l'utilisation efficace de la technologie et des médias en vue d'atteindre le public-cible, ainsi que pour ses visions innovantes et proactives.

Mohammed ben Nasser al-Jasser, ministre adjoint aux services partagés du ministère, a déclaré que l'obtention des prix était due au travail acharné des employés.

Il a également indiqué que le ministère cherchait à créer un système de médias de communication efficace, capable de suivre le rythme des changements rapides qui se produisent dans les secteurs qu'il supervise, tout en répondant à la transformation numérique qui a bouleversé les médias gouvernementaux ces dernières années.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Shervin Hajipour, auteur de la chanson devenue hymne des protestations, arrêté en Iran

La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
Short Url
  • Quelques jours avant son arrestation Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique
  • Les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard

DUBAÏ: Le chanteur Shervin Hajipour a été arrêté par la police, son sort est actuellement inconnu et « nous ne savons toujours pas quelles sont les charges retenues contre lui », a indiqué le site d'information Radio Farda.

La chanson Shervin Hajipour, hautement partagée sur les réseaux sociaux ces dernières semaines,  est devenue l'hymne des manifestations anti-gouvernementales en Iran.

Quelques jours avant son arrestation le 29 septembre, Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique, déclenchée par la mort de Mahsa Amini alors qu'elle était détenue par la police des mœurs.

La chanson de Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur différentes plateformes et réseaux sociaux avant d'être supprimée.

Les paroles de la chanson de Hajipour ont été tissées à partir de tweets postés par des Iraniens après la mort d'Amini, dont beaucoup accusaient les dirigeants religieux du pays des problèmes sociaux, économiques et politiques actuels.

« Pour la honte de ne pas avoir d'argent », mentionne un des tweets cité dans la chanson de Hajipour. « Par peur d'embrasser un amant dans la rue » et « pour les prisonniers politiques », lit-on dans d’autres tweets utilisés par le jeune chanteur.

Radio Farda a également annoncé que les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard. Une fois postée, la photo de Rad a été hautement partagée sur les réseaux au point de devenir virale.

La sœur de Rad a de son côté affirmé que Donya avait été emmenée dans la prison d'Evine à Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com