La fondation du film de la mer Rouge annonce le financement de nouveaux cinéastes saoudiens

Le Fonds de la mer Rouge vise à aider les jeunes cinéastes ambitieux à se tailler une place dans l'industrie du cinéma. (Photo, Festival international du film de la mer Rouge)
Le Fonds de la mer Rouge vise à aider les jeunes cinéastes ambitieux à se tailler une place dans l'industrie du cinéma. (Photo, Festival international du film de la mer Rouge)
Short Url
Publié le Mercredi 17 août 2022

La fondation du film de la mer Rouge annonce le financement de nouveaux cinéastes saoudiens

Le Fonds de la mer Rouge vise à aider les jeunes cinéastes ambitieux à se tailler une place dans l'industrie du cinéma. (Photo, Festival international du film de la mer Rouge)
  • Le film primé «Lithium» s'attaque au trouble bipolaire
  • Plus de 98 000 euros réservés à 23 projets individuels de la région Mena

RIYAD: Le soutien de l'Arabie saoudite à l'industrie cinématographique se poursuit avec l'annonce par le Fonds de la mer Rouge des lauréats du deuxième cycle, qui bénéficieront de ressources financières afin de mener à bien leurs projets.

Le fonds, administré par la Red Sea Film Foundation (la Fondation du film de la mer Rouge) a alloué environ 98 000 euros à 23 projets individuels qui couvriront la production, la distribution et la projection.

L'objectif est de proposer un ensemble plus diversifié de films au public mondial et de mieux servir les cinéastes saoudiens et arabes.

«Cela signifie beaucoup pour nous que Le Fonds de la mer Rouge croit suffisamment en cette histoire pour la financer. C'est à la fois un honneur et une responsabilité», a déclaré le cinéaste saoudien Talha B. à Arab News. Il codirigera le projet gagnant «Lithium» avec son collègue Amro B., un autre créateur.

Le long métrage aborde le sujet du trouble bipolaire et la souffrance silencieuse des personnes atteintes de problèmes de santé mentale dans la région arabe.

«C'est une grande responsabilité de présenter ce sujet de manière positive mais honnête, et nous avons l'intention de lui rendre la justice qu'il mérite... Il aborde un sujet que nous admettons rarement avoir dans notre société. Nous espérons que d'autres histoires audacieuses comme celle-ci seront racontées franchement, car, comme la santé physique, la santé mentale a aussi son importance», a expliqué Talha.

Le film est actuellement en cours de développement et devrait être présenté en première au Festival du film de la mer Rouge 2023/2024 à Djeddah.

Le reste des 23 sélections comprend des courts métrages, des documentaires et des films d'animation, dont cinq proviennent d'Afrique, 11 de la région arabe et sept de réalisateurs saoudiens.

L'objectif est d'aider les jeunes cinéastes ambitieux à se faire une place dans le secteur.

«C'est très motivant d'être témoin des grandes réalisations du Festival international du film de la mer Rouge et de les présenter aux cinéastes d'Arabie saoudite et du monde entier. Les films financés en disent long sur le degré de compréhension du processus créatif et du savoir-faire qui se cache derrière les murs de leur équipe visionnaire et de leur pensée hors des sentiers battus», a déclaré à Arab News Anas BaTahaf, le cinéaste et futur producteur du film sélectionné «Hayat Yousef».

BaTahaf fait équipe avec Sarah Taibah, une collaboratrice de longue date, qui se joindra au projet en tant que scénariste. Le projet se caractérise par des arcs de personnages significatifs, de la bizarrerie, des genres mélangés et une absurdité «dynamique», le tout dans une comédie romantique sombre contemporaine.

«La connaissance et la compréhension approfondies de Taibah en matière de romance – grâce à ses divers projets artistiques sur l'étude de l'amour en tant que sentiment et thème au cours d'un large éventail de résidences artistiques dans le monde – est une autre qualité qui lui accorde ma pleine confiance lorsqu'il s'agit de raconter cette histoire», a souligné BaTahaf.

L'objectif de raconter des histoires non conventionnelles est la raison de la sélection de «Red Eye» (Œil rouge), qui sera réalisé par le cinéaste Mohammed Jastaniah.

«Après tant d'essais, d'erreurs et de rejets, il est agréable de constater une fois de plus que la persévérance paie, sans parler du soutien de la Fondation du festival du film de la mer Rouge, un endroit que j'appelle ma maison. C'est un sentiment spécial», a déclaré Jastaniah à Arab News.

Le film est une «allégorie» de l'expérience de l'artiste en Arabie saoudite, a-t-il souligné. «Red Eye» raconte l'histoire d'un homme qui doit faire face aux stigmates associés à une rock star, combattre ses propres démons et gérer sa relation avec son père.

«Il parle pour ceux qui se démarquent dans la foule, et nous sommes si nombreux, surtout en ces temps passionnants de changement dans le Royaume. Pincez-moi parce que ça ressemble à un rêve», a signalé Jastaniah.

«Je suis très heureux pour notre film et pour tous les autres films qui ont été récompensés. Les réalisateurs locaux méritent tous les éloges et le soutien», a soutenu BaTahaf.

Il a signalé qu'il avait hâte que ses amis voient les «grands» films qui ont été réalisés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Treize ans après sa sortie, «Avatar» en tête du box-office français

James Cameron, réalisateur du prochain film "Avatar: The Way of the Water", apparaît dans une vidéo projetée à l'écran lors de la présentation spéciale des Walt Disney Studios lors du CinemaCon 2022 au Caesars Palace le 27 avril 2022 à Las Vegas, Nevada (AFP)
James Cameron, réalisateur du prochain film "Avatar: The Way of the Water", apparaît dans une vidéo projetée à l'écran lors de la présentation spéciale des Walt Disney Studios lors du CinemaCon 2022 au Caesars Palace le 27 avril 2022 à Las Vegas, Nevada (AFP)
Short Url
  • Lors de sa sortie en 2009, le film avait attiré 14 millions de spectateurs dans les salles françaises
  • Sa ressortie est une façon pour Disney de faire monter les attentes avant la sortie du nouveau volet, «La voie de l'eau», le 14 décembre

PARIS: Un film sorti il y a treize ans, en tête du box-office français: Disney réussit son pari avec la ressortie d'"Avatar", trois mois avant de livrer la suite très attendue du blockbuster en 3D de James Cameron.

Au total, 335.000 spectateurs ont choisi de retourner sur Pandora, pour découvrir ou redécouvrir le premier volet d'"Avatar", selon les chiffres publiés mercredi par Cbo-Box Office.

Lors de sa sortie en 2009, le film avait attiré 14 millions de spectateurs dans les salles françaises. Sa ressortie est une façon pour Disney de faire monter les attentes avant la sortie du nouveau volet, "La voie de l'eau", le 14 décembre.

Dans la suite du box-office, trois nouveautés, dont "Une belle course", le voyage en taxi de Line Renaud et Dany Boon, deux figures populaires qui attirent 180.000 spectateurs.

L'effet Harry Styles, idole des adolescents et star de la chanson, a probablement joué dans le succès du thriller dystopique "Don't Worry Darling", d'Olivia Wilde, vu par 151.000 spectateurs.

"Les enfants des autres", un drame de Rebecca Zlotowski avec Viriginie Efira, qui incarne une femme tentant de trouver sa place dans une famille recomposée, s'en tire honorablement, avec 142.000 spectateurs.

1. "Avatar": 335.359 entrées, 344 copies (première semaine de ressortie)

2. "Une belle course": 180.034 entrées, 531 copies (nouveauté)

3. "Don't Worry Darling": 151.272 entrées, 356 copies (nouveauté)

4. "Les Enfants des autres" : 142.402 entrées, 330 copies (nouveauté)

5. "Kompromat": 126.665 entrées, 743 copies (468.529 entrées en 3 semaines)


Une webradio éphémère pour aider les Restos du coeur

Une photo montre une photographie de feu l'humoriste français Michel Colucci, dit Coluche, fondateur de l'association caritative Les Restos Du Coeur, dans un centre de l'organisation lors du lancement de la 36e campagne hivernale de distribution alimentaire aux personnes dans le besoin, à Asnières-sur-Seine, près de Paris, le 24 novembre 2020 (AFP)
Une photo montre une photographie de feu l'humoriste français Michel Colucci, dit Coluche, fondateur de l'association caritative Les Restos Du Coeur, dans un centre de l'organisation lors du lancement de la 36e campagne hivernale de distribution alimentaire aux personnes dans le besoin, à Asnières-sur-Seine, près de Paris, le 24 novembre 2020 (AFP)
Short Url
  • Son but est de récolter des fonds, via des appels aux dons, pour financer le renouvellement du parc de camions de l'ONG
  • Parmi les animateurs annoncés figurent Thierry Ardisson, Arthur, Laurence Boccolini, Estelle Denis, Michel Drucker, Samuel Étienne, Cyril Féraud ou encore Karine Lemarchand

PARIS: De nombreux animateurs de plusieurs radios vont prêter leur voix de vendredi à dimanche à une webradio éphémère montée pour la troisième année par les Restos du coeur afin de récolter des fonds, a indiqué l'association.

Cette webradio, baptisée Radio Restos, sera diffusée pendant 48 heures sur le site radio.restosducoeur.org et via une application iOS et Android.

Son but est de récolter des fonds, via des appels aux dons, pour financer le renouvellement du parc de camions de l'ONG. Lors des deux éditions précédentes, elle a permis de rassembler "près de 650.000 euros de dons" pour financer "16 camions pour les Restos", selon l'association.

Parmi les animateurs annoncés figurent Thierry Ardisson, Arthur, Laurence Boccolini, Estelle Denis, Michel Drucker, Samuel Étienne, Cyril Féraud ou encore Karine Lemarchand.

Les Restos du coeur promettent "de nombreuses émissions d'humour et des émissions mythiques de la radio revisitées mais aussi des émissions thématiques sur la cuisine, la musique, le sport, l'environnement et beaucoup d'autres sujets de société".

Cette webradio solidaire et temporaire est née en 2020 d'un échange entre des bénévoles et un trio d'animateurs, Laurent Petitguillaume, Manu Lévy et Bruno Guillon.


Le sociologue des ouvriers et des riches Michel Pinçon est mort

Sur cette photo d'archive prise le 17 septembre 2011, les sociologues français Monique Pinçon-Charlot  et Michel Pinçon lors d'une séance de dédicace à La Courneuve. (Photo, Archives, AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 17 septembre 2011, les sociologues français Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon lors d'une séance de dédicace à La Courneuve. (Photo, Archives, AFP)
Short Url
  • Michel Pinçon, 80 ans, ancien directeur de recherches au CNRS, s'est éteint lundi à l'hôpital Broca à Paris, après avoir été touché par la maladie d'Alzheimer, a précisé Monique Pinçon-Charlot, 76 ans
  • Le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel, sur Twitter, a rendu «hommage à ce compagnon de route, grand sociologue, qui n'a eu de cesse, avec Monique, de décrypter les rapports de domination sous toutes ses formes»

PARIS: Le sociologue Michel Pinçon, qui avait commencé comme sociologue des ouvriers avant de se tourner vers la transmission de la richesse dans la noblesse et la haute bourgeoisie, est décédé, a-t-on appris mercredi auprès de son épouse. 

Michel Pinçon, 80 ans, ancien directeur de recherches au CNRS, s'est éteint lundi à l'hôpital Broca à Paris, après avoir été touché par la maladie d'Alzheimer, a précisé Monique Pinçon-Charlot, 76 ans. 

L'essentiel de son œuvre a été écrit en collaboration avec elle. "Je dis toujours que nous avons écrit 27 livres à quatre mains", a-t-elle déclaré. 

Leurs ouvrages de référence s'appellent "Dans les beaux quartiers" (Seuil, 1989) ou encore "Les Ghettos du gotha" (Seuil, 2007). 

Il avait d'abord publié deux livres sur les milieux populaires, dont un en 1982 ("Cohabiter") à l'issue d'une longue enquête en immersion dans une cité HLM de la banlieue de Nantes. 

Puis, constatant le désintérêt de leurs collègues sociologues pour les plus favorisés, le couple avait choisi de se plonger dans la vie des familles fortunées. Grâce à l'entremise d'un collègue issu de cette classe sociale, Paul Rendu, ils avaient pu s'entretenir avec et partager un peu la vie des très riches, dont ils étaient extrêmement critiques. 

"Vivant pour l'essentiel dans leurs quartiers et dans des espaces protégés, les classes privilégiées n'ont guère de contacts avec les autres groupes sociaux", écrivent les auteurs de "Dans les beaux quartiers". 

Depuis leur retraite en 2007 et l'abandon de leur obligation de réserve, les Pinçon-Charlot ont pris des positions parfois vivement critiquées, pour une taxation des riches surtout. 

« Névroses de classe » 

Né le 18 mai 1942 à Lonny, un village des Ardennes, Michel Pinçon a grandi dans une famille ouvrière. 

"Il a été passionné, habité par la sociologie depuis son enfance, avec son origine ouvrière de la vallée de la Meuse, et son attachement à l'État providence qui donnait à des enfants comme lui la possibilité de faire ses études", a expliqué son épouse. 

Ils se sont rencontrés en 1965 lors de leurs études à Lille. "Ça a été un coup de foudre réciproque, entre deux boiteux qui avaient des névroses de classe inversées", a commenté Monique Pinçon-Charlot, qui est d'origine bourgeoise, fille d'un magistrat. 

Fascinés par la sociologie de Pierre Bourdieu, qui fut leur professeur à l'université de Lille, ils ont fait une longue carrière de chercheurs à partir des années 1970. 

"Michel a toujours été habité par cette volonté de comprendre les injustices, qu'elles soient sociales, économiques, et surtout symboliques, celles dont il a le plus souffert lui-même", a expliqué son épouse. 

Les deux sociologues ont publié des ouvrages très critiques contre deux présidents de la République. Ce fut Nicolas Sarkozy en 2010, dans "Le Président des riches: enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy". Puis Emmanuel Macron en 2019, dans "Le Président des ultra-riches: chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron". 

Le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel, sur Twitter, a rendu "hommage à ce compagnon de route, grand sociologue, qui n'a eu de cesse, avec Monique, de décrypter les rapports de domination sous toutes ses formes". 

"Michel Pinçon n'a jamais fait semblant d'être neutre", a écrit le maire socialiste de Marseille, Benoît Payan.