Avant la rentrée, le manque de chauffeurs de bus scolaires inquiète les parents

Des élèves débutent une épreuve dans le cadre des épreuves du baccalauréat au Lycée technique Diderot (lycée technique) à Paris, le 11 mai 2022. (AFP)
Des élèves débutent une épreuve dans le cadre des épreuves du baccalauréat au Lycée technique Diderot (lycée technique) à Paris, le 11 mai 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 août 2022

Avant la rentrée, le manque de chauffeurs de bus scolaires inquiète les parents

  • Chaque année, environ 1,2 million d'élèves rejoignent leur école, collège ou lycée grâce à un bus scolaire, selon l'Association des régions de France (ARF)
  • Avec un manque de chauffeurs de bus estimé à 10% avant la rentrée, la situation dans la région Grand Est est pourtant parmi les plus critiques de France

PARIS: A la rentrée, des élèves resteront-ils au bord de la route ? A cause d'une pénurie de chauffeurs de bus scolaires, certains parents ne savent pas si la desserte des écoles sera bien assurée, même si les collectivités se veulent rassurantes.

Chaque année, environ 1,2 million d'élèves rejoignent leur école, collège ou lycée grâce à un bus scolaire, selon des chiffres communiqués à l'AFP par l'Association des régions de France (ARF).

Mais cette année, un mois avant la rentrée, les organisations patronales des transports scolaires allument leurs feux de détresse: il manque 8 000 chauffeurs à l'appel, selon la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

Si le manque de chauffeurs "a toujours existé ces dernières années", rappellent les régions de France, chargées du transport scolaire, la pénurie n'a jamais été aussi importante: "L'an dernier, les syndicats avaient annoncé une pénurie de 5 000 conducteurs", indique l'ARF.

La pénurie, "on ne la découvre pas maintenant", dit à l'AFP Patrick Salaün, président de l'Unaape (Union nationale des associations autonomes de parents d'élèves). Mais il souligne que "c'est la première année où les parents sont prévenus dès le mois de juin".

La Peep, autre association de parents d'élèves, craint de son côté que le tracé des lignes de bus scolaires ne soit pas encore défini. "Les parents sont partis en vacances avec leurs inquiétudes et aucune réponse" des collectivités, dénonce son vice-président Laurent Zameczkowski.

"Il est hors de question que les parents doivent subir les conséquences" du manque de chauffeurs, juge-t-il, "c'est un service public qui se doit d'être assuré".

Mais réduira-t-on le nombre de dessertes à la rentrée ? "On n'en est pas à ce niveau-là", rassure Véronique Guillotin, sénatrice (Parti radical) de Meurthe-et-Moselle, qui avait interpellé fin juillet le gouvernement à ce sujet.

Avec un manque de chauffeurs de bus estimé à 10% avant la rentrée, la situation dans la région Grand Est est pourtant parmi les plus critiques de France.

Covid-19, horaires fractionnés, faibles salaires... Les raisons de la pénurie de chauffeurs de bus scolaires

Loin d'être nouvelle, la pénurie de chauffeurs de cars de ramassage scolaire s'est aggravée avec l'épidémie de Covid-19 et les confinements successifs qui ont fortement dégradé l'activité et ont éloigné de l'emploi de nombreux conducteurs, peu enclins à revenir vu la faiblesse des salaires et les horaires fractionnés.

Pour les organisations patronales du secteur, il manquerait environ 8 000 chauffeurs en vue de la rentrée scolaire. Patrice Clos, secrétaire général de FO-Transports, avance lui un chiffre deux fois plus important.

"Il y aura forcément des lignes qui ne pourront pas être assurées", prévient Jean-Marc Rivera, délégué général de l'OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens), l'une des organisations patronales du secteur.

Les raisons de cette pénurie sont évidentes d'après lui: "on est pleinement dans les conséquences de la crise sanitaire". Avec la mise à l'arrêt de l'activité, les chauffeurs se sont tournés vers d'autres métiers et "quand il a fallu repartir, tous les conducteurs ne sont pas revenus à leur emploi initial".

Patrice Clos souligne la responsabilité des autorités organisatrices, souvent les régions, qui passent "des appels d'offre au moins-disant". "Donc on se retrouve avec des chauffeurs payés au Smic alors qu'ils font une amplitude horaire de 12 ou 13 heures pour quatre heures de travail effectif et gagnent 800 euros par mois", dénonce-t-il.

Il demande "des appels d'offre corrects" pour assurer une rémunération décente et "des entrées (à l'école) en décalé, pour des plages horaires de travail plus longues le matin et le soir".

Recours aux anciens militaires 

Chez Keolis, l'un des plus gros acteurs du secteur, début juin on recherchait toujours 1.000 chauffeurs de bus pour la rentrée.

L'entreprise, filiale de la SNCF, tente de recruter des nouveaux profils avec des promotions 100% féminines ou en embauchant des réfugiés grâce à des partenariats noués avec des associations.

Mais Keolis mise surtout sur des profils historiquement pourvoyeurs de main d’œuvre comme les seniors et les anciens militaires.

"On en recrutait 100 par an avant mais c'est un partenariat qui s'est un peu essoufflé", explique Constance Bussereau, responsable recrutement du groupe. Les anciens militaires "sont souvent détenteurs du permis D et donc des profils naturels", indique-t-elle.

Jean-Marc Rivera suggère aussi de faciliter les règles entourant le cumul emploi-retraite pour favoriser l'emploi des seniors. Par exemple, autoriser les jeunes retraités à reprendre une activité dans l'entreprise qu'ils viennent de quitter, ce qui est actuellement interdit.

Il propose aussi de "favoriser le cumul des droits au chômage avec une activité" de chauffeur car souvent, "travailler à temps partiel c'est vous faire perdre vos droits".

Les organisations patronales et le ministère des Transports se sont réunis en juillet pour trouver des solutions à cette pénurie et doivent se revoir fin août pour avancer des solutions.

«Plusieurs tournées»

Selon Mme Guillotin, "l'attrait du Luxembourg fait qu'on a plus de mal à garder certains salariés", dont des chauffeurs de bus.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt a, entre autres, promis de renforcer la formation dans le secteur et évoqué la possibilité qu'un même chauffeur fasse "plusieurs tournées de ramassage scolaire" afin de transformer son contrat en temps complet.

Il doit se réunir à ce sujet avec ses collègues de l'Education nationale, Pap Ndiaye, et des Transports, Clément Beaune, a indiqué l'entourage de M. Ndiaye.

Mais dans des départements comme la Moselle, ces tournées prolongées se feront au détriment d'arrêts dans certains hameaux ou lieux-dits, qui imposent au chauffeur un détour sur la route de l'école, explique Christelle Carron, présidente de la Peep en Moselle.

"Des parents vont devoir prendre la voiture pour déposer leurs enfants là où les bus passent", regrette-t-elle.

Autre crainte avancée par Patrick Salaün: l'annulation des sorties scolaires. Avec un nombre limité de chauffeurs, difficile d'aller à la piscine ou au musée pendant les heures de cours. "Les communes préfèrent assurer l'aller-retour à l'école plutôt que les déplacements en autocar", résume-t-il.

Ces solutions, Michaël Quernez, vice-président de la région Bretagne chargé des transports, les assume. Dans sa région, il indique devoir "privilégier les transports scolaires" face aux sorties, tout en "réorganis(ant) les circuits, ce qui donne des horaires de trajets un peu plus longs", et des horaires moins fractionnés pour les chauffeurs de bus.

En dépit des 500 postes non pourvus en Bretagne, "on part sur une rentrée classique", rassure M. Quernez.

Mêmes signaux en Occitanie, où "tout est mis en œuvre pour que la rentrée se déroule dans des conditions normales", indique dans un communiqué la présidente du conseil régional, Carole Delga.

Reste la possibilité de repenser la desserte scolaire avec les autres transports en commun. "On peut aussi faire en sorte que les élèves aillent à l'école en TER, à défaut de proposer des cars", suggère M. Quernez.


Environ 300 mineurs ayant séjourné en zone irako-syrienne sont rentrés en France

Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a précisé le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a précisé le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Short Url
  • Dupond-Moretti a expliqué que tous les mineurs faisaient l'objet d'une prise en charge judiciaire
  • Le ministre a précisé que 11 de ces mineurs, devenus depuis majeurs, faisaient l'objet d'une inculpation pour association de malfaiteurs terroriste

PARIS: Environ 300 mineurs français ayant séjourné dans des zones d'opération de groupes terroristes sont rentrés en France, dont 77 par rapatriement, a indiqué mercredi le ministre de la Justice français lors d'une audition devant le Sénat.

"La France accueille 225 mineurs ayant séjourné dans des zones d'opération de groupes terroristes", a déclaré Éric Dupond-Moretti lors de cette audition sur les "revenantes du djihad".

Il a précisé que 217 d'entre eux avaient séjourné en zone irako-syrienne et les huit autres dans d'autres zones de conflit telles que l'Afghanistan, la Libye et le Yémen.

Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a-t-il expliqué.

"Par ailleurs, 77 mineurs ont été rapatriés par les autorités françaises, dont 71 depuis les camps du Rojava (dans le nord-est de la Syrie, NDLR) en sept opérations, entre le 15 mars 2019 et le 4 octobre 2022, et six autres depuis l'Irak", a-t-il ajouté.

Lundi, une femme et ses deux enfants retenus dans le camp de Roj ont été rapatriés en France, trois mois après que 35 mineurs et 16 femmes l'avaient déjà été.

M. Dupond-Moretti a expliqué que tous les mineurs faisaient l'objet d'une prise en charge judiciaire.

"Il s'agit souvent d’enfants très jeunes:  les deux tiers ont moins de 10 ans", a-t-il indiqué, précisant que 22 de ces enfants étaient orphelins et que 77 d'entre eux étaient nés sur zone et ne connaissaient "rien de la France".

Le ministre a précisé que 11 de ces mineurs, devenus depuis majeurs, faisaient l'objet d'une inculpation pour association de malfaiteurs terroriste.


Affaire des fuites au 36: La défense demande au tribunal de «rendre leur honneur» aux prévenus

La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs (Photo, AFP).
La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs (Photo, AFP).
Short Url
  • Le jugement a été mis en délibéré au 6 décembre
  • Chose rare, le parquet a requis une relaxe générale dans le deuxième volet du dossier

PARIS: Au dernier jour du procès à Paris, la défense a demandé au tribunal de "rendre" leur "honneur" à l'ancien patron de la police judiciaire parisienne Bernard Petit et son ex-chef de cabinet, soupçonnés d'entrave à la justice mais dont la relaxe a été requise par le parquet.

Le jugement a été mis en délibéré au 6 décembre.

La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs.

Chose rare, le parquet a requis une relaxe générale dans le deuxième volet du dossier.

Bernard Petit y est soupçonné, comme son chef de cabinet d'alors Richard Atlan, d'avoir transmis en octobre 2014 des informations confidentielles, via le fonctionnaire Philippe Lemaître, au fondateur du GIGN Christian Prouteau, sur une enquête le visant.

Les déclarations de Philippe Lemaître, qui avait affirmé avoir agi sur ordre de son patron, le président de l'Association des œuvres sociales de la police (Anas) Joaquin Masanet, avaient joué un rôle décisif dans l'enquête.

Mercredi, chose assez rare à un procès, la défense a abondé dans le sens du parquet.

"Une fois qu'on fait la part entre le louvoiement, (...) les gros mensonges de Philippe Lemaître, et les éléments objectifs, il ne reste rien", a plaidé l'avocat de Bernard Petit.

"On ne lui rendra pas sa carte de police, mais vous pouvez lui rendre son honneur", a soutenu Me Arthur Dethomas, rappelant que M. Petit avait été limogé juste après sa mise en examen en février 2015.

Saluant "l'honnêteté intellectuelle" du parquet, Me Jean-Christophe Ramadier a soutenu que Richard Atlan était arrivé au printemps 2014 au poste de chef de cabinet et qu'il n'avait, du fait de son poste, "pas accès aux enquêtes en cours".

"Oui il y a eu des fuites" mais "elles ne venaient pas du 36, et vous devrez en tirer les conséquences", a-t-il insisté, demandant la relaxe pour un homme à la "carrière exemplaire" qui, "du jour au lendemain", "n'était plus flic, n'était plus rien".

«Au-dessus de tout soupçon»

L'enquête qui aurait été menacée par ces fuites constitue le premier volet de l'affaire.

Le célèbre "escroc des stars" Christophe Rocancourt est notamment soupçonné d'avoir, avec l'avocat Marcel Ceccaldi, tenté de faire régulariser deux Marocaines en demandant l'intervention rémunérée de Christian Prouteau et de l'ex-secrétaire d'État Kofi Yamgnane.

Me Christian Charrière-Bournazel a plaidé "fermement" la relaxe de Kofi Yamgnane, réfutant tout trafic d'influence de la part de cet ancien député, "au-dessus de tout soupçon", a-t-il dit.

Il a assuré que l'élu était intervenu brièvement, "de manière tout à fait régulière" et que les 3 000 euros reçus de la part d'une des deux Marocaines n'étaient pas une rétribution mais un financement politique.

Le parquet a requis lundi dans ce pan du dossier, qui concerne aussi un notaire et la compagne de Christophe Rocancourt, des peines allant jusqu'à quatre ans dont deux ferme, ainsi que des amendes jusqu'à 50 000 euros.

Le troisième volet du dossier concerne au premier chef Joaquin Masanet, soupçonné d'avoir détourné les moyens de l'Anas dans son intérêt privé.

Le parquet a requis cinq ans dont deux ferme et 30 000 euros d'amende à son encontre, demandant au tribunal de le condamner pour des interventions rémunérées dans des dossiers administratifs, des frais de bouche fictifs et la surfacturation de travaux payés par l'association.

Comme lorsqu'il était syndicaliste, M. Masanet est bien "intervenu" mais "à part des pots de confiture, des bouteilles de vin algérien, des chocolats", il n'y a aucune preuve de rémunération, a plaidé Me Marlène Viallet.

L'avocate a affirmé que les poursuites concernant les notes de frais n'étaient pas fondées juridiquement et qu'elles étaient largement surestimées. Elle a en outre contesté toute "surfacturation", parlant de "dépassements" habituels dans la construction.

La défense a plaidé la relaxe pour les neuf autres prévenus de ce volet, pour lesquels la relaxe ou du sursis ont été requis.


Quatre salariés de RTE en garde à vue à la DGSI

RTE est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (Photo, AFP).
RTE est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (Photo, AFP).
Short Url
  • Le parquet de Paris a confirmé le placement en garde à vue de quatre hommes âgés de 31 à 35 ans
  • Après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre salariés, qui ont été suspendus

PARIS: Quatre salariés de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France, sont en garde à vue depuis mardi dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, pour avoir  débranché la "téléconduite" de postes électriques lors d'une grève.

Le parquet de Paris a confirmé le placement en garde à vue de quatre hommes âgés de 31 à 35 ans, employés de RTE, dans le cadre d'une enquête de sa section cybercriminalité.

L'enquête a été ouverte le 29 juillet pour entrave à un système de traitement de données, sabotage informatique, accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, ainsi que pour introduction, modification et suppression de données d'un tel système, a précisé le parquet.

Le fait que les salariés sont entendus dans les locaux de la DGSI s'explique par le statut de RTE, opérateur d'importance vitale pour le fonctionnement du pays.

RTE avait déposé plainte cet été à la suite de dégradations qui auraient entraîné des coupures de courant, a indiqué la source proche du dossier, précisant que les faits reprochés étaient de droit commun.

Dans une note aux salariés consultée mercredi par l'AFP, la direction de RTE n'évoque pas de dégradation mais, par trois fois en juin et en juillet, une "perte de téléconduite", c'est-à-dire que des postes électriques ont été rendus indisponibles pour être vus et manoeuvrés à distance, par exemple pour être mis hors tension, ce qui a "mis en risque important la sûreté du système électrique".

Selon Fabrice Casanova, délégué syndical central CGT pour RTE, "le passage en local des télécommandes des postes est une action symbolique pour dire: je prends les manettes", et qui n'a pas d'impact sur le fonctionnement du réseau électrique si les appareils ne sont pas manoeuvrés localement, comme ce fut le cas selon lui.

Après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre salariés, qui ont été suspendus.

Dans la matinée, la CGT a diffusé un communiqué pour dénoncer des "services anti-terroristes utilisés pour faire taire les revendications salariales des agents".

"Ce sont des salariés lambda, quatre techniciens de maintenance de la région Nord", insiste Francis Casanova, selon qui, pour une "action symbolique", ils "se retrouvent en garde à vue pendant 96 heures comme les pires des terroristes pour rien !" "C'est un truc de dingue!" s'est-il exclamé.

M. Casanova y voit "une volonté de réprimer le mouvement social", rappelant qu'il y a eu des actions pendant plusieurs mois à RTE pour des augmentations de salaires, sans que les grévistes obtiennent gain de cause.

Un rassemblement à l'initiative de la CGT est prévu jeudi à 14H00 devant le siège de RTE dans le quartier de La Défense, en proche banlieue parisienne.