Bella Hadid affirme avoir perdu des contrats pour son soutien à la Palestine 

Dans une interview avec l'acteur égypto-américain Ramy Youssef pour le magazine GQ, la mannequin de 25 ans a parlé de son héritage arabo-musulman (Photo, Instagram @Bellahadid).
Dans une interview avec l'acteur égypto-américain Ramy Youssef pour le magazine GQ, la mannequin de 25 ans a parlé de son héritage arabo-musulman (Photo, Instagram @Bellahadid).
Short Url
Publié le Dimanche 21 août 2022

Bella Hadid affirme avoir perdu des contrats pour son soutien à la Palestine 

  • La jeune femme dit regretter d’avoir été privée de ses racines palestiniennes
  • «Tellement d'entreprises ont cessé de travailler avec moi»

PARIS : Au cours des dernières années, Bella Hadid a de plus en plus exprimé son soutien à la Palestine, le pays où son père, Mohamed Hadid, est né. 

Se positionnant ouvertement contre l’état israélien, la jeune fille est devenue la cible d’attaques médiatiques acharnées.

"J'ai cette angoisse écrasante de ne pas dire la bonne chose et de ne pas être ce que tout le monde a besoin que je sois à tout moment", a déclaré Hadid en haut de sa nouvelle interview avec le podcast The Rep de Noor Tagouri. 

« Mais j'ai aussi réalisé que j'avais fait assez de recherches, je connais assez ma famille, je connais assez ma propre histoire. Et cela devrait suffire. »

Le mannequin est depuis longtemps une fervente militante de la cause Palestinienne. Dans un post Instagram de juin, elle a réaffirmé son engagement à se battre pour la Palestine, en écrivant : « Je ne permettrai jamais à personne d'oublier notre belle Palestine, ou notre beau peuple.»

L'activisme de Hadid s'est intensifié au cours de ces deux dernières années. Sur Instagram, elle a partagé une lettre contre l'apartheid israélien. Elle a également relayé des photos et des vidéos de violences perpétrées par les Forces israéliennes à l’encontre de civils. 

En mars, elle et sa sœur, Gigi Hadid, ont annoncé qu'elles feraient don de leurs chèques de la Fashion Week à des organisations fournissant de l'aide à l’Ukraine et à la Palestine.

La modèle, qui aspire aujourd’hui à une carrière d’actrice, affirme que son activisme lui a coûté. «Tant d'entreprises ont cessé de travailler avec moi », a déclaré le mannequin « et j'ai des amis qui m'ont complètement abandonné. »

Cette dernière a par ailleurs été accusée d'antisémitisme par le compte Twitter officiel d'Israël après avoir assisté à une marche pro-palestinienne à la suite d'une frappe aérienne à Gaza. 

À l'époque, Hadid avait appelé à la fin de la colonisation israélienne et de l'occupation militaire de son pays d’origine. 

Peu de temps après, Bella Hadid, sa sœur Gigi, et la chanteuse d’origine albanaise Dua Lipa, se sont vues accordées une page entière dans le New York Times les accusant d'antisémitisme pour avoir ouvertement soutenu la Palestine. 

Hadid a qualifié cet article de « décevant », ajoutant « quand je parle de la Palestine, je suis étiquetée comme quelqu’un que je ne suis pas. »

Bella et son père Mohamed Hadid ont également ouvertement dénoncé la responsabilité du gouvernement israélien en ce qui concerne le meurtre de la journaliste d'Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, lors d'un échange de tirs à Jénine entre les troupes de Tsahal et des hommes armés palestiniens. 

Arrachée à ses racines

Hadid a confié lors d’un entretien qu'elle avait réalisé que le public n'acceptait pas nécessairement son identité de femme palestinienne. 

Le mannequin a expliqué avoir grandi à Santa Barbara aux États-Unis, où elle était généralement la « seule fille d’origine arabe de sa classe »  et a été sujette à des « injures racistes » à l'adolescence. 

La jeune femme dit également regretter d’avoir été privée de ses racines palestiniennes « pendant si longtemps, cette partie de moi m'a manqué, et cela m'a rendu vraiment, vraiment triste et solitaire. »

Bella Hadid a expliqué qu’après le divorce de ses parents, elle a vécu avec sa mère en Californie où elle n'était pas autorisée à « vivre dans une culture musulmane ». 

Dans une interview avec l'acteur égypto-américain Ramy Youssef pour le magazine GQ, la mannequin de 25 ans a parlé de son héritage arabo-musulman. 

Sur le plateau de la troisième saison de la série à succès Hulu, Ramy, Bella raconte avoir  pleuré après avoir été surprise par un t-shirt "Free Palestine" de l'équipe. « J'étais très émue », se souvient-elle. « En grandissant et en étant arabe, c'était la première fois que je me trouvais avec des personnes partageant les mêmes idées. J'ai pu me voir. » raconte la jeune femme. 

En effet, son amitié avec la star de Ramy, Ramy Youssef, a conduit à une exploration plus approfondie de sa foi : « Il y a eu une fois où Ramy est venu pendant le Ramadan et m'a permis de prier avec lui - et ce fut l'un des plus beaux moments de ma vie d'adulte. »


Treize ans après sa sortie, «Avatar» en tête du box-office français

James Cameron, réalisateur du prochain film "Avatar: The Way of the Water", apparaît dans une vidéo projetée à l'écran lors de la présentation spéciale des Walt Disney Studios lors du CinemaCon 2022 au Caesars Palace le 27 avril 2022 à Las Vegas, Nevada (AFP)
James Cameron, réalisateur du prochain film "Avatar: The Way of the Water", apparaît dans une vidéo projetée à l'écran lors de la présentation spéciale des Walt Disney Studios lors du CinemaCon 2022 au Caesars Palace le 27 avril 2022 à Las Vegas, Nevada (AFP)
Short Url
  • Lors de sa sortie en 2009, le film avait attiré 14 millions de spectateurs dans les salles françaises
  • Sa ressortie est une façon pour Disney de faire monter les attentes avant la sortie du nouveau volet, «La voie de l'eau», le 14 décembre

PARIS: Un film sorti il y a treize ans, en tête du box-office français: Disney réussit son pari avec la ressortie d'"Avatar", trois mois avant de livrer la suite très attendue du blockbuster en 3D de James Cameron.

Au total, 335.000 spectateurs ont choisi de retourner sur Pandora, pour découvrir ou redécouvrir le premier volet d'"Avatar", selon les chiffres publiés mercredi par Cbo-Box Office.

Lors de sa sortie en 2009, le film avait attiré 14 millions de spectateurs dans les salles françaises. Sa ressortie est une façon pour Disney de faire monter les attentes avant la sortie du nouveau volet, "La voie de l'eau", le 14 décembre.

Dans la suite du box-office, trois nouveautés, dont "Une belle course", le voyage en taxi de Line Renaud et Dany Boon, deux figures populaires qui attirent 180.000 spectateurs.

L'effet Harry Styles, idole des adolescents et star de la chanson, a probablement joué dans le succès du thriller dystopique "Don't Worry Darling", d'Olivia Wilde, vu par 151.000 spectateurs.

"Les enfants des autres", un drame de Rebecca Zlotowski avec Viriginie Efira, qui incarne une femme tentant de trouver sa place dans une famille recomposée, s'en tire honorablement, avec 142.000 spectateurs.

1. "Avatar": 335.359 entrées, 344 copies (première semaine de ressortie)

2. "Une belle course": 180.034 entrées, 531 copies (nouveauté)

3. "Don't Worry Darling": 151.272 entrées, 356 copies (nouveauté)

4. "Les Enfants des autres" : 142.402 entrées, 330 copies (nouveauté)

5. "Kompromat": 126.665 entrées, 743 copies (468.529 entrées en 3 semaines)


Une webradio éphémère pour aider les Restos du coeur

Une photo montre une photographie de feu l'humoriste français Michel Colucci, dit Coluche, fondateur de l'association caritative Les Restos Du Coeur, dans un centre de l'organisation lors du lancement de la 36e campagne hivernale de distribution alimentaire aux personnes dans le besoin, à Asnières-sur-Seine, près de Paris, le 24 novembre 2020 (AFP)
Une photo montre une photographie de feu l'humoriste français Michel Colucci, dit Coluche, fondateur de l'association caritative Les Restos Du Coeur, dans un centre de l'organisation lors du lancement de la 36e campagne hivernale de distribution alimentaire aux personnes dans le besoin, à Asnières-sur-Seine, près de Paris, le 24 novembre 2020 (AFP)
Short Url
  • Son but est de récolter des fonds, via des appels aux dons, pour financer le renouvellement du parc de camions de l'ONG
  • Parmi les animateurs annoncés figurent Thierry Ardisson, Arthur, Laurence Boccolini, Estelle Denis, Michel Drucker, Samuel Étienne, Cyril Féraud ou encore Karine Lemarchand

PARIS: De nombreux animateurs de plusieurs radios vont prêter leur voix de vendredi à dimanche à une webradio éphémère montée pour la troisième année par les Restos du coeur afin de récolter des fonds, a indiqué l'association.

Cette webradio, baptisée Radio Restos, sera diffusée pendant 48 heures sur le site radio.restosducoeur.org et via une application iOS et Android.

Son but est de récolter des fonds, via des appels aux dons, pour financer le renouvellement du parc de camions de l'ONG. Lors des deux éditions précédentes, elle a permis de rassembler "près de 650.000 euros de dons" pour financer "16 camions pour les Restos", selon l'association.

Parmi les animateurs annoncés figurent Thierry Ardisson, Arthur, Laurence Boccolini, Estelle Denis, Michel Drucker, Samuel Étienne, Cyril Féraud ou encore Karine Lemarchand.

Les Restos du coeur promettent "de nombreuses émissions d'humour et des émissions mythiques de la radio revisitées mais aussi des émissions thématiques sur la cuisine, la musique, le sport, l'environnement et beaucoup d'autres sujets de société".

Cette webradio solidaire et temporaire est née en 2020 d'un échange entre des bénévoles et un trio d'animateurs, Laurent Petitguillaume, Manu Lévy et Bruno Guillon.


Le sociologue des ouvriers et des riches Michel Pinçon est mort

Sur cette photo d'archive prise le 17 septembre 2011, les sociologues français Monique Pinçon-Charlot  et Michel Pinçon lors d'une séance de dédicace à La Courneuve. (Photo, Archives, AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 17 septembre 2011, les sociologues français Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon lors d'une séance de dédicace à La Courneuve. (Photo, Archives, AFP)
Short Url
  • Michel Pinçon, 80 ans, ancien directeur de recherches au CNRS, s'est éteint lundi à l'hôpital Broca à Paris, après avoir été touché par la maladie d'Alzheimer, a précisé Monique Pinçon-Charlot, 76 ans
  • Le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel, sur Twitter, a rendu «hommage à ce compagnon de route, grand sociologue, qui n'a eu de cesse, avec Monique, de décrypter les rapports de domination sous toutes ses formes»

PARIS: Le sociologue Michel Pinçon, qui avait commencé comme sociologue des ouvriers avant de se tourner vers la transmission de la richesse dans la noblesse et la haute bourgeoisie, est décédé, a-t-on appris mercredi auprès de son épouse. 

Michel Pinçon, 80 ans, ancien directeur de recherches au CNRS, s'est éteint lundi à l'hôpital Broca à Paris, après avoir été touché par la maladie d'Alzheimer, a précisé Monique Pinçon-Charlot, 76 ans. 

L'essentiel de son œuvre a été écrit en collaboration avec elle. "Je dis toujours que nous avons écrit 27 livres à quatre mains", a-t-elle déclaré. 

Leurs ouvrages de référence s'appellent "Dans les beaux quartiers" (Seuil, 1989) ou encore "Les Ghettos du gotha" (Seuil, 2007). 

Il avait d'abord publié deux livres sur les milieux populaires, dont un en 1982 ("Cohabiter") à l'issue d'une longue enquête en immersion dans une cité HLM de la banlieue de Nantes. 

Puis, constatant le désintérêt de leurs collègues sociologues pour les plus favorisés, le couple avait choisi de se plonger dans la vie des familles fortunées. Grâce à l'entremise d'un collègue issu de cette classe sociale, Paul Rendu, ils avaient pu s'entretenir avec et partager un peu la vie des très riches, dont ils étaient extrêmement critiques. 

"Vivant pour l'essentiel dans leurs quartiers et dans des espaces protégés, les classes privilégiées n'ont guère de contacts avec les autres groupes sociaux", écrivent les auteurs de "Dans les beaux quartiers". 

Depuis leur retraite en 2007 et l'abandon de leur obligation de réserve, les Pinçon-Charlot ont pris des positions parfois vivement critiquées, pour une taxation des riches surtout. 

« Névroses de classe » 

Né le 18 mai 1942 à Lonny, un village des Ardennes, Michel Pinçon a grandi dans une famille ouvrière. 

"Il a été passionné, habité par la sociologie depuis son enfance, avec son origine ouvrière de la vallée de la Meuse, et son attachement à l'État providence qui donnait à des enfants comme lui la possibilité de faire ses études", a expliqué son épouse. 

Ils se sont rencontrés en 1965 lors de leurs études à Lille. "Ça a été un coup de foudre réciproque, entre deux boiteux qui avaient des névroses de classe inversées", a commenté Monique Pinçon-Charlot, qui est d'origine bourgeoise, fille d'un magistrat. 

Fascinés par la sociologie de Pierre Bourdieu, qui fut leur professeur à l'université de Lille, ils ont fait une longue carrière de chercheurs à partir des années 1970. 

"Michel a toujours été habité par cette volonté de comprendre les injustices, qu'elles soient sociales, économiques, et surtout symboliques, celles dont il a le plus souffert lui-même", a expliqué son épouse. 

Les deux sociologues ont publié des ouvrages très critiques contre deux présidents de la République. Ce fut Nicolas Sarkozy en 2010, dans "Le Président des riches: enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy". Puis Emmanuel Macron en 2019, dans "Le Président des ultra-riches: chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron". 

Le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel, sur Twitter, a rendu "hommage à ce compagnon de route, grand sociologue, qui n'a eu de cesse, avec Monique, de décrypter les rapports de domination sous toutes ses formes". 

"Michel Pinçon n'a jamais fait semblant d'être neutre", a écrit le maire socialiste de Marseille, Benoît Payan.