Afrique du Sud: Une foule immense célèbre le couronnement du roi zoulou

Misuzulu Zulu (Photo, AFP).
Misuzulu Zulu (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 21 août 2022

Afrique du Sud: Une foule immense célèbre le couronnement du roi zoulou

  • Dans la jeune démocratie aux 11 langues officielles, les souverains et chefs traditionnels sont reconnus par la Constitution
  • Rois sans pouvoir exécutif, ils exercent une grande autorité morale et sont profondément respectés par leur peuple

NONGOMA: Il est apparu dans un spectaculaire habit de plumes noires: le nouveau roi du peuple zoulou, puissant souverain coutumier couronné malgré une féroce guerre des clans au palais, a été intronisé samedi en Afrique du Sud devant une foule immense.

Dans la jeune démocratie aux 11 langues officielles, les souverains et chefs traditionnels sont reconnus par la Constitution. Rois sans pouvoir exécutif, ils exercent une grande autorité morale et sont profondément respectés par leur peuple.

Pour succéder à son père Goodwill Zwelithini, mort l'année dernière après 50 ans de règne, Misuzulu Zulu, 47 ans, a tué un lion quelques jours avant la cérémonie.

Il a ensuite passé une nuit dans "l'enclos à bétail" du palais de KwaKhangelamankengane, à Nongoma, petite ville de la province du KwaZulu-Natal (KZN, sud-est) et berceau de la nation zouloue.

Sorte de temple pour le "peuple du ciel", seuls quelques hommes connaissent les secrets de cet enclos et des rites qui y sont conduits. Le roi des Zoulous devait en ressortir samedi, adoubé par les ancêtres et couronné.

Dans l'attente de le voir apparaître, des milliers de guerriers "amaButho" vêtus de peaux de bêtes ont dansé et mimé la guerre, sous un soleil cuisant, aux abords du petit palais en marbre.

"C'est le grand jour, celui où notre roi monte officiellement sur le trône", a expliqué à Themba Fakazi, 59 ans, qui fait partie des régiments de guerriers chargés de protéger le roi.

Poètes du roi

Des poètes du roi ont déambulé dans la foule, contant la légende du peuple guerrier. Les 11 millions de Zoulous du pays, soit quasiment un Sud-Africain sur cinq, sont des descendants de Chaka, chef charismatique et génie militaire qui a marqué l'histoire en remportant une sanglante bataille contre l'Empire britannique.

Les femmes ont arboré leurs plus belles tenues traditionnelles ornées de perles colorées. D'autres se sont drapées de tissus à l'effigie du souverain avec l'inscription "Bayede", "Saluez le roi" en langue zouloue.

Des dizaines de vaches ont été tuées pour être servies aux invitées. Des délégations de rois coutumiers des pays voisins étaient présentes, avec des cadeaux.

"La Nation zouloue entre aujourd'hui dans un nouveau chapitre. Je promets de travailler à l'unir", a déclaré Misuzulu Zulu lorsqu'il est apparu devant la foule.

Depuis plus d'un an, une dispute pour la succession empoisonne le palais. La première épouse du défunt roi et son clan contestent la légitimité de Misuzulu Zulu, né de la favorite du roi et troisième femme. Un recours de dernière minute samedi, pour tenter d'empêcher le couronnement, a échoué.

Le roi, dont le nom signifie "renforcer le peuple zoulou", a déjà deux épouses et quatre enfants.

"Il assure la stabilité et l'ordre dans son peuple", estime  Ntokozo Malchathini, 31 ans, employé dans une entreprise de logistique.

Jouant un rôle de garant de la paix sociale dans son royaume, le roi des Zoulous reçoit un soutien de l'Etat.

Connu pour mener un train de vie fastueux, le roi Zwelithini percevait environ 75 000 euros par an pour son usage personnel, ainsi qu'un budget de 4,2 millions d'euros pour le fonctionnement du royaume, selon un barème du gouvernement.

Le souverain zoulou jouit de près de 30 000 km2 de terres - environ la superficie de la Belgique - gérées par un trust dont il est le seul administrateur et dont il peut tirer des loyers.

Après la cérémonie traditionnelle, le nouveau souverain doit être formellement reconnu par le président sud-africain Cyril Ramaphosa dans les prochains mois.


Afghanistan: deux assaillants tués dans une attaque contre les bureaux d'un ancien chef de guerre

Une vue de Kaboul le 9 novembre 2022. (AFP).
Une vue de Kaboul le 9 novembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Gulbuddin Hekmatyar fut d'abord l'un des chefs de guerre les plus craints de la résistance anti-soviétique dans les années 1980.
  • Pendant la guerre civile de 1992-1996, il a hérité du surnom de "boucher de Kaboul" pour avoir ordonné le bombardement brutal de la capitale

KABOUL: Deux assaillants non identifiés ont été tués après avoir fait exploser une voiture piégée et tenté de prendre d'assaut le quartier général du parti du vieux dirigeant islamiste Gulbuddin Hekmatyar vendredi à Kaboul, a-t-on appris auprès de ce parti.

M. Hekmatyar, considéré comme l'un des chefs de guerre les plus cruels qu'ait connus le pays et qui avait été Premier ministre dans les années 1990, était présent sur place mais est sorti indemne de l'attaque, a indiqué le Hezb-e-islami dans un communiqué.

Deux assaillants ont été tués en tentant de pénétrer à l'heure de la prière du vendredi dans les locaux, qui abritent aussi une mosquée, et un troisième s'est échappé, a indiqué à l'AFP Ghairat Baheer, un haut responsable du parti.

"La voiture a explosé en dehors, alors il y a eu peu de dégâts", a-t-il déclaré.

Obaidullah Muddabir, un responsable de la police locale, a confirmé la mort de deux assaillants et assuré que la situation était désormais "sous contrôle".

"Les gardes au bureau du Hezb-e-islami nous ont dit qu'il y avait trois assaillants. Ils en ont tués deux et un a été blessé avant qu'ils n'aient atteint leur cible", a-t-il ajouté.

Gulbuddin Hekmatyar fut d'abord l'un des chefs de guerre les plus craints de la résistance anti-soviétique dans les années 1980.

Pendant la guerre civile de 1992-1996, il a hérité du surnom de "boucher de Kaboul" pour avoir ordonné le bombardement brutal de la capitale dans lequel des dizaines de milliers de civils ont été tués, alors qu'il était Premier ministre.

Pachtoune sunnite d'abord soutenu par le Pakistan, avant que ceux-ci ne se tournent vers les talibans au milieu des années 1990, il n'a cessé de nouer et dénouer les alliances.

Après l'intervention internationale de 2001 menée par les États-Unis et la chute du premier régime taliban (1996-2001), Washington l'a qualifié de terroriste, l'accusant de collusion avec Al-Qaïda et les talibans.

En 2004, il a pris parti pour l'opposition armée au président Hamid Karzaï. Le Hezb-e-Islami est ainsi devenu le deuxième groupe insurgé le plus important après les talibans, mais s'est au fil du temps montré de moins en moins actif.

Un accord de paix lui a permis de rentrer au pays en mai 2017, après presque 20 ans d'exil. Il s'est présenté à l'élection présidentielle en 2019, remportée par le président sortant Ashraf Ghani.

Après le retour au pouvoir des talibans en août 2021, il est resté dans le pays.


Italie: alerte météo à Ischia, un millier de personnes vont être évacuées

L'alerte météo de niveau "jaune", le plus bas, a été instaurée pour une durée de trois jours à ce stade. (AFP).
L'alerte météo de niveau "jaune", le plus bas, a été instaurée pour une durée de trois jours à ce stade. (AFP).
Short Url
  • Toutes les personnes évacuées seraient hébergées dans des hôtels de l'île, située près de Capri dans la baie de Naples
  • Selon un responsable de la protection civile locale, les prévisions météo annoncent de 40 à 50 mm de pluie pour vendredi, alors que quelque 100 mm sont déjà tombés sur cette zone le 26 novembre

ROME: Une alerte météo prévoyant de fortes pluies sur l'île italienne d'Ischia, où un glissement de terrain a fait samedi 11 morts et un disparu, va entraîner l'évacuation vendredi d'un millier de personnes habitant dans des zones à risque.

"Plus de 1.000 personnes seront évacuées des zones à risque à partir de cet après-midi à 16H00 (15H00 GMT)", a annoncé Giovanni Legnini, commissaire spécial pour la protection civile sur l'île, nommé par le gouvernement après le glissement de terrain causé par de fortes pluies dans la petite ville de Casamicciola Terme.

La commissaire chargé d'administrer cette commune de 8.000 habitants, Simoneta Calcaterra, qui remplace depuis juin le conseil municipal et le maire démissionnaires, a précisé que toutes les personnes évacuées seraient hébergées dans des hôtels de l'île, située près de Capri dans la baie de Naples.

Elle a également invité les habitants de la station thermale à ne pas utiliser leurs véhicules privés mais les bus mis à leur disposition.

Selon un responsable de la protection civile locale, les prévisions météo annoncent de 40 à 50 mm de pluie pour vendredi, alors que quelque 100 mm sont déjà tombés sur cette zone le 26 novembre, jour de la catastrophe.

L'alerte météo de niveau "jaune", le plus bas, a été instaurée pour une durée de trois jours à ce stade.

Le désastre de samedi dernier a été provoqué par la conjonction de plusieurs facteurs: de fortes précipitations, des sols instables, le déboisement, le développement immobilier à outrance, ainsi que le manque d'entretien et de prévention.

Après la tragédie, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence à Ischia, un statut qui prévoit une procédure accélérée pour mobiliser des fonds et des moyens, dont ceux de la protection civile, pour des interventions urgentes ou la mise en place de structures d'accueil.


Ukraine: le Kremlin rejette les conditions de Biden pour des discussions avec Poutine

Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Biden «a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine», ce que Moscou rejette «bien évidemment», a déclaré Peskov
  • Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine «est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important», a affirmé le porte-parole du Kremlin

MOSCOU: Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine.

Le président américain "a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine", ce que Moscou rejette "bien évidemment", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"L'opération militaire continue", a-t-il insisté.

Jeudi, M. Biden s'est dit "prêt" à parler avec M. Poutine si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine. Il a fixé comme première condition un retrait des troupes russes.

"Si tel était le cas, alors en consultation avec mes amis français et l'Otan, je serais heureux de m'asseoir avec Poutine pour voir ce qu'il a en tête. Il ne l'a pas encore fait", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron.

Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine "est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important", a affirmé le porte-parole du Kremlin.

Mais les Etats-Unis ne reconnaissent pas l'annexion de quatre territoires ukrainiens revendiquée par Moscou en septembre, ce qui "complique de manière significative la recherche d'un terrain (d'entente) pour une possible discussion", a ajouté M. Peskov.