Des ONG dénoncent les menaces du Hezbollah à l’encontre des journalistes libanais

Selon RSF, une trentaine de journalistes libanais auraient été harcelés ou menacés par des membres du Hezbollah au cours des deux dernières années. (Shutterstock)
Selon RSF, une trentaine de journalistes libanais auraient été harcelés ou menacés par des membres du Hezbollah au cours des deux dernières années. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 26 août 2022

Des ONG dénoncent les menaces du Hezbollah à l’encontre des journalistes libanais

  • Le Comité pour la protection des journalistes et Reporters sans frontières déclarent que les journalistes au Liban devraient être autorisés à exprimer leurs opinions sans que leur sécurité ne soit menacée
  • Dima Sadek, présentatrice de la chaîne MTV, a reçu des menaces de mort et de viol après avoir publié un Tweet satirique

BEYROUTH: Deux grandes organisations internationales de défense de la liberté de la presse ont condamné les récentes menaces proférées par le Hezbollah à l’encontre des journalistes libanais Mohammed Barakat et Dima Sadek.
Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF) déclarent que les journalistes du Liban devraient être autorisés à exprimer leurs opinions sans que leur sécurité soit menacée.
M. Barakat, directeur de la rédaction du site d’information Asas Media, a reçu des menaces à la mi-août après un entretien au cours duquel il critiquait un récent discours de Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah.
Le coordinateur du programme Mena du CPJ, Chérif Mansour, indique: «Les autorités libanaises doivent veiller à ce que les journalistes du pays puissent exprimer leurs opinions et faire leur travail librement, sans crainte de harcèlement ou d’intimidation.»
«Les autorités doivent garantir la sécurité du journaliste Mohammed Barakat et des employés du quotidien Al-Akhbar et indiquer clairement que les membres de la presse ne doivent pas faire l’objet de menaces.»
Après l’entretien accordé par M. Barakat, un compte Twitter anonyme a accusé le journaliste d’incitation à la sédition, un message qui a été partagé par le fils du chef du Hezbollah, Jawad Nasrallah.
Le Tweet a été suivi par d’autres qui décrivent M. Barakat comme «une ordure qui doit être nettoyée» et appellent à le museler, affirmant que sa bouche devrait être «fermée de force».
Par ailleurs, Dima Sadek, présentatrice de la chaîne MTV, a reçu des menaces de mort et de viol après avoir publié un Tweet satirique sur le rôle de l’Iran dans l’attentat contre le romancier anglo-américain Salman Rushdie aux États-Unis le 12 août dernier.


Le Tweet en question montre le titre du roman de M. Rushdie, Les Versets sataniques, accompagné d’une photo de l’ayatollah Khomeini, le premier Guide suprême de l’Iran, et de Qassem Soleimani, l’ancien commandant de la force iranienne Al-Qods.
Jawad Nasrallah a également relayé son message, l’accusant d’être un «outil» aux mains des gouvernements étrangers.
Dima Sadek, critique bien connue du Hezbollah, est elle-même chiite. Elle a déjà fait l’objet de nombreuses menaces de la part de ce groupe. Elle a même été victime de harcèlement après que son téléphone lui a été volé, en 2019, lors d’une manifestation.
Dans un Tweet consécutif aux menaces qu’elle a reçues, elle déclare: «Depuis ce matin, je suis victime d’une campagne de diffamation qui va jusqu’à appeler à mon meurtre. J’en informe officiellement les autorités libanaises au moyen de ce Tweet. Je tiens officiellement les dirigeants du Hezbollah entièrement responsables de tout mal qui pourrait m’arriver à partir de maintenant.»
Au début du mois d’août, des partisans du Hezbollah ont attaqué le photojournaliste libanais Hassan Chaaban après que des vidéos des manifestations qu’il a filmées dans sa ville natale du sud, à prédominance chiite, ont circulé sur les réseaux sociaux.
Depuis lors, M. Chaaban a reçu diverses menaces du Hezbollah. Une balle a été placée sur sa voiture, qui était garée devant sa maison dans un village au sud du Liban; une pointe en acier a été enfoncée dans l’un des pneus. On pouvait également lire le message suivant: «Quitte le village, espèce de traître et de chien.»
Selon RSF, une trentaine de journalistes libanais auraient été harcelés ou menacés par des membres du Hezbollah au cours des deux dernières années.
Au mois de janvier, «l’armée digitale» du Hezbollah a lancé une campagne raciste contre la journaliste libanaise d’origine soudanaise Dalia Ahmad après un reportage dans lequel elle critiquait le gouvernement libanais, y compris le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah.
Par ailleurs, en octobre 2020, la journaliste indépendante Luna Safwan a été prise pour cible par le Hezbollah à l’occasion d’une campagne de persécution en ligne après un Tweet qu’elle avait publié. Ce dernier, critique à l’égard du parti, a été diffusé par une chaîne d’information israélienne. Elle a été accusée de coopérer avec Israël.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le président russe Vladimir Poutine arrive en Arabie saoudite

Short Url

RIYAD : Le président russe Vladimir Poutine est arrivé mercredi à Riyad avant une rencontre attendue avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.

À suivre


Les membres de la Commission parlementaire d’amitié franco-saoudienne veulent renforcer leur coopération

Au cours de la réunion, les représentants ont discuté des moyens de renforcer la collaboration entre le Conseil et le Parlement dans divers domaines (Photo, AN).
Au cours de la réunion, les représentants ont discuté des moyens de renforcer la collaboration entre le Conseil et le Parlement dans divers domaines (Photo, AN).
Short Url
  • Les représentants ont discuté des moyens de renforcer la collaboration entre le Conseil et le Parlement dans divers domaines
  • Ils ont également discuté d’autres sujets et questions d’intérêt commun

RIYAD: La Commission parlementaire d’amitié franco-saoudienne du Conseil de la Choura a rencontré une délégation dirigée par Amélia Lakrafi, présidente de la Commission homologue au Parlement français, à Riyad.

Au cours de la réunion, dirigée par Ayman ben Saleh Fadhel, président de la Commission saoudienne, les représentants ont discuté des moyens de renforcer la collaboration entre le Conseil et le Parlement dans divers domaines, a rapporté mardi l’agence de presse saoudienne.

Ils ont souligné la nécessité de renforcer la coopération et l’importance de tirer parti du travail des Commissions d’amitié parlementaires des deux pays pour faciliter et renforcer les projets communs. Les participants ont également discuté d’autres sujets et questions d’intérêt commun, indiquent les responsables.

Walid el-Khuraiji, vice-ministre des Affaires étrangères, s’est également entretenu avec la délégation française; ils ont discuté de la coopération et des efforts en cours pour renforcer la collaboration étroite entre les pays.

Mme Lakrafi a également rencontré le vice-président du Conseil de la Choura, Michal al-Sulami. Les deux dirigeants ont mis en lumière l’importance des relations entre Riyad et Paris, notamment dans le domaine parlementaire.

Amélia Lakrafi a remercié le Royaume pour l’accueil qui lui a été réservé lors de sa visite. Elle a également insisté sur les liens solides et durables entre les deux pays, l’influence et l’importance mondiales du Royaume, ainsi que son rôle dans la promotion de la véritable essence de l’islam à travers le monde.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Palestiniens à Gaza vivent «dans l'horreur la plus totale», dénonce l'ONU

Des Palestiniens en deuil récitent une prière sur les corps des victimes tuées par les bombardements israéliens à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza (Photo, AFP).
Des Palestiniens en deuil récitent une prière sur les corps des victimes tuées par les bombardements israéliens à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le gouvernement israélien, 138 otages restent retenus à Gaza après la libération pendant la trêve de 105 autres
  • Le ministère de la Santé du Hamas a fait état mardi de 16.248 morts, à plus de 70% des femmes et enfants

JÉRUSALEM: La guerre entre Israël et le Hamas, entrée mercredi dans son 61e jour, a été déclenchée par une attaque sanglante et sans précédent perpétrée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.

Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes avaient été enlevées et emmenées dans le petit territoire palestinien contrôlé par le Hamas depuis 2007.

Selon le gouvernement israélien, 138 otages restent retenus à Gaza après la libération pendant la trêve de 105 autres, dont 80 en échange de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, reconnu comme organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël entre autres, et son armée mène des bombardements intenses et dévastateurs sur le territoire palestinien assiégé, parallèlement à une vaste opération terrestre lancée le 27 octobre.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état mardi de 16.248 morts, à plus de 70% des femmes et enfants et adolescents, dans les bombardements israéliens à Gaza.

Voici les derniers développements:

Féroces combats à Gaza

L'armée israélienne continue mercredi de pilonner la bande de Gaza, affirmant diriger ses frappes et ses opérations au sol contre des combattants et hauts responsables du Hamas, des stocks d'armes et d'explosifs ainsi que des tunnels.

A Khan Younès, grande ville du sud assiégée et pilonnée par l'armée israélienne qui y a aussi engagé des troupes au sol, les rues étaient quasiment vides mercredi, les habitants tentant de s'abriter des bombardements et des tirs d'artillerie, selon des journalistes de l'AFP sur place, pendant que morts et blessés continuaient d'affluer dans les hôpitaux de la ville.

Selon le bureau de presse du gouvernement du Hamas, des tirs d'artillerie ont fait "des dizaines de morts et de blessés" dans la nuit de mardi à mercredi dans plusieurs villages à l'est de Khan Younès.

«Horreur la plus totale»

Les Palestiniens à Gaza vivent dans "l'horreur la plus totale", a dénoncé mercredi le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Volker Türk, affirmant craindre des "atrocités".

Dépôt d'armes

L'armée israélienne, qui a indiqué que 83 de ses soldats avaient été tués dans la bande de Gaza depuis le début de son offensive, a affirmé mercredi avoir découvert, près de "bâtiments civils", "l'un des plus considérables dépôts d'armes" du petit territoire palestinien, abritant notamment missiles, lance-roquettes et drones.

Accès aux otages

L'armée israélienne a réclamé mercredi que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) puisse avoir accès aux otages israéliens et étrangers retenus dans la bande de Gaza, affirmant que "chaque minute en captivité met(tait) en jeu (leur) vie".

Un nouveau mort en Cisjordanie

un Palestinien de 30 ans, Ahmed Nazmi Ghanem, a succombé à ses blessures après avoir été la cible de tirs de soldats israéliens la semaine dernière à Tulkarem, en Cisjordanie occupée, en proie à une intensification des violences depuis le début de la guerre à Gaza, a annoncé mercredi le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne.