A l'ONU, nouvelle avarie pour le traité destiné à protéger la haute mer

Greenpeace s'est montré plus sévère, accusant notamment les Etats-Unis et les pays de la Coalition pour une haute ambition, emmenées par l'UE, d'avoir attendu le dernier moment pour faire preuve de cette ambition «autoproclamée». (Photo, AFP)
Greenpeace s'est montré plus sévère, accusant notamment les Etats-Unis et les pays de la Coalition pour une haute ambition, emmenées par l'UE, d'avoir attendu le dernier moment pour faire preuve de cette ambition «autoproclamée». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 août 2022

A l'ONU, nouvelle avarie pour le traité destiné à protéger la haute mer

Greenpeace s'est montré plus sévère, accusant notamment les Etats-Unis et les pays de la Coalition pour une haute ambition, emmenées par l'UE, d'avoir attendu le dernier moment pour faire preuve de cette ambition «autoproclamée». (Photo, AFP)
  • «Nous n'avons jamais été aussi proches de la ligne d'arrivée dans ce processus», a relevé la présidente de la conférence Rena Lee
  • Ce futur traité vise spécifiquement la haute mer qui commence où s'arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques (370 km) des côtes, et qui n'est donc sous la juridiction d'aucun pays

NATIONS UNIES: Après deux semaines de négociations, les Etats membres de l'ONU se sont séparés vendredi sans parvenir à finaliser le traité pour protéger la haute mer, plusieurs contentieux majeurs restant à dépasser pour accoucher de cet accord crucial pour l'océan, trésor fragile et vital pour l'humanité. 

Après plus de 15 années de discussions informelles puis formelles pour élaborer un texte contraignant visant à sauvegarder cette vaste zone qui couvre près de la moitié de la planète, cette 5e session devait être la dernière - comme devait déjà l'être la 4e, en mars. 

Mais, malgré des discussions qui ont débordé dans la soirée de vendredi, cela n'a pas suffi. 

« Nous n'avons jamais été aussi proches de la ligne d'arrivée dans ce processus », a relevé la présidente de la conférence Rena Lee, relevant d'« excellents progrès ». 

Mais « nous avons encore besoin d'un peu de temps », a-t-elle ajouté, recueillant l'approbation de la plénière pour suspendre les travaux sine die. L'Assemblée générale de l'ONU va désormais être saisie de la demande de reprendre cette 5e session à une date qui reste à déterminer. 

« Malgré la déception de ne pas avoir finalisé le traité, nous jugeons encourageants les progrès réalisés », a commenté Liz Karan, de l'ONG Pew Charitable Trusts, appelant à une nouvelle session d'ici la fin de l'année. 

Greenpeace s'est montré plus sévère, accusant notamment les Etats-Unis et les pays de la Coalition pour une haute ambition, emmenées par l'UE, d'avoir attendu le dernier moment pour faire preuve de cette ambition « autoproclamée ». Trop tard: « Le temps est écoulé », a dénoncé Laura Meller, responsable Océans de l'ONG. 

« Pendant que les pays continuent à parler, les océans et ceux qui en dépendent souffrent », a-t-elle ajouté dans un communiqué. 

Par exemple les Etats insulaires en développement du Pacifique. En leur nom, la représentante de Samoa, très émue, a exprimé sa « déception ». 

« Nous vivons très loin et cela coûte cher de venir jusqu'ici (...) De l'argent qui n'est pas dépensé pour des routes, des médicaments, des écoles ». 

« Le Pacifique est venu ici en toute bonne foi et continuera à le faire jusqu'à ce que nous concluons cette conférence dans un avenir proche », a-t-elle lancé au bord des larmes, sous les applaudissements de la salle. 

Parmi les sujets les plus contentieux, la répartition des possibles bénéfices issus de l'exploitation des ressources génétiques de la haute mer, où industries pharmaceutiques, chimiques et cosmétiques espèrent découvrir des molécules miraculeuses. 

Répondant aux demandes des pays en développement qui craignent de passer à côté de retombées potentielles faute de pouvoir conduire ces recherches coûteuses, le dernier projet de texte laisse sur la table la redistribution initiale de 2% - et à terme jusqu'à 8% - des futures ventes de produits issus de ces ressources qui n'appartiennent à personne. Mais sans accord. 

« Opportunité ratée »  

Ces questions d'équité Nord-Sud traversent de nombreuses négociations internationales, en particulier celles sur le climat où les pays en développement victimes mais pas responsables du réchauffement réclament en vain aux pays riches de respecter leurs promesses d'aide financière. 

Ce futur traité vise spécifiquement la haute mer qui commence où s'arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques (370 km) des côtes, et qui n'est donc sous la juridiction d'aucun pays. 

Alors que la bonne santé des écosystèmes marins est cruciale pour l'avenir de l'humanité, notamment pour limiter le réchauffement de la planète, seulement 1% de cet espace, qui représente 60% des océans, est protégé. 

Un des piliers du traité sur « la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale » est d'ailleurs d'y permettre la création d'aires marines protégées. 

« Une étape cruciale dans les efforts pour protéger au moins 30% de la planète d'ici 2030 », avait souligné cette semaine Maxine Burkett, une responsable pour les océans au département d'Etat américain. 

Certains experts craignent que sans accord sur le traité sur la haute mer d'ici la fin de l'année, cet objectif soit hors d'atteint. 

Les délégations s'opposent aussi toujours sur le processus de création de ces aires protégées, ainsi que sur les modalités d'application de l'obligation d'études d'impact environnementales avant une nouvelle activité en haute mer. 

« Quelle opportunité ratée... » a regretté sur Twitter Klaudija Cremers, chercheuse à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI). 


Birmanie: l'Asean exhorte la junte à mettre en œuvre le plan de paix convenu

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Short Url
  • L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année
  • Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021

JAKARTA : A l'issue de pourparlers de deux jours en Indonésie, des ministres d'Asie du Sud-Est ont exhorté samedi la junte birmane à mettre en œuvre un plan de paix en cinq points convenu il y a deux ans pour ouvrir un chemin vers la fin de la crise politique du pays.

L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année.

Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021.

La ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré que Jakarta avait proposé aux membres de l'Asean un plan de mise en œuvre du "consensus en cinq points" (5PC) convenu avec la junte en avril 2021, qui appelait à la fin des violences et au dialogue entre les militaires et les rebelles.

"Tous les Etats membres ont apporté un large soutien à ce plan", a-t-elle fait savoir aux journalistes à la fin des discussions, sans donner de détails sur le moment et la manière dont ils espèrent que l'accord sera appliqué.

"Ce plan est très important pour l'Asean, en particulier pour la présidence, en tant qu'orientation pour faire face à la situation en Birmanie de manière unie. Il montre une forte unité des membres de l'Asean pour mettre en œuvre le 5PC."

La Birmanie reste membre de l'Asean. Mais les responsables de la junte birmane n'ont pas été autorisés à participer aux réunions de haut niveau à cause du manque de progrès dans l'application du plan visant à rétablir la paix entre l'armée et l'opposition birmane.

Le ministre birman des affaires étrangères, Than Swe, nommé cette semaine, n'était pas présent aux négociations de l'Asean vendredi, le bloc ayant refusé d'inviter un membre de la junte et n'acceptant qu'un "représentant apolitique", une offre rejetée par Naypyidaw.

Les responsables indonésiens ont souligné que l'absence de progrès de la part de la junte mettait à l'épreuve la crédibilité du bloc et qu'ils s'efforçaient de trouver des solutions à la crise.

Jakarta a annoncé son intention de mettre en place un bureau d'envoyé spécial sous l'égide du ministère des Affaires étrangères afin d'établir un dialogue de niveau inférieur avec la junte.


Des yeux électroniques pour scruter le ciel ukrainien

Des employés assemblent un radar Ground Master 200 (GM200) de moyenne portée, fabriqué par la société française Thales, qui doit être livré à l'Ukraine, à l'usine de radars de Thales à Limours, le 3 février 2023. (AFP).
Des employés assemblent un radar Ground Master 200 (GM200) de moyenne portée, fabriqué par la société française Thales, qui doit être livré à l'Ukraine, à l'usine de radars de Thales à Limours, le 3 février 2023. (AFP).
Short Url
  • Le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov s'est rendu sur ce site de Limours pour se faire présenter ce bijou de technologie qui viendra renforcer la défense sol-air de l'Ukraine
  • «Le système proposé par Thales nous permet d’améliorer encore plus la capacité d’observation. Ce sont des yeux électroniques très efficaces»

LIMOURS : Le radar est encore en phase finale d'assemblage dans une usine de Thales en région parisienne. Dans quelques semaines, ces yeux électroniques scruteront le ciel ukrainien pour détecter et espérer détruire les drones et missiles russes.

La grosse antenne est posée au bout de son mât déployable arrimé à un conteneur vert olive. A l'intérieur, deux consoles de contrôle doivent encore être installées, pour ses futurs opérateurs au drapeau bleu et jaune.

Un peu plus loin, des techniciens descendent une autre antenne de Ground Master 200 (GM 200) à l'aide d'un palan pour la fixer à un autre conteneur, témoignage d'une activité "en forte croissance", selon le groupe de défense français.

Le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov s'est rendu mercredi sur ce site de Limours, planté dans la campagne de l'Essonne, pour se faire présenter ce bijou de technologie qui viendra renforcer la défense sol-air de l'Ukraine face aux frappes russes.

"Le système proposé par Thales nous permet d’améliorer encore plus la capacité d’observation. Ce sont des yeux électroniques très efficaces", a-t-il salué. "Aujourd'hui, nous utilisons environ 300 types de radars différents, celui-ci sera vraiment la cerise sur le gâteau".

Avec sa portée de 250 kilomètres, suffisante pour couvrir "l'intégralité de la région de Kiev" selon son homologue français Sébastien Lecornu, le radar peut détecter tant des drones volant à faible vitesse que des avions de combat bien plus rapides en haute altitude.

Pour cela, son antenne émet une onde qui renvoie un écho indiquant position et hauteur. Au passage suivant de l'antenne tournoyante, le déplacement de l’écho indique la vitesse et la direction de l’objet detecté, explique Eric Marceau, responsable de la stratégie Radars chez Thales.

"Le problème essentiel, c'est de séparer les vraies cibles des sites parasites" notamment les nuages ou les montagnes, explique-t-il à l'AFP.

C'est là qu'interviennent les calculateurs situés à l'arrière de l'antenne pour "traiter" le signal et faire apparaître les éléments d'intérêt au milieu d'une forêt de données.

«Horlogerie suisse»

L'antenne est, elle, constituée d'un millefeuilles de plaques contenant des centaines de petites lamelles métalliques, chacune positionnée à "quelques dizaines de microns près".

"C'est de l'horlogerie suisse", sourit Eric Marceau. L'assemblage de ces "plaques rayonnantes" prend à lui seul cinq semaines sur les trois mois nécessaires à l'assemblage d'un GM 200.

Mais il y a "toujours quelques petites imperfections", explique-t-il. Dans une chambre anéchoïque, vaste pièce hérissée de cônes bleus destinés à absorber les ondes, chaque antenne est donc ensuite calibrée pour que chacun des éléments rayonnants émette à la nanoseconde près.

Les performances du radar tiennent à sa puissance d'émission, à la taille de l'antenne et sa vitesse de rotation mais aussi à sa résistance aux contre-mesures comme au brouillage électromagnétique, très utilisé par les Russes en Ukraine.

Pour empêcher qu'il ne soit visé par des tirs adverses, des solutions existent toutefois: diminuer la puissance d'émission, placer à distance des leurres émettant un rayonnement électromagnétique similaire pour tromper le missile mais surtout déplacer le radar.

"S'il faut une heure pour partir, c'est pas bon. La mobilité est primordiale face à la menace SEAD (Suppression des défenses sol-air ennemies)", souligne Marie Gayrel, directrice de l'activité Ground Masters.

Le GM 200, monté sur camion, peut lui se déployer en 10 minutes, s'enorgueillit-t-elle.

Ce radar, entré en service au début des années 2010, coûte 30 millions d'euros selon Sébastien Lecornu - montant que Thales ne souhaite pas confirmer- et 80 exemplaires ont été vendus dans le monde. La France, qui en a déployé un en Roumanie, a annoncé jeudi l'acquisition de quatre radars supplémentaires pour surveiller son propre espace aérien.

En Ukraine, il "viendra renforcer l’efficacité du système sol-air SAMP/T Mamba, que Paris et Rome livreront conjointement", a annoncé vendredi soir le ministère des Armées.


Les ballons «espions» chinois, des outils perfectionnés et difficiles à abattre

Cette photo d'archive aérienne prise le 12 mars 2022 montre le Pentagone (ministère américain de la Défense) à Washington, DC. Le Pentagone a déclaré le 2 février 2023 qu'il suivait un ballon espion chinois volant à haute altitude au-dessus des États-Unis qui semblait surveiller des sites d'armes nucléaires hautement sensibles. (AFP).
Cette photo d'archive aérienne prise le 12 mars 2022 montre le Pentagone (ministère américain de la Défense) à Washington, DC. Le Pentagone a déclaré le 2 février 2023 qu'il suivait un ballon espion chinois volant à haute altitude au-dessus des États-Unis qui semblait surveiller des sites d'armes nucléaires hautement sensibles. (AFP).
Short Url
  • Si l'aspect du ballon chinois ressemble à celui d'un ballon-sonde météo habituel, quelques éléments diffèrent, fait remarquer William Kim, spécialiste des ballons de surveillance
  • Son imposante charge utile, bien visible, est constituée d'outillage électronique pour le guidage et la surveillance, ainsi que de panneaux solaires pour alimenter l'ensemble.

WASHINGTON : Le ballon "espion" chinois qui a survolé le territoire américain cette semaine, provoquant le report de la visite du chef de la diplomatie américaine en Chine, est un outil guidé par l'intelligence artificielle, selon un expert américain.

Pour William Kim, spécialiste des ballons de surveillance au centre de réflexion Marathon Initiative de Washington, ces aéronefs sont de puissants outils de surveillance difficiles à abattre.

Un ballon «espions» guidé par l'intelligence artificielle ?

Si l'aspect du ballon chinois ressemble à celui d'un ballon-sonde météo habituel, quelques éléments diffèrent, fait remarquer M. Kim.

Son imposante charge utile, bien visible, est constituée d'outillage électronique pour le guidage et la surveillance, ainsi que de panneaux solaires pour alimenter l'ensemble.

Selon lui, ce ballon pourrait embarquer des technologies de guidage pas encore en place au sein de l'armée américaine.

L'expert explique qu'avec les progrès de l'intelligence artificielle (IA), il est désormais possible pour un ballon de se diriger en changeant simplement d'altitude afin de parvenir à un point idoine pour trouver un vent le poussant vers la destination désirée.

Avant cela, il fallait soit le diriger du sol avec un câble, "soit vous le lancez, et il va où le vent l'emporte", précise William Kim.

"Ce qui s'est passé très récemment avec les progrès de l'IA, c'est qu'on peut désormais avoir un ballon (...) qui n'a même pas besoin de ses propres moyens de propulsion. En contrôlant simplement l'altitude, il peut contrôler sa direction", résume-t-il.

Une telle technologie pourrait tout de même impliquer des communications avec sa base.

Quels sont les avantages par rapport aux satellites ?

Selon M. Kim, les satellites sont de plus en plus vulnérables aux attaques terrestres et spatiales.

Les ballons, eux, présentent de multiples avantages, à commencer par leur capacité à échapper aux radars.

"Ils sont fait en matériaux qui ne réfléchissent pas la lumière, ils ne sont pas en métal. Donc même s'ils peuvent être plutôt gros (...) les détecter sera une difficulté".

S'ils sont assez petits, les dispositifs d'espionnage et la charge utile de ces aéronefs peuvent même passer inaperçus.

Les ballons ont aussi l'avantage de pouvoir maintenir une position stationnaire au-dessus d'une cible à surveiller, contrairement aux satellites espions qui doivent rester en orbite.

"Ils peuvent survoler une même position pendant des mois", assure l'expert.

Le ballon a-t-il pu arriver aux Etats-Unis par accident ?

Pour William Kim, c'est une "vraie possibilité". Le ballon chinois a en effet pu être envoyé au départ pour collecter des données hors des frontières américaines ou bien plus haut, avant de dysfonctionner.

"Ces ballons ne fonctionnent pas toujours parfaitement", affirme-t-il, soulignant que l'appareil chinois volait à environ 46.000 pieds au-dessus du sol, contre 65 000 à 100 000 habituellement pour ce type d'outils.

"C'est assurément un peu bas (...) Si l'objectif était de le rendre plus difficile à détecter, plus difficile à abattre, cela aurait eu du sens de l'envoyer à plus haute altitude".

Pourquoi les Etats-Unis ne peuvent-ils pas l'abattre ?

Abattre le ballon n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît, prévient M. Kim.

"Ces ballons fonctionnent à l'hélium (...) vous ne pouvez pas juste lui tirer dessus et le faire prendre feu" comme un dirigeable, détaille le spécialiste.

"Ce ne sont pas des choses qui explosent ou éclatent", poursuit-il. "Si vous le trouez, il va juste se dégonfler très lentement".

William Kim rappelle qu'en 1998 l'armée de l'air du Canada a envoyé un avion de combat F-18 pour tenter d'abattre un ballon météo considéré comme voyou.

"Ils l'ont criblé d'un millier de munitions de 20 millimètres. Et cela a quand-même pris six jours avant qu'il redescende".

Pour M. Kim, il n'est pas évident de savoir si les missiles sol-air fonctionnent contre ce type de ballon. Leurs systèmes de guidage sont en effet conçus pour traquer des cibles véloces.