L’inachevé

Le président français Emmanuel Macron et le président algérien Abdelmadjid Tebboune (R) assistent à une cérémonie de signature dans le pavillon d'honneur de l'aéroport d'Alger, à Alger, le 27 août 2022 (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron et le président algérien Abdelmadjid Tebboune (R) assistent à une cérémonie de signature dans le pavillon d'honneur de l'aéroport d'Alger, à Alger, le 27 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 29 août 2022

L’inachevé

  • La France a pour mission de rallier à la doctrine de l’OTAN le maximum d’Etats, et l’Algérie est une cible de choix
  • Elle doit également s’atteler à atténuer les effets de la crise énergétique sur l’Europe afin d’affaiblir la Russie

La visite d’Emmanuel Macron à Alger, un nuage d’été ou un progrès dans les relations tumultueuses entre la France et l’Algérie ? On le saura dans un proche avenir, une fois les lampions éteints et les langues amenées à se délier. Du fait même d’une rencontre entre les deux chefs d’Etat et d’un voyage officiel, c’est un progrès. 

Ce n’était pas évident après la saillie d’Emmanuel Macron à l’égard des autorités algériennes accusées de ne subsister que grâce à la rente mémorielle et après ses doutes sur l’existence même de la nation algérienne avant la colonisation. Abdelmadjid Tebboune semble avoir accusé le coup et a choisi de ne pas tenir rigueur, ce qui aurait marqué le chef de l’Etat français. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les Iraniens manifestent malgré les conséquences

Le problème n'est pas Mahsa Amini, et la solution n'est pas d'abolir la police des mœurs qui l'a tuée (Photo, AFP).
Le problème n'est pas Mahsa Amini, et la solution n'est pas d'abolir la police des mœurs qui l'a tuée (Photo, AFP).
Short Url
  • Le régime actuellement au pouvoir en Iran a été confronté à plusieurs défis économiques et politiques difficiles depuis le coup d'État de Khamenei
  • Néanmoins, il les a surmontés

Le problème n'est pas Mahsa Amini, et la solution n'est pas d'abolir la police des mœurs qui l'a tuée. Le régime actuellement au pouvoir en Iran a été confronté à plusieurs défis économiques et politiques difficiles depuis le coup d'État de Khamenei dans les années 70. Néanmoins, il les a surmontés. Ses principales institutions restent intactes et continuent d'exercer une forte influence. Ses représentants et milices à l'étranger restent cohésifs malgré certains mouvements populaires qui vont à leur encontre.

Cette capacité à surmonter toutes ces sanctions et obstacles a conduit le régime à conclure qu'il ne peut pas s'effondrer et que chaque cri dans les rues se calmera tôt ou tard. C'est le signe le plus évident qu'il a commencé à mal interpréter la situation.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Suspension de la distribution des médicaments: La santé des Tunisiens en péril!

Il faut rappeler que ces derniers mois, plusieurs médicaments manquent dans les officines provoquant le désarroi des patients (Photo, AFP).
Il faut rappeler que ces derniers mois, plusieurs médicaments manquent dans les officines provoquant le désarroi des patients (Photo, AFP).
Short Url
  • Hier lundi, les pharmaciens grossistes-répétiteurs ont concrétisé leur menace en stoppant la distribution des différents médicaments dans les officines
  • Une situation qu’ils expliquent par les difficultés financières dont ils souffrent et par l’arrêt d’activité de plusieurs structures sous ces pressions budgétaires

Cette fois-ci, c’est une crise qui frappe le secteur de la distribution et du stockage des médicaments qui menace le droit des citoyens aux soins et à la santé.

Hier lundi, les pharmaciens grossistes-répétiteurs ont concrétisé leur menace en stoppant la distribution des différents médicaments dans les officines provoquant un état de panique chez les Tunisiens. Une situation qu’ils expliquent par les difficultés financières dont ils souffrent et par l’arrêt d’activité de plusieurs structures sous ces pressions budgétaires.

La Chambre syndicale nationale des pharmaciens-grossistes répartiteurs (Cspgr), relevant de l’Utica, a annoncé en effet la suspension de l’activité de distribution de médicaments sur tout le territoire, à partir d’hier lundi 5 décembre 2022. Cette décision intervient suite au non-renouvellement, par le ministère des Finances, de l’attestation d’exonération de la retenue à la source sur les ventes des médicaments au titre de l’année 2022, ce qui a aggravé les charges financières des grossistes répartiteurs.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les avocats suspendent leur grève, l’activité reprend dans les tribunaux

Malgré l’accord du 2 décembre, portant notamment sur l’aspect financier, plusieurs dossiers restent à discuter entre le gouvernement et les robes noires (Photo, Le Matin).
Malgré l’accord du 2 décembre, portant notamment sur l’aspect financier, plusieurs dossiers restent à discuter entre le gouvernement et les robes noires (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Les différents Ordres des avocats du Maroc ont annoncé la suspension de leur grève qui dure depuis plusieurs jours
  • L’Ordre des avocats de Casablanca, l’un des derniers à avoir renoncé à la grève, a repris ses activités hier

L’activité a enfin repris dans la quasi-totalité des tribunaux du Maroc (en attendant la décision des avocats de la ville de Tétouan). Après l’accord conclu, le 2 décembre dernier, entre le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux du Maroc (ABAM), les différents Ordres des avocats du Maroc ont annoncé la suspension de leur grève qui dure depuis plusieurs jours. L’Ordre des avocats de Casablanca, l’un des derniers à avoir renoncé à la grève, a repris ses activités hier au niveau des différents tribunaux.

Dans un communiqué publié dans la soirée du 5 décembre, l’Ordre qui bénéficie d’une autonomie complète vis-à-vis de l’ABAM, a fait savoir qu’il poursuivrait les négociations et les discussions autour des dossiers en cours avec le ministère de la Justice, le pouvoir judiciaire et le ministère des Finances. En effet, malgré l’accord du 2 décembre, portant notamment sur l’aspect financier, plusieurs dossiers restent à discuter entre le gouvernement et les robes noires. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.