La méga-fusée de la Nasa s'apprête à décoller vers la Lune

Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. (Photo, AFP)
Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 29 août 2022

La méga-fusée de la Nasa s'apprête à décoller vers la Lune

Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. (Photo, AFP)
  • Signe des temps, la première femme directrice de lancement à la Nasa, Charlie Blackwell-Thompson, donnera le «go» final
  • L'objectif principal de la mission est de tester le bouclier thermique de la capsule, qui reviendra dans l'atmosphère terrestre à près de 40 000 km/h, et une température moitié aussi chaude que la surface du Soleil

FLORIDE/ PARIS: La nouvelle fusée de la Nasa, la plus puissante du monde, devait décoller pour la première fois lundi depuis la Floride vers la Lune, mais les opérations de remplissage de la fusée avec son carburant donnaient du fil à retordre aux équipes de l'agence spatiale américaine, quelques heures avant le lancement. 

Les réservoirs ont commencé à être remplis avec un retard d'environ une heure, à cause d'un risque de foudre trop élevé au milieu de la nuit. 

Les opérations devaient se poursuivre durant plusieurs heures, jusqu'à avoir rempli la fusée de plus de trois millions de litres d'hydrogène et d'oxygène liquides ultra-froids. 

Mais vers 03H00 du matin heure locale, une fuite potentielle a été détectée lors du remplissage de l'étage principal avec l'hydrogène, entraînant une pause. Après des tests, le flot a finalement repris, les équipes sur place continuant à suivre de près la situation. 

La Nasa espérait rattraper le retard accumulé. Le décollage est prévu pour 08H33 (12H33 GMT) depuis l'aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy. 

La fenêtre de tir s'étend sur deux heures et laisse donc une marge de manœuvre. Mais si la météo est à 80% favorable pour un lancement à l'heure, elle doit se dégrader peu à peu au cours de la matinée. 

Du haut de ses 98 mètres, la fusée orange et blanche SLS ne pourra pas décoller en cas de pluie ou d'orages. 

Cinquante ans après le dernier vol d'Apollo, la mission Artémis 1 doit marquer le lancement du programme américain de retour sur la Lune, qui doit permettre à l'humanité d'ensuite atteindre Mars, à bord du même vaisseau. 

La capsule Orion sera propulsée sans équipage jusqu'en orbite autour de la Lune, afin de vérifier que le véhicule est sûr pour de futurs astronautes --dont la première femme et la première personne de couleur qui marcheront sur la surface lunaire. 

« Cette mission emporte les rêves et les espoirs de beaucoup de gens », a déclaré ce week-end le patron de la Nasa Bill Nelson avant d'ajouter: « Nous sommes dorénavant la génération Artémis ». 

Signe des temps, la première femme directrice de lancement à la Nasa, Charlie Blackwell-Thompson, donnera le « go » final. Les femmes représentent 30% des effectifs en salle de lancement --contre une seule pour Apollo 11. 

Deux minutes après le décollage, les propulseurs d'appoint retomberont dans l'Atlantique. Après huit minutes, l'étage principal se détachera à son tour. Puis, au bout d'environ 1h30, une dernière poussée de l'étage supérieur mettra la capsule sur le chemin de la Lune, qu'elle mettra plusieurs jours à atteindre. 

Entre 100.000 et 200 000 personnes sont attendues pour assister au spectacle, dont la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris. 

Record de distance 

En cas d'annulation, la prochaine date de décollage possible est le 2 septembre. 

L'objectif principal de la mission est de tester le bouclier thermique de la capsule, qui reviendra dans l'atmosphère terrestre à près de 40 000 km/h, et une température moitié aussi chaude que la surface du Soleil. 

Au lieu d'astronautes, des mannequins ont pris place à bord, équipés de capteurs enregistrant vibrations et taux de radiations. Des microsatellites seront également déployés pour aller étudier la Lune, ou encore un astéroïde. 

La capsule s'aventurera jusqu'à 64 000 km derrière la Lune, soit plus loin que tout autre vaisseau habitable jusqu'ici. 

Un échec complet de la mission serait dévastateur pour une fusée au budget faramineux (4,1 milliards par lancement, selon un audit public) et en retard de plusieurs années (commandée en 2010 par le Congrès américain pour une date initiale de décollage en 2017). 

Vivre sur la Lune 

« Ce que nous commençons avec ce décollage lundi n'est pas un sprint de court terme mais un marathon de longue durée, pour ramener le système solaire, et au-delà, dans notre sphère », a déclaré avec aplomb Bhavya Lal, administratrice associée à la Nasa. 

Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. Un honneur réservé à l'équipage d'Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an. 

Le but: établir une présence humaine durable sur la Lune, avec la construction d'une station spatiale en orbite autour d'elle (Gateway), et d'une base à la surface. 

Là, l'humanité doit apprendre à vivre dans l'espace lointain et développer toutes les technologies nécessaires à un aller-retour vers Mars. 

Un voyage de plusieurs années qui pourrait avoir lieu « à la fin de la décennie 2030 », selon Bill Nelson. 

Mais avant cela, se rendre sur la Lune est aussi stratégique, face aux ambitions de nations concurrentes, notamment la Chine. 

« Nous voulons aller sur le pôle sud (de la Lune, NDLR), là où sont les ressources », notamment de l'eau sous forme de glace, a détaillé M. Nelson sur NBC. « Nous ne voulons pas que la Chine y aille et dise ‘c'est notre territoire’ », a-t-il dit. 

Thomas Pesquet: «plusieurs » astronautes européens ont une chance d'aller sur la Lune

L'astronaute français Thomas Pesquet « regardera avec beaucoup d'attention » les prochains vols habités de la mission Artemis vers la Lune, estimant avoir « voix au chapitre » pour poser sa candidature, au même titre que « plusieurs » astronautes européens, a-t-il dit lundi sur France Info. 

Interrogé pour savoir s'il avait ses chances de décoller vers la Lune lors de la prochaine mission, Thomas Pesquet a répondu « la 2 non, mais à partir de la 3, l'Europe aura voix au chapitre ». Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. Un honneur réservé à l'équipage d'Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an. 

« On aura des vols pour des astronautes européens, clairement moi et mes collègues on va regarder ça avec beaucoup d’attention et puis on va s'imaginer dans cette capsule », a-t-il dit. 

Parmi les astronautes européens, « on est quelques-uns à avoir voix au chapitre » pour « candidater », mais »cela dépendra du directeur général de l'ESA (l'Agence spatiale européenne, ndlr), des pays membres, on verra bien », a-t-il ajouté. 

« Ce qui est bien, c'est qu'il y aura plusieurs missions (...), on a un programme qui va être durable en utilisant les ressources sur la Lune, et ça, ça veut dire qu'il n'y aura pas un astronaute européen », mais « dans une dizaine d'années, il y en aura plusieurs », a-t-il ajouté. 

La Lune, « c'est un petit peu le Graal aujourd'hui, et demain ce sera Mars », a expliqué Thomas Pesquet, notant que « si on pouvait aller directement vers Mars, (...) on le ferait » car « l'intérêt scientifique est plus grand ». « Mais on n'est pas en position pour y aller » et « il faut aller répéter nos gammes sur la Lune ». 

Vivre sur la Lune 

« Ce que nous commençons avec ce décollage lundi n'est pas un sprint de court terme mais un marathon de longue durée, pour ramener le système solaire, et au-delà, dans notre sphère », a déclaré avec aplomb Bhavya Lal, administratrice associée à la Nasa. 

Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. Un honneur réservé à l'équipage d'Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an. 

Le but: établir une présence humaine durable sur la Lune, avec la construction d'une station spatiale en orbite autour d'elle (Gateway), et d'une base à la surface. 

Là, l'humanité doit apprendre à vivre dans l'espace lointain et développer toutes les technologies nécessaires à un aller-retour vers Mars. 

Un voyage de plusieurs années qui pourrait avoir lieu « à la fin de la décennie 2030 », selon Bill Nelson. 

Mais avant cela, se rendre sur la Lune est aussi stratégique, face aux ambitions de nations concurrentes, notamment la Chine. 

« Nous voulons aller sur le pôle sud (de la Lune, NDLR), là où sont les ressources », notamment de l'eau sous forme de glace, a détaillé M. Nelson sur NBC. « Nous ne voulons pas que la Chine y aille et dise ‘c'est notre territoire’ », a-t-il dit. 


Bousculée par les subventions américaines, l'industrie européenne appelle à réagir

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire fait des gestes alors qu'il s'adresse à la presse dans le cabinet du ministre, à Paris, le 3 février 2023. Le Maire appelle à la transparence des Etats-Unis sur le montant des subventions déployées sur leur plan climatique massif, pour garantir " concurrence loyale" avec l'UE, déclare-t-il dans un entretien à l'AFP. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire fait des gestes alors qu'il s'adresse à la presse dans le cabinet du ministre, à Paris, le 3 février 2023. Le Maire appelle à la transparence des Etats-Unis sur le montant des subventions déployées sur leur plan climatique massif, pour garantir " concurrence loyale" avec l'UE, déclare-t-il dans un entretien à l'AFP. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • L'industrie européenne appelle à une réponse forte des pays de l'UE contre l'IRA, afin de ne pas plomber ses efforts de transition écologique
  • En octobre, le PDG de Northvolt a affirmé dans la presse allemande que le projet «pourrait être repoussé», afin que le groupe puisse «donner la priorité à une expansion aux États-Unis» où de juteuses aides attendent les fabricants de batteries

HEIDE: Un champ du nord de l'Allemagne battu par les vents: ce décor doit laisser place à une immense usine de batteries électriques destinée à accroître la souveraineté industrielle de l'Europe... sauf si le grand plan climat américain remet tout en cause.

L'emplacement, près de Heide, une modeste commune à 100 km de Hambourg, a été choisi en mars dernier par la société suédoise Northvolt pour construire la "plus propre" des usines de batteries au monde.

Objectif : équiper un million de véhicules électriques par an et réduire la dépendance de l'Europe aux fabricants chinois, ultra-dominants dans le domaine.

Mais le plan américain "Inflation Reduction Act" (IRA) qui prévoit plus de 430 milliards de dollars d'investissements, dont 370 milliards visant à réduire les émission de gaz à effet de serre, pourrait rebattre les cartes.

En octobre, le PDG de Northvolt, Peter Carlsson, a affirmé dans la presse allemande que le projet "pourrait être repoussé", afin que le groupe puisse "donner la priorité à une expansion aux États-Unis" où de juteuses aides attendent les fabricants de batteries qui produisent sur le sol américain.

Attirer la valeur ajoutée

A Heide, le maire Oliver Schmidt-Gutzat confie à l'AFP avoir été "surpris" par cette annonce.

L'édile appelle l'Union Européenne à agir afin de convaincre Northvolt de "rester" pour mener ce projet "très important" pour l'emploi et l'avenir industriel de la région.

"L'Europe doit réagir", abonde Martin Bitter, un porte-parole du syndicat de la métallurgie IG Metall, qui juge "compréhensible" que l'offre américaine modifie les décisions des investisseurs.

L'avenir de l'Allemagne, "nation de l'automobile" et première économie européenne, dépend de l'existence d'une base industrielle produisant les "composants ayant la valeur ajoutée la plus importante", comme les batteries, insiste-t-il.

Face au tollé, Northvolt tente de rassurer. Un porte-parole du groupe a déclaré à l'AFP que l'entreprise suédoise restait "engagée dans son expansion en Europe".

Le fabricant n'a "pas mis le frein" sur le projet et les discussions se poursuivent à propos du chantier de Heide, a assuré Björn Jörgensen à l'AFP, responsable du développement de la communauté de communes autour de Heide.

Reste que de nombreux groupes ont, comme Northvolt, commencé à tourner leur regard de l'autre côté de l'Atlantique.

Certains fabricants de panneaux solaires, comme l'Italien 3Sun et le Suisse Meyer Burger, ont d'ores et déjà annoncé des projets d'expansion ou d'installation d'usines aux États-Unis.

L'industrie européenne appelle donc à une réponse forte des pays de l'UE contre l'IRA, afin de ne pas plomber ses efforts de transition écologique.

"Je pense que répondre à l'IRA est presque incontournable", a récemment assuré le PDG d'ArcelorMittal, Aditya Mittal, dont le groupe prévoit d'investir 1,7 milliard d'euros pour réduire les émissions dans ses bastions industriels du nord de la France.

"C'est aux États-Unis que ça va accélérer très fort s'il ne se passe rien en Europe", a prévenu début décembre Guillaume Faury, le président d'Airbus.

«Made in Europe»

La Commission européenne a présenté mercredi ses premières propositions pour répondre à l'IRA, prévoyant notamment un allègement des règles imposées aux aides publiques.

Une proposition qui ne va pas assez loin, selon certains acteurs des énergies renouvelables.

"Les Américains ont créé l'IRA pour des raisons de souveraineté énergétique, l'Europe doit faire la même chose", affirme à l'AFP Karine Vernier, directrice générale France d'InnoEnergy, qui finance des projets dans l’énergie.

"La bonne question à poser est de savoir si nous devrions aussi ne pas faire plus de +made in Europe+", abonde Daniel Bour, président de l'Union française de l'industrie solaire Enerplan.

La Commission a certes évoqué la possibilité de créer un nouveau fonds de l'UE pour soutenir les industries vertes. Mais l'idée est déjà fortement contestée par certains États membres, notamment l'Allemagne, qui refusent tout nouvel endettement commun.

"Nous n'avons pas besoin de nouveaux instruments financiers", a rappelé récemment le ministre des Finances Christian Lindner.

Tout en souhaitant une "réponse" à l'IRA, l'industrie allemande, très dépendante du marché américain, met aussi en garde contre une guerre commerciale entre Etats-Unis et Europe.

"Il faut un dialogue entre amis, le partenariat transatlantique est plus important que jamais", estime Siegfried Russwurm, président du lobby industriel allemand (BDI).


Des méga-riches quittent la Chine pour mettre leur fortune à l'abri à Singapour

Singapour voit affluer des familles chinoises ultra-riches qui cherchent à protéger leur patrimoine d'un parti communiste qui les regarde avec une méfiance croissante. (AFP).
Singapour voit affluer des familles chinoises ultra-riches qui cherchent à protéger leur patrimoine d'un parti communiste qui les regarde avec une méfiance croissante. (AFP).
Short Url
  • Les représailles récentes des autorités contre des milliardaires de la tech, des stars qui avaient négligé de payer leurs impôts, et trois ans de politique «zéro-Covid», ont poussé de riches chinois à chercher refuge ailleurs
  • Un nombre croissant d'entre eux a élu domicile à Singapour

SINGAPOUR : Singapour voit débarquer un nombre croissant de familles très fortunées quittant la Chine pour la cité-Etat d'Asie du Sud-Est afin de mettre leur fortune hors d'atteinte du Parti communiste qui les considère avec de plus en plus de méfiance.

Les représailles récentes des autorités contre des milliardaires de la tech, des stars qui avaient négligé de payer leurs impôts, et trois ans de politique "zéro-Covid", ont poussé de riches chinois à chercher refuge ailleurs.

Un nombre croissant d'entre eux a élu domicile à Singapour, ont rapporté à l'AFP plusieurs sources proches de ce milieu.

Le centre financier asiatique coche toutes les cases pour les entrepreneurs exilés.

Dans cette île dirigée par le même parti depuis six décennies, les grèves et les manifestations sont interdites. Les impôts sont relativement bas et la population en majorité d'origine chinoise.

L'arrivée récente de Chinois très riches n'est pas passée inaperçue. Certains se sont installés dans des demeures luxueuses avec vue sur la mer dans l'île de Sentosa.

"Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ils dépensent. C'est fou", dit Pearce Cheng, Pdg de la société AIMS qui offre des services de déménagement et d'immigration.

Il a vu lors d'une fête chez l'un de ses clients, servir un whisky rare, "Yamazaki 55", qui peut valoir jusqu'à 800 000 dollars la bouteille.

Sa société aide les arrivants à trouver des appartements de luxe, embaucher des chauffeurs ou inscrire les enfants dans des écoles privées.

Les nouveaux venus aiment se déplacer en Rolls Royces ou Bentleys et fréquentent des clubs de golf très sélects, comme le Sentosa Golf Club, dont l'abonnement annuel pour les étrangers atteint 670,000 dollars.

"Beaucoup d'entre eux sont de jeunes Chinois, avec des vêtements de créateurs à la mode, ils restent entre eux en général, ce qui n'est pas surprenant", note Benny Teo, directeur d'une société de conseil marketing dans le domaine du golf, Blazon.

«Ici mon argent est à moi»

S'installer à Singapour permet aux Chinois les plus riches de mettre leur fortune hors de portée des autorités chinoises, après plusieurs affaires médiatisées qui les ont effrayés.

Jack Ma, ex-patron du géant chinois du e-commerce Alibaba, a encaissé une perte de revenus estimée à 25 milliards de dollars quand les autorités ont brutalement annulé l'entrée en Bourse de son groupe en 2020.

D'autres grands patrons craignent d'être la prochaine cible du Parti communiste, ou de devoir vendre leur entreprise à bas prix, indique un responsable de la comptabilité dans ce secteur.

"Déménager à Singapour permet de protéger la fortune de la famille pour plusieurs générations", explique le spécialiste à l'AFP.

Singapour est de plus en plus considéré comme un lieu de résidence, plutôt qu'une solution de repli, indique une autre source du secteur.

"Au moins quand je suis ici, je sais que mon argent est à moi", lui a confié un client.

L'un des fondateurs d'une chaîne de restaurants de "hotpot", Haidilao, a récemment créé son "family office", une structure qui gère le patrimoine de clients fortunés, à Singapour.

L'Autorité monétaire de Singapour note que le nombre de family offices a plus que doublé de 2020 à 2021, pour atteindre 700.

Loh Kia Meng, co-responsable d'un service spécialisé dans la gestion de fortune au cabinet d'avocats Dentons Rodyk, les estime à environ 1 500 fin 2022 dans l'île.

"Je ne serais pas surpris si le chiffre total (...) montrait qu'un family office sur deux vient de Chine", dit-il.

«Zone neutre»

La tendance devrait se poursuivre, même sans les restrictions liées au Covid. Les tensions croissantes entre Pékin et Washington poussent aussi certains entrepreneurs à partir.

Singapour est "une zone neutre très pratique", où les méga-riches peuvent faire des affaires, relève Song Seng Wun, un économiste de la région Asie pour la banque privée CIMB.

La cité-Etat a su à la fois maintenir des liens étroits pour sa sécurité avec les Etats-Unis et des relations commerciales solides avec la Chine.

"L'attention médiatique sur des grandes fortunes qui ont établi un family office à Singapour a dirigé les projecteurs sur notre petite île", souligne M. Loh.

"Si les riches de ce monde convergent vers Singapour, pourquoi pas moi?", pensent ses clients, résume-t-il.


Les projets de services publics certifiés verts se multiplient en Arabie saoudite

La station indépendante de traitement des eaux usées de Taif, qui a été développée par Cobra & Tawzea et avait une capacité de traitement de 100 000 m³ par jour (Photo, Fournie).
La station indépendante de traitement des eaux usées de Taif, qui a été développée par Cobra & Tawzea et avait une capacité de traitement de 100 000 m³ par jour (Photo, Fournie).
Short Url
  • La stratégie nationale de l'eau de l'Arabie saoudite remodèle le secteur privé en mettant l'accent sur les principes environnementaux, sociaux et de gouvernance
  • Pour la première fois, les marchés de la dette ont mobilisé plus d'argent en 2022 pour des projets écologiques que pour des entreprises de combustibles fossiles

RIYAD: Lorsqu'en mars dernier, un consortium de sociétés spécialisées dans les infrastructures de l'eau a conclu des prêts verts d'une valeur de 480 millions de dollars américains (1 dollar américain = 0,93 euro) pour trois stations d'épuration indépendantes en Arabie saoudite, cela a été un signe avant-coureur de l'opportunité verdoyante qui attendait les projets durables du Royaume.

Le consortium composé des sociétés saoudiennes Tawzea et Tamasuk et de la société espagnole Acciona a connu un moment décisif lorsqu'il a obtenu le financement pour trois stations d'épuration indépendantes — Madinah 3, Buraidah 2 et Tabuk 2 — en seulement six mois après avoir exprimé leur intérêt.

Ce qui a fait du projet un bénéficiaire privilégié du financement vert, c'est son engagement envers les objectifs de développement durable envisagés par la Vision 2030 saoudienne et les efforts de la Saudi Water Partnership Co, l'entreprise publique qui facilite la commercialisation de l'eau et de l'électricité dans le Royaume.

L'Arabie saoudite fait les gros titres en prenant des mesures pour assurer une transition en douceur vers les énergies vertes et lutter contre le changement climatique. Le Royaume accueillera la 44e conférence internationale de l'Association internationale pour l'économie de l'énergie, du 4 au 9 février, afin de discuter de la voie à suivre pour un avenir durable.

«La construction et l'exploitation des stations d'épuration indépendantes contribueront à optimiser l'utilisation des ressources en eau en Arabie saoudite en fournissant de l'eau traitée et renouvelable à des fins agricoles, ce qui réduira la consommation d'eau douce», a indiqué María Ortiz de Mendivil, analyste principale de S&P Global Ratings, dans un avis d’expert de seconde partie certifiant les projets comme verts.

Une fois achevé, Madinah 3 desservira jusqu'à 1,5 million d'habitants des zones résidentielles existantes et futures près de la ville de Médine. Elle aura une capacité de traitement initiale de 200 000 m³ par jour, qui pourra être étendue à 375 000 m³ par jour.

Buraidah 2, qui desservira jusqu'à 600 000 personnes, aura une capacité de 150 000 m³ par jour. Tabuk 2, qui desservira jusqu'à 350 000 personnes, aura une capacité de 90 000 m³ par jour.

L'eau traitée remplacera les ressources en eau douce pour l'agriculture, ce qui permettra d'économiser cette ressource rare et contribuera directement à la sécurité de l'eau du pays. Les économies d'eau quotidiennes devraient s'élever à 190 000 m³ par jour à Médine 3, à 142 500 m³ à Buraidah 2 et 85 500 m³ à Tabuk 2.