Inde : l'impression à la planche, «le grand trésor» d'une créatrice de textiles

Brigitte Singh étend sur son bureau un carré d'étoffe moghol du XVIIe siècle, orné d'un grand pavot rouge. (Photo, AFP)
Brigitte Singh étend sur son bureau un carré d'étoffe moghol du XVIIe siècle, orné d'un grand pavot rouge. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 août 2022

Inde : l'impression à la planche, «le grand trésor» d'une créatrice de textiles

Brigitte Singh étend sur son bureau un carré d'étoffe moghol du XVIIe siècle, orné d'un grand pavot rouge. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. (Photo, AFP)
  • Cette Indienne d'origine française, naturalisée en 2002, puise son inspiration dans le riche patrimoine du pays, avec une prédilection pour le raffinement des motifs anciens moghols
  • Etudiante aux Arts décoratifs de Paris, elle débarquait avec l'intention de se former à la peinture miniature

AMBER: Brigitte Singh étend sur son bureau un carré d'étoffe moghol du XVIIe siècle, orné d'un grand pavot rouge. Ce motif, qui ne cesse d'inspirer la créatrice de textiles imprimés à la planche, installée depuis quarante ans au Rajasthan,, est un des fleurons de son atelier au savoir-faire traditionnel. 

Cette Indienne d'origine française, naturalisée en 2002, puise son inspiration dans le riche patrimoine du pays, avec une prédilection pour le raffinement des motifs anciens moghols. 

« J'ai été la première à offrir une renaissance à ce genre de dessins moghols », déclare la créatrice de 67 ans, décorée de la Légion d'honneur en 2015. 

« L’impression à la planche est une très ancienne tradition, impossible à dater, née quelque part entre l'Inde, la Chine et le Tibet », poursuit-elle. Jaipur, où elle a atterri en 1980 à l'âge de 25 ans, « en est le dernier bastion d’importance ». 

Etudiante aux Arts décoratifs de Paris, elle débarquait avec l'intention de se former à la peinture miniature. 

« Je rêvais d'en faire à Ispahan, mais les ayatollahs étaient arrivés en Iran, ou à Hérat, mais les Soviétiques étaient arrivés en Afghanistan », dit-elle, « je suis arrivée à Jaipur par défaut ». 

« Potion magique »  

Quelques mois plus tard, elle est présentée à un aristocrate, également féru de miniature, apparenté au Maharajah du Rajasthan. Ils se marient en 1982. 

En quête de papier traditionnel pour sa peinture, elle découvre des ateliers d’impression à la planche. « Je suis tombée dans la potion magique, sans retour possible ». 

« Je me suis essayée à la technique en imprimant des foulards, juste pour faire des cadeaux, en m'inspirant de petits motifs du XVIIIe siècle », raconte-t-elle 

Deux ans plus tard, de passage à Londres, elle en offre à des amis, amateurs éclairés de textiles indiens. Ils la poussent à les montrer à Colefax and Fowler, célèbre maison de décoration anglaise. 

« Et avant d’avoir décidé quoi que ce soit, je suis rentrée en Inde avec une commande de tissus imprimés ». 

Elle a travaillé pendant vingt ans avec « une famille d'imprimeurs » à Jaipur avant de faire bâtir, à une dizaine de kilomètres de là, à Amber, sa propre imprimerie traditionnelle. 

Son beau-père, grand collectionneur de miniatures du Rajasthan, lui avait offert l'étoffe au « grand pavot, probablement imprimée pour Shah Jahan », l'empereur moghol auquel l'Inde doit le Taj Mahal, dit-elle. 

« Confort de l'âme »  

« A l'époque, le pavot était cultivé au Rajasthan (...) les artisans et les artistes s'inspiraient de ce qu'ils voyaient autour d'eux » dit-elle, expliquant pourquoi le pavot était un ornement si répandu. 

La réédition de ce motif ancien, « repris tel quel », lui a valu un immense succès auprès des fins connaisseurs des arts textiles du monde entier et de sa clientèle indienne, anglaise et japonaise. 

Sa dernière création imprimée de son « grand pavot » est un manteau de coton matelassé d'inspiration moghole, appelé « Atamsukh », signifiant « confort de l'âme », et destiné à un prince du Koweït. 

Un exemplaire datant de 2014 figure dans les collections du Victoria & Albert Museum à Londres. Le Metropolitan Art Museum de New York possède un caleçon signé Brigitte Singh. 

« Je prends toutes les libertés du monde avec les motifs et les couleurs », admet-elle dans son atelier à dessin, « je ne suis pas historienne ! » 

Elle travaille au pinceau pour donner des dessins très précis à son sculpteur Rajesh Kumar qui les grave sur les planches en bois servant à l'impression. 

« Sophistication de la simplicité »  

Il reproduit ses motifs, d'une exigeante finesse, à l'identique, pour chaque couleur. 

« Le motif des fleurs de pavot, par exemple, a cinq couleurs, j'ai donc dû graver cinq planches », explique-t-il dans l'atelier, « il m'a fallu vingt jours ». 

« Nous avons besoin d'un sculpteur remarquable, d'un oeil très sérieux », souligne la créatrice, « la planche sculptée, c'est la clé ! Cet outil a la sophistication de la simplicité ». 

Dans l'imprimerie, six ouvriers œuvrent sur de longues tables, recouvertes de 24 couches de tissu pour ne pas endommager les planches avec lesquelles ils tamponnent la toile de coton. Fermement mais avec délicatesse, ils n'impriment pas plus de 40 mètres de tissus par jour. 

« Chaque couleur doit être superposée, l'une après l'autre, avec exactitude », déclare Matin Anwar Khan, chef de l'atelier et maître coloriste, « plusieurs jours d'essais sont nécessaires pour composer des couleurs justes et uniformes ». 

Une fois « les sauces » approuvées, les gestes des imprimeurs se livrent, d'une table à l'autre, à leur invariable chorégraphie. 

« Ils ont des mains intelligentes », observe Brigitte Singh. « L'important est de garder ce savoir-faire en vie. Plus précieux que le produit, le savoir-faire est le grand trésor ». 


L'exposition d'art «De l'Orient à l'Orient» à Riyad, un pont entre les cultures arabe et chinoise

Un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» s'est tenu au Palais de la culture (Photo fournie).
Un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» s'est tenu au Palais de la culture (Photo fournie).
Short Url
  • L'événement du Palais de la culture présente 40 œuvres d'artistes arabes qui partagent leurs impressions de la Chine
  • Une fusion de musique et de danse arabo-chinoise et un spectacle d'art vivant qualifié de «symbole de notre unité»

RIYAD: La visite de trois jours du président, Xi Jinping, à Riyad renforce les relations commerciales et la coopération stratégique entre l'Arabie saoudite et la Chine, tout en donnant la priorité aux échanges interculturels afin d’aider à renforcer les relations diplomatiques.

En marge de la visite de Xi, un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» a été organisé au Palais de la culture pour présenter le travail d'artistes et de musiciens arabes et chinois.

Parrainé par le ministère saoudien de la Culture, le ministère chinois de la Culture et du Tourisme et la Ligue arabe, en coopération avec le ministère saoudien de l'Information, l'événement a présenté un spectacle traditionnel d'Ardah et un numéro de danse chinoise.

Un trio d'interprètes saoudiens et chinois a créé une fusion unique de sons avec les sons ténus des cordes musicales chinoises du zheng, la version arabe de l'instrument à cordes, le qanun, et le oud.

Depuis 2009, plus de 170 artistes de renom originaires de 21 pays arabes ont été invités à visiter la République populaire de Chine par le ministère chinois de la Culture et du Tourisme. Les artistes ont transformé ce qu'ils ont vu, ressenti et pensé en plus de 500 peintures, sculptures et œuvres en céramique.

L'exposition a été organisée par Bauhinia Culture Holdings Limited (Photo fournie).

L'exposition présente 40 de ces œuvres, réalisées par un assortiment d'artistes saoudiens, libyens, algériens, palestiniens, égyptiens, bahreïnis, irakiens et jordaniens, ainsi que des œuvres d'artistes chinois ayant visité des pays arabes.

On y trouve des peintures chinoises de Manama et d'Amman, ainsi que celle d'un Égyptien avec un chameau, décoré de cordes et de cloches colorées, sur fond iconique des pyramides de Gizeh.

Les influences de l'ancienne route de la soie étaient également évidentes dans plusieurs œuvres d'art et des grands écrans couvrant les murs montraient des calligraphies et des objets du patrimoine chinois et arabe.

L'exposition a été organisée par Bauhinia Culture Holdings Limited, exécutée par China Arts and Entertainment Group Ltd. et soutenue par l'Association des artistes chinois.

Une exposition d'art vivant a par ailleurs eu lieu, mettant en valeur l'architecture distinctive de la Grande Muraille de Chine et du palais Salwa de Diriyah.

«J'ai trouvé des similitudes dans la façon dont la roche et la pierre étaient utilisées ici et dans mon pays», a déclaré le peintre chinois Wang Haikun à Arab News.

«Ces ressemblances m'ont incité à l'appliquer sur mon côté de la fresque comme un symbole de notre unité», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La culture, porte d’entrée vers un avenir «vert», selon le ministre saoudien

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, participe à la 23e conférence des ministres arabes de la Culture (Photo, SPA).
Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, participe à la 23e conférence des ministres arabes de la Culture (Photo, SPA).
Short Url
  • Le prince Badr a rencontré plusieurs de ses homologues en marge du forum
  • Plusieurs accords ont été signés lors des réunions bilatérales afin de renforcer la coopération culturelle

RIYAD: Le ministère saoudien de la Culture, en coopération avec l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso), a organisé mercredi la 23e conférence des ministres arabes de la Culture dans la capitale, Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

L'événement, qui s'est déroulé sous le patronage du Prince Badr ben Abdallah ben Farhane, ministre de la Culture et président du Comité national pour l'éducation, la culture et les sciences, a vu la participation de ministres et de responsables de 20 pays arabes, ainsi que de représentants de la Ligue arabe et d'organisations régionales et internationales.

Le ministre de la Culture, qui préside également cette 23e session, a déclaré: «La session de cette année, dont le thème principal est: “La culture et l'avenir vert”, vise à rendre le secteur culturel plus durable, car nous cherchons à en faire le point de départ d'efforts internationaux impliquant le secteur culturel avec ses différentes branches, s'étendant pour couvrir tous les éléments de sa chaîne de valeur.»

«L'utilisation de la culture vers l'avenir vert contribue à inculquer la culture dans le débat mondial sur le développement, qui reçoit toute l'attention du roi Salmane et du prince héritier, Mohammed ben Salmane, à travers la participation du Royaume aux plates-formes culturelles mondiales, où le thème "La culture et l’avenir vert" est conforme aux objectifs de la Vision 2030 du Royaume», a-t-il ajouté.

Le prince Badr a affirmé qu'en retour, cela souligne le soutien du Royaume aux efforts collectifs visant à améliorer les connaissances, les compétences et les pratiques afin de rendre le secteur culturel plus durable et respectueux de l'environnement.

Au cours de la conférence, les ministres se sont concentrés sur le rôle de la culture dans la réalisation du développement durable, tout en travaillant à l'élaboration de politiques sectorielles efficaces apportant une valeur ajoutée aux efforts collectifs afin d’avancer vers un avenir plus créatif et durable.

Pendant ce temps, le prince Badr a rencontré son homologue égyptienne, Nevin al-Kilany, en marge du forum, où les deux ministres ont signé un protocole d'accord pour renforcer la coopération dans le domaine culturel.

Le mémorandum inclut des domaines culturels, tels que le patrimoine, les arts visuels, les arts du spectacle, la littérature, les livres et l'édition, la décoration islamique et d'autres pistes créatives.

Il comporte également le renforcement de la participation des intellectuels saoudiens et égyptiens aux festivals et aux événements culturels organisés dans les deux pays, ainsi qu’une coopération conjointe en matière de formation et de qualification des cadres artistiques locaux et la mise à profit des expériences des deux pays dans les domaines des musées, du patrimoine urbain et des industries artisanales.

Le Prince Badr a fait l'éloge des relations stratégiques solides qui lient le Royaume à l'Égypte dans tous les domaines culturels. Les deux ministres ont de plus discuté de la coopération quant à l'enregistrement des dossiers du patrimoine immatériel auprès de l'Unesco et l'échange d'expertise par le biais de programmes de bourses culturelles.

Le prince Badr a de même rencontré le ministre marocain de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, avec lequel il a signé un autre accord dans le but de renforcer la coopération culturelle dans divers domaines, notamment la littérature, l'édition et la traduction, le patrimoine, l'architecture et le design, les musées, le théâtre et les arts du spectacle.

Le mémorandum prévoit également de renforcer la participation des intellectuels saoudiens et marocains aux festivals et aux événements culturels organisés dans les deux pays, ainsi que l'échange d'expertise dans les organisations et les politiques culturelles.

Le ministre saoudien a par ailleurs tenu des réunions similaires avec le directeur général de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture, Salem al-Malik, et le directeur général d’Alecso, Mohammed Ould Amar, avec lesquels il a discuté des programmes de coopération actuels les plus importants entre les organisations et le Royaume. Des protocoles d'accord ont aussi été signés.

Il a de même rencontré ses homologues tunisien et djiboutien, ainsi que le président de l’Autorité de la culture et des antiquités de Bahrein.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Wayne Borg: L'industrie cinématographique prospère grâce aux collaborations

Borg a déclaré que les réalisateurs et producteurs souhaitant utiliser Neom devraient "nous contacter, à l'équipe, en ligne ou via notre site Web, et laisser des détails. (Photo fournie)
Borg a déclaré que les réalisateurs et producteurs souhaitant utiliser Neom devraient "nous contacter, à l'équipe, en ligne ou via notre site Web, et laisser des détails. (Photo fournie)
Borg a déclaré que les réalisateurs et producteurs souhaitant utiliser Neom devraient "nous contacter, l'équipe, en ligne ou via notre site Web, et laisser des détails. (Photo fournie)
Borg a déclaré que les réalisateurs et producteurs souhaitant utiliser Neom devraient "nous contacter, l'équipe, en ligne ou via notre site Web, et laisser des détails. (Photo fournie)
Short Url
  • «Nous œuvrons à la mise au point d'un centre multimédia entièrement intégré à la fois physiquement et technologiquement»
  • «Nos studios sont conçus pour servir de sites de production de classe mondiale»

NEOM: Du bleu profond de l’océan et des plages cristallines aux hautes montagnes, la géographie et la topographie uniques de Neom servent de nouvel épicentre dans la région pour la production de médias, de films et de jeux.

Au cours des dix-huit derniers mois, Neom Media Village et Bajdah Desert Studios ont accompagné plus d’une vingtaine de productions, notamment le film d’un budget de 153 millions de dollars (1 dollar = 95 euro) Desert Warrior, réalisé par Rupert Wyatt.

Within Sands est le premier film saoudien tourné à Neom, par l'un des principaux producteurs du Royaume. «Il est en compétition au Festival international du film de la mer Rouge et nous espérons qu'il remportera l'un des principaux prix», a déclaré à Arab News Wayne Borg, directeur général de Media Industries, Entertainment and Culture à Neom. 

«Nous avons également terminé la semaine dernière le tournage du prochain film de Bollywood, Dunki, dont Shah Rukh Khan tient la vedette […] et prévu une série saoudienne de 200 épisodes par an s’intitulant Exceptional, produite par MBC Group», a-t-il affirmé.

Borg a souligné que les centres médiatiques de Neom étaient impressionnants. «Nous disposons d’installations importantes, dont quatre plateaux de tournage de 2 500 mètres carrés chacun», a-t-il précisé.

«Nos studios sont conçus pour servir de sites de production de classe mondiale. Ils sont équipés de bureaux de production, d’entrepôts de construction et de magasins d'accessoires, et offrent un choix important de costumes et d’effets spéciaux [SFX].»

image 4
Wayne Borg, directeur général des industries des médias, du divertissement et de la culture chez Neom. (Photo fournie)

«Des films et des équipements auxiliaires, notamment des caméras, des drones de transport lourd, des chariots télescopiques, des nacelles télescopiques, des nacelles à ciseaux et des circuits sont disponibles sur les deux sites.»

D'ici la fin de 2026, «Neom disposera d'un écosystème à part entière» et les centres médiatiques se déploieront sur près d’un million de mètres carrés, «avec environ 45 à 50 plateaux de tournage, des espaces de location, des jeux, un espace studio, et un espace dédié à l’apprentissage de l'industrie», a précisé Borg.

Le Royaume a renforcé la confiance des producteurs grâce à des avantages accrus. 

«Nous avons mis en place un programme d'incitation à la production très compétitif et attrayant à l'échelle mondiale, dans le cadre duquel nous offrons une remise en espèces de 40% pour les longs-métrages, les séries de téléréalité, la télévision et les publicités. À l'heure actuelle, les acteurs et l’équipe passent d'une production à l'autre», a indiqué Borg.

«Nous pouvons à tout moment gérer entre trois et quatre productions simultanément, et nous commençons à former notre équipe en profondeur. Nous facilitons les productions et offrons une assistance au niveau de la bureaucratie et des services gouvernementaux pour créer un processus uniforme et aussi efficace que possible, grâce à une équipe qui appréhende les besoins. Cela nous permet de respecter à chaque fois le budget et les délais prévus.

Borg a affirmé que les réalisateurs et producteurs souhaitant utiliser Neom devraient «nous contacter et contacter l'équipe, en ligne ou à travers notre site Web, et communiquer leurs contacts». «Nous prendrons contact avec vous pour organiser une réunion afin de discuter de votre projet, de vos besoins et de la manière dont nous pouvons vous aider à donner vie à votre production à Neom», a-t-il ajouté.

«Nous œuvrons à la mise au point d'un centre multimédia entièrement intégré à la fois physiquement et technologiquement, ce qui créera d'énormes opportunités. Auparavant, les talents et les créatifs étaient incapables de se réunir et de collaborer, et il est maintenant clair que cette industrie prospère mieux dans un environnement collaboratif. Nous voulons vous offrir un vrai tapis rouge et non un fardeau administratif.»