L'imam Iquioussen en fuite, le Maroc suspend son laissez-passer consulaire

L'Imam Hassan Iquioussen, alors président de l'association en charge de la gestion de la mosquée des Escaudain à Escaudain, est photographié dans le nord de la France, le 18 juin 2004 (Photo, AFP).
L'Imam Hassan Iquioussen, alors président de l'association en charge de la gestion de la mosquée des Escaudain à Escaudain, est photographié dans le nord de la France, le 18 juin 2004 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 août 2023

L'imam Iquioussen en fuite, le Maroc suspend son laissez-passer consulaire

  • Mardi après-midi, quand la police s’est rendue au domicile du prédicateur de nationalité marocaine, à Lourches, près de Valenciennes (Nord), il avait pris la fuite
  • L’imam est accusé «d’incitation à la haine» et d'antisémitisme, dans des propos qu’il a tenus lors de discours publics entre 2003 et 2019

PARIS: Visé par une demande d’expulsion vers le Maroc par le Conseil d’État français, l’imam Hassan Iquioussen a pris la fuite dans la nuit de mardi à mercredi, selon plusieurs médias français et marocains. 

Mardi, à la suite de la décision du Conseil d’État, qui a donné son feu vert à l’expulsion de l’imam vers le Maroc, la police s’est rendue dans l’après-midi au domicile du prédicateur de nationalité marocaine, à Lourches, près de Valenciennes (Nord), afin de l’interpeller pour l’expulser vers le Maroc. Cependant, l'un de ses fils leur aurait indiqué qu’il ne se trouvait pas à son domicile, selon Europe 1.

ds
Des policiers près d'une maison appartenant à la famille d'Iman Hassan Iquioussen, à Lourches, dans le nord de la France (Photo, AFP).

La classe politique n’a pas manqué de réagir à la fuite de l’imam. Le député LR Éric Ciotti a estimé que son départ était une «humiliation pour notre pays». Pour sa part, la vice-présidente RN de l’Assemblée nationale, Hélène Laporte, a déploré que «bien que fiché S depuis dix-huit mois, l’imam Iquioussen soit introuvable malgré la surveillance de l’État». 

Le fils de l’imam, quant à lui, a témoigné sur RMC, affirmant ne pas comprendre le dispositif déployé contre son père. Soufiane Iquioussen indique être sous le choc et assure «ne pas avoir de nouvelles» de son père.

Le préfet des Hauts-de-France, Georges-François Leclerc, a affirmé mercredi que Hassan Iquioussen était susceptible d'avoir pris la fuite en Belgique.

«Le scénario qui est aujourd'hui privilégié est une fuite en Belgique de M. Iquioussen», a déclaré le préfet lors d'une conférence de presse, qualifiant le prédicateur, mis en cause pour des propos jugés contraires aux valeurs de la République, de «délinquant» dès lors «qu'il s’est soustrait à un arrêt d’expulsion».

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a précisé en début de soirée qu'il donnerait à son homologue belge "des informations" sur l'imam Hassan Iquioussen, qui serait "manifestement en Belgique", afin qu'il ne puisse "pas venir en France".

"Il sera interdit de venir en France. Tant mieux", a ajouté le ministre sur la chaîne de télévision France 5, alors qu'un début de polémique a commencé à poindre avec l'annonce de la fuite de l'imam.

M. Darmanin a affirmé en outre que le gouvernement avait "pris des actes administratifs très importants pour l'empêcher de revenir" en France.

À la question de savoir si les autorités n'avaient pas été suffisamment vigilantes pour l'empêcher de partir, M. Darmanin a répliqué que la France n'était "pas une dictature".

"Le droit ne permet pas de mettre dans des prisons en (détention) préventive avant que quelqu'un ne soit condamné", a souligné le ministre.

Avant la décision du Conseil d'Etat, "il n'était pas fugitif délinquant", a-t-il ajouté.

 

Le Maroc suspend le «laissez-passer consulaire» permettant de l'accueillir

Le Maroc a suspendu le "laissez-passer consulaire" qu'il avait délivré le 1er août à l'imam Hassan Iquioussen afin de permettre son expulsion par la France vers ce pays, a appris mercredi l'AFP de source proche du dossier.

Cette source proche du Maroc a expliqué cette décision par le fait qu'il "n'y avait pas eu de concertations avec les autorités marocaines", au lendemain de la décision du Conseil d’État ouvrant la voie à son expulsion. La décision d'expulsion est "unilatérale", a-t-on ajouté.

Dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, on a rappelé que la validité d'un laissez-passer était de "60 jours", soulignant qu'il serait "incompréhensible que ce document qui n'a d'autre fonction que d'officialiser la reconnaissance par le Maroc de la nationalité de M. Iquioussen soit suspendu".

"Comment peut-on reconnaître la nationalité d’un de ses ressortissants un jour et ne plus la reconnaître le lendemain ?", s'est étonné l'entourage de Gérald Darmanin.

Qui est Hassan Iquioussen?

Hassan Iquioussen est un imam marocain de 58 ans qui est né et réside en France. Il a cinq enfants et quinze petits-enfants, tous français. Selon le ministère de l’Intérieur, le prédicateur a fait le choix à sa majorité de «répudier» la nationalité française. Il est dans le radar des services de renseignement depuis des années, et fiché S depuis un an et demi.

Homme à la réputation sulfureuse, il n'a jamais caché ses sympathies pour la mouvance islamiste des Frères musulmans ni son adoration pour Oussama ben Laden, «grand combattant contre les Américains» et «grand défenseur de l'islam». «Ce sont ses propos, ses croyances et ses agressions verbales qui se transforment en violence physique. Du coup, à un moment donné, des frappes terroristes peuvent survenir», estime Christian Gravel, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait salué la décision d'expulser l'imam pour «discours de haine» et «rhétorique antisémite» considérant cette expulsion comme une «victoire de la république».

Iquioussen a réussi à réunir autour de lui un large public qui écoute ses prêches dans les mosquées ou en ligne. Il a atteint 174 000 abonnés sur YouTube et 44 000 sur Facebook.

«Incitation à la haine»

Dans son arrêté d'expulsion, le ministère de l'intérieur a notamment reproché à l'imam «un discours à teneur antisémite particulièrement virulent». Dans des vidéos diffusées sur internet, Iquioussen décrit les juifs comme «avares et usuraires», les accusant d'être «les meilleurs de la trahison et du crime» et d'éviter «les autres qu'ils considèrent comme des esclaves». «Souvenez-vous de cela, parce que vous comprendrez ce qui se passe aujourd'hui. Les juifs ont continué à comploter contre l'islam et les musulmans», a-t-il affirmé.

D’autre part, l’imam a fait des remarques complotistes et a suggéré que les frappes terroristes dans les pays occidentaux sont des «pseudo-attaques» orchestrées pour alimenter l'islamophobie.

«Vous connaissez ce film, ces dessins animés, c'est quoi le but? Ce n'est pas que les non- musulmans nous détestent, c'est déjà fait, ils l'ont fait avec le 11-septembre, ils l'ont fait avec le 18 juillet, Londres, Madrid. Vous voyez toutes ces pseudo-affaires? Oui? Ces pseudo-attaques visent à effrayer les non-musulmans dans la peur de l'islam et des musulmans», a-t-il déclaré. 

 

Une "carence" administrative

Passer la frontière belge pour éviter une expulsion vers le Maroc, un délit ? Pas forcément. L'imam Iquioussen, dont la France pense qu'il a fui pour se soustraire à son éloignement, a plutôt profité d'une "carence dans la loi", estiment les spécialistes.

Selon les spécialistes de ces procédures, l'imam aux 178.000 abonnés sur YouTube n'a commis aucune infraction pour ce qui est de son expulsion.

"Cet imam a profité d'une carence dans la loi", estime Amine Elbahi, juriste en droit public, interrogé sur BFM TV.

Hassan Iquioussen, 58 ans, n'est en effet pas visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF), qui l'aurait obligé à être reconduit dans son pays d'origine (le plus souvent après avoir été placé en centre de rétention), mais par un arrêté d'expulsion, signé le 29 juillet par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lui-même.

"Le principe d'un tel arrêté est simplement qu'il quitte le territoire français, sans aucune obligation de retour dans le pays d'origine. Donc il n'est pas en infraction, ni n'a commis de délit s'il est bien en Belgique", abonde auprès de l'AFP Serge Slama, professeur de droit public et spécialiste du droit constitutionnel.

Les autorités belges, elles, ont indiqué ne pas rechercher l'imam, qui fait l'objet d'une procédure administrative seulement en France.

Une pensée misogyne «dominante»

«Il est regrettable qu'aujourd'hui les femmes considèrent que servir leur mari et leurs enfants est une punition, alors que c'est une bénédiction», a également affirmé Iquioussen.

En 2014, sur sa chaîne YouTube, Iquioussen s'est moqué d’une téléspectatrice qui lui a dit qu'elle n'appréciait pas son commentaire selon lequel «la place de la femme est dans la cuisine». En effet, l’imam avait déclaré que «la place de la femme est dans la cuisine, dans le salon». «Je ne vois pas pourquoi vous êtes allergique à la cuisine. Vous pensez que nous sommes misogynes. Mais, il est évident que c'est la femme qui est plus souvent dans la cuisine que l'homme. Généralement, si l'homme est dans la cuisine, c’est pour ouvrir le frigo, ce n'est pas pour faire la vaisselle ou préparer à manger.»

Un combat judiciaire

L'avocate de l'imam, Me Lucie Simon, a réagi sur le même réseau social en estimant que cette décision symbolisait «un État de droit affaibli» et a déploré «un contexte alarmant de pression de l’exécutif sur le judiciaire».

«Le combat judiciaire continue, le tribunal administratif de Paris sera amené à se pencher sur le fond du dossier prochainement et Hassan Iquioussen étudie la possibilité de saisir de nouveau la CEDH», a-t-elle expliqué

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) avait refusé de suspendre l'expulsion début août, expliquant qu'elle n'accordait des mesures provisoires de suspension «qu'à titre exceptionnel», lorsque le requérant est exposé «à un risque réel de dommages irréparables».

Les accusations «d'incitation à la haine» et d'antisémitisme découlent de propos tenus lors de discours publics prononcés entre 2003 et 2019.

 

(Avec AFP)


JO-2024: la délégation palestinienne à Paris pour "la cause", pas "pour les médailles"

D'après le Comité olympique palestinien, 300 athlètes, employés et bénévoles du monde sportif sont morts dans la bande de Gaza (AFP)JO 2024pALESTINEiSRA
D'après le Comité olympique palestinien, 300 athlètes, employés et bénévoles du monde sportif sont morts dans la bande de Gaza (AFP)JO 2024pALESTINEiSRA
Short Url
  • la délégation palestinienne aux Jeux olympiques de Paris veut profiter de l'événement pour dénoncer "le traitement inhumain" des Palestiniens.
  • Si une médaille me permet d'attirer plus d'attention, c'est ce qui m'intéresse", a déclaré à l'AFP Yazan Al Bawwab, nageur du 100 m dos, vêtu d'un bob Paris 2024 noir et du gilet blanc de la délégation strié de noir avec les motifs à carreaux du keffieh e

PARIS : Ils ont été accueillis jeudi matin à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle par quelques "Free, Free, Palestine". Au-delà des compétitions, la délégation palestinienne aux Jeux olympiques de Paris veut profiter de l'événement pour dénoncer "le traitement inhumain" des Palestiniens.

Dattes à la main, une centaine de soutiens de la cause palestinienne étaient présents au Terminal 2C dès 6h00, heure de Paris, pour accueillir la petite délégation en provenance de Ramallah à Paris, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Enveloppés de keffieh et drapeaux de la Palestine, ils ont abondamment scandé "Free Free Palestine" et "De Paris à Gaza, résistance, résistance".

"Je suis là pour souhaiter la bienvenue aux athlètes palestiniens", a témoigné Awatef, venue de Pantin (Seine-Saint-Denis/nord de la France), en soutien à un "peuple opprimé depuis bien trop longtemps". "Même si les gouvernements les abandonnent, nous, les gens, les humains, on est là pour eux", a-t-elle assuré.

Parmi les huit athlètes palestiniens concourant aux JO, seuls quelques-uns ont été qualifiés. Les autres ont bénéficié d'une invitation du Comité international olympique (CIO). Et pour la délégation, la course aux médailles n'est pas l'objectif premier.

"Aujourd'hui la Palestine envoie un message au monde: le besoin de mettre fin au génocide contre notre peuple dans la bande de Gaza, cesser l'occupation et le régime d'apartheid dans les territoires palestiniens occupés, stopper le terrorisme des colons en Cisjordanie et remettre en question le statu quo à Jérusalem", a déclaré la représentante de l'Autorité palestinienne en France, Hala Abou Hassira.

D'après le dernier bilan du ministère de la Santé du gouvernement du Hamas pour la bande de Gaza mercredi, 39.145 personnes sont mortes, principalement des civils, dans le territoire palestinien depuis le début de la guerre avec Israël, désormais dans son dixième mois.

Israël a lancé une offensive en riposte à l'attaque sans précédent menée le 7 octobre par les commandos du Hamas dans le sud d'Israël, entraînant la mort de 1.197 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP fondé sur des données officielles israéliennes.

- "Pas pour les médailles" -

Les Jeux olympiques de Paris, qui s'ouvrent vendredi soir, se dérouleront dans un contexte sécuritaire fort.

Malgré des appels à l'exclusion, émanant notamment du Comité olympique palestinien, les 88 athlètes israéliens sont arrivés à Paris et participeront aux compétitions, sous haute surveillance.

"Le Comité olympique israélien a perdu les droits moraux, sportifs, humanitaires et légaux de participer en encourageant et pour certains en participant à la guerre, au génocide et au nettoyage ethnique en cours à Gaza", a accusé le président du Comité olympique palestinien, Jibril Rajoub.

"D'un point de vue psychologique, humanitaire et moral, c'est impossible" que des athlètes palestiniens se retrouvent face à des Israéliens lors d'épreuves. "Nous sommes les victimes et ils sont les criminels", a asséné ce membre historique du Fatah, le parti du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

D'après le Comité olympique palestinien, 300 athlètes, employés et bénévoles du monde sportif sont morts dans la bande de Gaza.

Les restrictions de voyage rendent difficiles aux athlètes l'accès aux évènements sportifs internationaux ou la possibilité de s'entraîner à l'étranger.

Pour les athlètes palestiniens présents à Paris, le symbole est d'autant plus fort.

"Ce n'est pas pour les médailles mais pour atteindre le maximum de monde au sujet de la cause palestinienne. Je m'en fiche de l'argent. Si une médaille me permet d'attirer plus d'attention, c'est ce qui m'intéresse", a déclaré à l'AFP Yazan Al Bawwab, nageur du 100 m dos, vêtu d'un bob Paris 2024 noir et du gilet blanc de la délégation strié de noir avec les motifs à carreaux du keffieh en filigrane.

"J'ai l'opportunité d'être entendu en tant que Palestinien alors que des milliers et des milliers sont traités de manière inhumaine et comme des numéros", a ajouté celui qui était présent à Tokyo 2020. "Il n'y a pas de pression sur nous. La pression est sur les Palestiniens en Palestine".


Pour 58% des Français, Macron ne doit pas nommer Lucie Castets à Matignon, selon un sondage

Cette photographie montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron s'adressant à une interview en direct alors qu'un portrait de Lucie Castets, le choix du "Nouveau Front Populaire" pour le poste de Premier ministre, est affiché sur un écran géant, sur la chaîne de télévision française France 2, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris, le 23 juillet 2024. (AFP)
Cette photographie montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron s'adressant à une interview en direct alors qu'un portrait de Lucie Castets, le choix du "Nouveau Front Populaire" pour le poste de Premier ministre, est affiché sur un écran géant, sur la chaîne de télévision française France 2, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris, le 23 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Près de six Français sur dix (58%) estiment qu’Emmanuel Macron ne doit pas nommer Lucie Castets, la candidate du Nouveau Front populaire, à Matignon, selon un sondage Elabe pour BFMTV paru jeudi
  • 41% des sondés considèrent à l'inverse que le président doit la charger de former un gouvernement

PARIS: Près de six Français sur dix (58%) estiment qu’Emmanuel Macron ne doit pas nommer Lucie Castets, la candidate du Nouveau Front populaire, à Matignon, selon un sondage Elabe pour BFMTV paru jeudi.

41% des sondés considèrent à l'inverse que le président doit la charger de former un gouvernement.

Lucie Castets a demandé mercredi au chef de l'Etat "de prendre ses responsabilités" et de la nommer à ce poste alors que le Nouveau Front populaire est arrivé en tête du second tour des législatives, mais loin de la majorité absolue (289 députés). La haute-fonctionnaire a rejeté toute idée de coalition avec le camp présidentiel.

Les Français se montrent très pessimistes sur ce point: 72% pensent que le bloc macroniste et les partis de gauche et de droite qui ont fait barrage au Rassemblement National ne parviendront pas à s'entendre pour former un gouvernement stable, et seuls 27% pensent qu’ils y parviendront.

Pour une majorité des sondés (60%), Emmanuel Macron reste le principal responsable de la crise politique actuelle. 27% rejettent la faute sur le NFP, 9% sur le RN et 3% sur LR.

59% des Français sont favorables à "une trêve politique" pendant les JO, comme le souhaite le chef de l'Etat. A l’inverse, 41% y sont opposés.

La perspective d’une absence de nouveau gouvernement jusqu’à la rentrée continue de diviser.

50% (+2 points en une semaine) des sondés jugent que cela serait un problème. A l’inverse, 49% (-1 point) considèrent qu'il vaut mieux prendre le temps de trouver une coalition et un gouvernement stable.

Sondage réalisé par Internet du 23 au 24 juillet 2024, auprès d'un échantillon de 1.001 personnes, représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur entre 1,4 et 3,1 points.


Voile et cérémonie d'ouverture: Sylla participera avec une casquette

Des anneaux olympiques sont visibles avant le match de football masculin du groupe A entre la France et les États-Unis dans le cadre des Jeux olympiques de Paris 2024, au stade de Marseille, le 24 juillet 2024. (Photo AFP)
Des anneaux olympiques sont visibles avant le match de football masculin du groupe A entre la France et les États-Unis dans le cadre des Jeux olympiques de Paris 2024, au stade de Marseille, le 24 juillet 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • un compromis trouvé après des échanges entre l'athlète, la Fédération française d'athlétisme (FFA), le ministère des Sports et Bermuti qui fait les tenues.
  • Cette interdiction, qui ne concerne que les Françaises et pas les athlètes des autres délégations, vise dans les faits les femmes de confession musulmane et voilées. Seule Sylla semble concernée dans la délégation tricolore.

PARIS : Le relayeuse française  a indiqué mercredi qu'elle pourrait finalement participer à la cérémonie d'ouverture des JO vendredi en y portant une casquette, le port de son foulard ayant posé problème aux autorités françaises qui l'interdisent pour leurs athlètes au nom de la laïcité.

"Nous avons finalement trouvé un accord afin que je puisse participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques", a indiqué l'athlète de 26 ans sur son compte Instagram, quatre jours après avoir regretté de ne pas pouvoir y aller "parce que tu portes un foulard sur la tête".

"Il lui a été proposé de porter une casquette lors du défilé, ce qu'elle a accepté", a de son côté détaillé le comité national olympique et sportif français (CNOSF), un compromis trouvé après des échanges entre l'athlète, la Fédération française d'athlétisme (FFA), le ministère des Sports et Bermuti qui fait les tenues.

Sur ce sujet sensible en France, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait dit mercredi sa "volonté que Sounkamba Sylla puisse participer à cette cérémonie d'ouverture" tout en respectant le "principe de neutralité" auquel l'athlète est soumise.

Car en France, en vertu du principe de laïcité, les agents de la fonction publique en général ont l'obligation de respecter une "stricte neutralité" et ne doivent pas manifester leurs convictions, qu'elles soient religieuses, philosophiques ou politiques. Dans l'espace public, le port des signes religieux pour toutes les personnes ne fait l'objet d'aucune restriction.

"Lors de Jeux Olympiques et Paralympiques, le port de signes ou tenues à caractère religieux est proscrit pour les membres de l'équipe de France en application du principe de neutralité", détaille le ministère des Sports dans une note de juin 2024, qui rappelait la jurisprudence du Conseil d'Etat, la plus haute instance administrative française.

- "Inventifs sur les solutions" -

Cette interdiction, qui ne concerne que les Françaises et pas les athlètes des autres délégations, vise dans les faits les femmes de confession musulmane et voilées. Seule Sylla semble concernée dans la délégation tricolore.

"On veut être solides sur le respect de ces principes (de laïcité) mais en même temps on veut être dans une attitude bienveillante, la plus constructive possible, et être inventifs sur les solutions pour que tout le monde se sente bien", a indiqué Oudéa-Castéra mercredi.

Ce n'est pas la première fois que la question se pose pour Sylla, qui avait couru avec un foulard aux Mondiaux en 2023 mais avait dû y renoncer en juin lors des Championnats d'Europe d'athlétisme à Rome.

Avant la compétition en Italie, Amélie Oudéa-Castéra avait rappelé l'"exigence de neutralité" des athlètes et demandé à la FFA de faire appliquer la règle. Après concertation avec la principale concernée, la FFA lui avait alors bricolé une casquette qui puisse cacher ses cheveux sans s'envoler à la moindre accélération.

Pour Amnesty International, une telle interdiction du port du voile pour les athlètes olympiques françaises est "discriminatoire".

"Alors que ces Jeux sont présentés comme étant les premiers à afficher +une stricte parité entre les femmes et les hommes+, les autorités françaises ont démontré de manière assumée que leurs efforts visant à améliorer l'égalité des genres et l'inclusivité dans le sport ne s'appliquent pas (...) aux femmes et aux filles musulmanes qui portent un couvre-chef religieux", déplore l'organisation de défense des droits humains dans un rapport mi-juillet.

- Soutien des athlètes -

Dans sa note, le ministère français des Sports précise que le principe de neutralité s'applique pour tous les entraînements, compétitions, cérémonies et autres engagements officiels, mais pas forcément au village olympique.

Sur les réseaux sociaux, quelques athlètes de l'équipe de France ont apporté leur soutien à Sounkamba Sylla, restée discrète sur le sujet.

"C'est malheureux pour les athlètes françaises car (le port du voile) n'a rien à voir avec les performances et ça ne devrait pas à voir avec le fait d'être athlète", a aussi regretté dans une vidéo sur Instagram la boxeuse australienne Tina Rahini, se disant de son côté "reconnaissante de pouvoir concourir avec (son) hijab".

"C'est déjà tellement difficile d'être une athlète olympique, alors devoir abandonner sa foi pour participer...", a-t-elle ajouté. "Je soutiens toutes les Françaises."