En France, la formation face au défi de la pénurie de candidats

Face à la pénurie de candidats et à la nécessité de renforcer leurs compétences, le gouvernement entend développer la formation dans les métiers où les bras manquent, qu'il s'agisse de reconversions ou d'enseignement professionnel. (AFP)
Face à la pénurie de candidats et à la nécessité de renforcer leurs compétences, le gouvernement entend développer la formation dans les métiers où les bras manquent, qu'il s'agisse de reconversions ou d'enseignement professionnel. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 septembre 2022

En France, la formation face au défi de la pénurie de candidats

  • Une étude de la Dares a identifié 30 métiers particulièrement en tension l'année précédente, comme la métallurgie, le BTP ou la maintenance informatique
  • Pôle emploi propose aux chômeurs de longue durée des formations «plutôt courtes», en lien avec «le marché du travail local», ce qui permet «de garantir que les compétences correspondent aux besoins»

PARIS: Face à la pénurie de candidats et à la nécessité de renforcer leurs compétences, le gouvernement entend développer la formation dans les métiers où les bras manquent, qu'il s'agisse de reconversions ou d'enseignement professionnel.

La formation était déjà l'un des principaux leviers du premier quinquennat Macron pour lutter contre le chômage et les emplois non pourvus avec la plateforme '1jeune1solution', la promotion des comptes personnels de formation (CPF) ou encore des incitations financières pour développer l'apprentissage.

Le gouvernement d'Elisabeth Borne promet de maintenir le cap comme la Première ministre l'a rappelé devant le patronat fin août. "Nous allons continuer à adapter la formation aux nouveaux emplois et aux besoins du marché du travail", a-t-elle souligné.

Pour ce faire, Elisabeth Borne s'est engagée à "simplifier et favoriser le recours à la formation professionnelle" mais aussi à renforcer "la reconversion vers les filières de demain ou qui ont le plus de besoins".

Créer sa propre école, la stratégie de certaines entreprises pour mieux recruter

TotalEnergies, Veolia mais aussi La Poste ou Axa... De nombreuses entreprises ont créé leurs propres écoles sous des formules variées et les présentent comme des solutions pour faire face aux difficultés de recrutement.

"La formation classique ne correspond pas forcément à 100% au besoin en magasin", soutient auprès de l'AFP Fabienne Cailly, directrice de la formation et des ressources humaines au sein du groupement d'enseignes d'optique Krys Group, qui lance à la rentrée son premier centre de formation d'apprentis (CFA).

Selon elle, "L'Ecole by Krys Group" va permettre aux élèves de mieux comprendre ce qui les attend et "de fidéliser" les étudiants au groupe dans un secteur qui connaît "une vraie tension".

Pour la société d'ingénierie ADF, qui ouvre une école de soudure pour ses salariés et des demandeurs d'emploi, il s'agit d'"élargir [son] champ de recherche de candidats".

Selon la taille de l'entreprise qui les crée, ces écoles peuvent permettre de recruter d'une poignée de personnes à plusieurs centaines de salariés par an.

Leur forme est très variable: certaines ressemblent à des universités ultra-modernes et d'autres proposent des formations entièrement à distance. Elles peuvent s'adresser à des jeunes sans diplômes ou à des cadres salariés, être partenaires d'établissements scolaires reconnus ou complètement autonomes, au risque de créer des formations sur-mesure pour l'entreprise mais pas forcément adaptées au reste du marché...

Certaines ont même participé à la création de diplômes, comme les campus Veolia dans les métiers de l'environnement.

Pour SNCF Réseau, qui dispose de deux campus à Nanterre et Bordeaux et compte en lancer un troisième à l'automne à Lyon, ces écoles sont aussi "une vitrine technologique" pour attirer des candidats.

Le développement des écoles d'entreprises s'est accru avec la loi "Avenir professionnel" de 2018, qui a ouvert la possibilité pour les sociétés de créer leur propre CFA, sans l'aval des régions.

La loi encourage aussi les "écoles de production", des établissements où des élèves de 15 à 18 ans reçoivent une formation théorique et pratique en travaillant directement sur des commandes d'entreprises partenaires.

"C'est l'école d'entreprise pour celles qui ne peuvent pas s'en créer une elles-mêmes", résume Patrick Carret, directeur général de la Fédération nationale des écoles de production.

"Les entreprises se créent un vivier recrutement" grâce à ces écoles, poursuit-il.

Il assure avoir reçu plus de demandes de création d'écoles de la part d'entreprises cette année, avec l'amplification des difficultés de recrutement.

Pour M. Carret, ces écoles doivent toutefois s'inscrire dans un projet à long terme et ne pas répondre seulement à un besoin temporaire.

«Vivier réduit»

Une étude de la Dares, le service de statistiques du ministère du Travail, parue en 2021, a identifié 30 métiers particulièrement en tension l'année précédente, comme la métallurgie, le BTP ou la maintenance informatique.

Dans un contexte de chômage en nette baisse, "le marché du travail se tend", constate Stéphane Berger, directeur adjoint de Pôle emploi Ile-de-France. "La difficulté, c'est de trouver des candidats et des compétences dans les entreprises", ajoute-t-il.

Pôle emploi propose aux chômeurs de longue durée des formations "plutôt courtes", en lien avec "le marché du travail local", ce qui permet selon lui "de garantir que les compétences correspondent aux besoins".

Les demandeurs d'emplois peuvent même être sélectionnés en fonction de "leurs appétences plutôt que pour leurs compétences", relève Stéphane Berger.

"Plusieurs vocations peuvent naître de ces formations courtes", assure-t-il encore auprès de l'AFP. Preuve selon lui du succès de ces formations, "le taux de recrutement est supérieur à 80%"à l'issue, avance-t-il.

Des éléments confirmés par une autre étude de la Dares, parue en août. Selon celle-ci, "la probabilité de connaître un épisode d'emploi dans les deux ans suivant l'entrée en formation est supérieure de neuf points de pourcentage à celle des demandeurs d'emploi non-formés".

L'étude l'explique par l'"accroissement des compétences" et la possibilité de "nouer des contacts" lors des stages en entreprise.

"Les entreprises sont beaucoup plus ouvertes qu'avant au fait d'intégrer un salarié motivé mais à qui il faut apprendre les gestes du métier", décrypte M. Berger.

Difficultés de recrutement: des secteurs plus touchés que d'autres

Chauffeurs, ouvriers, enseignants... De nombreux métiers peinent à recruter. Tour d'horizon de certains secteurs particulièrement concernés:

L'industrie 

Il y a "70.000 emplois non pourvus dans l'industrie", a assuré le ministre Roland Lescure devant le patronat fin août.

Marqué par la vague de fermetures d'entreprises des années 1980, le secteur connaît des tensions depuis plusieurs années, qui se sont accentuées avec la crise sanitaire.

La métallurgie souffre particulièrement: chaudronniers, tôliers et soudeurs font partie des 10 métiers où recruter est le plus difficile en 2022, selon l'enquête "Besoins en main-d’œuvre" de Pôle Emploi, publiée en avril.

La situation s'explique "en partie par l'inadéquation entre l'offre et la demande" de salariés, explique David Derré, directeur emploi-formation à l'UIMM, syndicat patronal du secteur qui entend mettre en avant "la question de la souveraineté stratégique" que revêt ce secteur pour attirer des candidats.

La construction 

En juillet, 61% des entreprises du bâtiment déclaraient avoir des difficultés de recrutement, selon un point de conjoncture de la Banque de France publié en août.

En tête des postes les plus compliqués à pourvoir, selon Pôle Emploi: les couvreurs. Dans le top 10 également, les menuisiers et ouvriers de l'agencement.

"On pourrait faire bien mieux (accepter plus de chantiers, etc.) si on était en capacité de recruter plus facilement", a déclaré Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) en conférence de presse mardi.

Les transports 

Cars scolaires, transports en commun, trains et même l'aérien: aucun secteur du transport de voyageurs n'échappe à la pénurie de salariés, avec en conséquence un service détérioré pour les usagers.

Selon la Banque de France, 78% des entreprises du secteur signalaient en juillet des difficultés à recruter.

Raison principale de ce désamour: des conditions de travail et des salaires qui n'attirent pas. "Il faut travailler les week-ends, le soir, les jours fériés. Les vacances en juillet-août, il faut les oublier, surtout au début", détaille Didier Mathis, secrétaire général de l'Unsa-Ferroviaire.

Pour pallier le manque de personnel, les entreprises de l'aérien cherchent à recruter dès maintenant pour la saison prochaine. La RATP offre même 300 euros de prime à chaque agent proposant un candidat finalement retenu. Et Keolis déploie un "Bus pour l'Emploi itinérant" avec un simulateur de conduite pour chercher des candidats potentiels.

Ingénieurs, conseil et numérique 

Les entreprises manquent aussi d'ingénieurs et de consultants, en raison d'une "pénurie des talents" et d'une "forte concurrence des entreprises sur certains profils", selon la fédération Syntec, qui regroupe des syndicats dans ces métiers.

Depuis la crise sanitaire, la fédération note une aspiration "à travailler autrement", de nombreux cadres demandant par exemple une semaine de quatre jours ou plus de télétravail.

Les difficultés sont particulièrement fortes dans le numérique où 79% des entreprises évoquaient en mai le "manque de talents" comme le principal frein à leur croissance, selon une enquête commandée par Numeum, la fédération professionnelle du secteur.

Le ministre délégué au Numérique, Jean-Noël Barrot, a d'ailleurs fait de la crise du recrutement une de ses priorités.

Dans le conseil, les employeurs optent pour une "diversification des profils", selon Syntec. En clair: en recrutant par exemple au sein d'écoles moins réputées. Dans ce secteur où le télétravail est déjà développé, certaines entreprises vont même jusqu'à laisser leurs salariés travailler à 100% à distance.

L'éducation 

Le secteur de l'éducation est touché par une crise inédite du recrutement d'enseignants, avec plus de 4 000 postes non pourvus aux concours cette année, sur 27 300 postes ouverts dans le public et le privé (et 850 000 enseignants au total).

Pour répondre à cette pénurie, l'Education nationale a recruté des enseignants contractuels, avec 3 000 personnes embauchées pour cette rentrée selon le ministère.

A plus long terme, le gouvernement travaille à redonner de l'attractivité au métier via une augmentation des rémunérations des enseignants, afin qu'aucun d'entre eux ne débute sa carrière "à moins de 2 000 euros nets" par mois à la rentrée 2023, selon le gouvernement.

Les métiers du soin et du social 

Parmi les 10 métiers où les recrutements sont les plus difficiles, selon Pôle Emploi, figurent en deuxième place les aides à domicile et aides ménagères. A la 9e place, on trouve les infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices.

Ces professionnels ont dû continuer de travailler pendant la crise sanitaire et se sont retrouvés en "première ligne" avec des conditions de travail rendues particulièrement difficiles par le virus.

Certains représentants de ces secteurs dénoncent le manque de financement, malgré les investissements du Ségur de la Santé annoncés l'an dernier.

Près de la moitié des crèches manquent aussi de personnel. Le gouvernement y a assoupli fin août les critères de recrutement.

Dans l'ensemble de la branche sanitaire, médico-sociale et sanitaire à but non lucratif, quelque 45.000 postes sont à pourvoir, selon les estimations de Nexem, une des principales organisations professionnelles du secteur.

«On formate à l'emploi»

"Former, on sait faire!", confirme Franck Delvau, co-président général de l'Umih Ile-de-France, la principale organisation patronale de l'hôtellerie-restauration.

Dans ce secteur, où "de 200 à 300 000 postes" étaient vacants au début de l'été, un partenariat a été noué par l'Umih et Pôle emploi pour proposer aux demandeurs d'emploi une "période d'essai" en entreprise à la fin de leur formation.

Pour Lionel Lerogeron, dirigeant confédéral de la CGT, la formation ne parvient toutefois pas à compenser d'autres freins à l'embauche comme des conditions de travail difficiles, les bas salaires mais aussi la pénurie de logements.

Chauffeurs de bus, métiers de l'hôtellerie-restauration ou encore aides-soignants, "la majorité de ces secteurs ne demandent pas de qualifications énormes", relève M. Lerogeron, mais "les conditions de travail ne sont pas à la hauteur".

"Calibrer l'orientation des jeunes vers les filières en tension, c'est avoir une vision étriquée de la formation professionnelle", pointe pour sa part Sigrid Girardin, co-secrétaire générale du Snuep-FSU (syndicat de l'enseignement professionnel).

Les lycées professionnels, regrette-t-elle, "ne forment plus à un métier" mais "formatent pour un emploi".


Le Maire à Washington, pour discuter des subventions vertes au «Made in America»

«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
Short Url
  • Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont plaider pour une concurrence «équitable»
  • L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis

WASHINGTON: Les subventions pour l'industrie verte "Made in America" du plan climat de Joe Biden inquiètent l'Europe, et les ministres de l'Economie français et allemand tenteront, mardi à Washington, de convaincre les Etats-Unis de mieux coopérer avec leur partenaire d'Outre-Atlantique.

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont ainsi plaider pour une concurrence "équitable", lors de cette journée dans la capitale des Etats-Unis.

Le but principal: obtenir de la "transparence" de la part de leur allié quant aux subventions accordées dans le cadre de l'"Inflation Reduction Act" (IRA), qui prévoit 370 milliards de dollars d'investissements en faveur de la lutte contre le changement climatique, notamment pour les fabricants américains de batteries de voitures électriques ou de panneaux solaires.

L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis.

"Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés", a ainsi expliqué le ministre français, dans un entretien à l'AFP.

"La Commission européenne a proposé la mise en œuvre de 'matching clauses', clauses d'alignement sur le montant des aides américaines. (...) Encore faut-il que nous sachions quel est le montant de ces aides", avait-il ajouté.

«Nouvelles solutions»

C'est en effet la Commission européenne qui mène les négociations avec Washington, et préparera sa réponse à l'occasion d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement les 9 et 10 février.

Mais "étant les ministres de terrain responsables des industries, nous voulons apporter notre expertise", a précisé le ministre allemand, lundi à des journalistes à Washington.

"Nous pouvons contribuer à trouver de nouvelles solutions", a ajouté M. Habeck, saluant cependant "un grand succès" dans le fait "que le gouvernement américain ait finalement décidé de faire quelque chose contre le réchauffement climatique".

Au cours de la journée marathon de mardi, les deux ministres rencontreront le conseiller économique de la Maison Blanche, Brian Deese, et le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Mike Pyle, s'entretiendront avec la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, puis avec leur homologue américaine, la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Une conférence de presse conjointe sera ensuite organisée, avant leur dernier entretien de la journée, avec le sénateur démocrate Joe Manchin, qui a joué un rôle décisif dans le renforcement des conditions d'attribution des subventions en échange de son vote en faveur de l'IRA.

«Engagement continu et soutenu»

Washington assure vouloir travailler avec Bruxelles. Mais se montre ferme quant au bien-fondé de sa législation.

"Cette réunion s'inscrit dans le cadre de notre engagement continu et soutenu avec nos homologues européens sur des questions d'intérêt mutuel", a indiqué un responsable du département au Trésor.

Les Etats-Unis sont "impatients de travailler avec (leurs) alliés européens pour accélérer les investissements dans les technologies vertes", et "se sont engagés à s'associer à leurs homologues en Europe et dans le monde pour construire des chaînes d'approvisionnement résilientes en énergie propre", a-t-il assuré.

La secrétaire américaine au Trésor "a souligné le besoin de stimuler le développement et le déploiement technologique des deux côtés de l'Atlantique pour accélérer la transition vers l'énergie verte et accomplir nos objectifs climatiques collectifs" lors d'un appel concernant l'IRA lundi avec la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, selon un communiqué du département au Trésor.

Autre requête des Européens envers les Etats-Unis: "une approche coopérative sur les investissements les plus stratégiques dans des domaines aussi sensibles que les semi-conducteurs", avait précisé Bruno Le Maire.

"Le défi n'est pas de se voler des marchés très compétitifs, le défi est que nous arrivions à développer ensemble, Etats-Unis et Europe, une industrie verte performante, compétitive et la plus innovante de la planète", a-t-il ajouté.


La conférence Leap 2023 accorde une place de choix à l'économie créative

La conférence Leap examine l'impact des technologies sur la croissance de l'économie créative (Photo fournie).
La conférence Leap examine l'impact des technologies sur la croissance de l'économie créative (Photo fournie).
Short Url
  • La deuxième édition de la conférence consacrée à la technologie s'intéresse autant à la science et à la technologie qu'aux arts et au divertissement
  • Les sessions de la première journée ont abordé le rôle crucial de la créativité dans le développement de la technologie, de l'intelligence artificielle et de l'économie

RIYAD: Qu'est-ce qu'une économie créative? Ce concept en vogue aujourd'hui donne à la culture et à l'imagination une place centrale dans l'expansion économique et technologique.
L'auteur britannique John Howkins a inventé ce terme en 2001 pour décrire les systèmes économiques où la valeur est liée à l'imagination plutôt qu'aux ressources traditionnelles que sont le travail, la terre et le capital.
Howkins applique ce terme aux biens culturels, à l'art, à la recherche et au développement, aux jouets et aux jeux. Il estime que la créativité est une caractéristique intrinsèque des économies du XXIe siècle, tout comme l'industrie manufacturière a défini les économies des XIXe et XXe siècles.
La conférence Leap de cette année accorde une attention particulière à l'économie créative et lui a consacré un programme axé sur la créativité, l'économie et la technologie.
La conférence s'intéresse autant à la science et à la technologie qu'à l'art et au divertissement. Elle illustre la manière dont le progrès technologique dans le domaine du divertissement immersif et numérique influence les domaines de l'art, de la mode, de l'architecture et du design, ce qui a une incidence sur le mode de vie et le travail des êtres humains.
Les tables rondes intitulées «L'art au croisement de la culture et du numérique», «Préserver les arts et la culture avec l'intelligence artificielle», «Construire des communautés engagées à l'ère du métavers» et «La création de contenu et économie de la création», notamment, examinent le rôle primordial que joue la créativité dans l'expansion de la technologie, de l'intelligence artificielle et de l'économie.
«En tant qu'artiste, je trouve que l'intelligence artificielle (IA) est un outil qui me permet de penser davantage à l'avenir et d'élargir ma pratique artistique», a déclaré MaryLiz Bender, artiste, technophile, directrice de la création et cofondatrice de Cosmic Perspective, lors d'une table ronde sur «L'avenir de l'art, l'évolution de l'humanité».
«Je veux penser à l'avenir et à ce que nous serons dans 10, 20, 30, 50, voire 100 ans, et c'est là que l'IA m'a aidé.»
«Nous sommes arrivés à un point où notre interaction et notre collaboration avec les modèles d'IA améliorent notre rendement créatif en tant qu'artistes», a-t-elle ajouté.
L'économie créative est également un thême central de la Vision 2030 saoudienne, pilier du programme de réforme et de transformation sociale du pays. Cette stratégie, lancée par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, vise à sortir le pays de sa dépendance au pétrole et au gaz et à développer une économie tournée vers l'avenir, une économie créative, avant-gardiste et avancée sur le plan technologique.
Selon Vision 2030, la créativité dans toutes les industries est essentielle à la réalisation des trois objectifs principaux du programme: «Construire une société dynamique, une économie florissante et une nation ambitieuse».
La technologie, comme l'a démontré le premier jour de la conférence, occupe une place fondamentale dans la préservation de la culture et du patrimoine, et dans le progrès artistique.
Lors d'une session intitulée «Préserver les arts et la culture», Rami Jawhar, directeur de programme pour Google Arts & Culture, a présenté le rôle des technologies telles que l'IA dans la protection de la culture.
Évoquant les régions touchées par les conflits et la misère, où les langues et les cultures traditionnelles sont menacées d'extinction, M. Jawhar a montré comment, grâce à la technologie, Google s'efforce de préserver le patrimoine culturel, y compris dans le monde immatériel du métavers.
Grâce à diverses technologies, il est possible d'entretenir et de préserver la mémoire des cultures et des traditions du passé, une pratique vitale à l'heure où l'humanité entre de plein pied dans la «quatrième révolution industrielle».
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Organisation de coopération numérique dévoile sa feuille de route pour 2030

L'Organisation de coopération numérique (OCN) a annoncé sa feuille de route pour 2030 à Riyad, le 5 janvier (Photo AN, Abdulaziz Alarifi).
L'Organisation de coopération numérique (OCN) a annoncé sa feuille de route pour 2030 à Riyad, le 5 janvier (Photo AN, Abdulaziz Alarifi).
Short Url
  • Ce plan aspire à un avenir ambitieux dans lequel l'économie numérique contribue à hauteur de 30% au PIB mondial
  • «Nous pouvons libérer tout le potentiel de l'économie numérique mondiale», affirme la secrétaire générale de l’OCN

RIYAD: L'Organisation de coopération numérique a appelé à une collaboration mondiale pour combler le fossé technologique, dévoilant sa feuille de route pour 2030 lors de sa deuxième assemblée générale annuelle à Riyad.
Ce plan aspire à un avenir ambitieux dans lequel l'économie numérique contribue à hauteur de 30% au produit intérieur brut mondial et crée 30 millions d'emplois dans le monde.
Il est conçu pour promouvoir les intérêts communs, plaider en faveur d'une coopération accrue, mettre en place un cadre réglementaire et un climat propice aux affaires, et préserver l'inclusivité et la fiabilité de l'économie numérique aux niveaux local, régional et mondial.
«La beauté de cette feuille de route est qu'elle est agile et flexible», a déclaré à Arab News la secrétaire générale de l'OCN, Deemah al-Yahya.
«Elle se penche sur tous les défis auxquels nous sommes actuellement confrontés dans nos pays membres. Elle examine en profondeur les besoins, les réformes que nous devons adopter et les initiatives que nous devons lancer pour atteindre ces objectifs.»