Cinquante millions de personnes forcées de travailler ou de se marier, selon l'ONU

Sur les 50 millions d'esclaves modernes, près de 27,6 millions étaient des personnes soumises au travail forcé et 22 millions étaient des personnes mariées contre leur gré (Photo, AFP).
Sur les 50 millions d'esclaves modernes, près de 27,6 millions étaient des personnes soumises au travail forcé et 22 millions étaient des personnes mariées contre leur gré (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 13 septembre 2022

Cinquante millions de personnes forcées de travailler ou de se marier, selon l'ONU

  • L'ONU souhaite éradiquer ce fléau en 2030 mais, l'an dernier, 10 millions de personnes supplémentaires se trouvaient en situation d'esclavage moderne
  • C'est près d'une personne sur 150

GENÈVE: L'esclavage moderne a continué de s'étendre dans le monde ces dernières années, porté notamment par la pandémie, avec près de 50 millions de personnes forcées de travailler ou de se marier l'an dernier, a annoncé lundi l'ONU.

C'est près d'une personne sur 150.

L'ONU souhaite éradiquer ce fléau en 2030 mais, l'an dernier, 10 millions de personnes supplémentaires se trouvaient en situation d'esclavage moderne par rapport aux estimations mondiales de 2016, selon le dernier rapport rendu public par l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) - deux agences de l'ONU - avec l'ONG Walk Free Foundation.

Sur les 50 millions d'esclaves modernes, près de 27,6 millions étaient des personnes soumises au travail forcé et 22 millions étaient des personnes mariées contre leur gré.

«La Covid-19 n'explique pas tout»

"Nous demandons de toute urgence que les entreprises soient obligatoirement soumises à un devoir de diligence, afin d'empêcher le recours au travail forcé et d'autres violations dans les chaînes d'approvisionnement", a réagi Sharan Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI), qui représente 332 organisations affiliées dans le monde.

La pandémie provoquée par le coronavirus - qui a entraîné une détérioration des conditions de travail et une augmentation de l'endettement des travailleurs - a renforcé les ressorts de l'esclavage moderne.

Mais "la Covid-19 n'explique pas tout", a déclaré le directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

Ces dernières années, la multiplication des conflits armés et le changement climatique ont contribué à accroître le risque d'esclavage moderne, en occasionnant des perturbations sans précédent en matière d'emploi et d'éducation, en aggravant l'extrême pauvreté, en multipliant les migrations forcées et en faisant exploser les cas de violence fondée sur le genre.

M. Ryder appelle les gouvernements mais aussi les syndicats de travailleurs, les organisations d'employeurs, la société civile et les gens ordinaires à lutter contre "cette violation fondamentale des droits de l'homme".

Le rapport propose en particulier d'améliorer et d'appliquer les lois et les inspections du travail, de mettre fin au travail forcé imposé par l'Etat, d'étendre la protection sociale et de renforcer les protections juridiques, notamment en portant l'âge légal du mariage à 18 ans sans exception.

Dans tous les pays

Les femmes et les filles représentent au total 54% des cas d'esclavage moderne. Près d'un travailleur forcé sur huit est un enfant et plus de la moitié d'entre eux sont victimes d'une exploitation sexuelle à des fins commerciales.

Les travailleurs migrants sont, quant à eux, plus de trois fois plus susceptibles d'être soumis au travail forcé que les adultes non migrants.

Antonio Vitorino, le directeur général de l'OIM, plaide pour que toute migration "soit sûre, ordonnée et régulière", afin de réduire la vulnérabilité des migrants.

L'esclavage moderne est présent dans presque tous les pays du monde.

Plus de la moitié (52%) de tous les cas de travail forcé et un quart de tous les mariages forcés se trouvent dans les pays à revenus moyens supérieurs ou à revenus élevés.

Le mariage forcé a pris de l'ampleur ces dernières années, en hausse de 6,6 millions depuis les estimations mondiales de 2016.

Le rapport révèle aussi que le nombre des personnes en situation de travail forcé a augmenté de 2,7 millions entre 2016 et 2021, une progression uniquement due au recours à ce type de travail dans le secteur privé, notamment dans le cadre de l'exploitation sexuelle commerciale.

Rapporté à la taille de la population, c'est dans les pays arabes que le travail forcé est le plus important. En chiffres absolus, l'Asie et le Pacifique abritent plus de la moitié du nombre total mondial des travailleurs forcés. Le rapport souligne en particulier que divers organes de l'ONU ont fait état de préoccupations concernant le travail forcé en Chine, y compris au Xinjiang.

Ce pays a déposé le 12 août les instruments de ratification des deux conventions fondamentales de l'OIT sur le travail forcé, ce qui - selon cette organisation - "crée un nouvel élan pour la coopération avec le gouvernement et les partenaires sociaux afin de suivre ces questions (et) de combattre le travail forcé".

Cela signifie, a expliqué M. Ryder, que la Chine "va commencer à informer sur la situation des Ouïgours et cela nous donnera des possibilités nouvelles d'accès".

Mais il a reconnu que la discussion sur le Xinjiang n'était "pas facile".


Royaume-Uni: un homme arrêté dans l'affaire du naufrage de 27 migrants morts dans la Manche

Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Short Url
  • Harem Ahmed Abwbaker «est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau»
  • Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais

LONDRES: Un homme de 32 ans a été arrêté mardi au Royaume-Uni dans le cadre de l'enquête sur la mort en novembre 2021 de 27 migrants ayant fait naufrage alors qu'ils traversaient la Manche sur un bateau pneumatique, a annoncé l'agence britannique de lutte contre la criminalité (NCA). 

Harem Ahmed Abwbaker a été arrêté dans le sud-ouest de l'Angleterre et "est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau", a indiqué la NCA dans un communiqué. 

Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais, alors qu'ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. 

Deux passagers seulement, un Kurde irakien et un Soudanais, avaient pu être secourus. 

M. Abwbaker a été retrouvé et arrêté par les autorités britanniques avec l'aide de la France, souligne le communiqué de la NCA. Il "restera en détention pour comparaître demain devant le tribunal de Westminster, où la procédure d'extradition commencera". 

Côté français, dix membres présumés du réseau de passeurs à l'origine du naufrage ont été mis en examen cet été. 

Dans un récent article mi-novembre, le journal français Le Monde affirme que les passagers du bateau avaient appelé à une quinzaine de reprises les autorités françaises pour leur demander de l'aide, en vain. 

La question des traversées de migrants dans la Manche a été l'objet de tensions entre Paris et Londres mais les deux pays ont signé un accord mi-novembre, avec notamment une enveloppe de 72,2 millions d'euros que devront verser les Britanniques en 2022-2023 à la France pour augmenter de 800 à 900 le nombre de policiers et gendarmes sur les plages françaises, d'où partent les migrants. 

Plus de 40.000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni après avoir traversé la Manche à bord de petites embarcations cette année, un record. 


Le nombre de musulmans au Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans

Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Short Url
  • Selon le dernier recensement, britannique 6,5% de la population est adepte de l’islam
  • Le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques»

LONDRES: La population musulmane du Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans, selon les chiffres du dernier recensement publiés par le Bureau de la statistique nationale. Sur l’ensemble de la population du pays, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam.

Par ailleurs, le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni aujourd’hui est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques», qui représente 9,3% de la population».

Dans les chiffres montrant que le Royaume-Uni s’est diversifié à grande vitesse depuis le dernier recensement de 2011, Londres compte désormais deux tiers de minorités ethniques, tandis que d’autres grandes villes comme Leicester, Luton et Birmingham abritent désormais des «majorités minoritaires», en raison de l’accroissement considérable des communautés asiatiques originaires du Pakistan, du Bangladesh, de l’Inde et de l’Afrique de l’Est.

Ce recensement est une enquête sur les tendances au Royaume-Uni réalisée tous les dix ans afin de fournir une image aussi précise que possible de la composition du pays. Le recensement de 2021 a révélé qu’environ 10% des ménages britanniques comptent aujourd’hui des membres d’au moins deux groupes ethniques différents, soit une augmentation de 8,7%.

Il ressort également de cette étude que le pendjabi et l’urdu sont devenus les cinquième et sixième langues les plus parlées au Royaume-Uni, avec respectivement 291 000 et 270 000 locuteurs, soit environ 1% de la population totale.

Selon le directeur adjoint du recensement, Jon Wroth-Smith, «les données d’aujourd’hui mettent en évidence une société de plus en plus multiculturelle. Le pourcentage de personnes s’identifiant au groupe ethnique “Blanc: Anglais, Gallois, Écossais, Irlandais du Nord ou Britannique", continue de diminuer. Bien que cela reste la réponse la plus courante à la question sur le groupe ethnique, le nombre de personnes s’identifiant à un autre groupe ethnique continue d’augmenter».

«Toutefois, les chiffres varient selon l’endroit où l'on vit. Londres reste la région d’Angleterre la plus diversifiée sur le plan ethnique, avec un peu moins de deux tiers des personnes s’identifiant à un groupe ethnique minoritaire, alors que moins d’une personne sur dix s’identifie ainsi dans le Nord-Est.»

«Cependant, en dépit de la diversité ethnique de la société, neuf personnes sur dix en Angleterre et au Pays de Galles s’identifient toujours à une identité nationale britannique, et près de huit sur dix à Londres.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mondial: forfait confirmé de Neymar contre le Cameroun, Alex Sandro blessé

A ces deux absences est venue s'ajouter un troisième forfait, celui du latéral gauche Alex Sandro, blessé à une cuisse lors de Brésil-Suisse (1-0) lundi. (Photo, AFP)
A ces deux absences est venue s'ajouter un troisième forfait, celui du latéral gauche Alex Sandro, blessé à une cuisse lors de Brésil-Suisse (1-0) lundi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le médecin de la sélection Rodrigo Lasmar a indiqué que Neymar et Danilo, blessés chacun à une cheville lors du premier match contre la Serbie (2-0), poursuivent «leurs processus de rétablissement»
  • Le sélectionneur brésilien Tite s'est montré optimiste en déclarant que selon lui, «Neymar rejouera dans cette Coupe du monde»

DOHA: La superstar Neymar, qui soigne une entorse à la cheville droite, sera forfait comme attendu vendredi contre le Cameroun au Mondial-2022, a annoncé mardi la sélection brésilienne, qui sera également privée de Danilo (cheville) et d'Alex Sandro, victime d'une blessure musculaire.

Avant cette troisième rencontre de poule de la Seleçao, déjà qualifiée pour les huitièmes, le médecin de la sélection Rodrigo Lasmar a indiqué que Neymar et Danilo, blessés chacun à une cheville lors du premier match contre la Serbie (2-0), poursuivent "leurs processus de rétablissement".

"Neymar a présenté un épisode de fièvre qui est sous contrôle et qui n'a pas interféré avec le processus de rétablissement de sa cheville", a précisé le Dr Lasmar dans une vidéo diffusée par la Fédération brésilienne (CBF).

A ces deux absences est venue s'ajouter un troisième forfait, celui du latéral gauche Alex Sandro, blessé à une cuisse lors de Brésil-Suisse (1-0) lundi.

"Ces trois athlètes ne seront pas disponibles pour notre prochain match contre le Cameroun", a ajouté Rodrigo Lasmar.

Neymar s'est blessé jeudi dernier contre la Serbie au stade de Lusail, sortant du terrain en boitant après un contact avec Nikola Milenkovic.

Victime d'une entorse, l'attaquant du Paris SG a entamé un protocole de soins pour espérer revenir à temps pour la suite de la compétition, les médias brésiliens tablant sur son retour possible lors des huitièmes de finale (3-6 décembre).

Lundi, Neymar est resté à l'hôtel de la Seleçao pour soigner sa cheville droite et a diffusé une photo de lui devant un écran de télévision diffusant le match contre la Suisse, son pied enserré dans une botte thérapeutique.

Le sélectionneur brésilien Tite s'est montré optimiste en déclarant que selon lui, "Neymar rejouera dans cette Coupe du monde".

Sans "Ney", son équipe s'est qualifiée lundi pour la phase à élimination directe de la Coupe du monde et un nul ou une victoire contre le Cameroun lui assurera la première place du groupe G.