Yémen: le Conseil de sécurité de l'ONU appelle au respect de la trêve

Un homme marche dans une rue de Sanaa, au Yémen, le 1er août 2022 (Photo, Reuters).
Un homme marche dans une rue de Sanaa, au Yémen, le 1er août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 13 septembre 2022

Yémen: le Conseil de sécurité de l'ONU appelle au respect de la trêve

  • Le nombre de victimes du conflit en cours a diminué de 60% depuis l'entrée en vigueur de la trêve
  • Le Conseil a condamné les récentes attaques de la milice houthie sur Taïz, sa parade militaire à Hodeïda et toutes les «violations visibles de l'accord de Hodeïda»

LONDRES: Le Conseil de sécurité de l'ONU a insisté lundi sur les avantages que représente le cessez-le-feu au Yémen pour le pays et sa population.

Par ailleurs, il a déclaré que le nombre de victimes du conflit en cours avait diminué de 60% depuis l'entrée en vigueur de la trêve et que les livraisons de carburant passant par le port de Hodeïda avaient été multipliées par quatre depuis l'entrée en vigueur de la trêve. De plus, la reprise des vols commerciaux à destination et en provenance de Sanaa a permis à 21 000 passagers de se déplacer pour se faire soigner ou pour rejoindre leur famille.

Les membres du Conseil ont appelé la milice houthie et la Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen à «accélérer de toute urgence les négociations menées sous les auspices de l'ONU pour convenir d'une trêve élargie qui pourrait se traduire par un cessez-le-feu durable».

Ils ont invité les deux parties à renforcer leur engagement auprès de l'émissaire spécial des Nations Unies au Yémen afin d'aborder tous les aspects des négociations et «à veiller à ce que leurs experts économiques travaillent en étroite collaboration avec les Nations Unies afin de mettre en œuvre des mesures visant à lutter contre les crises économique et financière».

Les membres du Conseil de sécurité ont salué les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement yéménite pour éviter les pénuries de carburant dans les zones contrôlées par les Houthis, à la suite d'un ordre des Houthis qui a affecté le processus habituel d'autorisation des expéditions de carburant. Ils ont appelé les Houthis à participer aux efforts déployés sous l'égide de l'ONU pour trouver une solution durable permettant d'assurer l'acheminement du carburant dans le pays.

Le Conseil a condamné les récentes attaques de la milice houthie sur Taïz, sa parade militaire à Hodeïda et toutes les «violations visibles de l'accord de Hodeïda». En outre, il a exhorté les deux parties à faire respecter les droits de l'homme, y compris la protection des civils, notamment celle des enfants.

Les membres ont incité les deux parties à collaborer avec l'émissaire spécial pour parvenir à un règlement politique inclusif et global fondé sur des références agréées sous les auspices des Nations Unies. Ils ont également réitéré l'importance de la «participation pleine, égale et significative des femmes au processus de paix. Il s'agit en effet d'une participation minimale de 30%».

De plus, ils ont évoqué la gravité de la crise humanitaire en cours dans le pays et la menace permanente de famine, tout en encourageant les donateurs à financer intégralement le plan de réponse humanitaire des Nations Unies et à soutenir les efforts que déploie le gouvernement yéménite pour stabiliser l'économie.

De surcroît, les membres du Conseil ont exprimé une nouvelle fois leur «profonde inquiétude face au risque écologique, maritime et humanitaire catastrophique que représente le pétrolier Safer», un superpétrolier en décomposition contenant plus d’1,14 million de barils de pétrole, amarré en mer Rouge, au large des côtes du Yémen, avec peu ou pas d'entretien depuis le début de la guerre en 2015.

Enfin, ils ont salué les promesses qui ont été faites en vue de contribuer au financement du plan opérationnel des Nations Unies pour le navire, plan qui requiert l'aide des gouvernements des États membres et du secteur privé. Ils espèrent donc que les Nations Unies seront prêtes, dès que l'objectif de financement aura été atteint, à commencer immédiatement les travaux relatifs à l'opération de transfert de pétrole.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ce que les réponses occidentales contrastées aux crises de l'Ukraine et de Gaza représentent pour les conflits à venir

À gauche: des réfugiés palestiniens fuient la ville de Gaza au milieu des combats entre Israël et le Hamas à la fin de l'année 2023. À droite: des réfugiés ukrainiens traversent la frontière polonaise à la suite de l'invasion russe au début de l'année 2022. (Photos, AFP)
À gauche: des réfugiés palestiniens fuient la ville de Gaza au milieu des combats entre Israël et le Hamas à la fin de l'année 2023. À droite: des réfugiés ukrainiens traversent la frontière polonaise à la suite de l'invasion russe au début de l'année 2022. (Photos, AFP)
Short Url
  • L'Occident n'a pas sanctionné Israël pour non-respect des lois de la guerre, alors qu'il a lourdement condamné la Russie pour les mêmes raisons en Ukraine
  • L'inégalité de traitement pourrait rendre plus difficile la responsabilisation des auteurs et la dissuasion des crimes de guerre à l'avenir, avertissent les experts

LONDRES : Deux ans après l'invasion massive de l'Ukraine par la Russie et six mois après les attaques menées par le Hamas qui ont provoqué l'assaut d'Israël sur Gaza, les critiques estiment que les réponses à ces crises parallèles sont révélatrices d'un système de deux poids, deux mesures dans l'ordre international.

Après l'invasion de son voisin par la Russie le 24 février 2022, les États-Unis et les pays européens ont unanimement réagi en condamnant les actions de Moscou comme une violation du droit international, en imposant des sanctions, en envoyant des armes et des fonds à Kiev et en offrant un refuge aux réfugiés.

1
Un secouriste devant des bâtiments détruits par les bombardements russes sur la ville ukrainienne de Kharkiv, le 16 avril 2022. (AFP)

Après les attentats du 7 octobre de l'année dernière, en revanche, l'Occident a inévitablement vu venir ce qui allait se passer : Israël réagirait férocement contre l'enclave palestinienne d'où l'attaque avait été lancée, infligeant au passage un lourd tribut aux civils.

Au fur et à mesure que le nombre de morts augmentait à Gaza à la suite des bombardements israéliens, on aurait pu s'attendre à ce que la communauté internationale réagisse en condamnant l'agresseur comme elle l'avait fait pour la situation en Ukraine, et en exprimant sa solidarité avec la partie lésée.

1
Cette photo prise le 3 janvier 2024 montre des bâtiments détruits par les bombardements israéliens dans le centre de la bande de Gaza. (AFP)

On aurait pu s'attendre à des exigences similaires au sein du Conseil de sécurité des Nations unies pour un cessez-le-feu immédiat, des sanctions et l'isolement diplomatique d'Israël, ainsi qu'un programme d'aide généreux pour les Palestiniens.

Un coup d'œil sur le récent programme d'aide à l'étranger approuvé par le Sénat américain est peut-être révélateur des priorités de Washington. Environ 60 milliards de dollars seront alloués à l'Ukraine, 14 milliards de dollars à Israël et seulement 10 milliards de dollars aux efforts humanitaires mondiaux, y compris à Gaza.


Irak: les élections parlementaires du Kurdistan autonome reportées au 10 juin

Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence (Photo, AFP).
Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence (Photo, AFP).
Short Url
  • Les élections pour renouveler les sièges du Parlement auraient dû avoir lieu en octobre 2022
  • Mais les contentieux entre le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) avaient poussé l'Assemblée à prolonger son mandat d'un an

ERBIL: La présidence du Kurdistan irakien a annoncé dimanche que les élections parlementaires de la région autonome auraient finalement lieu le 10 juin, après de multiples reports dus aux querelles entre les deux principaux partis kurdes.

Les élections pour renouveler les sièges du Parlement auraient dû avoir lieu en octobre 2022, mais les contentieux entre le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) avaient poussé l'Assemblée à prolonger son mandat d'un an.

Les deux partis s'affrontaient notamment sur le découpage des circonscriptions électorales.

Le gouvernement régional avait alors fixé le 18 novembre 2023 comme nouvelle date. Mais la Commission électorale irakienne a ensuite réclamé un nouveau report, arguant de la trop grande proximité avec les élections des conseils provinciaux prévues un mois plus tard dans le reste du pays.

Puis elles ont été de nouveau reportées, cette fois au 25 février dernier.

Mais le 21 février, la Cour suprême irakienne a décidé que le Parlement de la région du Kurdistan devait être composé de 100 députés au lieu de 111, et que le scrutin devait être supervisé par la Commission électorale irakienne.

Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence dans un communiqué publié dimanche.

La date du scrutin était très attendue, car en mai dernier la Cour suprême d'Irak avait jugé "inconstitutionnelle" la prorogation d'un an du mandat du Parlement régional.

Le Kurdistan irakien est dominé par les deux frères ennemis du PDK et de l'UPK. Le PDK domine à Erbil, la capitale régionale, et ses membres sont à la tête de la présidence de la région et de son gouvernement. Et depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, tous les présidents irakiens sont issus de l'UPK.

Dans le Parlement actuel de la région, le PDK est le parti le plus important avec 45 sièges, suivi de l'UPK avec 21 sièges.

Le Kurdistan d'Irak se présente comme une oasis de stabilité, mais militants et opposition y dénoncent, entre autres maux, la corruption et des arrestations arbitraires.


Un navire de guerre italien abat un drone en mer Rouge

Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël (Photo, AFP).
Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Un contre-torpilleur italien a abattu un drone qui se dirigeait vers lui samedi en mer Rouge
  • Le ministre italien de la Défense Guido Crosetto a dénoncé les attaques des Houthis qui constituent «une grave violation du droit international»

ROME: Un contre-torpilleur italien a abattu un drone qui se dirigeait vers lui samedi en mer Rouge, où les rebelles yéménites Houthis mènent de fréquentes attaques contre des navires en soutien aux Palestiniens de Gaza, a annoncé le ministère de la Défense.

"En vertu du principe de légitime défense, le navire Duilio a abattu un drone en mer Rouge. Le drone, présentant des caractéristiques analogues à ceux déjà employés dans de précédentes attaques, se trouvait à six kilomètres du navire italien, et volait vers lui", indique un communiqué du ministère.

Dans un entretien dimanche au Corriere della Sera, le ministre de la Défense Guido Crosetto a dénoncé les attaques des Houthis qui constituent "une grave violation du droit international".

Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël, en "solidarité" avec les Palestiniens de la bande de Gaza, en proie à la guerre entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Leurs attaques ont contraint de nombreux armateurs à suspendre le passage par cette zone où transite12% du commerce mondial.

En réaction, les États-Unis, soutien d'Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge et lancé, avec l'aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les Houthis. Ces derniers ont depuis élargi leurs attaques à des navires liés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

L'Italie de son côté s'est engagée à faire partie d'une force navale de l'Union européenne, la mission Aspides, dont elle prendrait le commandement, mais sa participation doit être entérinée par le Parlement et son examen traîne en longueur. Un premier passage au Sénat est prévu à partir de mardi.

En visite officielle au Canada, la cheffe du gouvernement Giorgia Meloni a défendu samedi la participation de son pays au nom de ses intérêts économiques, un tiers des exportations italiennes passant par le détroit de Bab al-Mandeb qui relie la mer Rouge au golfe d'Aden.

La mission Aspides ("bouclier" en grec ancien) est prévue pour un an, éventuellement renouvelable. Outre l'Italie, la France, la Belgique et l'Allemagne ont fait part de leur intention d'y participer.