Les actionnaires de Twitter votent en faveur du projet de rachat, en suspens, de Musk

Cette photo d'illustration prise le 5 août 2022 montre un téléphone portable affichant une photo d'Elon Musk placée sur un écran d'ordinateur rempli de logos Twitter à Washington, DC. (AFP)
Cette photo d'illustration prise le 5 août 2022 montre un téléphone portable affichant une photo d'Elon Musk placée sur un écran d'ordinateur rempli de logos Twitter à Washington, DC. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 14 septembre 2022

Les actionnaires de Twitter votent en faveur du projet de rachat, en suspens, de Musk

  • Début juillet, le patron de Tesla et SpaceX avait mis fin unilatéralement au contrat signé fin avril pour l'acquisition de Twitter à 54,20 dollars l'action, soit une valorisation de 44 milliards de dollars
  • Dans son communiqué de presse sur le vote des actionnaires, le groupe californien assure «continuer de croire que la prétendue résiliation de l'accord de rachat est invalide et infondée»

SAN FRANCISCO: Les actionnaires de Twitter ont approuvé mardi l'accord de rachat de la plateforme par Elon Musk, juste après l'audition d'un lanceur d'alerte qui, comme le milliardaire, accuse l'entreprise d'avoir dissimulé des problèmes.

Le vote, à 98,6% en faveur de la transaction, consolide la position du réseau social à un mois de l'ouverture du procès qu'il a lancé contre M. Musk pour le forcer à honorer son engagement.

Début juillet, le patron de Tesla et SpaceX avait mis fin unilatéralement au contrat signé fin avril pour l'acquisition de Twitter à 54,20 dollars l'action, soit une valorisation de 44 milliards de dollars.

Mais ce scrutin représente une maigre consolation pour l'oiseau bleu décrié en public par un ancien haut responsable. Peiter Zatko, l'ex-chef de la sécurité de Twitter licencié en janvier, a détaillé mardi son rapport remis aux autorités américaines sur des graves failles de sécurité.

"La direction de Twitter trompe les élus, les régulateurs et même son propre conseil d'administration", a-t-il déclaré d'emblée aux sénateurs de la commission judiciaire.

"Ils ne savent pas ce qu'ils ont comme données, où elles sont, d'où elles viennent et donc, évidemment, ils ne peuvent pas les protéger", a affirmé l'expert plus connu sous son pseudonyme, Mudge. "Les employés ont trop d'accès (...) peu importe qui a les clefs si vous n'avez pas de serrures aux portes", a-t-il relevé.

«Les profits avant la sécurité»

L'informaticien de 51 ans, recruté fin 2020 après un piratage spectaculaire de certains profils, assure avoir tenté d'alerter les hauts responsables du groupe, en vain. "Ils n'ont pas les compétences pour comprendre l'étendue du problème", a-t-il assené. "Surtout, leurs bonus de dirigeants les incitent à faire passer les profits avant la sécurité".

Cette remarque "est en partie invalidée par son admission que Twitter est un +service de grande valeur+", a commenté Jasmine Enberg, analyste de Insider Intelligence. Mais les allégations de Mudge nuisent quand même "à l'image de Twitter, qui a fait de la sûreté et de la sécurité de ses utilisateurs une priorité", a-t-elle ajouté.

Fin août, la révélation par la presse du rapport du lanceur d'alerte, très respecté dans le milieu de la cybersécurité, avait fait l'effet d'une bombe. Twitter a rejeté ces accusations comme infondées, mais elles sont tombées à pic pour Elon Musk.

Celui qui voulait un temps faire de la plateforme une place publique "essentielle à la démocratie", estime que la société basée à San Francisco lui a menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams parmi ses utilisateurs. Elle dépasserait à son avis largement les 5% estimés par la direction de Twitter.

Popcorn 

Or Peiter Zatko évoque directement dans son rapport les questions posées par le patron de Tesla sur les bots. Il mentionne des déclarations "trompeuses" de Parag Agrawal, le chef du réseau, et affirme que les outils de Twitter sont "obsolètes", ses équipes "débordées" et "inefficaces".

Des affirmations que les avocats d'Elon Musk essaieront d'utiliser à leur avantage lors du procès prévu pour la mi-octobre dans une cour spécialisée.

"Pour Wall Street, le témoignage de Zatko devant le Sénat met plus de pression sur le camp de Twitter", a tweeté Dan Ives, analyste de Wedbush Securities.

Dans son communiqué de presse sur le vote des actionnaires, le groupe californien assure "continuer de croire que la prétendue résiliation de l'accord de rachat est invalide et infondée".

"Je n'ai pas fait mes révélations de lanceur d'alerte par méchanceté ou pour nuire à Twitter", a assuré Mudge aux sénateurs mardi. "Étant donné les dommages réels pour les utilisateurs et la sécurité nationale, j'ai décidé qu'il était nécessaire de prendre le risque personnel et professionnel, pour moi et ma famille, de donner l'alerte", a-t-il souligné.

De son côté, Elon Musk a tweeté un émoji en forme de popcorn, laissant entendre qu'il suivait l'audition avec délectation.


Singapore Airlines s'entend avec Tata pour prendre 25% d'Air India

Un avion de Singapore Airlines navigue le long du tarmac de l'aéroport de Singapour Changi, à Singapour, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Un avion de Singapore Airlines navigue le long du tarmac de l'aéroport de Singapour Changi, à Singapour, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord, qui devrait être conclu d'ici mars 2024, permettra à Singapore Airlines de détenir 25,1% d'Air India
  • Pour l'heure, Tata et Singapore Airlines détiennent respectivement 51% et 49% de Vistara

BOMBAY: Singapore Airlines et le groupe Tata vont fusionner leur compagnie aérienne commune Vistara à Air India et ainsi consolider les activités de la compagnie phare de l'Inde privatisée cette année, ont indiqué les deux compagnies mardi.

L'accord, qui devrait être conclu d'ici mars 2024, permettra à Singapore Airlines de détenir 25,1% d'Air India, après un investissement supplémentaire de 20,6 milliards de roupies (241 millions d'euros).

Pour l'heure, Tata et Singapore Airlines détiennent respectivement 51% et 49% de Vistara, compagnie aérienne à service complet, qui se taille 9,2% du marché intérieur indien.

Sa flotte contribuera à étendre celle d'Air India à 218 appareils et en fera la deuxième compagnie aérienne intérieure du pays après IndiGo.

Air India est déjà le plus grand transporteur international de l'Inde, mais ne compte que 8,6% de parts du marché intérieur, selon les dernières données disponibles datant de septembre.

"La fusion de Vistara et d'Air India est une étape importante dans notre démarche pour faire d'Air India une compagnie aérienne de classe mondiale", a déclaré Natarajan Chandrasekaran, président de Tata Sons dans un communiqué.

"Nous sommes ravis à l'idée de créer une Air India forte qui doit offrir à la fois un service complet et des services à bas coûts sur les lignes intérieures et internationales", a-t-il ajouté.

Tata, conglomérat du thé et de l'acier, a racheté, pour 2,4 milliards de dollars (2,3 mds euros) en janvier, la compagnie publique Air India, nationalisée en 1953 mais initialement fondée en 1932.

Le gouvernement a effacé les trois quarts de la dette de 615 milliards de roupies qui plombait la compagnie.

Depuis, Tata a nommé à la tête d'Air India son premier directeur général étranger, Campbell Wilson, ancien patron de Scoot, filiale à bas coûts de Singapore Airlines.

Air India vise une part de marché de 30% sur le marché intérieur indien ces cinq prochaines années et entend développer rapidement sa flotte pour ouvrir davantage de liaisons internationales.

"Tata Sons est l'un des noms les plus établis et les plus respectés en Inde", a déclaré Goh Choon Phong, directeur général de Singapore Airlines, dans un communiqué distinct.

"Avec cette fusion, nous avons l'occasion d'approfondir notre relation avec Tata et de participer directement à une nouvelle phase de croissance passionnante du marché de l'aviation en Inde", a-t-il ajouté.

L'Inde est le troisième marché du transport aérien au monde et, selon les prévisions d'Airbus, elle devrait connaître une croissance annuelle de 6,2% au cours des deux prochaines décennies.


La toute première exportation d'ammoniac bleu quitte l'Arabie saoudite

Une cargaison d'ammoniac bleu a quitté l'Arabie saoudite pour la Corée du Sud (Photo fournie).
Une cargaison d'ammoniac bleu a quitté l'Arabie saoudite pour la Corée du Sud (Photo fournie).
Short Url
  • «Nous sommes convaincus que cette cargaison d'ammoniac bleu contribuera à jeter les bases d'une chaîne d'approvisionnement mondiale», a indiqué Yong Suk Kim, PDG de Lotte Fine Chemical
  • Ces avancées s'inscrivent dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui préconise des carburants, des produits et des solutions à faible teneur en carbone

RIYAD: Une cargaison d'ammoniac bleu a quitté l'Arabie saoudite pour la Corée du Sud, marquant une nouvelle étape dans le développement de solutions de décarbonisation.
L'annonce a été faite lors de la conférence de l'Initiative verte saoudienne qui s'est tenue récemment à Charm el-Cheikh. Le navire Seasurfer, qui transporte 25 tonnes-kilomètres d'ammoniac bleu à faible teneur en carbone, devrait atteindre sa destination entre le 9 et le 13 décembre, effectuant ainsi la première livraison commerciale au monde de ce genre.
Cette avancée, qui offre une alternative à l'ammoniac gris conventionnel, est le fruit de la collaboration entre Saudi Basic Industries Corporation Agri-Nutrients (SABIC AN) et Aramco.
La société Lotte Fine Chemical (LFC), qui entretient une relation de longue date avec SABIC AN, recevra l'ammoniac bleu à faible teneur en carbone «du berceau à la porte».
«Cette expédition est une nouvelle étape dans notre chemin vers la neutralité carbone», a déclaré Abdulrahman Shamsaddin, PDG de SABIC AN.
«Nous sommes fiers de faire partie de cette solution pionnière, qui ouvre la voie à de nouveaux efforts de décarbonisation.»
«Tournés vers l'avenir, nous travaillons constamment sur des solutions novatrices pour décarboniser nos actifs et offrir à notre clientèle des solutions à faible émission de carbone», a-t-il ajouté.
«Nous sommes ravis de conclure cet accord significatif avec notre fournisseur de longue date, SABIC Agri-Nutrients, pour recevoir la première cargaison d'ammoniac bleu certifié au monde», a pour sa part indiqué Yong Suk Kim, PDG de LFC.
«Forts de notre histoire commune, nous sommes déterminés à avancer ensemble vers une nouvelle ère pour l'ammoniac. Nous sommes convaincus que cette cargaison d'ammoniac bleu contribuera à jeter les bases d'une chaîne d'approvisionnement mondiale», a-t-il soutenu.
Cette année, SABIC AN et Aramco ont reçu les premières certifications indépendantes au monde qui reconnaissent la production d'ammoniac bleu et d'hydrogène bleu, accordées par TUV Rheinland, une grande agence indépendante de test, d'inspection et de certification basée en Allemagne.
L'expédition d'ammoniac bleu vers la Corée du Sud sera la première à bénéficier de cette certification importante.
Ces avancées s'inscrivent dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui préconise des carburants, des produits et des solutions à faible teneur en carbone, ainsi que des énergies propres.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le prince héritier dévoile le schéma directeur de l'aéroport international du roi Salmane

Une image du nouvel aéroport (Photo fournie).
Une image du nouvel aéroport (Photo fournie).
Short Url
  • Le projet d'aéroport s'inscrit dans la vision de l'Arabie saoudite de faire figurer Riyad parmi les dix premières villes économiques du monde
  • Riyad accueille le sommet mondial du Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) inauguré le 28 novembre

RIYAD: L'Arabie saoudite s'apprête à construire l'un des plus grands aéroports du monde qui, selon le prince héritier Mohammed ben Salmane ben Abdelaziz, devrait donner une impulsion considérable à l'ambition du Royaume de devenir un pôle mondial touristique et commercial.
L'aéroport international du roi Salmane de Riyad comptera six pistes parallèles et devrait contribuer annuellement à hauteur de 27 milliards de riyals saoudiens (7,18 milliards de dollars) au produit intérieur brut non pétrolier de l'Arabie saoudite.
Il permettra de faire grimper le trafic annuel de passagers en Arabie saoudite de 29 millions actuellement à 120 millions de voyageurs d'ici 2030 et à 185 millions d'ici 2050. Le trafic aérien dans le Royaume passerait de 211 000 à plus d'un million de vols par an.
Dans un souci de développement durable, le nouvel aéroport obtiendra la certification LEED Platinum grâce à l'intégration de mesures écologiques novatrices dans sa conception, et sera alimenté par des énergies renouvelables, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).
Le projet, qui devrait être financé par le Fonds d'investissement public, inclut les terminaux existants portant le nom du roi Khalid et prévoit une capacité de traitement de 3,5 millions de tonnes de fret d'ici 2050.
Le rapport de la SPA ajoute qu'il deviendra une aérotropolis axée sur un parcours client fluide, sur une efficacité opérationnelle de haut niveau et sur l'innovation. L'identité de Riyad et la culture saoudienne seront prises en compte dans la conception de l'aéroport afin de proposer une expérience de voyage unique aux visiteurs et aux voyageurs en transit.
«Le projet d'aéroport s'inscrit dans la vision de l'Arabie saoudite de transformer Riyad pour faire en sorte qu'elle figure parmi les dix premières villes économiques du monde, et de soutenir la croissance de sa population qui atteindra 15 à 20 millions d'habitants d'ici 2030», a déclaré la SPA.
Elle a ajouté que l'aéroport du roi Salmane créerait 103 000 emplois directs et indirects.

Le nouvel aéroport s'inscrit dans le cadre du programme Vision 2030 de l'Arabie saoudite (Photo, Fonds d’investissement public).

La SPA n'a pas donné de détails sur les investissements prévus, mais une source proche du dossier a indiqué à Reuters que le département de l'aviation du Fonds d'investissement public recevait des financements importants pour créer un écosystème de compagnies aériennes de fret et de passagers, d'entreprises de réparation et d'aéroports.
La compagnie aérienne nationale Saudia, active depuis 77 ans, sera installée à Djeddah, sur la mer Rouge, dans le cadre de la stratégie de transport qui prévoit la création de deux hubs.
Le Royaume est déjà engagé dans des négociations avec les constructeurs aéronautiques Airbus SE et Boeing Co au sujet de commandes pour les deux compagnies Saudia et RIA.
Cette annonce survient à la veille du sommet mondial du Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC), qui a débuté à Riyad le 28 novembre.
Considéré comme l'un des plus grands événements touristiques de l'année, le sommet mondial est organisé au King Abdul Aziz International Conference Center sous le slogan «Voyagez pour un avenir meilleur».
Au cours de l'événement, les leaders de l'industrie partageront leurs réflexions sur l'avenir du secteur et les défis à relever pour rendre l’industrie du voyage et du tourisme plus sûre, plus résiliente, plus inclusive et plus durable.


Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com