Les banques libanaises annoncent une fermeture de trois jours pour des raisons de sécurité

L’agence fermée de la Byblos Bank à Ghazieh, dans le sud du Liban, après qu’un déposant armé l’a prise d’assaut plus tôt et a exigé de retirer ses économies gelées. (AFP)
L’agence fermée de la Byblos Bank à Ghazieh, dans le sud du Liban, après qu’un déposant armé l’a prise d’assaut plus tôt et a exigé de retirer ses économies gelées. (AFP)
L’agence de la Byblos Bank à Ghazieh, dans le sud du Liban, après qu’un déposant a retiré de force ses économies. (Twitter)
L’agence de la Byblos Bank à Ghazieh, dans le sud du Liban, après qu’un déposant a retiré de force ses économies. (Twitter)
Des agents de sécurité à l’entrée de l’agence de la Blom Bank à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (AP)
Des agents de sécurité à l’entrée de l’agence de la Blom Bank à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (AP)
Des médias et des agents de sécurité à l’entrée de l’agence de la Blom Bank à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (AP)
Des médias et des agents de sécurité à l’entrée de l’agence de la Blom Bank à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (AP)
Des manifestants scandent des slogans devant une agence de la LGB Bank dans le quartier de Ramlet el-Baïda à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (Reuters)
Des manifestants scandent des slogans devant une agence de la LGB Bank dans le quartier de Ramlet el-Baïda à Beyrouth, le 16 septembre 2022. (Reuters)
Des membres de la police et de l'armée montent la garde devant une agence de la BankMed à Chehim, au Liban, le 16 septembre 2022. (Reuters)
Des membres de la police et de l'armée montent la garde devant une agence de la BankMed à Chehim, au Liban, le 16 septembre 2022. (Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 16 septembre 2022

Les banques libanaises annoncent une fermeture de trois jours pour des raisons de sécurité

  • Les braquages de banques par des déposants de plus en plus exaspérés font boule de neige au Liban
  • Depuis 2019, des limites strictes sur les retraits de devises étrangères ont été imposées par les banques libanaises

BEYROUTH: Les banques libanaises ont décrété une fermeture de trois jours de leurs agences, à partir de lundi, après avoir été frappées par un déluge d’intrusions de déposants en colère demandant l’accès à leurs économies gelées.

Le ministre intérimaire de l’Intérieur, Bassam Mawlawi, a également convoqué une réunion d’urgence du Conseil central de sécurité pour discuter des mesures de sécurité à prendre face à la multiplication des braquages de banques.

Dans un communiqué, l’Association des banques du Liban (ABL) explique que cette fermeture intervient pour prendre les mesures réglementaires nécessaires ainsi que pour assurer la sécurité des clients.

Le groupe rejette la violence sous toutes ses formes et souligne que la solution est «d’adopter des lois pour résoudre la crise aussi rapidement que possible».

Vendredi, les banques libanaises ont été frappées par un déluge de braquages similaires commis par des clients en colère cherchant à retirer leurs dépôts.

 

BRAQUAGE DES BANQUES

Les banques suivantes auraient été braquées par des déposants :

 

• Byblos Bank à Ghazieh

• Blom Bank à Tarik el-Jdideh, Beyrouth

• Bank Audi à Chiyah

• Banque libano-française (BLF), agences de Kafaat et de Hamra

• Lebanon & Gulf Bank à Ramlet el-Baïda

• BLom Bank à Concorde

• Fransabank à Beyrouth

• BankMed à Chehim, Mont-Liban

 

La série d’incidents a commencé tôt le matin lorsqu’un homme est entré dans une agence de la Byblos Bank dans la ville de Ghazieh, dans le sud du Liban, et a menacé les employés avec une arme militaire, exigeant qu’ils lui rendent ses économies.

Moins de deux heures plus tard, un déposant, identifié par la suite comme étant Abed Soubra, a pris d’assaut l’agence de la Blom Bank à Tarik el-Jdideh, à Beyrouth, exigeant lui aussi que son argent lui soit remis.

Un responsable du siège principal de la banque a raconté à Arab News qu’il avait reçu des photos de l’intérieur de l’agence de la banque montrant un état de panique parmi les employés et les clients.

Les forces de sécurité négociaient avec le déposant armé, selon le responsable. Le déposant de la Byblos Bank, Mohammed Q., était accompagné d’une autre personne lorsqu’il est entré dans la banque dans le sud du Liban. Il a versé de l’essence sur le sol et a menacé d’incendier la banque si on ne lui remettait pas son argent.

Un état de panique s’est installé à l’intérieur de la banque pendant un certain temps, et le tireur a réussi à récupérer l’intégralité de son argent, soit 19 200 dollars (1 dollar = 1 euro). Il a donné les billets à son complice, qui attendait à l’extérieur de la banque et qui s’est enfui avec l’argent.

Plus tard, le tireur et la personne qui l’accompagnait, qui s’est avérée être son fils, se sont rendus, souriants, aux forces de sécurité présentes sur les lieux. Les deux hommes ont été emmenés au poste de police pour interrogatoire.

image 4
Les suspects souriants se rendent à la police. (Twitter)

Jusqu’à présent, quatre personnes ont réussi à obtenir une partie de leurs dépôts en prenant d’assaut des banques, en menaçant les employés avec des armes ou avertissant qu’ils allaient  s’immoler et incendier les locaux avec de l’essence. Les braqueurs n’ont pas été sévèrement punis par les services de sécurité.

Mercredi, Sali Hafiz a pris d’assaut l’agence de la Blom Bank à Sodeco, à Beyrouth, exigeant de retirer ses économies. Elle a menacé de s'immoler et d'incendier la banque si elle ne recevait pas son argent déposé, près de 20 000 dollars. Hafiz a expliqué son geste par la maladie de sa sœur, atteinte d’un cancer du cerveau nécessitant un traitement coûteux.

Mercredi également, un jeune homme appelé Rami Charaf al-Din est entré dans une succursale de la Bankmed dans la ville d'Aley. Il aurait menacé les employés mais, selon des responsables, des membres des services de sécurité sont intervenus et l'ont arrêté.

Haitham Ezzo, l’un des avocats spécialisé dans la défense des civils qui protestent dans les rues, y compris les déposants, a affirmé à Arab News qu’en «vertu d’articles du code pénal, des mandats d’arrêt sont émis contre les braqueurs des banques pour avoir formé un gang et s’être introduits dans des banques, mais dans ces cas-là, il n’y a pas d’intention criminelle».

Dans ces incidents, les braqueurs visaient à récupérer ce à quoi ils avaient droit, «et leur but n’est pas de voler», ajoute-t-il. «En ne faisant pas face à la crise, l’État transforme des civils ordinaires en criminels qui n’en sont pas.»

L’avocat s’attend à ce que ces incursions se poursuivent. Depuis 2019, des limites strictes sur les retraits de devises étrangères ont été imposées par les banques libanaises à court de liquidités, bloquant les économies de millions de personnes. Près des trois quarts de la population ont sombré dans la pauvreté alors que l’économie de ce pays du Moyen-Orient continue de s’effondrer.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les dirigeants iraniens déstabilisés par la montée des protestations

Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Short Url
  • L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême
  • Alarmés par l'ampleur de l'indignation populaire, certains religieux et politiciens de haut rang ont appelé au calme

DJEDDAH: Les dirigeants religieux iraniens semblent avoir du mal à trouver un moyen d'écraser les manifestations antigouvernementales de masse, alors que les tactiques de sécurité sont remises en question et que des manœuvres de haut niveau sont menées pour désigner le successeur de l'ayatollah Ali Khamenei, indiquent les analystes.

L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police iranienne des mœurs, a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême, âgé de 83 ans –  une nouvelle qui menace l'establishment religieux iranien.

Bien que l'Assemblée des experts composée de 86 membres soit, en théorie, chargée de choisir le prochain dirigeant, les luttes d'influence ont déjà commencé, ce qui empêche les religieux au pouvoir de s'unir autour d'une série de tactiques de sécurité. 

« Cette course a semé la zizanie au sein de la direction. L'aggravation des désaccords est bien la dernière chose dont nous ayons besoin dans un pays en pleine tourmente », affirme un responsable du parti de la ligne dure. « La question principale à l'heure actuelle est la survie de la République islamique ».


Un ministère saoudien remporte deux prix de communication aux EAU

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Short Url
  • 53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix
  • L'obtention des prix est due au travail acharné des employés, dit le ministre adjoint aux services partagés du ministère

CHARJAH, EAU : Le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a remporté deux prix lors de la 9e édition de l’événement « Sharjah Government Communication Awards », aux Émirats arabes unis.

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale dans le monde arabe et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde.

53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix. Le ministère saoudien a été félicité pour la méthodologie qu'il emploie dans la mise en œuvre de ses projets, pour l'impact et les résultats obtenus, pour l'utilisation efficace de la technologie et des médias en vue d'atteindre le public-cible, ainsi que pour ses visions innovantes et proactives.

Mohammed ben Nasser al-Jasser, ministre adjoint aux services partagés du ministère, a déclaré que l'obtention des prix était due au travail acharné des employés.

Il a également indiqué que le ministère cherchait à créer un système de médias de communication efficace, capable de suivre le rythme des changements rapides qui se produisent dans les secteurs qu'il supervise, tout en répondant à la transformation numérique qui a bouleversé les médias gouvernementaux ces dernières années.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Shervin Hajipour, auteur de la chanson devenue hymne des protestations, arrêté en Iran

La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
Short Url
  • Quelques jours avant son arrestation Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique
  • Les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard

DUBAÏ: Le chanteur Shervin Hajipour a été arrêté par la police, son sort est actuellement inconnu et « nous ne savons toujours pas quelles sont les charges retenues contre lui », a indiqué le site d'information Radio Farda.

La chanson Shervin Hajipour, hautement partagée sur les réseaux sociaux ces dernières semaines,  est devenue l'hymne des manifestations anti-gouvernementales en Iran.

Quelques jours avant son arrestation le 29 septembre, Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique, déclenchée par la mort de Mahsa Amini alors qu'elle était détenue par la police des mœurs.

La chanson de Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur différentes plateformes et réseaux sociaux avant d'être supprimée.

Les paroles de la chanson de Hajipour ont été tissées à partir de tweets postés par des Iraniens après la mort d'Amini, dont beaucoup accusaient les dirigeants religieux du pays des problèmes sociaux, économiques et politiques actuels.

« Pour la honte de ne pas avoir d'argent », mentionne un des tweets cité dans la chanson de Hajipour. « Par peur d'embrasser un amant dans la rue » et « pour les prisonniers politiques », lit-on dans d’autres tweets utilisés par le jeune chanteur.

Radio Farda a également annoncé que les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard. Une fois postée, la photo de Rad a été hautement partagée sur les réseaux au point de devenir virale.

La sœur de Rad a de son côté affirmé que Donya avait été emmenée dans la prison d'Evine à Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com