Algérie: des journalistes d'El Watan dénoncent «une violation du droit de grève»

Logo du quotidien francophone algérien El Watan. (Photo, elwatan.com)
Logo du quotidien francophone algérien El Watan. (Photo, elwatan.com)
Short Url
Publié le Dimanche 18 septembre 2022

Algérie: des journalistes d'El Watan dénoncent «une violation du droit de grève»

Logo du quotidien francophone algérien El Watan. (Photo, elwatan.com)
  • «Nous, journalistes-salariés d'El Watan, sommes scandalisés par le comportement irresponsable de la direction qui a tenu à faire paraître le journal en dépit du fait que le personnel ait décidé de reprendre son mouvement de grève», écrit le collectif
  • Les 150 employés d'El Watan, qui n'ont pas été payés depuis sept mois, ont entamé le 12 juillet une grève de deux ou trois jours chaque semaine, réclamant leurs salaires tout en disant lutter pour la survie d'El Watan

ALGER: Une cinquantaine de journalistes du quotidien francophone algérien El Watan, menacé de fermeture après 31 ans d'existence, ont dénoncé dimanche une "violation du droit de grève" de la part des dirigeants du journal. 

"Nous, journalistes-salariés d'El Watan, sommes scandalisés par le comportement irresponsable de la direction qui a tenu à faire paraître le journal en dépit du fait que le personnel ait décidé de reprendre son mouvement de grève", écrit le collectif dans une pétition. 

L'édition de samedi a été confectionnée par les actionnaires du journal qui ont "brisé" la grève, poursuit le collectif. 

Les 150 employés d'El Watan, qui n'ont pas été payés depuis sept mois, ont entamé le 12 juillet une grève de deux ou trois jours chaque semaine, réclamant leurs salaires tout en disant lutter pour la survie d'El Watan. 

Cités par les médias algériens, les actionnaires du journal justifient la situation par le fait que tous les comptes de l'entreprise sont bloqués à cause d'un litige avec l'administration fiscale et la banque. 

"La direction, plutôt que de se montrer réceptive aux revendications des salariés, a préféré le langage de la défiance et de la violence comme moyen de dépassement de la crise", a dénoncé le collectif dans la pétition publiée dimanche. 

Les journalistes "se réservent le droit de saisir la justice pour garantir leurs intérêts", a-t-il ajouté. 

Les turbulences autour du sort de l'un des titres les plus connus en Algérie interviennent cinq mois après la parution du dernier numéro du quotidien francophone Liberté. 

Son propriétaire, le richissime homme d'affaires Issad Rebrab, avait pris la décision de le liquider, peu avant de se retirer de la direction de son groupe Cevital (agro-alimentaire, industrie, services) au profit de ses enfants. 

Après avoir connu l'euphorie lors de l'ouverture du paysage médiatique au secteur privé à la fin des années 1980, l'Algérie a vu disparaître ces 20 dernières années des titres comme Le Matin, La Tribune ou l'hebdomadaire la Nation, notamment par manque de revenus publicitaires ou en raison d'une chute de leurs ventes. 

Ces publications s'étaient illustrées par leur liberté de ton et leur critique du pouvoir. 

L'Algérie figure à la 134e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2022 établi par l'ONG, Reporter sans frontières (RSF). 

 


Liban: le diplomate coordonnant le soutien international critique la «lenteur» des réformes

Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars
  • Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban

BEYROUTH: Le diplomate français chargé de la coordination du soutien international au Liban a déploré vendredi la "lenteur" dans la mise en place par les autorités des réformes préalables à une aide financière du Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en œuvre de réformes cruciales dans le pays en crise.

"C'est vraiment lent", a estimé Pierre Duquesne, tout en soulignant lors d'un entretien avec des journalistes à Beyrouth, dont l'AFP, "quelques petits ajustements qui vont dans le bon sens" de la part des autorités.

Parmi les réformes réclamées par le FMI figure l'approbation par le Parlement du budget 2022, adoptée de façon "tardive" selon M. Duquesne.

Le FMI exige également la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux, qui tardent à voir le jour.

"Il n'y a pas d'autre solution que le FMI pour apporter capitaux, crédibilité et confiance (...) et réduire les inégalités", a souligné le diplomate français.

Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban, qui l'a déjà conduit en Egypte et en Jordanie.

"Les deux pays ont fait part d'une extrême bonne volonté et se sont dits prêts techniquement à fournir gaz et électricité au Liban"", presque entièrement privé de courant, a dit le diplomate.

Mais le gaz devra passer par la Syrie, soumise à des sanctions américaines en vertu de la "loi César" sanctionnant les Etats commerçant avec ce pays.

M. Duquesne se rendra dans les dix prochains jours à Washington pour évoquer avec l'administration américaine "des exemptions", selon lui, afin de permettre la fourniture de gaz égyptien et d'électricité jordanienne au Liban, via la Syrie.

Il doit également rencontrer des responsables de la Banque mondiale, l'accord pour la fourniture de gaz et d'électricité au Liban étant également conditionné au financement de cette institution.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une crise socio-économique largement imputée à la corruption et l'incurie de la classe dirigeante.

En septembre 2022, le FMI avait déjà épinglé les autorités libanaises pour la "lenteur" des réformes et en octobre, la patronne du FMI les avait appelé à "faire passer d'abord la population", dont plus de 80% a basculé dans la pauvreté, selon l'ONU.


Liban: la famille d'un intellectuel assassiné en 2021 réclame une enquête de l'ONU

Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame
  • Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien

BEYROUTH: La famille de l'intellectuel libanais Lokman Slim a réclamé vendredi une mission d'enquête de l'ONU pour déterminer si son assassinat il y a deux ans ainsi que deux autres meurtres sont liés à la gigantesque explosion au port de Beyrouth.

Des Rapporteurs spéciaux de l'ONU ont critiqué jeudi "la lenteur des progrès" de l'enquête locale sur le meurtre de Lokman Slim, un militant réputé pour ses positions critiques envers le Hezbollah pro-iranien.

"Nous appelons le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à s'engager à mener une mission d'enquête" sur l'explosion meurtrière au port, a déclaré Monika Borgman, la veuve de Lokman Slim. Elle s'exprimait en présence d'ambassadeurs occidentaux au cours d'une commémoration de l'assassinat de son époux organisée à son domicile de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah.

Soulignant que "l'enquête locale n'avance pas et est entravée", elle a demandé à ce qu'une enquête de l'ONU engloble l'assassinat le 3 février 2021 de Lokman Slim et deux meurtres qui l'ont précédé, "qui pourraient être liés à l'explosion" ayant ravagé Beyrouth.

Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame, la classe politique tentant d'entraver l'investigation locale par tous les moyens.

Le juge chargé de l'enquête a même été poursuivi pour "insubordination" la semaine dernière en raison de sa détermination à faire toute la lumière sur l'explosion causée par une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée au port depuis 2013.

Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien pour larguer des barils explosifs sur les zones rebelles au plus fort de la guerre en Syrie.

Deux mois plus tôt, un officier des douanes à la retraite, Mounir Abou Rjeili, et un photographe indépendant, Joe Bejjani, avaient été assassinés, et des médias libanais avaient suggéré un possible lien avec l'explosion au port de Beyrouth.

L'enquête locale sur l'assassinat de Lokman Slim "n'avance pas pour des raisons politiques", a déclaré sa veuve de nationalité allemande à l'AFP, soulignant que sur "plus de 200 assassinats politiques au Liban depuis l'indépendance", "presque rien n'a été fait".

Lokman Slim, 58 ans, avait été retrouvé mort dans sa voiture, tué par balles, dans le sud du pays. Partisan acharné de la laïcité, issu de la haute bourgeoisie chiite, il était l'une des rares voix dissidentes au sein de sa communauté.

Peu avant son assassinat, il avait répété lors d'entretiens à la télévision que le Hezbollah prenait le Liban en otage pour le compte de l'Iran.


Emoi en Irak après la mort d'une jeune YouTubeuse tuée par son père

Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Short Url
  • Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya
  • Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie

BAGDAD: Le meurtre d'une YouTubeuse irakienne de 22 ans tuée par son père en raison d'un "différend familial" suscitait l'émoi vendredi en Irak, pays largement patriarcal où les féminicides commis au nom de l'"honneur" ne sont pas rares.

Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya (sud), a indiqué vendredi sur Twitter Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Selon lui, la police avait auparavant tenté une médiation entre la jeune femme et ses proches pour "résoudre de manière définitive le différend familial" les opposant.

Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie. 

Saad Maan a expliqué qu'une unité de police suivant les questions de société était intervenue. Au lendemain d'une première rencontre, "alors que nous devions les revoir, nous avons été surpris par la nouvelle du meurtre par son père, qui a fait des aveux initiaux après s'être livré à la police", a-t-il précisé.

Sollicité par l'AFP, un responsable des services de sécurité de Diwaniya a confirmé que des "différends familiaux" remontant à 2015 étaient à l'origine du drame.

La famille s'était rendue en Turquie en 2017. Mais au moment de rentrer en Irak, Tiba al-Ali avait refusé de se joindre à ses proches. Elle vivait depuis en Turquie, selon ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Son meurtre a eu lieu alors qu'elle était en visite en Irak.

Sur son compte YouTube, la jeune femme partageait des vidéos de son quotidien dans lesquelles apparaissait très souvent son fiancé.

Le drame a provoqué un tollé et des militants ont appelé à manifester dimanche devant un tribunal de Bagdad.

Dans une société irakienne largement patriarcale, avocates et militantes luttent pour défendre les droits des femmes souvent piétinés. Elles dénoncent l'inaction des autorités face aux violences domestiques, aux mariages précoces et aux crimes dits d'"honneur".

"Les femmes dans nos sociétés sont les otages de coutumes arriérées en raison de l'absence de lois dissuasives et de mesures gouvernementales qui ne sont pas à la hauteur de l'ampleur des violences domestiques", a déploré sur Twitter l'ancienne députée kurde Ala Talabani.

"Tant que les autorités irakiennes n'auront pas adopté de législation assez solide pour protéger les femmes et les filles des violences sexistes, nous continuerons à être témoins de meurtres aussi épouvantables que celui de Tiba Ali", a réagi vendredi Aya Majzoub, directrice régionale adjointe à Amnesty International.